Intervention Review

Interventions for anal canal intraepithelial neoplasia

  1. Antonio Macaya1,*,
  2. Carlos Muñoz-Santos2,
  3. Albert Balaguer3,
  4. Maria Jesús Barberà4

Editorial Group: Cochrane Colorectal Cancer Group

Published Online: 12 DEC 2012

Assessed as up-to-date: 16 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009244.pub2


How to Cite

Macaya A, Muñoz-Santos C, Balaguer A, Barberà MJ. Interventions for anal canal intraepithelial neoplasia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 12. Art. No.: CD009244. DOI: 10.1002/14651858.CD009244.pub2.

Author Information

  1. 1

    Hospital Bellvitge, Department of Dermatology, Barcelona, Spain

  2. 2

    Hospital Clínic Barcelona, Department of Dermatology and Venereology, Barcelona, Spain

  3. 3

    Universitat Internacional de Catalunya, Department of Pediatrics. Hospital General de Catalunya., Barcelona, CATALONIA, Spain

  4. 4

    Institut Català de la Salut. Generalist de Catalunya., Unitat d'Infeccions de Transmissió Sexual, Barcelona, Catalunya, Spain

*Antonio Macaya, Department of Dermatology, Hospital Bellvitge, Feixa Llarga, L'Hospitalet de Llobregat, Barcelona, 08907, Spain. macaya@comb.es. tonimacaya@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 12 DEC 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Anal canal intraepithelial neoplasia (AIN) is a pre-malignant condition of the anal canal transitional epithelium that is associated with human papillomavirus (HPV) infection. The incidence and prevalence of AIN and anal cancer are increasing rapidly in HIV-positive men who have sex with men (MSM). Other groups like HIV-negative MSM, immunosuppressed patients and people affected by other HPV diseases like genital warts and cervical intraepithelial neoplasia (CIN) may also develop AIN. The condition is complicated by its multicentric and multifocal nature and high rates of relapse and morbidity. Targeted excisions using ablative treatments such as cautery, infrared coagulation (IRC) and cryotherapy have been used as first-line therapeutic strategies, and there are many other options. There is no consensus about the optimal management of AIN.

Objectives

To evaluate the effects of therapeutic interventions for anal canal intraepithelial neoplasia (AIN).

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (2011, Issue 4), MEDLINE and EMBASE (to October 2011). We also searched registers of clinical trials, abstracts of scientific meetings and reference lists of included studies, and contacted experts in the field and manufacturers of any AIN and HPV-specific treatments.

Selection criteria

Randomized controlled trials (RCTs) that assessed any type of intervention for AIN.

Data collection and analysis

Two review authors independently abstracted data and assessed risk of bias. If it was possible, the data were synthesised in a meta-analysis.

Main results

We found only one RCT, which included 53 patients, that met our inclusion criteria. This trial reported data on imiquimod versus placebo. There was no statistically significant difference in the risk of disease cure but there was a trend for imiquimod to downgrade the AIN to a low-risk stage. The lack of statistical power of the trial may be due to the small number of patients in each group. The risk of bias was estimated as moderate.

Authors' conclusions

The included trial failed to demonstrate any statistically significant efficacy of imiquimod in the management of anal intraepithelial neoplasia (AIN). The absence of reliable evidence for any of the interventions used in AIN precludes any definitive guidance or recommendations for clinical practice. Prospective cohort studies and retrospective studies have not been included in this review as they are considered to provide lower quality evidence. Well designed RCTs are needed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Comparison of interventions for patients diagnosed with pre-cancerous changes of the anal canal (anal intraepithelial neoplasia)

Persistent infection with some types of human papillomavirus (HPV) can cause anal canal intraepithelial neoplasia (AIN), a condition which may become cancerous. HPV is transmitted via skin-to-skin contact. There are over 100 different types of HPV virus. At least 30 of these can be sexually transmitted. HPV transmission occurs easily among sexual partners. Despite this, spontaneous clearance of the infection is generally the rule.

In some cases, HPV may produce genital warts or even some anogenital pre-malignant or malignant lesions. The latter is especially the case when some HPV types (which are named 'high-risk' HPV, like HPV types 16, 18, 31 and 33) persist on anogenital mucosa or skin over long periods of time. Viral persistence is very common in an HIV-positive population, particularly in the anal mucosa of men who have sex with men. The incidence of AIN is reaching epidemic proportions in this population group. AIN is usually asymptomatic. People at risk need to be under prevention screening programs in order to identify and treat those pre-cancerous lesions.

To date there is no consensus on AIN management. The most used strategies are ablative treatments. Lesions in the anal canal are treated with cautery, infrared coagulation, laser or cryotherapy. Other available options include surgical excision, topical treatments (imiquimod, trichloroacetic acid, 5-fluorouracil), interferon and HPV vaccines. We identified many studies that examined all the interventions mentioned above. Only one trial with 53 patients was randomized and placebo-controlled and could be included in this review. The trial compared self-application of imiquimod cream in the anal canal with placebo. The analysis of the findings could not demonstrate a definitive superior effect of imiquimod compared with placebo in terms or cure. Some effectiveness could be observed in terms of improvement, with high-risk stages of AIN being reduced to low-risk stages.

We conclude that the available information on AIN treatment does not meet evidence-based medicine requirements. Future trials should be designed as randomized controlled trials, and should include data about HPV load and the types affecting the treated patients, recurrence rates, progression to anal cancer and quality of life of patients.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour la néoplasie intra-épithéliale du canal anal

Contexte

La néoplasie intra-épithéliale du canal anal (AIN) est une affection pré-maligne de l'épithélium transitoire du canal anal associée à une infection par le papillomavirus humain (HPV). L'incidence et la prévalence de l'AIN et du cancer anal sont en rapide augmentation chez les hommes séropositifs ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes (MSM). D'autres groupes, comme les MSM séronégatifs, les patients immunodéprimés et les personnes souffrant d'autres affections liées au HPV telles que les verrues génitales et la néoplasie intra-épithéliale cervicale (CIN), peuvent également développer une AIN. L'affection est compliquée par sa nature multicentrique et multifocale, ainsi que par des taux de rechute et de morbidité élevés. Les excisions ciblées, basées sur des traitements ablatifs comme le cautère, la coagulation par infrarouge et la cryothérapie sont utilisées comme stratégies thérapeutiques de première intention, et il existe un grand nombre d'autres options. Il n'y a pas de consensus sur la gestion optimale de l'AIN.

Objectifs

Évaluer les effets des interventions thérapeutiques pour la néoplasie intra-épithéliale du canal anal (AIN).

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (numéro 4, 2011), MEDLINE et EMBASE (jusqu'à octobre 2011). Nous avons également effectué des recherches dans les registres des essais cliniques, les résumés de rencontres scientifiques et les listes bibliographiques des études incluses, et contacté des experts dans le domaine, ainsi que les fabricants des traitements spécifiques contre l'AIN et le HPV.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant tout type d'intervention pour l'AIN.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont extrait les données et évalué les risques de biais de façon indépendante. Lorsque cela était possible, les données ont été synthétisées au sein d'une méta-analyse.

Résultats Principaux

Nous n'avons trouvé qu'un seul ECR, portant sur 53 patients, qui répondait à nos critères d'inclusion. Cet essai rapportait des données comparant imiquimod contre placebo. Il n'y avait aucune différence statistiquement significative dans les chances de guérison de la maladie, mais imiquimod tendait à ramener l'AIN à un stade de faible risque. Le manque de puissance statistique de l'essai peut être dû au petit nombre de patients dans chaque groupe. Le risque de biais a été estimé comme étant modéré.

Conclusions des auteurs

L'essai inclus ne démontrait pas une efficacité statistiquement significative d'imiquimod dans la prise en charge de la néoplasie intra-épithéliale anale (AIN). En raison de l'absence de données fiables concernant l'ensemble des interventions utilisées pour l'AIN, il est impossible d'émettre des recommandations ou des conseils définitifs pour la pratique clinique. Aucune étude rétrospective ou étude de cohortes prospective n'a été incluse dans cette revue, les données fournies par ce type d'étude n'étant pas considérées comme fiables. Des ECR bien conçus devront être réalisés.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour la néoplasie intra-épithéliale du canal anal

Comparaison des interventions chez les patients présentant des mutations précancéreuses du canal anal (néoplasie intra-épithéliale anale)

Une infection persistante due à certains types de papillomavirus humains (HPV) peut entraîner une néoplasie intra-épithéliale du canal anal (AIN), laquelle peut devenir cancéreuse. Le HPV se transmet par le contact corporel. Il existe plus de 100 types de virus HPV. Au moins 30 d'entre eux sont sexuellement transmissibles. Le HPV se propage facilement entre partenaires sexuels. Toutefois, l'infection disparaît généralement spontanément.

Dans certains cas, le HPV peut provoquer des verrues génitales, et même des lésions anogénitales pré-malignes ou malignes. Ces dernières surviennent notamment lorsque certains types de HPV (dits « à haut risque », comme les types 16, 18, 31 et 33) persistent sur la peau ou la muqueuse anogénitale pendant une période prolongée. La persistance virale est très fréquente chez les personnes séropositives, notamment au niveau de la muqueuse anale chez les hommes qui ont des rapports sexuels avec d'autres hommes. L'incidence de l'AIN atteint des proportions épidémiques au sein de cette population. L'AIN est généralement asymptomatique. Les personnes à risque doivent bénéficier de programmes de dépistage pour identifier et traiter ces lésions précancéreuses.

À ce jour, il n'y a pas de consensus sur la prise en charge de l'AIN. Les traitements ablatifs sont les stratégies les plus utilisées. Les lésions du canal anal sont traitées par cautère, coagulation par infrarouge, laser ou cryothérapie. Les autres options disponibles sont l'excision chirurgicale, les traitements topiques (imiquimod, acide trichloroacétique, 5-fluoro-uracile), l'interféron et les vaccins contre le HPV. Nous avons identifié de nombreuses études portant sur toutes les interventions précédemment mentionnées. Toutefois, un seul essai, impliquant 53 patients, était randomisé et contrôlé contre placebo, et a donc pu être inclus dans cette revue. Cet essai comparait l'auto-application de crème imiquimod dans le canal anal contre placebo. L'analyse des résultats n'a pas permet de démontrer un effet supérieur certain d'imiquimod par rapport au placebo en termes de guérison. Une certaine efficacité a été observée en termes d'amélioration, les stades de risque élevé de l'AIN étant ramenés à des stades de faible risque.

Nous en concluons que les informations disponibles sur le traitement de l'AIN ne répondent pas aux exigences de la médecine basée sur des preuves. Les futurs essais devront être randomisés et contrôlés, et inclure des données sur les types et la charge de HPV affectant les patients traités, les taux de récurrence, l'évolution en cancer anal et la qualité de vie des patients.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th January, 2013
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�