Intervention Review

Pain management for tubal sterilization by hysteroscopy

  1. Bliss Kaneshiro1,*,
  2. David A Grimes2,
  3. Laureen M Lopez3

Editorial Group: Cochrane Fertility Regulation Group

Published Online: 15 AUG 2012

Assessed as up-to-date: 17 MAR 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD009251.pub2


How to Cite

Kaneshiro B, Grimes DA, Lopez LM. Pain management for tubal sterilization by hysteroscopy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 8. Art. No.: CD009251. DOI: 10.1002/14651858.CD009251.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Hawaii, Department of Obstetrics and Gynecology, Honolulu, USA

  2. 2

    University of North Carolina, School of Medicine, Obstetrics and Gynecology, Chapel Hill, North Carolina, USA

  3. 3

    FHI 360, Clinical Sciences, Research Triangle Park, North Carolina, USA

*Bliss Kaneshiro, Department of Obstetrics and Gynecology, University of Hawaii, 1319 Punahou Street, Honolulu, Hi 96826, USA. bkaneshiro@ucera.org.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 15 AUG 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Tubal sterilization by hysteroscopy involves inserting a foreign body in both fallopian tubes. Over a three-month period, the tubal lumen is occluded by tissue growth stimulated by the insert. Tubal sterilization by hysteroscopy has advantages over laparoscopy or mini-laparotomy, including the avoidance of abdominal incisions and the convenience of performing the procedure in an office-based setting. Pain, an important determinant of procedure acceptability, can be a concern when tubal sterilization is performed in the office.

Objectives

To review all randomized controlled trials that evaluated interventions to decrease pain during tubal sterilization by hysteroscopy.

Search methods

From January to March 2011, we searched the computerized databases of MEDLINE, POPLINE, CENTRAL, EMBASE, LILACS, and CINAHL for relevant trials. We searched for current trials via Clinicaltrials.gov. We also examined the reference lists of pertinent articles and wrote to known investigators for information about other published or unpublished trials.

Selection criteria

We included all randomized controlled trials that evaluated pain management at the time of sterilization by hysteroscopy. The intervention could be compared to another intervention or placebo.

Data collection and analysis

Initial data were extracted by one review author. A second review author verified all extracted data. Whenever possible, the analysis was conducted with all women randomized and in the original assigned groups. Data were analyzed using RevMan software. Pain was measured using either a 10-cm or 100-point visual analog scale (VAS). When pain was measured at multiple points during the procedure, the overall pain score was considered the primary treatment effect. If this was not measured, a summation of all pain scores for the procedure was considered to be the primary treatment effect. For continuous variables, the mean difference with 95% confidence interval was computed.

Main results

Two trials met the inclusion criteria. The total number of participants was 167. Using a 10-cm VAS to measure pain, no significant difference emerged in overall pain for the entire procedure between women who received a paracervical block with lidocaine versus normal saline (mean difference -0.77; 95% CI -2.67 to 1.13). No significant difference in pain score was noted at the time of injection of study solution to the anterior lip of the cervix (mean difference -0.6; 95% CI -1.3 to 0.1), placement of the device in the tubal ostia (mean difference -0.60; 95% CI -1.8 to 0.7), and postprocedure pain (mean difference 0.2; 95% CI -0.8 to 1.2). Procedure time (mean difference -0.2 minutes; 95% CI -2.2 to 1.8 minutes) and successful bilateral placement (OR 1.0; 95% CI 0.19 to 5.28) was not significantly different between groups. During certain portions of the procedure, such as placement of the tenaculum (mean difference -2.03; 95% CI -2.88 to -1.18), administration of the paracervical block (mean difference -1.92; 95% CI -2.84 to -1.00), and passage of the hysteroscope through the external (mean difference -2.31; 95% CI -3.30 to -1.32) and internal os (mean difference -2.31; 95% CI -3.39 to -1.23), use of paracervical block with lidocaine resulted in lower pain scores.

Using a 600-point scale calculated by adding 100-point VAS scores from six different portions of the procedure, no significant difference emerged in overall pain between women who received intravenous conscious sedation versus oral analgesia (mean difference -23.00; CI -62.02 to 16.02). Using a 100-point VAS, no significant difference emerged at the time of speculum insertion (mean difference 4.0; 95% CI -4.0 to 12.0), cervical injection of lidocaine (mean difference -1.8; 95% CI -10.0 to 6.4), insertion of the hysteroscope (mean difference -8.7; 95% CI -19.7 to 2.3), placement of the first device (mean difference -4.4; 95% CI -15.8 to 7.0), and removal of the hysteroscope (mean difference 0.9; 95% CI -3.9 to 5.7). Procedure time (mean difference -0.2 minutes; 95% CI -2.0 to 1.6 minutes) and time in the recovery area (mean difference 3.6 minutes; 95% CI -11.3 to 18.5 minutes) was not different between groups. However, women who received intravenous conscious sedation had lower pain scores at the time of insertion of the second tubal device compared to women who received oral analgesia (mean difference -12.60; CI -23.98 to -1.22).

Authors' conclusions

The available literature is insufficient to determine the appropriate analgesia or anesthesia for sterilization by hysteroscopy. Compared to paracervical block with normal saline, paracervical block with lidocaine reduced pain during some portions of the procedure. Intravenous sedation resulted in lower pain scores during insertion of the second tubal device. However, neither paracervical block with lidocaine nor conscious sedation significantly reduced overall pain scores for sterilization by hysteroscopy.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Interventions to reduce pain during sterilization by hysteroscopy

Sterilizing women to permanently prevent pregnancy can be done using abdominal surgery or using a hysteroscopy procedure. While the hysteroscopy procedure is less invasive than abdominal surgery, women may experience more pain with the hysteroscopy procedure when it is performed in a doctor's office. Concern about pain may influence women's decisions to have the hysteroscopy for sterilization procedures. This review evaluates the impact of interventions to reduce the pain associated with sterilization by hysteroscopy.

We found two studies that compared two different kinds of pain reduction methods (a cervical shot and pain treatment with medications injected through the veins, i.e. intravenous or IV). Similar rates of pain were reported by women whose cervix was injected with lidocaine (a medicine that blocks pain) compared to women whose cervix was injected with salt water (placebo). However, at some points during the procedure, women who had the lidocaine rated their pain lower than women who had the salt water. Similarly, women who had IV pain treatment reported about the same pain overall as women given pain pills. However, the women with IV pain treatment reported less pain as the procedure continued.

The two studies do not give us enough information about which pain treatment was better for sterilization by hysteroscopy.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

La prise en charge de la douleur pour la stérilisation tubaire par hystéroscopie

Contexte

La stérilisation tubaire par hystéroscopie consiste à insérer un corps étranger dans les deux trompes de Fallope. Au bout de trois mois, les trompes sont obstruées par la croissance tissulaire stimulée par l'objet inséré. La stérilisation tubaire par hystéroscopie présente des avantages sur la laparoscopie ou la mini-laparotomie, du fait notamment qu'elle permet d'éviter les incisions abdominales et qu'elle constitue une procédure commode dans un contexte de cabinet médical. La douleur, un déterminant important de l'acceptabilité de la procédure, peut être un problème lorsque la stérilisation tubaire est effectuée en cabinet.

Objectifs

Passer en revue tous les essais contrôlés randomisés ayant évalué des interventions pour diminuer la douleur durant la stérilisation tubaire par hystéroscopie.

Stratégie de recherche documentaire

De janvier à mars 2011, nous avons effectué une recherche dans les bases de données informatisées de MEDLINE, POPLINE, CENTRAL, EMBASE, LILACS et CINAHL pour trouver des essais pertinents. Nous avons recherché des essais en cours via Clinicaltrials.gov. Nous avons également passé au crible les références bibliographiques d'articles pertinents et écrit à des chercheurs connus pour obtenir des informations sur d'autres essais publiés ou non publiés.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés ayant évalué une prise en charge de la douleur lors de la stérilisation tubaire par hystéroscopie. L'intervention pouvait avoir été comparée à une autre intervention ou à un placebo.

Recueil et analyse des données

Les données initiales ont été extraites par un auteur de la revue. Un second auteur de la revue a vérifié toutes les données extraites. Chaque fois que cela était possible, l'analyse a été menée avec toutes les femmes randomisées et dans les groupes d'assignation originaux. Les données ont été analysées au moyen du logiciel RevMan. La douleur avait été mesurée à l'aide d'une échelle visuelle analogique (EVA) de 10 cm ou de 100 points. Lorsque la douleur avait été mesurée à plusieurs moments au cours de la procédure, le score global de douleur a été considéré comme l'effet principal du traitement. Si cela n'avait pas été mesuré, c'est la somme de tous les scores de douleur durant la procédure qui a été considérée comme l'effet principal du traitement. Pour les variables continues, nous avons calculé la différence moyenne (DM) avec intervalle de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux

Deux essais répondaient aux critères d'inclusion. Le nombre total de participants était de 167. Lorsqu'une EVA de 10 cm avait été utilisée pour mesurer la douleur, aucune différence significative n'avait émergé pour la douleur globale de l'ensemble de la procédure entre les femmes qui avaient reçu un bloc paracervical avec de la lidocaïne et celles qui n'avaient qu'une saline normale (différence moyenne -0,77 ; IC à 95 % -2,67 à 1,13). Aucune différence significative dans le score de douleur n'avait été notée au moment de l'injection de la solution de l'étude dans la lèvre antérieure du col de l'utérus (différence moyenne -0,6 ; IC à 95 % -1,3 à 0,1), du placement du dispositif dans les trompes (différence moyenne - 0,60 ; IC à 95 % -1,8 à 0,7) et après l'intervention (différence moyenne 0,2 ; IC à 95 % -0,8 à 1,2). Ni la durée de la procédure (différence moyenne -0,2 minutes ; IC à 95 % -2,2 à 1,8 minutes) ni le succès du placement bilatéral (RC 1,0 ; IC à 95 % 0,19 à 5,28) ne différaient significativement entre les groupes. Au cours de certaines parties de la procédure, telles que la mise en place du tenaculum (différence moyenne -2,03 ; IC à 95 % -2,88 à -1,18), l'administration du bloc paracervical (différence moyenne -1,92, IC à 95 % -2,84 à -1,00) et le passage de l'hystéroscope à travers l'orifice cervical externe (différence moyenne -2,31 ; IC à 95 % -3,30 à -1,32) et interne (différence moyenne -2,31 ; IC à 95 % -3,39 à -1,23), l'utilisation du bloc paracervical à lidocaïne engendrait des scores de douleur moins élevés.

Lorsqu'on avait utilisé une échelle de 600 points calculée en faisant la somme des scores d'EVA de 100 points de six parties différentes de la procédure, aucune différence significative n'avait émergé pour la douleur globale entre les femmes à qui on avait administré une sédation consciente par voie intraveineuse et celles qui avaient reçu un analgésique oral (différence moyenne -23,00 ; IC -62,02 à 16,02). Lorsqu'on avait utilisé une EVA de 100 points, aucune différence significative n'avait émergé au moment de l'insertion du spéculum (différence moyenne 4,0 ; IC à 95 % -4,0 à 12,0), de l'injection de lidocaïne dans le col de l'utérus (différence moyenne -1,8 ; IC à 95 % -10,0 à 6,4), de l'insertion de l'hystéroscope (différence moyenne -8,7 ; IC à 95 % -19,7 à 2,3), du placement du premier dispositif (différence moyenne -4,4 ; IC à 95 % -15,8 à 7,0) ou du retrait de l'hystéroscope (différence moyenne 0,9 ; IC à 95 % -3,9 à 5,7). Ni la durée de la procédure (différence moyenne -0,2 minutes ; IC à 95 % -2,0 à 1,6 minutes) ni le temps en zone de récupération (différence moyenne 3,6 minutes ; IC à 95 % -11,3 à 18,5 minutes) ne différaient entre les groupes. Toutefois, les femmes à qui on avait administré une sédation intraveineuse consciente avaient obtenu de plus bas scores de douleur au moment de l'insertion du second dispositif dans les trompes que les femmes qui avaient reçu un analgésique oral (différence moyenne -12,60 ; IC -23,98 à -1,22).

Conclusions des auteurs

La littérature disponible ne suffit pas pour déterminer l'analgésie ou l'anesthésie la plus appropriée à la stérilisation par hystéroscopie. En comparaison avec le bloc paracervical à solution saline normale, le bloc paracervical à lidocaïne réduit la douleur durant certaines parties de la procédure. La sédation intraveineuse avait abouti à des scores de douleur plus bas lors de l'insertion du deuxième dispositif dans les trompes. Toutefois, ni le bloc paracervical à lidocaïne ni la sédation consciente n'avaient réduit significativement les scores de douleur globaux pour la stérilisation par hystéroscopie.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Interventions visant à réduire la douleur lors de la stérilisation par hystéroscopie

La stérilisation des femmes à titre de contraception permanente peut être réalisée par chirurgie abdominale ou hystéroscopie. Bien que l'hystéroscopie soit une procédure moins invasive que la chirurgie abdominale, les femmes peuvent ressentir plus de douleur avec l'hystéroscopie lorsqu'elle est effectuée dans un cabinet de médecin. La crainte de la douleur peut influencer la décision d'une femme de recourir à l'hystéroscopie pour une procédure de stérilisation. Cette revue évalue l'impact des interventions visant à réduire la douleur associée à la stérilisation par hystéroscopie.

Nous avons trouvé deux études ayant comparé deux types de méthodes de réduction de la douleur (un bloc cervical et un traitement par médicaments anti-douleur injectés dans les veines, c.-à-d. par voie intraveineuse ou IV). Des taux similaires de douleur avaient été rapportés par les femmes dans le col utérin desquelles avait été injectée de la lidocaïne (un médicament qui bloque la douleur) et par celles dans le col desquelles avait été injectée de l'eau salée (placebo). Toutefois, à certains moments au cours de la procédure, les femmes qui avaient reçu de la lidocaïne avaient évalué leur douleur à un niveau plus bas que les femmes qui avaient reçu de l'eau salée. De même, les femmes qui avaient eu un traitement IV anti-douleur avaient fait état de la même douleur globale que les femmes ayant pris des médicaments analgésiques. Cependant, les femmes à traitement IV anti-douleur avaient fait état d'une moindre douleur durant la suite de la procédure.

Les deux études ne nous donnaient pas suffisamment d'information sur ce qui serait le meilleur traitement anti-douleur pour la stérilisation par hystéroscopie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 13th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français