Intervention Review

Feedback or biofeedback to augment pelvic floor muscle training for urinary incontinence in women

  1. Roselien Herderschee1,*,
  2. E. Jean C. Hay-Smith2,
  3. G Peter Herbison3,
  4. Jan Paul Roovers1,
  5. Maas Jan Heineman1

Editorial Group: Cochrane Incontinence Group

Published Online: 6 JUL 2011

Assessed as up-to-date: 22 JUL 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD009252


How to Cite

Herderschee R, Hay-Smith EJC, Herbison GP, Roovers JP, Heineman MJ. Feedback or biofeedback to augment pelvic floor muscle training for urinary incontinence in women. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 7. Art. No.: CD009252. DOI: 10.1002/14651858.CD009252.

Author Information

  1. 1

    University of Amsterdam, Department of Obstetrics & Gynaecology Academic Medical Centre, Amsterdam, Netherlands

  2. 2

    University of Otago, Rehabilitation Teaching and Research Unit, Department of Medicine, Wellington, New Zealand

  3. 3

    Dunedin School of Medicine, University of Otago, Department of Preventive & Social Medicine, Dunedin, New Zealand

*Roselien Herderschee, Department of Obstetrics & Gynaecology Academic Medical Centre, University of Amsterdam, Kerkstraat 379b, Amsterdam, 1017 HW, Netherlands. roselien.herderschee@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 6 JUL 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Resumen
  5. Résumé
  6. Résumé simplifié

Background

Pelvic floor muscle training (PFMT) is an effective treatment for stress urinary incontinence in women. Whilst most of the PFMT trials have been done in women with stress urinary incontinence, there is also some trial evidence that PFMT is effective for urgency urinary incontinence and mixed urinary incontinence. Feedback or biofeedback are common adjuncts used along with PFMT to help teach a voluntary pelvic floor muscle contraction or to improve training performance.

Objectives

To determine whether feedback or biofeedback adds further benefit to PFMT for women with urinary incontinence.

To compare the effectiveness of different forms of feedback or biofeedback.

Search methods

We searched the Cochrane Incontinence Group Specialised Trials Register (searched 13 May 2010) and the reference lists of relevant articles.

Selection criteria

Randomised or quasi-randomised trials in women with stress, urgency or mixed urinary incontinence (based on symptoms, signs or urodynamics). At least two arms of the trials included PFMT. In addition, at least one arm included verbal feedback or device-mediated biofeedback.

Data collection and analysis

Trials were independently assessed for eligibility and risk of bias. Data were extracted by two reviewers and cross-checked. Disagreements were resolved by discussion or the opinion of a third reviewer. Data analysis was conducted in accordance with the Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Intervention (version 5.1.0). Analysis within subgroups was based on whether there was a difference in PFMT between the two arms that had been compared.

Main results

Twenty four trials involving 1583 women met the inclusion criteria; 17 trials contributed data to analysis for one of the primary outcomes. All trials contributed data to one or more of the secondary outcomes. Women who received biofeedback were significantly more likely to report that their urinary incontinence was cured or improved compared to those who received PFMT alone (risk ratio 0.75 , 95% confidence interval 0.66 to 0.86). However, it was common for women in the biofeedback arms to have more contact with the health professional than those in the non-biofeedback arms. Many trials were at moderate to high risk of bias, based on trial reports. There was much variety in the regimens proposed for adding feedback or biofeedback to PFMT alone, and it was often not clear what the actual intervention comprised or what the purpose of the intervention was.

Authors' conclusions

Feedback or biofeedback may provide benefit in addition to pelvic floor muscle training in women with urinary incontinence. However, further research is needed to differentiate whether it is the feedback or biofeedback that causes the beneficial effect or some other difference between the trial arms (such as more contact with health professionals).

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Resumen
  5. Résumé
  6. Résumé simplifié

Feedback or biofeedback in addition pelvic floor muscle training for urinary incontinence in women

Women of all ages are affected by urinary incontinence. A common treatment is pelvic floor muscle exercises (also called pelvic floor muscle training) where the pelvic floor muscles are squeezed and lifted then relaxed several times in a row, up to three times a day. The exercises can help strengthen the muscles, improve muscle endurance (so the muscle tires less easily), and improve coordination (so the muscle squeezes hardest when the risk of leaking is greatest, e.g. with a cough or sneeze).

Contracting the right muscles, and doing enough of the exercises are important for successful treatment. Feedback or biofeedback are used as ways to teach women to contract the correct muscles, learn when and how to contract the muscle to prevent leakage, assess whether the muscle contraction is improving over time, and can be used as a 'trainer' for repetitive exercising. A common method of feedback is for the health professional to feel the pelvic floor muscles during a vaginal examination and describe how well the muscles squeeze and lift when the woman contracts them. Biofeedback uses a vaginal or anal device to measure the muscle squeeze pressure or the electrical activity in the muscle. The device gives this information back to the woman using the device as a sound (for example, the sound gets louder as the squeeze increases) or a visual display (for example, more lights meaning a stronger squeeze).

Contracting the right muscles at the right time, and doing enough of the exercises, are important for successful treatment. There was some evidence that adding biofeedback was beneficial. However, it was not clear whether this was the effect of the biofeedback device itself. It is possible that the benefit came from spending more time in clinic with the doctor, nurse or physiotherapist.

 

Resumen

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Resumen
  5. Résumé
  6. Résumé simplifié

Antecedentes

Retroalimentación (feedback) o biorretroalimentación (biofeedback) para aumentar el entrenamiento muscular del piso pelviano en la incontinencia urinaria de la mujer

El entrenamiento muscular del piso pelviano (EMPP) es un tratamiento efectivo para la incontinencia urinaria de esfuerzo en la mujer. Aunque en su mayoría los ensayos de EMPP se han realizado en mujeres con incontinencia urinaria de esfuerzo, también hay algunas pruebas de ensayos de que el EMPP es efectivo en la incontinencia urinaria de urgencia y la incontinencia urinaria mixta. La retroalimentación o biorretroalimentación son complementos habituales utilizados juntos con el EMPP para ayudar a enseñar a contraer el músculo del piso pelviano de forma voluntaria o mejorar la realización del entrenamiento.

Objetivos

Determinar si la retroalimentación o biorretroalimentación añade un beneficio adicional al EMPP en las mujeres con incontinencia urinaria.

Comparar la efectividad de diferentes formas de retroalimentación o biorretroalimentación.

Estrategia de búsqueda

Se realizaron búsquedas en el Registro Especializado de Ensayos del Grupo Cochrane de Incontinencia (Cochrane Incontinence Group) (búsqueda 13 de mayo de 2010) y en las listas de referencias de los artículos pertinentes.

Criterios de selección

Ensayos aleatorios o cuasialeatorios en mujeres con incontinencia urinaria de esfuerzo, de urgencia o mixta (según los síntomas, los signos o la urodinamia). Al menos dos brazos de los ensayos incluyeron EMPP. Además, al menos un brazo incluyó retroalimentación verbal o biorretroalimentación mediada por un dispositivo.

Obtención y análisis de los datos

La elegibilidad y el riesgo de sesgo de los ensayos se evaluaron de forma independiente. Dos revisores extrajeron los datos y los verificaron de forma cruzada. Los desacuerdos se resolvieron mediante discusión o la opinión de un tercer revisor. El análisis de los datos se realizó según el Manual Cochrane para Revisiones Sistemáticas de Intervención (Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions) (versión 5.1.0). El análisis dentro de los subgrupos se basó en la existencia de una diferencia en el EMPP entre los dos brazos que se habían comparado.

Resultados principales

Veinticuatro ensayos que incluían a 1583 mujeres cumplían los criterios de inclusión; 17 ensayos contribuyeron con datos para el análisis de uno de los resultados primarios. Todos los ensayos contribuyeron con datos para uno o más de los resultados secundarios. Las mujeres que recibieron biorretroalimentación tuvieron significativamente más probabilidades de informar que su incontinencia urinaria se había resuelto o había mejorado en comparación con las que recibieron EMPP solo (cociente de riesgos 0,75; intervalo de confianza del 95%: 0,66 a 0,86). Sin embargo, fue frecuente que las mujeres de los brazos de biorretroalimentación tuvieran más contacto con el profesional sanitario que las de los brazos de ninguna biorretroalimentación. Muchos ensayos presentaron un riesgo de sesgo de moderado a alto, según los informes de los ensayos. Hubo mucha variedad en los regímenes propuestos para agregar retroalimentación o biorretroalimentación al EMPP solo, y a menudo no estuvo claro lo que incluyó la intervención real o cuál fue el objetivo de la intervención.

Conclusiones de los autores

La retroalimentación o biorretroalimentación puede proporcionar efectos beneficiosos además del entrenamiento muscular del piso pelviano a las mujeres con incontinencia urinaria. Sin embargo, se necesitan estudios de investigación adicionales para diferenciar si es la retroalimentación o biorretroalimentación la que causa el efecto beneficioso o alguna otra diferencia entre los brazos del ensayo (como el mayor contacto con los profesionales sanitarios).

Traducción

Traducción realizada por el Centro Cochrane Iberoamericano

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Resumen
  5. Résumé
  6. Résumé simplifié

Retour d'information ou rétroaction biologique pour améliorer l'entraînement des muscles du plancher pelvien dans le traitement de l’incontinence chez la femme

Contexte

L'entraînement des muscles du plancher pelvien (EMPP) constitue un traitement efficace pour l'incontinence urinaire à l'effort chez la femme Alors que la plupart des essais sur l'EMPP ont été réalisés chez des femmes souffrant d'incontinence urinaire à l'effort, il y a également certains résultats d'essais indiquant que l'EMPP est efficace pour traiter l'incontinence urinaire d'impériosité et l'incontinence urinaire mixte. Le retour d'information et la rétroaction biologique sont des auxiliaires couramment utilisés avec l'EMPP pour aider à enseigner la contraction volontaire du muscle du plancher pelvien ou pour rendre l'entraînement plus efficace.

Objectifs

Déterminer si le retour d'information ou la rétroaction biologique ajoute un bénéfice supplémentaire à l'EMPP pour les femmes souffrant d'incontinence urinaire.

Comparer l'efficacité de différentes formes de retour d'information et de rétroaction biologique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé d'essais cliniques du groupe Cochrane sur l’incontinence (le 13 mai 2010) et dans les références bibliographiques d'articles pertinents.

Critères de sélection

Des essais randomisés ou quasi-randomisés effectués chez des femmes souffrant d’incontinence urinaire, qu'elle soit à l'effort, d'impériosité ou mixte (en fonction des symptômes, des signes ou de l'urodynamique). Au moins deux groupes de l'essai devaient utiliser l'EMPP. De plus, au moins un groupe devait bénéficier d'un retour verbal d'information ou de rétroaction biologique à l'aide d'un dispositif.

Recueil et analyse des données

L'éligibilité et le risque de biais des essais ont été évalués indépendamment. Les données ont été extraites par deux évaluateurs et recoupées. Les désaccords ont été résolus par la discussion ou par décision d'un troisième évaluateur. L'analyse des données a été effectuée en conformité avec le guide Cochrane pour les revues systématiques d'interventions (version 5.1.0). L'analyse au sein de sous-groupes était fondée sur l'existence d'une différence dans l'EMPP entre les deux groupes comparés.

Résultats Principaux

Vingt-quatre essais totalisant 1583 femmes répondaient aux critères d'inclusion ; 17 essais ont fourni des données pour l'analyse d'un des principaux critères de résultat. Tous les essais ont fourni des données concernant un ou plusieurs critères de résultat secondaires. Les femmes ayant reçu une rétroaction biologique étaient significativement plus susceptibles de déclarer que leur incontinence urinaire avait guéri ou s'était améliorée que celles qui n'avaient reçu que l'EMPP (risque relatif 0,75 ; intervalle de confiance à 95% 0,66 à 0,86). Il était toutefois courant que les femmes des groupes à rétroaction biologique aient eu plus de contact avec le professionnel de santé que celles des groupes sans rétroaction biologique. En se basant sur les rapports d'essais, on constate que nombre d'études présentaient un risque de biais modéré à élevé. Il y avait beaucoup de variété dans les schémas proposés pour l'ajout de retour d'information ou de rétroaction biologique à l'EMPP, et on ne comprenait souvent pas clairement de quoi était composée l'intervention ou quel était le but de l'intervention.

Conclusions des auteurs

Le retour d'information ou la rétroaction biologique pourraient apporter un bénéfice supplémentaire à l'entraînement des muscles du plancher pelvien chez les femmes souffrant d’incontinence urinaire. De nouvelles recherches seront cependant nécessaires pour distinguer si ce sont le retour d'information ou la rétroaction biologique qui provoquent l'effet bénéfique ou quelque autre différence entre les groupes de l'essai (comme un supplément de contact avec des professionnels de santé).

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Resumen
  5. Résumé
  6. Résumé simplifié

Retour d'information ou rétroaction biologique pour améliorer l'entraînement des muscles du plancher pelvien dans le traitement de l’incontinence chez la femme

Retour d'information ou rétroaction biologique en supplément de l'entraînement des muscles du plancher pelvien dans le traitement de l’incontinence chez la femme

Des femmes de tous âges souffrent d'incontinence urinaire. Les exercices des muscles du plancher pelvien constituent un traitement courant (aussi appelé entraînement des muscles du plancher pelvien) dans lequel les muscles du plancher pelvien sont contractés et soulevés puis relâchés plusieurs fois de suite, jusqu'à trois fois par jour. Les exercices peuvent aider à renforcer les muscles, à accroître l'endurance musculaire (de sorte que le muscle se fatigue moins facilement) et à améliorer la coordination (afin que le muscle se contracte plus fort lorsque le risque de fuite est plus grand, p.ex. en cas de toux ou d'éternuement).

Il est important pour la réussite du traitement de contracter les bons muscles et de faire suffisamment d'exercices. Le retour d'information ou la rétroaction biologique sont utilisés pour apprendre aux femmes à contracter les muscles appropriés, leur enseigner quand et comment contracter le muscle pour éviter les fuites, évaluer si la contraction musculaire s'améliore avec le temps, et ils peuvent aussi être utilisés comme 'entraineur' pour l'exercice répétitif. Une méthode commune de retour d'information consiste pour le professionnel de santé à sentir les muscles du plancher pelvien lors d'un examen vaginal et à décrire à quel point les muscles se contractent et se soulèvent bien quand la femme s'exerce. La rétroaction biologique utilise un dispositif vaginal ou anal pour mesurer la pression de contraction du muscle ou l'activité électrique dans le muscle. Le dispositif renvoie cette information à la femme sous forme sonore (le son devient par exemple plus fort quand la contraction augmente) ou visuelle (une lumière plus intense signifiant par exemple une contraction plus forte).

Il est important pour la réussite du traitement de contracter les bons muscles au bon moment et de faire suffisamment d'exercices. Il y avait certaines indications que l'ajout de la rétroaction biologique était bénéfique. Il n'était pas clair cependant si cela n'était pas l'effet du dispositif de rétroaction biologique lui-même. Il est possible que le bénéfice provenait d'avoir passé plus de temps dans la clinique avec le médecin, l'infirmière ou le physiothérapeute.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 17th May, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.