Intervention Review

You have full text access to this OnlineOpen article

Different types of dietary advice for women with gestational diabetes mellitus

  1. Shanshan Han1,*,
  2. Caroline A Crowther2,
  3. Philippa Middleton1,
  4. Emer Heatley2

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 28 MAR 2013

Assessed as up-to-date: 16 OCT 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009275.pub2

How to Cite

Han S, Crowther CA, Middleton P, Heatley E. Different types of dietary advice for women with gestational diabetes mellitus. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 3. Art. No.: CD009275. DOI: 10.1002/14651858.CD009275.pub2.

Author Information

  1. 1

    The University of Adelaide, ARCH: Australian Research Centre for Health of Women and Babies, The Robinson Institute, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, Adelaide, South Australia, Australia

  2. 2

    The University of Adelaide, ARCH: Australian Research Centre for Health of Women and Babies, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, Adelaide, South Australia, Australia

*Shanshan Han, ARCH: Australian Research Centre for Health of Women and Babies, The Robinson Institute, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, The University of Adelaide, Women's and Children's Hospital, 72 King William Road, Adelaide, South Australia, 5006, Australia. shan.han@adelaide.edu.au.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 28 MAR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Gestational diabetes mellitus (GDM) affects a significant number of women each year and is associated with a wide range of adverse outcomes for women and their babies. Dietary counselling is the main strategy in managing GDM, but it remains unclear which dietary therapy is best.

Objectives

To assess the effects of different types of dietary advice for women with GDM on pregnancy outcomes.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (17 May 2012) and the WOMBAT Perinatal Trials Registry (17 April 2012).

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) and cluster-RCTs assessing the effects of different types of dietary advice for women with GDM on pregnancy outcomes.

We intended to compare two or more forms of the same type of dietary advice against each other, i.e. standard dietary advice compared with individualised dietary advice, individual dietary education sessions compared with group dietary education sessions. We intended to compare different intensities of dietary intervention with each other, i.e. single dietary counselling session compared with multiple dietary counselling sessions.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed study eligibility, extracted data and assessed risk of bias of included studies. Data were checked for accuracy.

Main results

We included nine trials; 429 women (436 babies) provided outcome data. All nine included trials had small sample sizes with variation in levels of risk of bias. A total of 11 different types of dietary advice were assessed under six different comparisons, including:

low-moderate glycaemic index (GI) food versus high-moderate GI food,
low-GI diet versus high-fibre moderate-GI diet,
energy-restricted diet versus no energy restriction diet,
low-carbohydrate diet (≤ 45% daily total energy intake from carbohydrate) versus high-carbohydrate diet (≥ 50% daily total energy intake from carbohydrate),
high-monounsaturated fat diet (at least 20% total energy from monounsaturated fat) versus high-carbohydrate diet (at least 50% total energy from carbohydrate),
standard-fibre diet (American Diabetes Association (ADA)  diet) (20 grams fibre/day) versus fibre-enriched diet (80 grams fibre/day).

In the low-moderate GI food versus moderate-high GI food comparison, no significant differences were seen for macrosomia  or large-for-gestational age (LGA), (two trials, 89 babies) (risk ratio (RR) 0.45, 95% confidence interval (CI) 0.10 to 2.08), (RR 0.95, 95% CI 0.27 to 3.36), respectively; or caesarean section (RR 0.66, 95% CI 0.29 to 1.47, one trial, 63 women).

In the low-GI diet versus high-fibre moderate-GI diet comparison, no significant differences were seen for macrosomia or LGA (one trial, 92 babies) (RR 0.32, 95% CI 0.03 to 2.96), (RR 2.87, 95% CI 0.61 to 13.50), respectively; or caesarean section (RR 1.80, 95% CI 0.66 to 4.94, one trial, 88 women).

In the energy-restricted versus unrestricted diet comparison, no significant differences were seen for macrosomia (RR 1.56, 95% CI 0.61 to 3.94, one trial, 122 babies); LGA (RR 1.17, 95% CI 0.65 to 2.12, one trial, 123 babies); or caesarean section (RR 1.18, 95% CI 0.74 to 1.89, one trial, 121 women).

In the low- versus high-carbohydrate diet comparison, none of the 30 babies in a single trial were macrosomic; and no significant differences in caesarean section rates were seen (RR 1.40, 95% CI 0.57 to 3.43, one trial, 30 women).

In the high-monounsaturated fat versus high-carbohydrate diet comparison, neither macrosomia or LGA (one trial 27 babies) (RR 0.65, 95% CI 0.91 to 2.18), (RR 0.54 95% CI 0.21 to 1.37), respectively showed significant differences. Women having a high-monounsaturated fat diet had a significantly higher body mass index (BMI) at birth (mean difference (MD) 3.90 kg/m², 95% CI 2.41 to 5.39, one trial, 27 women) and at six to nine months postpartum (MD 4.10 kg/m², 95% CI 2.34 to 5.86, one trial, 27 women) when compared with those having a high-carbohydrate diet. However, these findings were based on a single, small RCT with baseline imbalance in maternal BMI.

Perinatal mortality was reported in only trial which recorded no fetal deaths in either the energy- restricted or unrestricted diet group.

A single trial comparing ADA diet (20 grams gram fibre/day) with fibre-enriched fibre enriched diet (80 grams gram fibre/day) did not report any of our prespecified primary outcomes.

Very limited data were reported on the prespecified outcomes for each of the six comparisons. Only one trial reported on early postnatal outcomes. No trial reported long-term health outcomes for women and their babies. No data were reported on health service cost or women’s quality of life.

Authors' conclusions

Data for most comparisons were only available from single studies and they are too small for reliable conclusions about which types of dietary advice are the most suitable for women with GDM. Based on the current available evidence, we did not find any significant benefits of the diets investigated.

Further larger trials with sufficient power to assess the effects of different diets for women with GDM on maternal and infant health outcomes are needed. Outcomes such as longer-term health outcomes for women and their babies, women's quality of life and health service cost should be included.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Different types of dietary advice for women with gestational diabetes mellitus

Each year, a significant number of pregnant women around the world develop gestational diabetes mellitus (GDM), defined as glucose intolerance or high blood glucose concentration (hyperglycaemia) that starts or is first recognised during pregnancy. Women with GDM are at risk of having instrumental birth and their babies are more likely to be large for gestational age, have a birthweight of at least 4000 grams and experience birth trauma. Although it is widely accepted that dietary counselling is the main strategy for managing women with GDM, it is not clear which dietary therapy is best. The aim of this review was to assess the effects of different types of dietary advice for women with GDM looking at pregnancy outcomes. A total of nine small randomised trials involving 437 women (444 babies), with outcome data available for 429 women and 436 babies were included in this review. Eleven different types of dietary advice were assessed within six different comparisons, including low- or moderate- glycaemic index (GI) diet compared with high- or mixed-GI diet, low-GI diet compared with high-fibre, moderate-GI diet, energy-restricted diet compared with no energy restriction diet, low-carbohydrate diet compared with high-carbohydrate diet, high-monounsaturated fat diet compared with high-carbohydrate diet, and the standard American Diabetes Association diet providing 20 grams fibre per day compared with fibre-enriched diet providing 80 grams fibre per day. Based on the current available data, we did not find that any one type of dietary advice was more effective than others in reducing the number of births that required instrumental delivery or the number of babies who were large for gestational age or had a birthweight of 4000 grams or more. The included trials had various levels of risk of bias and it remains unclear which diet is the most suitable diet for women with GDM for improving the health of women and their babies in the short and longer term. Larger, well-designed randomised trials are needed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Différents types de conseils diététiques pour les femmes atteintes de diabète gestationnel

Contexte

Le diabète sucré gestationnel (DSG) touche un nombre important de femmes chaque année et est associé à une grande diversité de critères de jugement indésirables pour les femmes et leurs bébés. Les conseils diététiques constituent la principale stratégie de prise en charge du DSG, mais on ignore encore quelle est la thérapie diététique la plus efficace.

Objectifs

Evaluer les effets de différents types de conseils diététiques pour les femmes atteintes de DSG sur les critères d'évaluation de la grossesse.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et l’accouchement (17 mai 2012) et le registre WOMBAT des essais périnataux (17 avril 2012).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) et les ECR en grappes évaluant les effets de différents types de conseils diététiques pour les femmes atteintes de DSG sur les critères d'évaluation de la grossesse.

Notre objectif était de comparer deux formes ou plus de conseils diététiques entre elles, c'est-à-dire des conseils diététiques standard comparé à des conseils diététiques individualisés, des séances d'éducation alimentaire individuelles comparé à des séances d'éducation alimentaire en groupe. Notre objectif était de comparer différentes intensités d'intervention diététique entre elles, c'est-à-dire une séance de conseils alimentaires unique comparé à plusieurs séances d'éducation alimentaire.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont, de manière indépendante, évalué l'éligibilité des études, extrait les données et évalué les risques de biais des études incluses. L'exactitude des données a été vérifiée.

Résultats Principaux

Nous avons inclus neuf essais ; 429 femmes (436 bébés) ont fourni des données concernant les critères de jugement. Les neuf essais inclus avaient des échantillons de petite taille et présentaient des variations des niveaux de risque de biais. Un total de 11 types de conseils diététiques différents ont été évalués dans six comparaisons différentes, à savoir :

l'alimentation à indice glycémique (IG) faible à modéré versus l'alimentation à IG modéré à élevé,
l'alimentation à IG faible versus l'alimentation riche en fibres, à IG modéré,
l'alimentation hypocalorique versus l'alimentation sans limites caloriques,
l'alimentation pauvre en glucides (≤ 45 % d'apports énergétiques totaux quotidiens provenant des glucides) versus l'alimentation riche en glucides (≥ 50 % d'apports énergétiques totaux quotidiens provenant des glucides),
l'alimentation riche en graisses mono-insaturées (au moins 20 % de l'énergie totale provenant des graisses mono-insaturées) versus l'alimentation riche en glucides (au moins 50 % de l'énergie totale provenant des glucides),
l'alimentation à taux de fibres standard (régime de l'Association américaine du Diabète (ADA, pour American Diabetes Association))(20 grammes de fibres/jour) versus une alimentation enrichie en fibres (80 grammes de fibres/jour).

Dans la comparaison de l'alimentation à IG faible à modéré versus l'alimentation à IG modéré à élevé, on n'a observé aucune différence significative pour la macrosomie ou le fait d'être gros pour l'âge gestationnel (GAG), (deux essais, 89 bébés) (risque relatif (RR) 0,45, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,10 à 2,08), (RR 0,95, IC à 95 % 0,27 à 3,36), respectivement ; ou la césarienne (RR 0,66, IC à 95 % 0,29 à 1,47, un essai, 63 femmes).

Dans la comparaison de l'alimentation à IG faible versus l'alimentation riche en fibres, à IG modéré, on n'a observé aucune différence significative pour la macrosomie ou le GAG (un essai, 92 bébés) (RR 0,32, IC à 95 % 0,03 à 2,96), (RR 2,87, IC à 95 % 0,61 à 13,50), respectivement ; ou la césarienne (RR 1,80, IC à 95 % 0,66 à 4,94, un essai, 88 femmes).

Dans la comparaison de l'alimentation hypocalorique versus l'alimentation sans limites caloriques, on n'a observé aucune différence significative pour la macrosomie (RR, 1,56, IC à 95 % 0,61 à 3,94, un essai, 122 bébés) ; le GAG (RR 1,17, IC à 95 % 0,65 à 2,12, un essai, 123 bébés) ; ou la césarienne (RR 1,18, IC à 95 % 0,74 à 1,89, un essai, 121 femmes).

Dans la comparaison de l'alimentation pauvre en glucides versus riche en glucides, aucun des 30 bébés dans un essai unique n'était macrosomique et aucune différence significative n'a été observée concernant les taux de césarienne (RR 1,40, IC à 95 % 0,57 à 3,43, un essai 30 femmes).

Dans la comparaison de l'alimentation riche en graisses mono-insaturées versus riche en glucides, ni la macrosomie ni le GAG (un essai, 27 bébés) (RR 0,65, IC à 95 % 0,91 à 2,18), (RR 0,54, IC à 95 % 0,21 à 1,37), respectivement, n'ont montré de différences significatives. Les femmes ayant une alimentation riche en graisses mono-insaturées présentaient un indice de masse corporelle (IMC) significativement plus élevé à l'accouchement (différence moyenne (DM) 3,90 kg/m², IC à 95 % 2,41 à 5,39, un essai, 27 femmes) et six à neuf mois après la naissance (DM 4,10 kg/m², IC à 95 % 2,34 à 5,86, un essai, 27 femmes) comparé à celles ayant une alimentation riche en glucides. Cependant, ces résultats étaient basés sur un ECR unique, de petite taille, avec un déséquilibre de l'IMC maternel à l'origine.

La mortalité périnatale a été rapportée uniquement dans l'essai n'ayant enregistré aucun décès fœtal dans le groupe à alimentation hypocalorique ou à alimentation sans limites caloriques.

Un essai unique comparant l'alimentation ADA (20 grammes de fibres/jour) à l'alimentation enrichie en fibres (80 grammes de fibres/jour) n'a rapporté aucun de nos critères de jugement primaires pré-spécifiés.

Très peu de données ont été rapportées sur les critères de jugement pré-spécifiés pour chacune des six comparaisons. Un seul essai a rapporté des données sur les critères de jugement postnataux précoces. Aucun essai n'a rapporté de données sur les critères de jugement de santé à long terme pour les femmes et leurs bébés. Aucune donnée concernant le coût des services de santé ou la qualité de vie des femmes n'a été rapportée.

Conclusions des auteurs

Les données concernant la plupart des comparaisons n'ont été tirées que d'études uniques et sont insuffisantes pour établir des conclusions fiables quant aux types de conseils diététiques les plus adaptés pour les femmes atteintes d'un DSG. Sur la base des preuves disponibles actuellement, nous n'avons trouvé aucun bénéfice significatif des régimes étudiés.

Des essais supplémentaires, de plus grande taille, évaluant les effets de différents régimes alimentaires pour les femmes atteintes d'un DSG sur les critères de santé des mères et des nourrissons devront être réalisés. Des critères, tels que des critères de santé à plus long terme pour les femmes et leurs bébés, la qualité de vie des femmes et le coût des services de santé, devront être inclus.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Différents types de conseils diététiques pour les femmes atteintes de diabète gestationnel

Différents types de conseils diététiques pour les femmes atteintes de diabète gestationnel

Chaque année, à travers le monde, un grand nombre de femmes enceintes développent un diabète sucré gestationnel (DSG) ; celui-ci étant défini comme une intolérance au glucose ou une forte concentration de glucose dans le sang (hyperglycémie) qui débute ou est observée pour la première fois pendant la grossesse. Les femmes atteintes d'un DSG présentent un risque d'accouchement avec assistance instrumentale et leurs bébés sont plus susceptibles d'être gros pour l'âge gestationnel, d'avoir un poids de naissance d'au moins 4 000 grammes et de subir un traumatisme à la naissance. Bien qu'il soit couramment admis que les conseils diététiques constituent la principale stratégie de prise en charge des femmes atteintes de DSG, on ignore quelle est la thérapie diététique la plus efficace. L'objectif de cette revue était d'évaluer les effets de différents types de conseils diététiques pour les femmes atteintes de DSG concernant les critères d'évaluation de la grossesse. Un total de neuf essais randomisés de petite taille, portant sur 437 femmes (444 bébés) et ayant fourni des données de résultat pour 429 femmes et 436 bébés, ont été inclus dans cette revue. Onze types différents de conseils diététiques ont été évalués dans six comparaisons différentes, à savoir l'alimentation à indice glycémique (IG) faible ou modéré comparé à l'alimentation à IG élevé ou mixte, l'alimentation à IG faible comparé à l'alimentation riche en fibres, à IG modéré, l'alimentation hypocalorique comparé à l'alimentation sans limites caloriques, l'alimentation pauvre en glucides comparé à l'alimentation riche en glucides, l'alimentation riche en graisses mono-insaturées comparée à l'alimentation riche en glucides et l'alimentation standard de l'Association américaine du Diabète fournissant 20 grammes de fibres par jour comparé à une alimentation enrichie en fibres fournissant 80 grammes de fibres par jour. Sur la base des données actuellement disponibles, nous n'avons pas trouvé qu'un type de conseils diététiques était plus efficace que les autres pour réduire le nombre de naissances ayant nécessité un accouchement avec assistance instrumentale ou le nombre de bébés gros pour l'âge gestationnel ou ayant eu un poids de naissance de 4 000 grammes ou plus. Les essais inclus présentaient des niveaux de risque de biais divers et on ignore encore quelle alimentation est la plus adaptée pour les femmes atteintes d'un DSG afin d'améliorer la santé des femmes et de leurs bébés à court et à long terme. Des essais randomisés bien conçus et de plus grande taille devront être effectués.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux pour la France: Minist�re en charge de la Sant�