Intervention Review

Interventions for preventing recurrent urinary tract infection during pregnancy

  1. Caroline Schneeberger1,*,
  2. Suzanne E Geerlings2,
  3. Philippa Middleton3,
  4. Caroline A Crowther4

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 14 NOV 2012

Assessed as up-to-date: 3 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009279.pub2

How to Cite

Schneeberger C, Geerlings SE, Middleton P, Crowther CA. Interventions for preventing recurrent urinary tract infection during pregnancy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 11. Art. No.: CD009279. DOI: 10.1002/14651858.CD009279.pub2.

Author Information

  1. 1

    ARCH: Australian Research Centre for Health of Women and Babies, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, The University of Adelaide, Adelaide, Australia, Department of Epidemiology, University Medical Center Groningen (UMCG), University of Groningen, Groningen, The Netherlands; Department of Infectious Diseases, Tropical Medicine and AIDS Academic Medical Center, Amsterdam, The Netherlands, Amsterdam, Netherlands

  2. 2

    Academic Medical Center (AMC), Department of Internal Medicine, Division of Infectious Diseases, Center for Infection and Immunity, Amsterdam, Netherlands

  3. 3

    Robinson Institute, The University of Adelaide, ARCH: Australian Research Centre for Health of Women and Babies, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, Adelaide, South Australia, Australia

  4. 4

    The University of Adelaide, ARCH: Australian Research Centre for Health of Women and Babies, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, Adelaide, South Australia, Australia

*Caroline Schneeberger, Department of Infectious Diseases, Tropical Medicine and AIDS, Academic Medical Center, Meibergdreef 9, Amsterdam, Noord Holland, 1105 AZ, Netherlands. carolineschneeberger@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 14 NOV 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Recurrent urinary tract infections (RUTI) are common in women who are pregnant and may cause serious adverse pregnancy outcomes for both mother and child including preterm birth and small-for-gestational-age babies. Interventions used to prevent RUTI in women who are pregnant can be pharmacological (antibiotics) or non-pharmacological (cranberry products, acupuncture, probiotics and behavioural modifications). So far little is known about the best way to prevent RUTI in pregnant women.

Objectives

To assess the effects of interventions for preventing recurrent urinary tract infections in pregnant women.

The primary maternal outcomes were RUTI before birth (variously defined) and preterm birth (before 37 weeks). The primary infant outcomes were small-for-gestational age and total mortality.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (8 June 2012) and reference lists of retrieved articles.

Selection criteria

Published, unpublished and ongoing randomised controlled trials (RCTs), quasi-RCTs, clustered-randomised trials and abstracts of any intervention (pharmacological and non-pharmacological) for preventing RUTI during pregnancy (compared with another intervention, placebo or with usual care).

Data collection and analysis

Two review authors independently evaluated the one identified trial for inclusion and assessed trial quality. Two review authors extracted data. Data were checked for accuracy.

Main results

The review included one trial involving 200 women. The trial compared a daily dose of nitrofurantoin and close surveillance (regular clinic visit, urine cultures and antibiotics when a positive culture was found) with close surveillance only. No significant differences were found for the primary outcomes: recurrent pyelonephritis (risk ratio (RR) 0.89, 95% confidence interval (CI) 0.31 to 2.53, one study, 167 women), recurrent urinary tract infection before birth (RR 0.30, 95% CI 0.06 to 1.38; one study 167 women) and preterm birth (before 37 weeks) (RR 1.18, 95% CI 0.42 to 3.35; one study 147 women). The incidence of asymptomatic bacteriuria (ASB) (at least 103 colonies per mL) (secondary outcome), only reported in women with a clinic attendance rate of more than 90% (RR 0.55, 95% CI 0.34 to 0.89; one study, 102 women), was significantly reduced in women who received nitrofurantoin and close surveillance.

Authors' conclusions

A daily dose of nitrofurantoin and close surveillance has not been shown to prevent RUTI compared with close surveillance alone. A significant reduction of ASB was found in women with a high clinic attendance rate and who received nitrofurantoin and close surveillance. There was limited reporting of both primary and secondary outcomes for both women and infants. No conclusions can be drawn regarding the optimal intervention to prevent RUTI in women who are pregnant. Randomised controlled trials comparing different pharmacological and non-pharmacological interventions are necessary to investigate potentially effective interventions to prevent RUTI in women who are pregnant.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions for preventing recurrent urinary tract infections during pregnancy

Recurrent urinary tract infections (RUTI) are common in women generally and particularly in pregnant women. A urinary tract infection (UTI) is an infection of the urinary tract (bladder, kidneys) due to the presence of bacteria in the urine (bacteriuria). During pregnancy UTI may be a serious complication that is associated with adverse pregnancy outcomes for both mother and child including preterm birth and small-for-gestational-age babies. Therefore, it is important to define the optimal intervention for preventing RUTI during pregnancy to improve pregnancy outcomes. Interventions used to prevent RUTI in pregnant women can be pharmacological (antibiotics) or non-pharmacological (cranberry products, acupuncture, probiotics and behavioural modifications). So far little is known about the best way to prevent RUTI in pregnant women.

This review identified one study involving 200 pregnant women who received nitrofurantoin (antibiotics) and close surveillance (regular clinic visit, urine cultures and antibiotics when a positive culture was found) or close surveillance alone. Suppressive therapy with daily dose of nitrofurantoin and close surveillance was not shown to prevent RUTI compared with close surveillance alone. A significant reduction of asymptomatic bacteriuria (presence of bacteria in the urine without the symptoms of a UTI) was found in women with a high clinic attendance rate who received nitrofurantoin and close surveillance. Due to lack of evidence no conclusions can be drawn. Future randomised controlled trials comparing different pharmacological and non-pharmacological interventions are necessary to assess the optimal intervention to prevent RUTI in women who are pregnant. Such trials should report on a comprehensive range of outcomes for both women and infants.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour la prévention de l'infection urinaire récidivante au cours de la grossesse

Contexte

Les infections urinaires récidivantes (UIR) sont fréquentes chez les femmes enceintes et peuvent entraîner de graves complications de la grossesse, tant pour la mère que pour l'enfant, notamment un accouchement prématuré et une petite taille pour l'âge gestationnel. Les interventions utilisées en prévention de l'UIR chez les femmes enceintes peuvent être pharmacologiques (antibiotiques) ou non (produits à base de canneberge, acupuncture, probiotiques et modifications de l'hygiène de vie). À ce jour, on ne sait pas vraiment quel est le meilleur moyen d'éviter l'UIR chez la femme enceinte.

Objectifs

Évaluer les effets des interventions pour la prévention des infections urinaires récidivantes chez la femme enceinte.

Les critères d'évaluation principaux pour la mère étaient l'UIR avant l'accouchement (avec des définitions variables) et l'accouchement prématuré (avant 37 semaines). Les critères d'évaluation principaux pour l'enfant étaient la petite taille pour l'âge gestationnel et la mortalité totale.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (8 juin 2012) et dans les références bibliographiques des articles trouvés.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés (ECR) publiés, non-publiés et en cours, quasi-ECR, essais randomisés en grappes et résumés de toute intervention (pharmacologique et non-pharmacologique) pour la prévention de l'UIR au cours de la grossesse (par rapport à une autre intervention, un placebo ou aux soins habituels).

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué le seul essai identifié à inclure et en ont étudié la qualité. Deux auteurs de la revue ont extrait des données. L'exactitude des données a été vérifiée.

Résultats Principaux

La revue a inclus un essai portant sur 200 femmes. L'essai a comparé une dose quotidienne de nitrofurantoïne associée à une surveillance étroite (visite régulière à la clinique, urocultures et antibiotiques en cas de résultat positif) à une surveillance étroite seule. Aucune différence significative n'a été décelée en ce qui concerne les critères principaux : pyélonéphrite récidivante (risque relatif (RR) 0,89, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,31 à 2,53, une étude, 167 femmes), infection urinaire récidivante avant l'accouchement (RR 0,30, IC à 95 % de 0,06 à 1,38 ; une étude, 167 femmes) et accouchement prématuré (avant 37 semaines) (RR 1,18, IC à 95 % de 0,42 à 3,35 ; une étude, 147 femmes). L'incidence de bactériurie asymptomatique (BAS) (au moins 103 colonies par ml) (critère d'évaluation secondaire), rapporté uniquement chez les femmes ayant un taux de fréquentation de clinique de plus de 90 % (RR 0,55, IC à 95 % de 0,34 à 0,89 ; une étude, 102 femmes), était significativement réduite chez les femmes ayant reçu de la nitrofurantoïne associée à une surveillance étroite.

Conclusions des auteurs

La dose quotidienne de nitrofurantoïne associée une surveillance étroite n'a pas semblé prévenir l'UIR par rapport à la surveillance seule. Une réduction significative de la BAS a été observée chez les femmes ayant un taux de fréquentation de clinique élevé et ayant reçu de la nitrofurantoïne et bénéficié d'une surveillance étroite. Peu de résultats ont été rapportés pour les critères d'évaluation principaux et secondaires pour la mère et l'enfant. On ne peut tirer aucune conclusion quant à l'intervention optimale dans la prévention de l'UIR chez la femme enceinte. D'autres essais contrôlés randomisés comparant les différentes interventions pharmacologiques et non-pharmacologiques sont nécessaires pour étudier les interventions potentiellement efficaces dans la prévention de l'UIR chez la femme enceinte.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour la prévention de l'infection urinaire récidivante au cours de la grossesse

Interventions pour la prévention des infections urinaires récidivantes au cours de la grossesse

Les infections urinaires récidivantes (IUR) sont fréquentes chez les femmes en général, et en particulier chez les femmes enceintes. L'infection urinaire (UI) est une infection des voies urinaires (vessie, reins) due à la présence de bactéries dans l'urine (bactériurie). Au cours de la grossesse, l'UI peut être une complication grave avec des conséquences indésirables, tant pour la mère que pour l'enfant, notamment l'accouchement prématuré et une petite taille pour l'âge gestationnel. Par conséquent, il est important de définir quelle est l'intervention optimale pour prévenir l'UIR au cours de la grossesse afin d'améliorer l'issue de la grossesse. Les interventions utilisées en prévention de l'UIR chez les femmes enceintes peuvent être pharmacologiques (antibiotiques) ou non (produits à base de canneberge, acupuncture, probiotiques et modifications de l'hygiène de vie). À ce jour, on ne sait pas vraiment quelle est le meilleur moyen d'éviter l'UIR chez la femme enceinte.

Cette revue a identifié une étude portant sur 200 femmes enceintes qui ont reçu de la nitrofurantoïne (antibiotique) et ont fait l'objet d'une surveillance étroite (visite clinique régulière, urocultures et antibiotiques en cas de résultat positif) ou ont seulement fait l'objet d'une surveillance étroite. Le traitement suppressif par une dose quotidienne de nitrofurantoïne et une surveillance étroite n'ont pas semblé prévenir l'UIR par rapport à la surveillance seule. Une réduction significative de la bactériurie asymptomatique (présence de bactéries dans l'urine sans les symptômes d'une UI) a été observée chez les femmes ayant un taux élevé de fréquentation des cliniques ayant reçu la nitrofurantoïne et bénéficié d'une étroite surveillance. En raison du manque de preuves, aucune conclusion ne peut être tirée. D'autres essais contrôlés randomisés comparant les différentes interventions pharmacologiques et non-pharmacologiques sont nécessaires pour évaluer quelle est l'intervention optimale dans la prévention de l'UIR chez la femme enceinte. Ces essais doivent étudier une vaste palette de paramètres cliniques, tant pour la mère que pour l'enfant.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th October, 2013
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�