Lacosamide for neuropathic pain and fibromyalgia in adults

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Leslie Hearn,

    1. University of Oxford, Pain Research and Nuffield Department of Clinical Neurosciences (Nuffield Division of Anaesthetics), Oxford, Oxfordshire, UK
    Search for more papers by this author
  • Sheena Derry,

    1. University of Oxford, Pain Research and Nuffield Department of Clinical Neurosciences (Nuffield Division of Anaesthetics), Oxford, Oxfordshire, UK
    Search for more papers by this author
  • R Andrew Moore

    Corresponding author
    1. University of Oxford, Pain Research and Nuffield Department of Clinical Neurosciences (Nuffield Division of Anaesthetics), Oxford, Oxfordshire, UK
    • R Andrew Moore, Pain Research and Nuffield Department of Clinical Neurosciences (Nuffield Division of Anaesthetics), University of Oxford, Pain Research Unit, Churchill Hospital, Oxford, Oxfordshire, OX3 7LE, UK. andrew.moore@ndcn.ox.ac.uk.

    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Antiepileptic drugs have been used in pain management since the 1960s; some seem to be especially useful for neuropathic pain. Lacosamide is an antiepileptic drug that has recently been investigated for neuropathic pain relief, although it failed to get approval for painful diabetic peripheral neuropathy from either the Food and Drug Administration or the European Medicines Agency.

Objectives

To evaluate the analgesic efficacy and adverse effects of lacosamide in the management of chronic neuropathic pain or fibromyalgia.

Search methods

We searched the Cochrane Neuromuscular Disease Group Specialized Register (2011, Issue 4), CENTRAL (2011, Issue 3), MEDLINE (January 2000 to August 2011) and EMBASE (2000 to August 2011) without language restriction, together with reference lists of retrieved papers and reviews.

Selection criteria

We included randomised, double-blind studies of eight weeks duration or longer, comparing lacosamide with placebo or another active treatment in chronic neuropathic pain or fibromyalgia.

Data collection and analysis

Two review authors independently extracted data for efficacy and adverse events and examined issues of study quality, including risk of bias assessments. Where possible, we calculated numbers needed to treat to benefit from dichotomous data for effectiveness, adverse events and study withdrawals.

Main results

We included six studies; five (1863 participants) in painful diabetic neuropathy (PDN) and one (159 participants) in fibromyalgia. All were placebo-controlled and titrated to a target dose of 200 mg, 400 mg or 600 mg lacosamide daily, given as a divided dose. Study reporting quality was generally good, although the imputation method of last observation carried forward used in analyses of the primary outcomes is known to known to impart major bias where, as here, adverse event withdrawal rates were high. This, together with small numbers of patients and events for most outcomes at most doses meant that most results were of low quality, with moderate quality evidence available for some efficacy outcomes for 400 mg lacosamide.

There were too few data for analysis of the 200 mg dose for painful diabetic neuropathy or any dose for fibromyalgia.

In painful diabetic neuropathy, lacosamide 400 mg provided statistically increased rates of achievement of "moderate" and "substantial" benefit (at least 30% and at least 50% reduction from baseline in patient-reported pain respectively) and the patient global impression of change outcome of "much or very much improved". In each case the extra proportion benefiting above placebo was about 10%, yielding numbers needed to treat to benefit compared with placebo of 10 to 12. For lacosamide 600 mg there was no consistent benefit over placebo.

There was no significant difference between any dose of lacosamide and placebo for participants experiencing any adverse event or a serious adverse event, but adverse event withdrawals showed a significant dose response. The number needed to treat to harm for adverse event withdrawal was 11 for lacosamide 400 mg and 4 for the 600 mg dose.

Authors' conclusions

Lacosamide has limited efficacy in the treatment of peripheral diabetic neuropathy. Higher doses did not give consistently better efficacy, but were associated with significantly more adverse event withdrawals. Where adverse event withdrawals are high with active treatment compared with placebo and when last observation carried forward imputation is used, as in some of these studies, significant overestimation of treatment efficacy can result. It is likely, therefore, that lacosamide is without any useful benefit in treating neuropathic pain; any positive interpretation of the evidence should be made with caution if at all.

Résumé scientifique

Le lacosamide contre la douleur neuropathique et la fibromyalgie chez l'adulte

Contexte

Les médicaments antiépileptiques sont utilisés dans la gestion de la douleur depuis les années 1960 ; certains semblent être particulièrement utiles pour la douleur neuropathique. Le lacosamide est un médicament antiépileptique qui a fait récemment l'objet d'études concernant le soulagement de la douleur neuropathique, même s'il n'a pas reçu d'approbation pour la neuropathie diabétique périphérique douloureuse, ni de la Food and Drug Administration, ni de l'Agence européenne du Médicament.

Objectifs

Évaluer l'efficacité analgésique et les effets indésirables du lacosamide dans la gestion de la douleur neuropathique chronique ou de la fibromyalgie.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires (2011, numéro 4), CENTRAL (2011, numéro 3), MEDLINE (de janvier 2000 à août 2011) et EMBASE (de 2000 à août 2011) sans restriction concernant la langue, ainsi que dans les références bibliographiques des articles et revues examinés.

Critères de sélection

Nous avons inclus les études randomisées, en double aveugle, d'une durée de huit semaines ou plus, comparant le lacosamide à un placebo ou à un autre traitement actif contre la douleur neuropathique chronique ou la fibromyalgie.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données relatives à l'efficacité et aux événements indésirables et examiné les questions de qualité des études, notamment les évaluations des risques de biais. Lorsque cela était possible, nous avons calculé le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice du traitement à partir de données dichotomiques concernant l'efficacité, les événements indésirables et les abandons d'étude.

Résultats principaux

Nous avons inclus six études ; cinq (1 863 participants) portant sur la neuropathie diabétique douloureuse (NDD) et une (159 participants) sur la fibromyalgie. Toutes étaient contrôlées par placebo et administraient une dose cible de 200 mg, 400 mg ou 600 mg de lacosamide par jour, en dose fractionnée. La qualité des comptes-rendus des études était généralement bonne, même si on sait que la méthode LOCF (last observation carried forward) utilisée dans les analyses des résultats principaux donne un biais important lorsque, comme c'est le cas ici, les taux d'abandons en raison d'événements indésirables sont élevés. Combiné aux faibles nombres de patients et d'événements pour la plupart des résultats avec la plupart des doses, cela explique que la plupart des résultats aient été de qualité médiocre, des preuves de qualité modérée étant disponibles pour certains résultats d'efficacité avec le lacosamide à 400 mg.

Les données étaient insuffisantes pour l'analyse de la dose de 200 mg pour la neuropathie diabétique douloureuse ou pour toutes les doses concernant la fibromyalgie.

Dans la neuropathie diabétique douloureuse, le lacosamide à 400 mg a donné des taux statistiquement accrus d'obtention d'un bénéfice « modéré » et « substantiel » (au moins 30 % et au moins 50 % de réduction de la douleur signalée par le patient par rapport à l'origine, respectivement) et un résultat concernant l'impression de changement globale du patient de « très amélioré à vraiment très amélioré ». Dans chaque cas, la proportion supplémentaire de patients ressentant un bénéfice supérieur au placebo était d'environ 10 %, donnant un nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice du traitement, comparé au placebo, de 10 à 12. Pour le lacosamide à 600 mg, aucun bénéfice constant n'a été observé par rapport au placebo.

Aucune différence significative n'a été constatée entre les doses de lacosamide et le placebo pour les patients ressentant un événement indésirable ou un événement indésirable grave, mais les abandons en raison d'événements indésirables ont montré une relation dose-réponse significative. Le nombre de patients à traiter pour observer un effet indésirable du traitement concernant l'abandon en raison d'événements indésirables était de 11 pour le lacosamide à 400 mg et de 4 pour la dose de 600 mg.

Conclusions des auteurs

Le lacosamide a une efficacité limitée dans le traitement de la neuropathie diabétique périphérique. Des doses élevées n'ont pas donné une meilleure efficacité de manière constante, mais ont été associées à un nombre significativement plus important d'abandons en raison d'événements indésirables. Lorsque les abandons en raison d'événements indésirables sont importants avec un traitement actif comparé au placebo et lorsque la méthode LOCF (last observation carried forward) est utilisée, comme c'est le cas dans certaines de ces études, on peut obtenir une surestimation significative de l'efficacité du traitement. Il est donc probable que le lacosamide ne présente aucun bénéfice utile dans le traitement de la douleur neuropathique ; toute interprétation positive des preuves doit, le cas échéant, être faite avec précaution.

Notes de traduction

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Plain language summary

Lacosamide for neuropathic pain and fibromyalgia in adults

Antiepileptic drugs like lacosamide are commonly used for treating neuropathic pain, usually defined as pain due to damage to nerves. This would include postherpetic neuralgia (persistent pain experienced in an area previously affected by shingles), painful diabetic neuropathy, nerve injury pain, phantom limb pain and trigeminal neuralgia; fibromyalgia also responds to some antiepileptic drugs. This type of pain can be severe and long-lasting, is associated with lack of sleep, fatigue, depression and a reduced quality of life. This review included five studies in painful diabetic neuropathy (1863 participants) and one in fibromyalgia (159 participants). In people with painful diabetic neuropathy, lacosamide had only a modest effect, with a specific effect due to its use in 1 person in 10. This is a minor effect and may be an over-estimate due to use of the last observation carried forward method for analysis. There was insufficient information in fibromyalgia to draw any conclusions about the effect of lacosamide. There was no significant difference between lacosamide and placebo for participants with any, or a serious, adverse event, but there were significantly more adverse event withdrawals with lacosamide. Regulatory authorities have not licensed lacosamide for treating pain based on evidence presently available.

Résumé simplifié

Le lacosamide contre la douleur neuropathique et la fibromyalgie chez l'adulte

Les médicaments antiépileptiques, tels que le lacosamide, sont couramment utilisés pour traiter la douleur neuropathique, généralement définie comme la douleur due aux lésions nerveuses. Celle-ci comprend la névralgie post-herpétique (douleur persistante ressentie dans une zone précédemment affectée par un zona), la neuropathie diabétique douloureuse, la douleur liée aux lésions nerveuses, la douleur du membre fantôme et la névralgie du trijumeau ; la fibromyalgie réagit également à certains médicaments antiépileptiques. Ces types de douleurs peuvent être graves et prolongés ; ils sont associés à un manque de sommeil, à la fatigue, à la dépression et à une qualité de vie dégradée. Cette revue a inclus cinq études sur la neuropathie diabétique douloureuse (1 863 participants) et une sur la fibromyalgie (159 participants). Chez les personnes atteintes de neuropathie diabétique douloureuse, le lacosamide n'avait qu'un effet modeste, un effet spécifique ayant été observé en raison de son utilisation chez 1 personne sur 10. Il s'agit d'un effet mineur, peut-être surestimé du fait de l'utilisation de la méthode d'analyse LOCF (last observation carried forward). Les informations n'étaient pas suffisantes concernant la fibromyalgie pour pouvoir tirer des conclusions quant à l'effet du lacosamide. Aucune différence significative n'a été observée entre le lacosamide et le placebo chez les participants présentant un événement indésirable, voire un événement indésirable grave, mais il a été constaté un nombre significativement plus important d'abandons en raison d'événements indésirables avec le lacosamide. Les autorités de réglementation n'ont pas homologué le lacosamide pour le traitement de la douleur sur la base des preuves actuellement disponibles.

Notes de traduction

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary