Get access

Interventions for tobacco use prevention in Indigenous youth

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Tobacco use in Indigenous populations (people who have inhabited a country for thousands of years) is often double that in the non-Indigenous population. Addiction to nicotine usually begins during early adolescence and young people who reach the age of 18 as non-smokers are unlikely to become smokers thereafter. Indigenous youth in particular commence smoking at an early age, and a disproportionate burden of substance-related morbidity and mortality exists as a result.

Objectives

To evaluate the effectiveness of intervention programmes to prevent tobacco use initiation or progression to regular smoking amongst young Indigenous populations and to summarise these approaches for future prevention programmes and research.

Search methods

The Cochrane Tobacco Addiction Group Specialised Register was searched in November 2011, with additional searches run in MEDLINE. Online clinical trial databases and publication references were also searched for potential studies.

Selection criteria

We included randomized and non-randomized controlled trials aiming to prevent tobacco use initiation or progression from experimentation to regular tobacco use in Indigenous youth. Interventions could include school-based initiatives, mass media, multi-component community level interventions, family-based programmes or public policy.

Data collection and analysis

Data pertaining to methodology, participants, interventions and outcomes were extracted by one reviewer and checked by a second, whilst information on risk of bias was extracted independently by a combination of two reviewers. Studies were assessed by qualitative narrative synthesis, as insufficient data were available to conduct a meta-analysis. The review process was examined by an Indigenous (Aboriginal) Australian for applicability, acceptability and content.

Main results

Two studies met all of the eligibility criteria for inclusion within the review and a third was identified as ongoing. The two included studies employed multi-component community-based interventions tailored to the specific cultural aspects of the population and were based in Native American populations (1505 subjects in total). No difference was observed in weekly smoking at 42 months follow-up in the one study assessing this outcome (skills-community group versus control: risk ratio [RR] 0.95, 95% CI 0.78 to 1.14; skills-only group versus control: RR 0.86, 95% CI 0.71 to 1.05). For smokeless tobacco use, no difference was found between the skills-community arm and the control group at 42 weeks (RR 0.93, 95% CI 0.67 to 1.30), though a significant difference was observed between the skills-only arm and the control group (RR 0.57, 95% CI 0.39 to 0.85). Whilst the second study found positive changes for tobacco use in the intervention arm at post test (p < 0.05), this was not maintained at six month follow-up (change score -0.11 for intervention and 0.07 for control). Both studies were rated as high or unclear risk of bias in seven or more domains (out of a total of 10).

Authors' conclusions

Based on the available evidence, a conclusion cannot be drawn as to the efficacy of tobacco prevention initiatives tailored for Indigenous youth. This review highlights the paucity of data and the need for more research in this area. Smoking prevalence in Indigenous youth is twice that of the non-Indigenous population, with tobacco experimentation commencing at an early age. As such, a significant health disparity exists where Indigenous populations, a minority, are over-represented in the burden of smoking-related morbidity and mortality. Methodologically rigorous trials are needed to investigate interventions aimed at preventing the uptake of tobacco use amongst Indigenous youth and to assist in bridging the gap between tobacco-related health disparities in Indigenous and non-Indigenous populations.

Résumé scientifique

Interventions pour la prévention du tabagisme chez les jeunes autochtones

Contexte

L'usage du tabac dans les populations autochtones (les gens habitant un pays depuis des milliers d'années) est souvent le double de ce qu'il est dans la population non autochtone. La dépendance à la nicotine commence généralement au début de l'adolescence et les jeunes qui ne sont pas fumeurs à l'âge de 18 ans sont peu susceptibles de le devenir par la suite. Les jeunes autochtones, en particulier, commencent à fumer à un âge précoce, d'où leur part disproportionnée dans la morbidité et la mortalité liées aux substances.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des programmes d'intervention pour la prévention de l'initiation au tabagisme ou de l'évolution vers un usage régulier du tabac chez les jeunes des populations autochtones et résumer ces approches pour les programmes de prévention et les recherches futurs.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le tabagisme en novembre 2011 et des recherches supplémentaires dans MEDLINE. Nous avons également recherché des études potentielles dans des bases de données d'essais cliniques et dans des bibliographies de publications.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés et non randomisés visant à prévenir l'initiation au tabagisme ou le passage de l'expérimentation à un usage régulier du tabac chez les jeunes autochtones. Les interventions pouvaient être notamment des initiatives scolaires ou médiatiques, des interventions à composantes multiples au niveau communautaire, des programmes basés sur la famille ou des politiques publiques.

Recueil et analyse des données

Les données relatives à la méthodologie, aux participants, aux interventions et aux résultats ont été extraites par un auteur de la revue et vérifiées par un deuxième, tandis que l'information sur le risque de biais a été extraite indépendamment par un groupe de deux auteurs. Les études ont été évaluées par synthèse narrative qualitative car il n'y avait pas suffisamment de données disponibles pour effectuer une méta-analyse. L'applicabilité, l'acceptabilité et le contenu du processus de revue ont été examinés par un australien autochtone (aborigène).

Résultats principaux

Deux études remplissaient tous les critères d'éligibilité à l'inclusion dans la revue et une troisième en cours a été identifiée. Les deux études incluses avaient employé des interventions communautaires à composantes multiples adaptées aux spécificités culturelles de la population et étaient centrées sur des populations amérindiennes (1 505 sujets au total). Aucune différence n'avait été observée quant à la consommation hebdomadaire de tabac au bout de 42 mois dans la seule étude ayant évalué ce critère (groupe compétences-communauté versus contrôle : risque relatif [RR] 0,95, IC à 95 % 0,78 à 1,14 ; groupe compétences seules versus contrôle : RR 0,86, IC à 95 % 0,71 à 1,05). Pour l'usage de tabac sans fumée, aucune différence n'a été trouvée entre le groupe compétences-communauté et le groupe de contrôle après 42 semaines (RR 0,93, IC à 95 % 0,67 à 1,30), mais une différence significative a été observée entre le groupe de seules compétences et le groupe de contrôle (RR 0,57, IC à 95 % 0,39 à 0,85). Alors que la deuxième étude avait constaté des changements positifs dans l'usage du tabac dans le groupe de l'intervention au post-test (p < 0,05), cela ne s'était pas maintenu après six mois (changement du score de -0,11 pour le groupe d'intervention et de 0,07 pour le contrôle). Les deux études avaient été considérées comme présentant un risque élevé ou incertain de biais dans au moins sept domaines (sur un total de 10).

Conclusions des auteurs

Sur la base des données disponibles, aucune conclusion ne peut être tirée quant à l'efficacité des initiatives de prévention du tabagisme conçues pour les jeunes autochtones. La revue met en évidence l'insuffisance des données et le besoin de recherches supplémentaires dans ce domaine. La prévalence du tabagisme chez les jeunes autochtones est deux fois plus élevée que dans la population non autochtone, l'initiation au tabac commençant à un âge précoce. C'est ainsi qu'une disparité importante existe au niveau de la santé, faisant que les populations autochtones, une minorité, sont surreprésentées dans la morbidité et la mortalité liées au tabagisme. Des essais méthodologiquement rigoureux sont nécessaires pour examiner les interventions visant à prévenir l'adoption de l'usage du tabac chez les jeunes autochtones et à atténuer les disparités de santé liées au tabac entre les populations autochtones et non autochtones.

Plain language summary

Can smoking prevention interventions targeted at Indigenous youth prevent Indigenous youth from starting to smoke or use other tobacco products?

In Indigenous populations, the number of people who smoke has not fallen as it has in the wider communities around them. Young people remain at particular risk of taking up smoking. The associated harms to health are unacceptable. This review found that there is not enough published research evaluating programmes aiming to prevent Indigenous youth from starting to use tobacco. Information from the two included studies in this review (1505 participants in total, in Native American communities) does not allow a conclusion to be drawn as to whether tobacco prevention programmes in Indigenous populations prevent Indigenous youth from smoking or using smokeless tobacco. The review highlights the absence of data and need for more research.

Résumé simplifié

Les interventions de prévention du tabagisme ciblant les jeunes autochtones parviennent-elles à empêcher les jeunes autochtones de commencer à fumer ou à utiliser d'autres produits du tabac ?

Dans les populations autochtones, le nombre de fumeurs n'a pas diminué comme dans les populations environnantes. Les jeunes restent particulièrement exposés au risque de commencer à fumer. Les préjudices à la santé qui y sont associés sont inacceptables. Cette étude a constaté qu'il n'y a pas assez de recherche publiée sur l'évaluation de programmes visant à dissuader les jeunes autochtones de commencer à consommer du tabac. L'information issue des deux études incluses dans cette revue (1 505 participants au total, dans les communautés amérindiennes) ne permet pas de déterminer si les programmes de prévention du tabagisme dans les populations autochtones parviennent à dissuader les jeunes autochtones de fumer ou de consommer du tabac sans fumée. La revue met en évidence l'absence de données et le besoin de recherches supplémentaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 13th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Streszczenie prostym językiem

Czy interwencje, których celem jest zapobieganie paleniu ukierunkowane na młodzież rdzennie amerykańską są skuteczne w przypadku zapobiegania palenia lub stosowania innych wyrobów tytoniowych?

W populacjach rdzennych Amerykanów liczba palaczy nie zmniejszyła się tak, jak w szerszej społeczności wokół nich. Młode osoby w dalszym ciągu obciążone są szczególnym ryzykiem rozpoczęcia palenia. Związane z tym szkody dla zdrowia są nieakceptowalne. W niniejszym przeglądzie stwierdzono brak dostatecznej liczby opublikowanych badań oceniających programy ukierunkowane na zapobieganie rozpoczęcia stosowania tytoniu wśród rdzennie amerykańskiej młodzieży. Informacje pochodzące z dwóch badań, które obejmował przegląd (w sumie 1505 uczestników w społecznościach rdzennych Amerykanów), nie pozwalają na wyciągnięcie wniosków co do tego, czy programy zapobiegania paleniu tytoniu w rdzennych populacjach powstrzymują młodzież z tych grup przed paleniem lub używaniem tytoniu innego niż przeznaczony do palenia. Niniejszy przegląd podkreśla brak danych oraz konieczność przeprowadzenia dalszych badań.

Uwagi do tłumaczenia

Tłumaczenie Bartłomiej Matulewicz Redakcja Katarzyna Mistarz

Ancillary