Intervention Review

Weight loss interventions for chronic asthma

  1. Folasade B Adeniyi1,*,
  2. Taryn Young2,3

Editorial Group: Cochrane Airways Group

Published Online: 11 JUL 2012

Assessed as up-to-date: 9 MAR 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009339.pub2

How to Cite

Adeniyi FB, Young T. Weight loss interventions for chronic asthma. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 7. Art. No.: CD009339. DOI: 10.1002/14651858.CD009339.pub2.

Author Information

  1. 1

    Stellenbosch University, Community Health, Faculty of health sciences, Parow, Cape Town, South Africa

  2. 2

    Stellenbosch University, Centre for Evidence-based Health Care, Faculty of Medicine and Health Sciences, Tygerberg, South Africa

  3. 3

    South African Medical Research Council, South African Cochrane Centre, Tygerberg, South Africa

*Folasade B Adeniyi, Community Health, Faculty of health sciences, Stellenbosch University, Francie v Zyl, Parow, Cape Town, South Africa. jimtam2006@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 11 JUL 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Asthma and obesity are both public health problems with increasing prevalence globally. Several epidemiological studies have shown an association between asthma and obesity, however there is no good quality evidence on the effect of weight loss on asthma control.

Objectives

To assess the effect of various interventions for weight loss on measures of asthma control and weight loss amongst overweight or obese patients with chronic asthma.

Search methods

We searched the Cochrane Airways Group's Specialized Register of Trials (CAGR) (derived from systematic searches of bibliographic databases, including the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, AMED and PsycINFO, and handsearching of respiratory journals and meeting abstracts). We also searched ongoing trials web sites and dissertation databases up to March 2012. We contacted experts in the field and searched reference lists for additional studies.

Selection criteria

We included randomized controlled trials (RCTs) of weight loss interventions for overweight or obese participants with asthma compared to either no intervention for weight loss or an alternative weight loss intervention.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed study eligibility and risk of bias, and extracted data using a data extraction form. We did not undertake any meta-analysis as there were no suitable data to combine.

Main results

We included four completed studies conducted amongst adults (n = 197). Two were published as abstracts, and two as full articles. Interventions included supervised physical activity, low calorie diet and anti-obesity drugs (singly or in combination), and were compared to usual care (two studies), low calorie diet (one study), while one study had three intervention arms (physical activity versus low calorie diet versus a combination of the two). Two studies were conducted in high-income countries, while two were conducted in upper, middle-income countries.

All studies had an unclear risk of selection and a high risk of detection bias. One of the studies found a statistically significant reduction in symptoms scores in treatment compared to control groups: the difference between groups in total St. George's Respiratory Questionnaire (SGRQ) score was −10 units (95% CI -18 to−1; P = 0.02). One study showed reduction in doses of rescue medication in treatment compared with control groups in the short term. Weight loss was associated with some improvement in forced expiratory volume in 1 second (FEV1) and forced vital capacity (FVC) in one study, which was statistically significant, but clinically unimportant; there was no improvement in peak expiratory flow rate (PEFR). No data were reported on health care utilization and adverse effects. One study reported statistically significant weight loss in the treatment group compared to controls with no intervention, which was still significant at one year follow-up.

Authors' conclusions

Implications for practice  

This review found one randomized trial that showed that weight loss may be beneficial for improving asthma control in overweight and obese patients, in conjunction with weight loss in intervention groups in the short term. Applying the GRADE system to the results of this review however, shows that the quality of evidence is low, because although all four studies are RCTs there were serious methodological limitations in the studies (unclear risk of selection bias and high risk of detection bias) and imprecision (small sample size). There is inadequate evidence to comment on the effect of weight loss interventions on quality of life and health care utilization. In addition, there was inadequate reporting of data on adverse effects to permit proper balancing of harms and benefits of the interventions. On account of this low quality of evidence, the benefit of weight loss as an intervention for asthma control remains uncertain, and as such, clinicians should be prepared to help patients to make a decision that is consistent with their own values.

Implications for research  

The finding that most of the included studies were of low methodological quality highlights the need for further well designed RCTs, with emphasis on adequate methods of allocation sequence generation as well as allocation concealment and longer follow-up periods. These studies need to report more fully on relevant outcomes (both statistically significant and otherwise) such as: asthma symptoms/control, use of rescue medication, change in lung function parameters (actual mean/median values), hospital utilization, quality of life, and adverse effects. There is also a need for longer intervention as well as follow-up durations to evaluate the effect of sustained measures to achieve weight loss, and to determine if these effects are still significantly present after a considerable period of time.

There is also a need for these well designed studies in children and adolescents, as well as in low-income countries such as Africa, where the prepackaged, low energy diets, as well as structured physical activity-based interventions utilized in these included studies, may not be feasible or applicable.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Do weight loss programs have beneficial effects on asthma outcomes in people with asthma?

Asthma is a disease affecting people of all races ages and gender. People with asthma experience recurrent episodes of cough, chest tightness or shortness of breath, which may limit daily activities. In the past few decades, research has shown that people who are overweight or obese are more likely to have asthma as well as have severe symptoms. This review sought to find out if weight loss interventions in overweight or obese patients with asthma, improve asthma control, as well as achieved weight loss.

We included four studies made up of a total of 197 participants from four countries (Brazil, Finland, Mexico and Australia) in the review. Interventions included low energy diets, anti-obesity drugs and physical activity, either singly or in combination. Studies had a high risk of bias and results show that weight loss interventions produced weight loss in treatment compared to control groups. Weight loss was also associated with improvement in symptoms, reduction in need for reliever medication in the short term and some improvement in lung function. There was inadequate data to comment on the effect of the intervention on quality of life, health care utilization and adverse effects.

Better designed and reported studies are needed, especially in children and in resource constrained countries such as Africa, where the prepackaged, low energy diets, as well as structured physical activity-based interventions utilized in these included studies, may not be feasible or applicable.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour perdre du poids en cas d'asthme chronique

Contexte

L'asthme et l'obésité sont tous deux des problèmes de santé publique avec une prévalence croissante à l'échelle mondiale. Plusieurs études épidémiologiques ont montré une association entre l'asthme et l'obésité, pour autant il n'existe pas de données de qualité satisfaisante sur l'effet de la perte de poids sur le contrôle de l'asthme.

Objectifs

Évaluer l'effet des différentes interventions pour perdre du poids sur les mesures de contrôle de l'asthme et de perte de poids chez les patients en surpoids ou obèses souffrant d'asthme chronique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé des essais du groupe Cochrane sur les voies aériennes (CAGR) (dérivé des recherches systématiques des bases de données bibliographiques, comprenant le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, AMED et PsycINFO, et une recherche manuelle dans les journaux sur la respiration et les résumés des conférences). Nous avons également effectué une recherche sur les sites internet des essais en cours et les bases de données des mémoires jusqu'en mars 2012. Nous avons contacté les experts du secteur et avons effectué une recherche dans les listes bibliographiques pour les études supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) sur les interventions pour perdre du poids pour les participants en surpoids ou obèses souffrant d'asthme par rapport à aucune intervention ou une autre intervention pour perdre du poids.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment évalué l'éligibilité et le risque de biais des études, et ont extrait les données à l'aide d'un formulaire d'extraction des données. Nous n'avons entrepris aucune méta-analyse étant donné qu'il n'y avait aucune donnée appropriée à combiner.

Résultats Principaux

Nous avons inclus quatre études terminées réalisées sur des adultes (n = 197). Deux étaient publiées en tant qu'extraits et deux en tant qu'articles complets. Les interventions comprenaient une activité physique supervisée, un régime avec un apport calorique faible et des médicaments anti-obésité (seules ou en association), elles étaient comparées aux soins habituels (deux études), à un régime avec un apport calorique faible (une étude), alors qu'une étude avait trois bras d'intervention (activité physique versus régime pauvre en calories versus une association des deux). Deux études ont été réalisées dans des pays à revenu élevé, alors que deux ont été menées dans des pays à revenu moyen supérieur.

Toutes les études présentaient un risque de sélection incertain et un risque élevé de détection des biais. Une des études a montré une diminution significative en termes statistiques des scores des symptômes dans le groupe sous traitement par rapport au groupe témoin : la différence entre les groupes dans le score du questionnaire respiratoire St George (SGRQ) était de -10 unités (IC à 95 % -18 à -1 ; P = 0,02). Une étude a montré une diminution des doses de la médication de secours dans le groupe sous traitement par rapport au groupe témoin sur le court terme. La perte de poids était associée à une certaine amélioration du volume maximal expiratoire seconde (FEV1) et de la capacité vitale forcée (FVC) dans une étude qui était statistiquement significative mais pas importante sur le plan clinique ; il n'y avait aucune amélioration du débit expiratoire de pointe (DEP). Aucune donnée n'a été mentionnée sur l'utilisation des soins médicaux et les effets indésirables. Une étude signalait une perte de poids significative en termes statistiques dans le groupe sous traitement par rapport aux groupes témoins avec l'absence d'intervention, qui était encore importante après un an de suivi.

Conclusions des auteurs

Implications pour la pratique  

Cette revue a découvert un essai randomisé qui démontrait que la perte de poids peut être bénéfique pour améliorer le contrôle de l'asthme chez les patients en surpoids ou obèses, conjointement à une perte de poids dans les groupes avec intervention sur le court terme. En appliquant le système GRADE aux résultats de cette revue, on remarque toutefois que la qualité des données est faible parce que même si les quatre études sont des ECR, il existait de sérieuses limitations méthodologiques dans les études (risque incertain de biais de sélection et risque élevé de biais de détection) ainsi que de l'imprécision (échantillon de petite taille). Il y avait des données insuffisantes pour commenter l'effet des interventions pour perdre du poids sur la qualité de vie et l'utilisation des soins médicaux. De plus, les données sur les effets indésirables étaient insuffisantes pour permettre un équilibre approprié des inconvénients et des avantages des interventions. En se basant sur ces données de faible qualité, l'avantage de la perte de poids en tant qu'intervention pour le contrôle de l'asthme reste incertain, et en tant que tel, les cliniciens devraient se préparer à aider les patients à prendre une décision qui est cohérente avec leurs propres valeurs.

Implications pour la recherche  

Le fait que la plupart des études incluses étaient d'une qualité méthodologique faible souligne le besoin d'ECR bien conçus supplémentaires, mettant l'accent sur des méthodes appropriées de génération de séquences d'attribution et d'assignation secrète et des périodes de suivi plus longues. Ces études doivent mentionner plus en détails des résultats pertinents (à la fois significatifs en termes statistiques et autres) comme : les symptômes/le contrôle de l'asthme, l'utilisation d'une médication de secours, la modification des paramètres de la fonction pulmonaire (moyenne réelle/valeurs médianes), l'utilisation de l'hôpital, la qualité de vie et les effets indésirables. Il est également nécessaire d'appliquer des durées plus longues d'intervention et de suivi pour évaluer l'effet des mesures durables pour atteindre l'objectif de la perte de poids et pour déterminer si ces effets sont toujours significatifs après une période prolongée.

Il est également nécessaire de réaliser des études bien conçues pour les enfants et les adolescents, ainsi que dans les pays à faible revenu comme l'Afrique, où les régimes à faible teneur énergétique pré-emballés ainsi que les interventions structurées basées sur une activité physique utilisées dans ces études incluses, peuvent ne pas être réalisables ou applicables.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions pour perdre du poids en cas d'asthme chronique

Les programmes de perte de poids ont-il des effets bénéfiques sur l'asthme chez les personnes asthmatiques ?

L'asthme est une maladie qui affecte les personnes quelque soit la race, l'âge et le sexe. Les personnes asthmatiques font face à des épisodes récurrents de toux, de sensation d'oppression ou d'essoufflement, ce qui peut limiter les activités quotidiennes. Au cours des dernières décennies, la recherche a montré que les personnes en surpoids ou obèses ont plus de chances d'avoir de l'asthme et de développer des symptômes graves. Cette revue a essayé de découvrir si les interventions pour perdre du poids chez les patients asthmatiques en surpoids ou obèses améliorent le contrôle de l'asthme et la perte de poids obtenue.

Nous avons inclus quatre études totalisant un maximum de 197 participants provenant de quatre pays (Brésil, Finlande, Mexique et Australie) dans la revue. Les interventions comprenaient des régimes à faible teneur énergétique, des médicaments anti-obésité et une activité physique, soit seules ou en association. Les études présentaient un risque élevé de biais et les résultats ont montré que les interventions pour perdre du poids ont permis de perdre du poids dans les groupes sous traitement par rapport aux groupes témoins. La perte de poids était également associée à une amélioration des symptômes, un besoin moins important d'une médication anti-douleur sur le court terme et une certaine amélioration de la fonction pulmonaire. Les données permettant de commenter l'effet de l'intervention sur la qualité de vie, l'utilisation des soins médicaux et les effets indésirables n'étaient pas pertinentes.

Il est indispensable de réaliser des études mieux conçues et détaillées, en particulier chez les enfants et dans les pays à ressources limitées comme en Afrique, où les régimes à faible teneur énergétique pré-emballés, ainsi que les interventions structurées basées sur une activité physique utilisés dans ces pays inclus, peuvent ne pas être réalisables ou applicables.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français