Intervention Review

Inhaled analgesia for pain management in labour

  1. Trudy Klomp1,*,
  2. Mireille van Poppel2,
  3. Leanne Jones3,
  4. Janine Lazet4,
  5. Marcello Di Nisio5,
  6. Antoine LM Lagro-Janssen6

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 12 SEP 2012

Assessed as up-to-date: 24 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009351.pub2


How to Cite

Klomp T, van Poppel M, Jones L, Lazet J, Di Nisio M, Lagro-Janssen ALM. Inhaled analgesia for pain management in labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 9. Art. No.: CD009351. DOI: 10.1002/14651858.CD009351.pub2.

Author Information

  1. 1

    VU University Medical Center, Department of Midwifery Science, AVAG and the EMGO Institute for Health and Care Research, Amsterdam, Netherlands

  2. 2

    VU University Medical Center, Department of Public and Occupational Health, EMGO Institute for Health and Care Research, Amsterdam, Netherlands

  3. 3

    The University of Liverpool, Cochrane Pregnancy and Childbirth Group, Department of Women's and Children's Health, Liverpool, UK

  4. 4

    Geboortes & Zo, Primary Care Midwifery Practice, Utrecht, Netherlands

  5. 5

    "University G. D'Annunzio" Foundation, Department of Medicine and Aging; Centre for Aging Sciences (Ce.S.I.), Internal Medicine Unit, Chieti, Italy

  6. 6

    Radboud University Nijmegen Medical Centre, Department of Primary and Community Care, Women's Studies Medicine, Nijmegen, Netherlands

*Trudy Klomp, University of Profession, Medical Education, Midwifery Academie of Amsterdam, Louwesweg 6, Amsterdam, NH, 1066EC, Netherlands. trudy.klomp@inholland.nl. trudyklomp@planet.nl.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 12 SEP 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Many women would like to have a choice in pain relief during labour and also would like to avoid invasive methods of pain management in labour. Inhaled analgesia during labour involves the self-administered inhalation of sub-anaesthetic concentrations of agents while the mother remains awake and her protective laryngeal reflexes remain intact. Most of the agents are easy to administer, can be started in less than a minute and become effective within a minute.

Objectives

To examine the effects of all modalities of inhaled analgesia on the mother and the newborn for mothers who planned to have a vaginal delivery.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group’s Trials Register (31 January 2012), ClinicalTrials.gov, and Current Controlled Trials (2 June 2012), handsearched conference proceedings from the American Society of Clinical Anesthesia (from 1990 to 2011), contacted content experts and trialists and searched reference lists of retrieved studies.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing inhaled analgesia with other inhaled analgesia or placebo or no treatment or other methods of non-pharmacological pain management in labour.

Data collection and analysis

Review authors independently assessed trials for eligibility, methodological quality and extracted all data. Data were double checked for accuracy.

Main results

Twenty-six studies, randomising 2959 women, were included in this review.

Inhaled analgesia versus a different type of inhaled analgesia
Pain relief was measured using a Visual Analogue Scale (VAS) from 0 to 100 mm where 100 corresponds to the most relief. Pain intensity was measured using a VAS from 0 to 100 mm, where 0 corresponds to no pain at all and 100 corresponds to the worst pain. The highest score for pain relief is the most positive in contrast to 'pain intensity' in which the higher score is more negative.

Flurane derivatives were found to offer better pain relief than nitrous oxide in first stage of labour as measured by a lower pain intensity score (average mean difference (MD) 14.39, 95% confidence interval (CI) 4.41 to 24.37, three studies, 70 women), also a higher pain relief score for flurane derivatives compared with nitrous oxide (average MD -16.32, 95% CI -26.85 to -5.79, two studies, 70 women). Substantial heterogeneity was found in the analyses of pain intensity (P = 0.003) and in the analysis of pain relief (P = 0.002).These findings should be considered with caution because of the questionable design of the included cross-over trials. More nausea was found in the nitrous oxide group compared with the flurane derivatives group (risk ratio (RR) 6.60 95% CI 1.85 to 23.52, two studies, 98 women).

Inhaled analgesia versus placebo or no treatment
Placebo or no treatment was found to offer less pain relief compared to nitrous oxide (average RR 0.06, 95% CI 0.01 to 0.34, two studies, 310 women; MD -3.50, 95% CI -3.75 to -3.25, one study, 509 women). However, nitrous oxide resulted in more side effects for women such as nausea (RR 43.10, 95% CI 2.63 to 706.74, one study, 509 women), vomiting (RR 9.05, 95% CI 1.18 to 69.32, two studies, 619 women), dizziness (RR 113.98, 95% CI 7.09 to 1833.69, one study, 509 women) and drowsiness (RR 77.59, 95% CI 4.80 to 1254.96, one study, 509 women) when compared with placebo or no treatment.

There were no significant differences found for any of the outcomes in the studies comparing one strength versus a different strength of inhaled analgesia, in studies comparing different delivery systems or in the study comparing inhaled analgesia with TENS.

Due to lack of data, the following outcomes were not analysed within the review: sense of control; satisfaction with childbirth experience; effect on mother/baby interaction; breastfeeding; admission to special care baby unit; poor infant outcomes at long-term follow-up; or costs.

Authors' conclusions

Inhaled analgesia appears to be effective in reducing pain intensity and in giving pain relief in labour. However, substantial heterogeneity was detected for pain intensity. Furthermore, nitrous oxide appears to result in more side effects compared with flurane derivatives. Flurane derivatives result in more drowsiness when compared with nitrous oxide. When inhaled analgesia is compared with no treatment or placebo, nitrous oxide appears to result in even more side effects such as nausea, vomiting, dizziness and drowsiness. There is no evidence for differences for any of the outcomes comparing one strength verus a different strength of inhaled analgesia, comparing different delivery systems or comparing inhaled analgesia with TENS.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Inhaled analgesia for relieving pain during labour

Labour pain and methods to relieve it are major concerns for pregnant women, healthcare workers and the general public. These concerns have implications for the course of labour, for the quality of maternal and infant outcomes as well as for the costs of obstetric health care.

Women in labour who need pain relief should not only have access to invasive methods such as an epidural, which may have considerable side effects, but other means of pain relief as well. Futhermore, even in hospitals with full-time obstetric anaesthesia coverage no one may be available to give an epidural, and in primary care, invasive methods for pain relief are not available at all.

All women in labour should have the opportunity to choose some non-invasive method of relatively effective and safe analgesia at short notice when they wish it during labour. Inhaled pain relief, such as nitrous oxide and some flurane derivatives, may be a very useful additional method for pain relief. It is relatively easy to administer, can be started in less than a minute, and become effective within a minute. Nitrous oxide is more widely known and used as inhaled pain relief during labour compared to flurane derivatives, probably due to the availability of safe equipment, no pungent smell and the ease of administration.

In this review of 26 randomised controlled trials of 2959 women, the effectiveness and safety of inhaled analgesia as pain relief for women in labour were studied. It was found that inhaled analgesia may help relieve pain during labour but women have to be informed about the side effects, such as nausea, vomiting, dizziness and drowsiness.

Inhaled analgesia may help relieve labour pain without adversely increasing operative delivery rates (forceps or vacuum extraction, caesarian section), or affecting neonatal well being. Flurane derivatives were found to be slightly more effective than nitrous oxide for the reduction of pain and for pain relief although nitrous oxide also helped to relieve pain when compared with no treatment.

Women who used nitrous oxide were more likely to experience nausea compared with flurane derivatives. When nitrous oxide was compared with no treatment or placebo, nitrous oxide resulted in side effects such as nausea, vomiting, dizziness and drowsiness.

There was no information for satisfaction with childbirth experience or sense of control in labour in these studies and further research on these two important outcomes would be helpful.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Inhalation d'un analgésique pour la prise en charge de la douleur pendant l'accouchement

Contexte

De nombreuses femmes aimeraient avoir la possibilité de choisir leur anti-douleur pendant l'accouchement et aimeraient également éviter les méthodes invasives de prise en charge de la douleur pendant le travail. L'inhalation d'analgésiques pendant l'accouchement implique l'inhalation auto-administrée de concentrations sous-anesthésiques d'agents permettant à la mère de rester éveillée et de garder ses réflexes laryngés protecteurs intacts. La plupart de ces agents sont relativement faciles à administrer, peuvent être débutés en moins d'une minute et devenir efficaces en une minute.

Objectifs

Examiner les effets de toutes les modalités d'inhalation d'analgésiques sur la mère et le nouveau-né pour les mères qui prévoient d'accoucher par voie basse.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 janvier 2012), ClinicalTrials.gov, et Current Controlled Trials (2 juin 2012), réalisé des recherches manuelles dans les actes de conférence de l'American Society of Clinical Anesthesia (de 1990 à 2011), contacté les experts dans le domaine et les listes d'essais et effectué des recherches dans les bibliographies des études analysées.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés comparant un analgésique inhalé à un autre analgésique inhalé ou à un placebo ou à l'absence de traitement ou à d'autres méthodes de prise en charge de la douleur non-pharmacologique pendant l'accouchement.

Recueil et analyse des données

Les auteurs de la revue ont évalué de façon indépendante les essais en termes d'éligibilité et de qualité méthodologique, et ont extrait toutes les données. L'exactitude des données a fait l'objet d'une double vérification.

Résultats Principaux

Vingt-six études, impliquant un total de 2 959 femmes, ont été incluses dans cette revue.

Analgésique inhalé versus un autre type d'analgésique inhalé
Le soulagement de la douleur était mesuré à l'aide de l'échelle visuelle analogique (EVA) qui va de 0 à 100 mm, où 100 correspond au soulagement optimal. L'intensité de la douleur était mesurée à l'aide de l'EVA qui va de 0 à 100 mm, où 0 correspond à aucune douleur et 100 correspond à la douleur la plus intense. Le score le plus élevé pour le soulagement de la douleur est le plus positif par opposition à « l'intensité de la douleur » où le score le plus élevé est le plus négatif.

Les dérivés de flurane semblent offrir un meilleur soulagement de la douleur que le protoxyde d'azote au premier stade du travail étant donné qu'on a mesuré un score d'intensité de la douleur plus faible (différence moyenne (DM) 14,39, intervalle de confiance (IC) à 95 % 4,41 à 24,37, trois études, 70 femmes), ainsi qu'un score de soulagement de la douleur plus élevé pour les dérivés du flurane par rapport à l'oxyde nitreux (DM -16,32, IC à 95 % -26,85 à -5,79, deux études, 70 femmes). On a constaté une hétérogénéité substantielle dans les analyses d'intensité de la douleur (P = 0,003) et l'analyse du soulagement de la douleur (P = 0,002). Ces résultats doivent être considérés avec précaution en raison de la conception discutable des essais croisés inclus. Il a été constaté plus de nausées dans le groupe sous protoxyde d'azote par rapport au groupe sous dérivés de flurane (rapport de risque (RR) 6,60, IC à 95 % 1,85 à 23,52, deux études, 98 femmes).

Analgésique inhalé versus placebo ou absence de traitement
On a constaté que le placebo ou l'absence de traitement soulageait moins la douleur que le protoxyde d'azote (RR moyen 0,06, IC à 95 % 0,01 à 0,34, deux études, 310 femmes ; DM -3,50, IC à 95 % -3,75 à -3,25, une étude, 509 femmes). Pour autant, le protoxyde d'azote a entraîné plus d'effets secondaires chez les femmes, dont les nausées (RR 43,10, IC à 95 % 2,63 à 706,74, une étude, 509 femmes), les vomissements (RR 9,05, IC à 95 % 1,18 à 69,32, deux études, 619 femmes), les vertiges (RR 113,98, IC à 95 % 7,09 à 1 833,69, une étude, 509 femmes) et la somnolence (RR 77,59, IC à 95 % 4,80 à 1 254,96, une étude, 509 femmes) par rapport au placebo ou à l'absence de traitement.

Aucune différence significative n'a été observée dans les critères de jugement des études comparant une concentration spécifique à une concentration différente d'analgésique inhalé, des études comparant des systèmes d'accouchement différents ou dans l'étude comparant l'inhalation d'analgésique avec TENS.

En raison du manque de données, les critères de jugement suivants n'ont pas été analysés dans la revue : sensation de contrôle ; satisfaction vis à vis de la naissance ; effet sur l'interaction mère/enfant : allaitement ; admission en unité de soins intensifs néonatals ; mauvais pronostic de l'enfant lors du suivi à long terme ; ou coûts.

Conclusions des auteurs

L'inhalation d'analgésique semble être efficace pour réduire l'intensité de la douleur et soulager la douleur pendant l'accouchement. Pour autant, une hétérogénéité substantielle a été détectée dans l'intensité de la douleur. De plus, le protoxyde d'azote semble entraîner plus d'effets secondaires que les dérivés de flurane. Les dérivés de flurane génèrent plus de somnolence que le protoxyde d'azote. Lorsque l'inhalation d'analgésique est comparée à l'absence de traitement ou à un placebo, le protoxyde d'azote semble entraîner plus d'effets secondaires comme les nausées, les vomissements, les vertiges et la somnolence. Il n'existe aucune preuve quant aux différences pour l'un des critères de jugement comparant une concentration spécifique à une concentration différente d'analgésique inhalé, comparant des systèmes d'accouchement différents ou l'inhalation d'analgésique avec TENS.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Inhalation d'un analgésique pour la prise en charge de la douleur pendant l'accouchement

Inhalation d'un analgésique pour soulager la douleur pendant l'accouchement

Les douleurs ressenties pendant l'accouchement et les méthodes pour les soulager sont des préoccupations principales pour les femmes enceintes, les professionnels de la santé et le grand public. Ces préoccupations ont des implications sur l'accouchement, sur la qualité du pronostic pour la mère et l'enfant ainsi que sur les coûts des soins obstétriques.

Les femmes en travail qui ont besoin de soulager la douleur devraient ne pas avoir seulement avoir accès à des méthodes invasives telles que la péridurale, qui peut avoir des effets secondaires considérables, mais également à d'autres moyens pour soulager la douleur. De plus, même dans les hôpitaux avec une couverture d'anesthésie obstétricale à plein temps, il se peut que personne ne soit disponible pour pratiquer une péridurale, et en médecine générale, les méthodes invasives pour soulager la douleur ne sont pas du tout disponibles.

Toutes les femmes en travail devraient avoir la possibilité de choisir une méthode non-invasive à base d'analgésique sans danger et relativement efficace dans un délai très court lorsqu'elles le souhaitent pendant l'accouchement. L'inhalation d'anti-douleur, comme le protoxyde d'azote et certains dérivés du flurane, peut se révéler être une méthode supplémentaire très utile pour soulager la douleur. Elle est relativement facile à administrer, peut être débutée en moins d'une minute et devenir efficace en une minute. Le protoxyde d'azote est plus connu et utilisé comme anti-douleur inhalé pendant l'accouchement, par rapport aux dérivés du flurane, probablement en raison de la disponibilité des équipements sans danger, de l'absence d'odeur âcre et de la facilité d'administration.

Dans cette revue de 26 essais contrôlés randomisés totalisant 2 959 femmes, l'efficacité et l'innocuité des analgésiques inhalés en tant qu'anti-douleur pour les femmes qui accouchent ont été étudiées. Il a été découvert que l'inhalation d'analgésiques peut aider à soulager la douleur pendant l'accouchement mais les femmes doivent être informées des effets secondaires comme les nausées, les vomissements, les vertiges et la somnolence.

L'inhalation d'analgésiques peut aider à soulager les douleurs ressenties pendant l'accouchement sans accroître les taux d'accouchement opératoire (forceps ou extraction par aspiration, césarienne), ou affecter le bien être néonatal. On a constaté que les dérivés du flurane étaient légèrement plus efficaces que le protoxyde d'azote pour diminuer et soulager la douleur bien que le protoxyde d'azote aidait également à soulager la douleur comparé à l'absence de traitement.

Les femmes qui utilisaient le protoxyde d'azote avaient plus de risques de ressentir des nausées par rapport aux dérivés du flurane. Lorsque le protoxyde d'azote était comparé à l'absence de traitement ou à un placebo, il entraînait des effets secondaires comme les nausées, les vomissements, les vertiges et la somnolence.

Nous n'avons pas trouvé d'informations concernant la satisfaction relative à l'expérience de la naissance ou la sensation de contrôle du travail dans ces études, des recherches ultérieures sur ces deux critères de jugement importants seraient utiles.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 30th October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français