Intervention Review

You have free access to this content

Spinal cord stimulation for cancer-related pain in adults

  1. Peng Lihua1,
  2. Min Su1,*,
  3. Zhou Zejun1,
  4. Wei Ke1,
  5. Michael I Bennett2,†

Editorial Group: Cochrane Pain, Palliative and Supportive Care Group

Published Online: 28 FEB 2013

Assessed as up-to-date: 24 JAN 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD009389.pub2


How to Cite

Lihua P, Su M, Zejun Z, Ke W, Bennett MI. Spinal cord stimulation for cancer-related pain in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 2. Art. No.: CD009389. DOI: 10.1002/14651858.CD009389.pub2.

Author Information

  1. 1

    The First Affiliated Hospital, Chongqing Medical University, Department of Anaesthesia and Pain Medicine, Chongqing Municipanity, Chongqing Municipanity, China

  2. 2

    University of Leeds, Leeds Institute of Health Sciences, Leeds, UK

  1. Lancaster University, Institute for Health Research, Bowland Tower East Lancaster, LA1 4YT UK.

*Min Su, Department of Anaesthesia and Pain Medicine, The First Affiliated Hospital, Chongqing Medical University, No 1 Youyi Road, Yuanjiangang community, Yuzhong District, Chongqing Municipanity, Chongqing Municipanity, 400016, China. minsu89011068@yahoo.com.cn.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 28 FEB 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Cancer-related pain places a heavy burden on public health with related high expenditure. Severe pain is associated with a decreased quality of life in patients with cancer. A significant proportion of patients with cancer-related pain are under-treated.There is a need for more effective control of cancer-related pain. Spinal cord stimulation (SCS) may have a role in pain management. The effectiveness and safety of SCS for patients with cancer-related pain is currently unknown.

Objectives

This systematic review evaluated the effectiveness of SCS for cancer-related pain compared with standard care using conventional analgesic medication. We also appraised risk and potential adverse events associated with the use of SCS.

Search methods

We searched the following bibliographic databases in order to identify relevant studies: the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Libary (from inception to 2012, Issue 6); MEDLINE; EMBASE; and CBM (Chinese Biomedical Database) (from inception to July, 2012). We also handsearched relevant journals.

Selection criteria

We planned to include randomised controlled trials (RCTs) that directly compared SCS with other interventions with regards to the effectiveness of pain management. We also planned to include cross-over trials that compared SCS with another treatment. We planned to identify non-randomised controlled trials but these would only be included if no RCTs could be found.

Data collection and analysis

The initial search strategy yielded 430 articles. By scrutinising titles and abstracts, we found 412 articles irrelevant to the analytical purpose of this systematic review due to different scopes of diseases or different methods of intervention (intrathecal infusion system; oral medication) or aims other than pain control (spinal cord function monitoring, bladder function restoration or amelioration of organ metabolism). The remaining 18 trials were reviewed as full manuscripts. No RCTs were identified. Fourteen sporadic case reports and review articles were excluded and four before-and-after case series studies (92 participants) were included. Two review authors independently selected the studies to be included in the review according to the pre-specified eligibility criteria. A checklist for methodological quality of non-randomised controlled trials was used (STROBE checklist) and all review authors discussed and agreed on the inclusion of trials and the results of the quality assessment.

Main results

Four before-and-after case series studies (a total of 92 participants) met our criteria for inclusion. All included trials adopted a visual analogue scale (VAS) to evaluate pain relief. Heterogeneity existed in terms of baseline characteristics, electrode and stimulator parameters, level of implantation and route of implantation; data reporting was different among all trials. In two trials, pain relief was achieved in 76% (48/63) of patients at the end of the follow-up period. In the third trial, pre-procedure VAS was 6 to 9 (mean 7.43 ); the one-month post-implant VAS was 2 to 4 (mean 3.07); the 12-month post-implant VAS was 1 to 3 (mean 2.67). In the fourth trial, the pre-procedure VAS was 6 to 9 (mean 7.07); 1 to 4 (mean 2.67) at one-month; 1 to 4 (mean 1.87) at 12 months. Analgesic use was largely reduced. The main adverse events were infection of sites of implantation, cerebrospinal fluid (CSF) leakage, pain at the sites of electrodes, dislodgement of the electrodes and system failure, however, the incidence in patients with cancer could not be calculated. Since all trials were non-randomised controlled trials, they carried risk of all types of bias.

Authors' conclusions

Current evidence is insufficient to establish the role of SCS in treating refractory cancer-related pain. Future randomised studies should focus on the implantation of SCS in patients with cancer-related pain.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Spinal cord stimulation for intractable cancer-related pain

Cancer-related pain is an emerging heavy burden on public health. Spinal cord stimulation (SCS) is a minimally invasive and potentially effective tool against chronic pain.This systematic review intended to evaluate the efficacy and effectiveness of SCS for cancer-related pain compared with standard care using conventional analgesic medication. No randomised controlled trials were identified. Four before-and-after case series studies (92 participants) were included in this systematic review. Current evidence is insufficient to establish the role of SCS in treating refractory cancer-related pain in comparison with other analgesic approaches. In addition, the studies reported significant side effects such as local infection.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Stimulation de la moelle épinière contre la douleur liée au cancer chez l'adulte

Contexte

La douleur liée au cancer représente un lourd fardeau sur la santé publique avec les dépenses élevées qui y sont associées. La douleur sévère est associée à une qualité de vie dégradée chez les patients atteints de cancer. Une proportion significative de patients souffrant de douleur liée au cancer est sous-traitée. Il est nécessaire d'effectuer un contrôle plus efficace de la douleur liée au cancer. La stimulation de la moelle épinière (SME) peut jouer un rôle dans la prise en charge de la douleur. L'efficacité et l'innocuité de la SME chez les patients souffrant de douleur liée au cancer sont à l'heure actuelle indéterminées.

Objectifs

Cette revue systématique a évalué l'efficacité de la SME contre la douleur liée au cancer comparée aux soins standard utilisant un médicament analgésique conventionnel. Nous avons aussi estimé les risques et les événements indésirables potentiels associés à l'utilisation de la SME.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données bibliographiques suivantes afin d'identifier des études pertinentes : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Libary (de son origine jusqu'à l'année 2012, numéro 6) ; MEDLINE ; EMBASE ; et la base CBM (Chinese Biomedical Database) (de son origine jusqu'à juillet 2012). Nous avons également effectué des recherches manuelles de revues pertinentes.

Critères de sélection

Nous avions prévu d'inclure les essais contrôlés randomisés (ECR) qui ont directement comparé la SME à d'autres interventions en termes d'efficacité de la prise en charge de la douleur. Nous avions aussi prévu d'inclure les essais croisés ayant comparé la SME à un autre traitement. Nous avions prévu d'identifier les essais contrôlés non-randomisés, mais ces derniers ne devaient être inclus que si aucun ECR n'avait pu être trouvé.

Recueil et analyse des données

La stratégie de recherche initiale a abouti à 430 articles. En examinant minutieusement les titres et les résumés, nous avons trouvé 412 articles inappropriés à l'examen analytique de cette revue systématique en raison des différentes ampleurs des maladies ou des différentes méthodes d'intervention (système de perfusion intrathécale ; traitement oral) ou des buts autres que le contrôle de la douleur (surveillance de la fonction de la moelle épinière, restauration de la fonction vésicale ou amélioration du métabolisme organique). Les autres 18 essais ont été examinés dans leur texte intégral. Aucun ECR n'a été identifié. Quatorze études de cas sporadiques et articles de revue ont été exclus et quatre études de séries de cas avant-après (92 participants) ont été incluses. Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, sélectionné les études à inclure dans la revue conformément aux critères d'éligibilité pré-spécifiés. Une liste de contrôle de la qualité méthodologique des essais contrôlés non-randomisés a été utilisée (liste de contrôle STROBE) et tous les auteurs de la revue ont discuté et accepté l'inclusion des essais et les résultats de l'évaluation de la qualité.

Résultats Principaux

Quatre études de séries de cas avant-après (un total de 92 participants) répondaient à nos critères d'inclusion. Tous les essais inclus ont adopté une échelle visuelle analogique (EVA) pour évaluer le soulagement de la douleur. Il existait une hétérogénéité en termes de caractéristiques initiales, de paramètres d'électrode et de stimulateur, de niveau d'implantation et de voie d'implantation ; en outre, les données étaient rapportées de façon différente entre les essais. Dans deux essais, le soulagement de la douleur a été obtenu chez 76 % (48/63) des patients à la fin de la période de suivi. Dans le troisième essai, l'EVA pré-procédure était de 6 à 9 (moyenne de 7,43) ; l'EVA un mois post-implantation était de 2 à 4 (moyenne de 3,07) ; l'EVA 12 mois post-implantation était de 1 à 3 (moyenne de 2,67). Dans le quatrième essai, l'EVA pré-procédure était de 6 à 9 (moyenne de 7,07) ; de 1 à 4 (moyenne de 2,67) au bout d'un mois ; de 1 à 4 (moyenne de 1,87) au bout de 12 mois. L'utilisation d'analgésiques a été considérablement réduite. Les principaux événements indésirables étaient l'infection au niveau des sites d'implantation, les fuites du liquide céphalo-rachidien (LCR), la douleur au niveau des sites des électrodes, le délogement des électrodes et les pannes de système, toutefois, l'incidence chez les patients atteints de cancer n'a pas pu être calculée. Puisque tous les essais étaient des essais contrôlés non-randomisés, ils comportaient des risques de biais de tous types.

Conclusions des auteurs

Les preuves actuelles sont insuffisantes pour établir le rôle de la SME dans le traitement de la douleur liée au cancer réfractaire. Les futures études randomisées devraient être consacrées à l'implantation de la SME chez les patients souffrant de douleur liée au cancer.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Stimulation de la moelle épinière contre la douleur liée au cancer chez l'adulte

Stimulation de la moelle épinière contre la douleur liée au cancer réfractaire

La douleur liée au cancer est un lourd fardeau émergent sur la santé publique. La stimulation de la moelle épinière (SME) est une technique mini-invasive et potentiellement efficace contre la douleur chronique. Cette revue systématique est destinée à évaluer l'efficacité et les performances de la SME contre la douleur liée au cancer comparée aux soins standard utilisant un médicament analgésique conventionnel. Aucun essai contrôlé randomisé n'a été identifié. Quatre études de séries de cas avant-après (92 participants) ont été incluses dans cette revue systématique. Les preuves actuelles sont insuffisantes pour établir le rôle de la SME dans le traitement de la douleur liée au cancer réfractaire en comparaison avec d'autres méthodes analgésiques. En outre, les études ont rapporté des effets secondaires significatifs tels qu'une infection locale.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Ministère de la Santé. Pour le Canada : Instituts de recherche en santé du Canada, ministère de la Santé du Québec, Fonds de recherche de Québec-Santé et Institut national d'excellence en santé et en services sociaux.