Intervention Review

You have free access to this content

Magnesium sulphate for women at term for neuroprotection of the fetus

  1. Thuy-My N Nguyen1,
  2. Caroline A Crowther1,*,
  3. Dominic Wilkinson2,
  4. Emily Bain3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 28 FEB 2013

Assessed as up-to-date: 10 DEC 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009395.pub2


How to Cite

Nguyen TMN, Crowther CA, Wilkinson D, Bain E. Magnesium sulphate for women at term for neuroprotection of the fetus. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 2. Art. No.: CD009395. DOI: 10.1002/14651858.CD009395.pub2.

Author Information

  1. 1

    The University of Adelaide, ARCH: Australian Research Centre for Health of Women and Babies, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, Adelaide, South Australia, Australia

  2. 2

    Women's and Children's Hospital, University of Adelaide, Discipline of Obstetrics and Gynecology, North Adelaide, SA, Australia

  3. 3

    Discipline of Obstetrics and Gynaecology, The University of Adelaide, ARCH: Australian Research Centre for Health of Women and Babies, Adelaide, Australia

*Caroline A Crowther, ARCH: Australian Research Centre for Health of Women and Babies, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, The University of Adelaide, Women's and Children's Hospital, 72 King William Road, Adelaide, South Australia, 5006, Australia. caroline.crowther@adelaide.edu.au.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 28 FEB 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Magnesium sulphate is extensively used in obstetrics for the treatment and prevention of eclampsia. A recent meta-analysis has shown that magnesium sulphate is an effective fetal neuroprotective agent when given antenatally to women at risk of very preterm birth. Term infants account for more than half of all cases of cerebral palsy, and the incidence has remained fairly constant. It is important to assess if antenatal administration of magnesium sulphate to women at term protects the fetus from brain injury, and associated neurosensory disabilities including cerebral palsy.

Objectives

To assess the effectiveness of magnesium sulphate given to women at term as a neuroprotective agent for the fetus.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trial Register (31 July 2012) and the reference lists of other Cochrane reviews assessing magnesium sulphate in pregnancy.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing antenatally administered magnesium sulphate to women at term with placebo, no treatment or a different fetal neuroprotective agent. We also planned to include cluster-randomised trials, and exclude cross-over trials and quasi-randomised trials. We planned to exclude studies reported as abstracts only.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trials for eligibility and for risk of bias. Two authors independently extracted data. Data were checked for accuracy.

Main results

We included one trial (involving 135 women with mild pre-eclampsia at term). An additional six studies are awaiting further assessment.

The included trial compared magnesium sulphate with a placebo and was at a low risk of bias. The trial did not report any of this review's prespecified primary outcomes. There was no significant difference between magnesium sulphate and placebo in Apgar score less than seven at five minutes (risk ratio (RR) 0.51; 95% confidence interval (CI) 0.05 to 5.46; 135 infants), nor gestational age at birth (mean difference (MD) -0.20 weeks; 95% CI -0.62 to 0.22; 135 infants).

There were significantly more maternal side effects (feeling warm and flushed) in the magnesium sulphate group than in the placebo group (RR 3.81; 95% CI 2.22 to 6.53; 135 women). However, no significant difference in adverse effects severe enough to cease treatment was observed (RR 3.04; 95% CI 0.13 to 73.42; 135 women). There were no significant differences seen between groups in the rates of postpartum haemorrhage (RR 4.06; 95% CI 0.47 to 35.38; 135 women) and caesarean section (RR 0.80; 95% CI 0.39 to 1.63; 135 women).

Authors' conclusions

There is currently insufficient evidence to assess the efficacy and safety of magnesium sulphate when administered to women for neuroprotection of the term fetus. As there has been recent evidence for the use of magnesium sulphate for neuroprotection of the preterm fetus, high-quality randomised controlled trials are needed to determine the safety profile and neurological outcomes for the term fetus. Strategies to reduce maternal side effects during treatment also require evaluation.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Magnesium sulphate for women at term for neuroprotection of the term fetus

Babies born to mothers who experience complications during pregnancy such as preterm birth (early birth before 37 weeks of pregnancy) and intrauterine infection (infections in the uterus) have a higher risk of a movement disorder called cerebral palsy. Cerebral palsy is a broad term used to describe a non-progressive physical disorder of movement or posture that is acquired in early life, and that results from complications in brain development. It may also be associated with intellectual disabilities, behavioural disorders, sensory defects (blindness and deafness) and seizures.

Another Cochrane review found that magnesium sulphate given to mothers before preterm birth could protect the baby's brain and improve long-term outcomes into childhood. This review aimed to assess whether magnesium sulphate given to mothers before term birth (birth at 37 weeks of pregnancy or later) could also protect the baby's brain and improve long-term outcomes.

This review included one randomised controlled study involving 135 women with mild pre-eclampsia (high blood pressure and/or protein in the urine). There was not enough evidence from this study to determine the effects of magnesium sulphate on babies born at term. Women receiving magnesium sulphate were more likely to feel warm and flushed in this study than women who received a placebo, but they were not more likely to stop treatment due to side effects. The rates of haemorrhage after birth and rates of caesarean birth were similar for women who received magnesium sulphate and those who received a placebo.

More studies are needed to establish whether magnesium sulphate given to the mother at term is protective for the baby's brain. The babies in these trials should be followed up over a long period so that we can monitor the effects of magnesium on child development.

We are awaiting further information from another six studies so that they can be assessed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Sulfate de magnésium chez les femmes à terme pour la neuroprotection du fœtus

Contexte

Le sulfate de magnésium est abondamment utilisé en obstétrique pour le traitement et la prévention de l'éclampsie. Une méta-analyse récente a démontré que le sulfate de magnésium est un agent neuroprotecteur du fœtus efficace lorsqu'il est administré pendant la période prénatale aux femmes présentant un risque d'accouchement très prématuré. Les nourrissons nés à terme représentent plus de la moitié de tous les cas d'infirmité motrice cérébrale, et l'incidence est restée assez constante. Il est important d'évaluer si l'administration prénatale de sulfate de magnésium aux femmes à terme protège le fœtus contre les lésions cérébrales, et les invalidités neurosensorielles associées y compris l'infirmité motrice cérébrale.

Objectifs

Évaluer l'efficacité du sulfate de magnésium administré aux femmes à terme en tant qu'agent neuroprotecteur pour le fœtus.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31.07.12) et les bibliographies des autres revues Cochrane évaluant le sulfate de magnésium pendant la grossesse.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés comparant le sulfate de magnésium administré pendant la période prénatale aux femmes à terme avec un placebo, l'absence de traitement ou un agent neuroprotecteur du fœtus différent. Nous avions aussi prévu d'inclure les essais randomisés en cluster, et d'exclure les essais croisés et les essais quasi-randomisés. Nous avions prévu d'exclure les études rapportées sous forme de résumé uniquement.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité des essais et les risques de biais. Deux auteurs ont extrait les données, de façon indépendante. L'exactitude des données a été vérifiée.

Résultats Principaux

Nous avons inclus un essai (impliquant 135 femmes présentant une pré-éclampsie bénigne à terme). Six études supplémentaires sont en attente d'une évaluation plus poussée.

L'essai inclus a comparé le sulfate de magnésium à un placebo et comportait un faible risque de biais. L'essai n'a rendu compte d'aucun des critères de jugement principaux prédéfinis de cette revue. Il n'y avait aucune différence significative entre le sulfate de magnésium et le placebo en ce qui concerne le score Apgar inférieur à sept à cinq minutes (risque relatif (RR) 0,51 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,05 à 5,46 ; 135 nourrissons), ni l'âge gestationnel à la naissance (différence moyenne (DM) -0,20 semaine ; IC à 95 % -0,62 à 0,22 ; 135 nourrissons).

Il y avait eu significativement plus d'effets secondaires maternels (sensation de chaleur et bouffées de chaleur) dans le groupe sous sulfate de magnésium que dans le groupe sous placebo (RR 3,81 ; IC à 95 % 2,22 à 6,53 ; 135 femmes). Cependant, aucune différence significative dans les effets indésirables suffisamment graves pour cesser le traitement n'a été observée (RR 3,04 ; IC à 95 % 0,13 à 73,42 ; 135 femmes). Aucune différence significative n'a été décelée entre les groupes en ce qui concerne les taux d'hémorragies post-partum (RR 4,06 ; IC à 95 % 0,47 à 35,38 ; 135 femmes) et de césariennes (RR 0,80 ; IC à 95 % 0,39 à 1,63 ; 135 femmes).

Conclusions des auteurs

Les preuves sont actuellement insuffisantes pour évaluer l'efficacité et l'innocuité du sulfate de magnésium lorsqu'il est administré aux femmes pour la neuroprotection du fœtus à terme. Compte tenu des preuves récentes obtenues en faveur de l'utilisation du sulfate de magnésium pour la neuroprotection du fœtus à terme, il est nécessaire de réaliser des essais contrôlés randomisés de grande qualité pour déterminer le profil d'innocuité et les critères de jugement neurologiques pour le fœtus à terme. Les stratégies pour réduire les effets secondaires maternels au cours du traitement exigent également une évaluation.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Sulfate de magnésium chez les femmes à terme pour la neuroprotection du fœtus

Sulfate de magnésium chez les femmes à terme pour la neuroprotection du fœtus à terme

Les bébés nés de mères qui sont confrontées à des complications durant la grossesse telles que l'accouchement avant terme (accouchement précoce avant 37 semaines de grossesse) et l'infection intra-utérine (infections à l'intérieur de l'utérus) présentent un risque plus élevé de trouble du mouvement appelé infirmité motrice cérébrale. L'infirmité motrice cérébrale est un terme englobant utilisé pour décrire un trouble physique non-progressif du mouvement ou de la posture qui est acquis au tout début de la vie, et qui est consécutif à des complications du développement cérébral. Il peut aussi être associé à des déficiences intellectuelles, des troubles du comportement, des anomalies sensorielles (cécité et surdité) et des crises convulsives.

Une autre revue Cochrane a constaté que le sulfate de magnésium administré aux mères avant un accouchement prématuré a permis de protéger le cerveau du bébé et d'améliorer les résultats à long terme au cours de l'enfance. Cette revue avait pour objectif d'évaluer si le sulfate de magnésium administré aux mères avant un accouchement à terme (accouchement à 37 semaines de grossesse ou plus tard) a aussi permis de protéger le cerveau du bébé et d'améliorer les résultats à long terme.

Cette revue a inclus une étude contrôlée randomisée impliquant 135 femmes présentant une pré-éclampsie bénigne (hypertension artérielle et/ou protéines dans les urines). Il n'y avait pas suffisamment de preuves issues de cette étude pour déterminer les effets du sulfate de magnésium chez les bébés nés à terme. Les femmes recevant du sulfate de magnésium étaient plus susceptibles d'avoir chaud et de rougir dans cette étude que les femmes ayant reçu un placebo, mais elles n'étaient pas plus susceptibles d'arrêter le traitement en raison d'effets secondaires. Les taux d'hémorragies après l'accouchement et les taux de naissances par césarienne étaient similaires chez les femmes ayant reçu du sulfate de magnésium et celles ayant reçu un placebo.

Il est nécessaire de mener d'autres études pour établir si le sulfate de magnésium administré aux mères à terme constitue une protection pour le cerveau du bébé. Les bébés dans ces essais devront être suivis sur une longue période de façon que nous puissions surveiller les effets du magnésium sur le développement de l'enfant.

Nous attendons d'autres informations provenant de six études supplémentaires pour pouvoir les évaluer.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Ministère de la Santé. Pour le Canada : Instituts de recherche en santé du Canada, ministère de la Santé du Québec, Fonds de recherche de Québec-Santé et Institut national d'excellence en santé et en services sociaux.