Immunosuppressive drug therapy for preventing rejection following lung transplantation in cystic fibrosis

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

For patients with cystic fibrosis and advanced pulmonary damage, lung transplantation is an available and viable option. However, graft rejection is an important potential consequence after lung transplantation. Immunosuppressive therapy is needed to prevent episodes of graft rejection and thus subsequently reduce morbidity and mortality in this population. There are a number of classes of immunosuppressive drugs which act on different components of the immune system. There is considerable variability in the use of immunosuppressive agents after lung transplantation in cystic fibrosis. While much of the research in immunosuppressive drug therapy has focused on the general population of lung transplant recipients, little is known about the comparative effectiveness and safety of these agents in patients with cystic fibrosis.

Objectives

To assess the effects of individual drugs or combinations of drugs compared to placebo or other individual drugs or combinations of drugs in preventing rejection following lung transplantation in patients with cystic fibrosis.

Search methods

We searched the Cochrane Cystic Fibrosis and Genetic Disorders Group Trials Register and scanned references of the potentially eligible study. We also searched the www.clinicaltrials.gov trials registry to obtain information on unpublished and ongoing studies.

Date of latest search: 22 August 2013.

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised studies.

Data collection and analysis

We independently assessed the studies identified from our searches for inclusion in the review. Should eligible studies be identified and included in future updates of the review, we will independently extract data and assess the risk of bias.

Main results

While two studies met our inclusion criteria, we did not include them in the review because the investigators of the studies did not report any information specific to patients with cystic fibrosis. Our attempts to obtain this information have not yet been successful. We will include any provided data in future updates of the review.

Authors' conclusions

The lack of currently available evidence makes it impossible to make conclusions about the comparative efficacy and safety of the various immunosuppressive drugs among patients with cystic fibrosis after lung transplantation. A recent Cochrane review comparing tacrolimus with cyclosporine in all patients with lung transplantation (not restricted to patients with cystic fibrosis) reported no significant difference in mortality and risk of acute rejection. However, tacrolimus use was associated with lower risk of broncholitis obliterans syndrome and arterial hypertension and higher risk of diabetes mellitus. It should be noted that this review contained only a small number of included studies (n = 3) with a high risk of bias. Additional randomised studies are required to provide evidence for the benefit and safety of the use of immunosuppressive therapy among patients with cystic fibrosis after lung transplantation.

Résumé scientifique

Traitement immunosuppresseur pour prévenir le rejet suite à une greffe des poumons dans la mucoviscidose

Contexte

Pour les patients atteints de mucoviscidose et de lésions pulmonaires avancées, la greffe des poumons est une option viable. Cependant, le rejet de greffe est une conséquence potentielle importante après une greffe des poumons. Un traitement immunosuppresseur est nécessaire afin de prévenir les épisodes de rejet de greffe et donc de réduire la morbidité et la mortalité chez cette population. Un certain nombre de classes de médicaments immunodépresseurs agissent sur différents composants du système immunitaire. Il existe une variabilité extrême dans l'utilisation des agents immunosuppresseurs après une greffe des poumons dans la mucoviscidose. Tandis que la majorité de la recherche dans le traitement immunosuppresseur s'est concentrée sur la population générale des receveurs de greffe des poumons, l'efficacité et l'innocuité de ces agents sont méconnues chez les patients atteints de mucoviscidose.

Objectifs

Évaluer les effets des médicaments seuls ou combinés par rapport à un placebo ou à d'autres médicaments seuls ou combinés pour prévenir le rejet suite à une greffe des poumons chez les patients atteints de mucoviscidose.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et les autres maladies génétiques et examiné les bibliographies des essais potentiellement éligibles. Nous avons également effectué des recherches dans le registre d'essais www.clinicaltrials.gov pour obtenir des informations sur des études non publiées et en cours.

Date de la dernière recherche : 22 août 2013.

Critères de sélection

Études randomisées et quasi-randomisées.

Recueil et analyse des données

Nous avons indépendamment évalué les études identifiées par nos recherches pour être inclus dans la revue. Si des études éligibles sont identifiées et inclues dans les futures mises à jour de la revue, nous extrairons indépendamment les données et évaluerons le risque de biais.

Résultats principaux

Alors que deux études répondaient à nos critères d'inclusion, nous ne les avons pas inclus dans la revue car les investigateurs des études n'ont rapporté aucune information spécifique aux patients atteints de mucoviscidose. Nos tentatives pour obtenir ces informations n'ont pas encore été fructueuses. Nous inclurons toutes données fournies dans les futures mises à jour de la revue.

Conclusions des auteurs

Le manque de preuves actuellement disponibles ne permet pas d'établir de conclusions quant à l'efficacité et l'innocuité relatives des différents médicaments immunosuppresseurs chez les patients atteints de mucoviscidose après une greffe des poumons. Une récente revue Cochrane comparant le tacrolimus à la ciclosporine chez tous les patients ayant subi une greffe des poumons (qui n’était pas limitée aux patients atteints de mucoviscidose) n'a rapporté aucune différence significative en termes de mortalité et de risque de rejet aigu. Cependant, l’utilisation de tacrolimus était associée à un plus faible risque de syndrome de la bronchiolite oblitérant et d'hypertension artérielle et un risque plus élevé de diabète sucré. Il convient de noter que cette revue comprenait uniquement un petit nombre d'études incluses (n =3) avec un risque de biais élevé. Des études randomisées supplémentaires sont nécessaires pour fournir des preuves de bénéfices et d'innocuité de l'utilisation d'un traitement immunosuppresseur chez les patients atteints de mucoviscidose après une greffe des poumons.

Plain language summary

Drugs to suppress the immune system after lung transplantation in patients with cystic fibrosis

Lung transplantation is an available and realistic treatment option for patients with cystic fibrosis whose lungs are severely damaged. However, as a natural defence mechanism, the body recognises a transplanted lung as foreign and activates the immune system to reject it. This is known as graft rejection. To prevent this, drugs are needed to suppress the immune system after lung transplantation. There are several different types of such drugs that act by suppressing different components of the immune system. Much of the research on such drugs has focused on all patients after lung transplantation, and not specifically on patients with cystic fibrosis. Currently, clinicians do not all agree on a common way of using such drugs in patients with cystic fibrosis after lung transplantation.

We searched for randomised studies of drugs to prevent graft rejection in patients with cystic fibrosis after lung transplantation so we could assess the effects of each drug on its own or combined with other drugs compared to 'dummy' treatment (placebo) or other single drugs or combinations of drugs. Although we found two eligible studies, they included patients with a number of chronic conditions and not just cystic fibrosis. The results were given for all patients and we were unable to extract results that were specific to patients with cystic fibrosis. We contacted the researchers who conducted these randomised studies, but they have not yet sent us the results that were specific to patients with cystic fibrosis. We will include these results in future updates of this systematic review, if we receive them.

A review of drugs to suppress the immune systems of lung transplant patients in general (not restricted to those with cystic fibrosis) only included three studies which had a high risk of bias. The review did not find that any one drug was better than another for reducing the chances of death or acute rejection; but tacrolimus led to a lower risk of long-term rejection and high blood pressure, although there was a higher risk of diabetes. Research is needed on the use of drugs that suppress the immune system in patients with cystic fibrosis who have received a lung transplantation.

Résumé simplifié

Médicaments immunosuppresseurs après une greffe des poumons chez les patients atteints de mucoviscidose

La greffe des poumons est une option de traitement disponible et réaliste chez les patients atteints de mucoviscidose dont les poumons sont sévèrement endommagés. Cependant, comme un mécanisme de défense naturel, le corps identifie une greffe des poumons en tant qu’élément étranger et active le système immunitaire pour le rejeter. Ceci est connu sous le nom de rejet de greffe. Pour empêcher ce rejet, des médicaments sont nécessaires afin de supprimer la fonction immunitaire après une greffe des poumons. Divers types de médicaments agissent en inhibant différents composants du système immunitaire. La majorité de la recherche sur ces médicaments s'est concentrée sur tous les patients après une greffe des poumons, et non spécifiquement sur les patients atteints de mucoviscidose. Actuellement, les cliniciens ne sont pas tous d’accord sur la méthode d'utilisation de ces médicaments chez les patients atteints de mucoviscidose après une greffe des poumons.

Nous avons recherché des études randomisées portant sur des médicaments pour prévenir le rejet de greffe chez les patients atteints de mucoviscidose après une greffe des poumons. Ceci pour pouvoir évaluer les effets de chaque médicament, administré seul ou combiné à d'autres médicaments, par rapport au traitement factice (placebo) ou à d'autres médicaments seuls ou à des combinaisons de médicaments. Bien que nous ayons trouvé deux études éligibles, elles incluaient des patients avec un nombre d'affections chroniques et non uniquement des patients atteints de mucoviscidose. Les résultats ont été administrés pour tous les patients et nous ne sommes pas en mesure d'extraire les résultats qui étaient spécifiques aux patients atteints de mucoviscidose. Nous avons contacté les chercheurs qui ont réalisé ces études randomisées, mais ils ne nous ont pas encore envoyé les résultats spécifiques aux patients atteints de mucoviscidose. Si nous les recevons, nous inclurons ces résultats dans les futures mises à jour de cette revue systématique.

Une revue de médicaments, pour inhiber la fonction immunitaire chez les patients subissant une greffe des poumons en général (qui n’était pas restreinte aux patients atteints de mucoviscidose), a uniquement inclus trois études qui avaient un risque de biais élevé. La revue n'a pas trouvé qu' un quelconque médicament était meilleure qu' une autre pour réduire les risques de décès ou de rejet aigu; mais le tacrolimus conduit à un risque plus faible de rejet à long terme et de pression artérielle élevée, bien qu' il y avait un risque plus élevé de diabète. Des recherches supplémentaires sont nécessaires concernant l'utilisation de médicaments qui inhibent la fonction immunitaire chez les patients atteints de mucoviscidose et qui ont reçu une greffe des poumons.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th January, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé