Intervention Review

You have free access to this content

Integrated disease management interventions for patients with chronic obstructive pulmonary disease

  1. Annemarije L Kruis1,*,
  2. Nynke Smidt2,
  3. Willem JJ Assendelft3,
  4. Jacobijn Gussekloo1,
  5. Melinde RS Boland4,
  6. Maureen Rutten-van Mölken4,
  7. Niels H Chavannes1

Editorial Group: Cochrane Airways Group

Published Online: 10 OCT 2013

Assessed as up-to-date: 12 APR 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009437.pub2


How to Cite

Kruis AL, Smidt N, Assendelft WJJ, Gussekloo J, Boland MRS, Rutten-van Mölken M, Chavannes NH. Integrated disease management interventions for patients with chronic obstructive pulmonary disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 10. Art. No.: CD009437. DOI: 10.1002/14651858.CD009437.pub2.

Author Information

  1. 1

    Leiden University Medical Center, Department of Public Health and Primary Care, Leiden, Netherlands

  2. 2

    University Medical Center Groningen, University of Groningen, Department of Epidemiology, Groningen, Groningen, Netherlands

  3. 3

    Radboud University Nijmegen Medical Center, Department of Primary and Community Care, 117 ELG, Nijmegen, Netherlands

  4. 4

    Erasmus University Rotterdam, Institute of Health Policy and Management/Institute of Medical Technology Assessment, Rotterdam, Netherlands

*Annemarije L Kruis, Department of Public Health and Primary Care, Leiden University Medical Center, PO Box 9600, Leiden, 2300 RC, Netherlands. A.l.kruis@lumc.nl.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 10 OCT 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Background

In people with chronic obstructive pulmonary disease (COPD) there is considerable variation in symptoms, limitations and well-being, which often complicates medical care. To improve quality of life (QoL) and exercise tolerance, while reducing the number of exacerbations, a multidisciplinary program including different elements of care is needed.

Objectives

To evaluate the effects of integrated disease management (IDM) programs or interventions in people with COPD on health-related QoL, exercise tolerance and number of exacerbations.

Search methods

We searched the Cochrane Airways Group Register of trials, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE and CINAHL for potentially eligible studies (last searched 12 April 2012).

Selection criteria

Randomized controlled trials evaluating IDM programs for COPD compared with controls were included. Included interventions consisted of multidisciplinary (two or more health care providers) and multi-treatment (two or more components) IDM programs with a duration of at least three months.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trial quality and extracted data; if required, we contacted authors for additional data. We performed meta-analyses using random-effects modeling. We carried out sensitivity analysis for allocation concealment, blinding of outcome assessment, study design and intention-to-treat analysis.

Main results

A total of 26 trials involving 2997 people were included, with a follow-up ranging from 3 to 24 months. Studies were conducted in 11 different countries. The mean age of the included participants was 68 years, 68% were male and the mean forced expiratory volume in one second (FEV1)% predicted value was 44.3% (range 28% to 66%). Participants were treated in all types of healthcare settings: primary (n = 8), secondary (n = 12), tertiary care (n = 1), and in both primary and secondary care (n = 5). Overall, the studies were of high to moderate methodological quality.

Compared with controls, IDM showed a statistically and clinically significant improvement in disease-specific QoL on all domains of the Chronic Respiratory Questionnaire after 12 months: dyspnea (mean difference (MD) 1.02; 95% confidence interval (CI) 0.67 to 1.36); fatigue (MD 0.82; 95% CI 0.46 to 1.17); emotional (MD 0.61; 95% CI 0.26 to 0.95) and mastery (MD 0.75; 95% CI 0.38 to 1.12). The St. George's Respiratory Questionnaire (SGRQ) for QoL reached the clinically relevant difference of four units only for the impact domain (MD -4.04; 95% CI -5.96 to -2.11, P < 0.0001). IDM showed a significantly improved disease-specific QoL on the activity domain of the SGRQ: MD -2.70 (95% CI -4.84 to -0.55, P = 0.01). There was no significant difference on the symptom domain of the SGRQ: MD -2.39 (95% CI -5.31 to 0.53, P = 0.11). According to the GRADE approach, quality of evidence on the SGRQ was scored as high quality, and on the CRQ as moderate quality evidence. Participants treated with an IDM program had a clinically relevant improvement in six-minute walking distance of 43.86 meters compared with controls after 12 months (95% CI 21.83 to 65.89; P < 0.001, moderate quality). There was a reduction in the number of participants with one or more hospital admissions over three to 12 months from 27 per 100 participants in the control group to 20 (95% CI 15 to 27) per 100 participants in the IDM group (OR 0.68; 95% CI 0.47 to 0.99, P = 0.04; number needed to treat = 15). Hospitalization days were significantly lower in the IDM group compared with controls after 12 months (MD -3.78 days; 95% CI -5.90 to -1.67, P < 0.001). Admissions and hospital days were graded as high quality evidence. No adverse effects were reported in the intervention group. No difference between groups was found on mortality (OR 0.96; 95%CI 0.52 to 1.74). There was insufficient evidence to refute or confirm the long term effectiveness of IDM.

Authors' conclusions

In these COPD participants, IDM not only improved disease-specific QoL and exercise capacity, but also reduced hospital admissions and hospital days per person.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Integrated disease management for chronic obstructive pulmonary disease

Background

Chronic obstructive pulmonary disease (COPD) is a chronic respiratory (lung), disabling disease which affects a lot of people worldwide and causes millions of deaths every year. People with COPD suffer differing levels of impairment, daily complaints/symptoms and number of exacerbations.

Different health care providers, such as doctors, nurses and physiotherapists, typically provide different components of care (for example medication, self management and education, exercise training) to people with COPD. The aim of an integrated disease management (IDM) program is to establish a program of different components of care in which different health care providers are co-operating and collaborating to provide efficient and good quality care.

Review question

We wished to determine the effect of such a program on quality of life, exercise tolerance and the number of exacerbations. We have chosen these outcomes as they are most important for people with COPD.

What we found

We evaluated 26 studies in 2997 people with COPD. Overall the evidence found was of high to moderate quality. The trials were conducted in 11 different countries. The average age of participants was 68 years, 68% of participants were men and the severity of COPD on average was severe (according to lung function measures). Some of the trials took place in GP clinics and some in hospitals. Overall, the studies were of good to moderate methodological quality.

People who participated in an IDM program had better quality of life and improved their exercise tolerance after 12 months. Furthermore, in participants treated with such a program, the number of hospital admissions related to exacerbations decreased and the total number of hospital days was reduced by three days. We found no evidence of an effect on mortality.

The results support an IDM program for people with COPD to optimize quality of life and exercise tolerance.

This plain language summary is up-to-date as of April 2012.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Interventions intégrées pour la prise en charge des patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive

Contexte

Les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) peuvent présenter des niveaux très variables de symptômes, de gênes et d’altérations du bien-être, ce qui complique souvent leurs soins médicaux. Afin d’améliorer la qualité de vie (QdV) et la tolérance à l’effort tout en réduisant le nombre d’exacerbations, il faut mettre en place un programme multidisciplinaire incluant différents éléments de soins.

Objectifs

Évaluer les effets des programmes ou interventions de prise en charge intégrée (PCI) de la maladie (IDM) chez les personnes souffrant de BPCO sur la qualité de vie liée à la santé, la tolérance à l’effort et le nombre d’exacerbations.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d’essais du groupe Cochrane sur les maladies respiratoires, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE et CINAHL pour trouver des études potentiellement éligibles (dernière recherche effectuée le 12 avril 2012).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés évaluant les programmes de PCI pour la BPCO par rapport à un groupe témoin ont été inclus. Les interventions incluses consistaient en programmes de soins multidisciplinaires (deux praticiens ou plus) et multitraitements (deux ou plusieurs composantes), d’une durée d’au moins trois mois.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont évalué indépendamment la qualité des essais et extrait les données ; lorsque cela était nécessaire, nous avons contacté les auteurs pour obtenir des données supplémentaires. Nous avons effectué des méta-analyses en utilisant une modélisation à effets aléatoires. Nous avons réalisé une analyse de sensibilité pour l’assignation sécrète, l’assignation en aveugle de l’évaluation des résultats, le plan d’étude et l’analyse en intention de traiter.

Résultats principaux

Un total de 26 essais impliquant 2997 personnes a été inclus, avec un suivi allant de 3 à 24 mois. Les études ont été menées dans 11 pays différents. L’âge moyen des participants inclus était de 68 ans, 68 % étaient de sexe masculin et la moyenne prédite du volume expiratoire maximal-seconde (VEMS) était de 44,3 % (extrêmes de 28 % et 66 %). Les participants ont été traités dans tous les types de d’établissements de soins de santé primaires (n = 8), secondaires (n = 12), tertiaires (n = 1), et à la fois primaires et secondaires (n = 5). Dans l’ensemble, les études étaient de qualité méthodologique moyenne à élevée.

Par rapport aux groupes témoins, la PCI à donné une amélioration statistiquement et cliniquement significative de la qualité de vie liée à la maladie dans tous les domaines du Questionnaire sur les affections respiratoires chroniques après 12 mois : dyspnée (différence moyenne (DM) 1,02 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,67 à 1,36) ; fatigue (DM 0,82 ; IC à 95 % de 0,46 à 1,17) ; état émotionnel (0,61 ; IC à 95 % de 0,26 à 0,95) et maîtrise (DM 0,75 ; IC à 95 % de 0,38 à 1,12). Le questionnaire SGRQ sur la qualité de vie dans les maladies n’a atteint le niveau de différence cliniquement pertinente de quatre unités que sur la question de l’impact (DM -4,04 ; IC à 95 % de -5,96 à -2,11, P < 0,0001). La PCI a donné une amélioration significative de la qualité de vie liée à la maladie dans le domaine d’activité du SGRQ, avec une DM de -2,70 (IC à 95 % de -4,84 à -0,55, P =0,01). Il n’y a eu aucune différence significative dans le domaine des symptômes du SGRQ, où la DM était de - 2,39 (IC à 95 % de -5,31 à 0,53, P = 0,11). Selon l’approche GRADE, la qualité des preuves apportées par le SGRQ a été jugée étant bonne qualité, et celles du Questionnaire CRQ de qualité modérée. Les participants traités selon un programme de PCI présentaient une amélioration cliniquement pertinente de la distance de marche en six minutes (43,86 mètres) par rapport au groupe témoin après 12 mois (IC à 95 % de 21,83 à 65,89 ; P < 0,001, qualité modérée). Il y a eu une réduction du nombre de participants hospitalisés une ou plusieurs fois en 3 à 12 mois de 27 participants sur 100 dans le groupe témoin à 20 sur 100 (IC à 95 % de 15 à 27) dans le groupe PCI (rapport des cotes de 0,68 ; IC à 95 % de 0,47 à 0,99, P =0,04 ; nombre de sujets à traiter = 15). Le nombre de jours d’hospitalisation était significativement inférieur dans le groupe PCI par rapport au groupe témoin après 12 mois (DM -3,78 jours ; IC à 95 % de -5,90 à -1,67, P < 0,001). Les hospitalisations et le nombre de jours à l’hôpital ont été considérés comme des preuves de grande qualité. Aucun effet indésirable n’a été rapporté dans le groupe d’intervention. Aucune différence entre les groupes n’a été observée sur la mortalité (RC 0,96 ; IC à 95 % 0,52 à 1,74). Il n’y avait pas suffisamment de preuves pour confirmer ou réfuter l’efficacité à long terme de la PCI.

Conclusions des auteurs

Chez ces participants atteints de BPCO, la PCI a permis non seulement d’améliorer la qualité de vie spécifiquement liée à la maladie et la capacité d’effort, mais aussi à réduire les hospitalisations et leur durée.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Prise en charge intégrée de la bronchopneumopathie chronique obstructive

Contexte

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie respiratoire (pulmonaire) chronique invalidante, qui affecte de nombreuses personnes à travers le monde et entraîne des millions de décès chaque année. Les personnes souffrant de BPCO présentent des niveaux variables de handicap, de problèmes et symptômes quotidiens et d’exacerbations.

Le plus souvent, différents prestataires de soins de santé, tels que médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, fournissent différentes composantes des soins (par exemple médicaments, auto-prise en charge et éducation, rééducation physique) aux personnes souffrant de BPCO. Le but des programmes de prise en charge intégrée de la maladie (PCI) est d’établir un programme des différentes composantes de soins dans le cadre duquel les différents prestataires de soins de santé coopèrent et collaborent pour fournir des soins efficaces et de bonne qualité.

Question

Nous avons voulu déterminer l’effet d’un tel programme sur la qualité de vie, la tolérance à l’effort et le nombre d’exacerbations. Nous avons choisi ces résultats car ce sont les plus important pour les patients atteints de BPCO.

Résultats

Nous avons évalué 26 études portant sur 2997 personnes souffrant de BPCO. Dans l’ensemble, les preuves trouvées étaient de qualité bonne à modérée. Les essais ont été réalisés dans 11 pays différents. L’âge moyen des participants était de 68 ans, 68 % des participants étaient des hommes et la gravite de la BPCO était en moyenne (selon les mesures de la fonction pulmonaire). Certains de ces essais ont été menés dans des maisons médicales et d’autres dans des hôpitaux. Dans l’ensemble, les études étaient d’une qualité méthodologique bonne à modérée.

Les personnes ayant participé à un programme de PCI avaient une meilleure qualité de vie et une tolérance à l’effort améliorée au bout de 12 mois. En outre, chez les participants suivant un tel programme, le nombre d’hospitalisations liées à des exacerbations a diminué et le nombre total de jours à l’hôpital a diminué de trois jours. Nous n’avons trouvé aucune preuve d’un effet sur la mortalité.

Les résultats sont favorables à un programme de PCI pour les personnes atteintes de BPCO, dans le but d’optimiser leur qualité de vie et leur tolérance à l’effort.

Cette résumé en langage simplifié est à jour à la date d’avril 2012.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 9th January, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�

 

Laienverständliche Zusammenfassung

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laienverständliche Zusammenfassung

Disease-Management-Programme (DMP) bei chronisch obstruktiver Lungenerkrankung

Hintergrund

Die chronisch obstruktive Lungenerkrankung (COPD) ist eine chronische Atemwegserkrankung, welche die Lungen betrifft und zu einer starken Beeinträchtigung des Alltags führt. Sie ist in der Bevölkerung weltweit stark verbreitet und verursacht jährlich Millionen von Todesfällen. Menschen mit COPD leiden unter Beeinträchtigungen, täglichen Beschwerden und Exazerbationen (Schüben) unterschiedlicher Schweregrade.

Die unterschiedlichen Leistungserbringer im Gesundheitssystem, wie Ärzte, Pflegekräfte oder Physiotherapeuten, bieten in der Regel verschiedene Ansätze der Gesundheitsversorgung von Patienten mit COPD an (beispielsweise Versorgung mit Medikation, Schulungen und Selbstmanagement und körperliches Training). Das Ziel eines ganzheitlichen Disease-Management-Programmes (IDM) ist es, ein Programm zu etablieren, welches verschiedene Komponenten der Versorgung integriert und in welchem verschiedene Leistungserbringer kooperieren, um eine effiziente und hochwertige Versorgung bereitzustellen.

Reviewfrage

Wir wollten den Effekt eines solchen Programms auf die Lebensqualität, die körperliche Belastbarkeit und die Anzahl der Exazerbationen feststellen. Wir haben diese Endpunkte gewählt, da sie für Menschen mit COPD am wichtigsten sind.

Das waren unsere Ergebnisse

Wir untersuchten 26 Studien mit 2997 Patienten mit COPD. Insgesamt war die vorgefundene Evidenz von hoher bis moderater Qualität. Die Studien wurden in 11 verschiedenen Ländern durchgeführt. Das Durchschnittsalter der Teilnehmer betrug 68 Jahre, 68% der Teilnehmer waren Männer und im Durchschnitt war der Erkrankungsgrad der COPD schwergradig (entsprechend der Lungenfunktionsparameter). Einige der Studien fanden in Praxen statt und einige in Krankenhäusern. Insgesamt waren die Studien von guter bis moderater methodischer Qualität.

Patienten, welche an einem IDM-Programm teilnahmen, hatten nach 12 Monaten eine bessere Lebensqualität und verbesserten ihre Belastbarkeit. Darüber hinaus konnte bei den Programmteilnehmern die Zahl der Krankenhauseinweisungen aufgrund von Exazerbationen verringert und die Gesamtzahl der Krankenhaustage um drei Tage verkürzt werden. Wir fanden keine Evidenz für eine Wirkung auf die Mortalität.

Die Ergebnisse weisen darauf hin, dass ein IDM-Programm bei Patienten mit COPD sowohl die Lebensqualität, als auch die Belastungsfähigkeit optimieren kann.

Diese laienverständliche Zusammenfassung ist auf dem Stand von April 2012.

Anmerkungen zur Übersetzung

M. Schmidt-Haghiri, Koordination durch Cochrane Schweiz.