Platelet rich therapies for long bone healing in adults

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

The morbidity and socioeconomic costs associated with long bone healing are considerable. Platelet-rich therapies are autologous blood products with a greater concentration of platelets than physiological whole blood. Despite promising results from a number of in-vitro animal studies, clinical evidence to support the use of platelet-rich therapy in long bone healing is unclear.

Objectives

To assess the effects (benefits or harms) of platelet-rich therapies for treating long bone osteotomies, acute fractures, un-united fractures and defects in adults.

Search methods

We searched the Cochrane Bone, Joint and Muscle Trauma Group Specialised Register (8 November 2011), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library, 2011 Issue 4), MEDLINE (1948 to November Week 1 2011) and EMBASE (1980 to Week 44 2011). Trial registers and reference lists of articles were also searched.

Selection criteria

Randomised and quasi-randomised controlled clinical trials evaluating any type of platelet-rich therapy compared with either no additional treatment or a placebo in the management of long bone osteotomies, acute fractures, un-united fractures and defects in adults. Studies including participants over 18 years of age; reporting functional outcomes, time to union, non-union, secondary procedures such as for fixation failure or delayed or non-union, adverse effects, pain or costs were included.

Data collection and analysis

Two authors independently selected the studies for inclusion in the review. Studies were assessed for the risk of bias using The Cochrane Collaboration's 'Risk of bias' tool. Treatment effects for dichotomous outcomes were expressed with risk ratios (RR) and continuous measures with mean differences, together with 95% confidence intervals (CI).

Main results

Only one eligible study, involving 21 participants, was included. The study compared platelet-rich therapy and allogenic bone graft with allogenic bone graft alone in patients undergoing corrective osteotomy for medial compartment osteoarthrosis of the knee. The risk of bias associated with this study was substantial. There was no significant difference in patient-reported or clinician-assessed functional outcome scores between groups at one year. There was a statistically significant benefit from platelet-rich therapy in the proportion of bones that were united at one year (8/9 versus 3/9; RR 2.67; 95% CI 1.03 to 6.91). This benefit, however, was not maintained when assuming poor outcomes for participants who were lost to follow-up (8/11 versus 3/10; RR 2.42; 95% CI 0.88 to 6.68). One adverse event was reported in a participant receiving platelet-rich therapy.

One other eligible study involving hip fracture patients is currently underway.

Authors' conclusions

While a potential benefit of platelet-rich therapies to augment long bone healing in adults cannot be ruled out, the currently available evidence from a single trial is insufficient to support the routine use of this intervention in clinical practice. Future trials should focus on reporting patient-reported functional outcomes from all trial participants for a minimum follow-up of one year.

Résumé scientifique

Traitements riches en plaquettes pour la cicatrisation des os longs chez les adultes

Contexte

La morbidité et les coûts socio-économiques associés à la cicatrisation des os longs sont considérables. Les thérapies riches en plaquettes sont des produits sanguins autologues avec une concentration plus élevée de plaquettes que le sang total physiologique. Malgré des résultats prometteurs issus de plusieurs études sur les animaux in-vitro, les données cliniques permettant de soutenir l'utilisation de la thérapie riche en plaquettes dans la cicatrisation des os longs sont confuses.

Objectifs

Evaluer les effets (avantages ou inconvénients) des traitements riches en plaquettes pour traiter les ostéotomies des os longs, les fractures aiguës, les fractures non ressoudées et les anomalies osseuses chez les adultes.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires (décembre 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (dans The Cochrane Library 2011, numéro 4), MEDLINE (de 1948 à la 1 ère semaine de novembre 2011), EMBASE (de 1980 à la 44 ème semaine de l'année 2011). Les registres d’essais cliniques et les listes bibliographiques des articles ont également fait l'objet de recherches.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés évaluant un type de thérapie riche en plaquettes comparé à aucun autre traitement ou à un placebo dans la prise en charge des ostéotomies des os longs, les fractures aiguës, les fractures non ressoudées et les anomalies osseuses chez les adultes. Les études comprenant des participants âgés de plus de 18 ans ; rendant compte des résultats fonctionnels, du temps de ressoudage, de la non cicatrisation, des procédures secondaires telles que celles en lien avec l'échec de la fixation, la cicatrisation retardée ou la non cicatrisation, les effets indésirables, la douleur ou les coûts ont été incluses.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont sélectionné de façon indépendante les études à inclure dans la revue. Les études ont été évaluées pour le risque de biais à l'aide de l'outil « Risque de biais » de la Cochrane Collaboration. Les effets du traitement pour les résultats dichotomiques ont été exprimés en rapports de risques (RR) et les mesures continues avec des différences moyennes, chacun avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux

Seulement une étude éligible, totalisant 21 participants, a été incluse. L'étude comparait la thérapie riche en plaquettes et la greffe osseuse allogénique avec une greffe osseuse allogénique seule chez les patients subissant une ostéotomie corrective pour une ostéoarthrite compartimentale médiane du genou. Le risque de biais associé à cette étude était important. Il n'y avait aucune différence significative dans les scores du résultat fonctionnel signalé par le patient ou évalué par le clinicien entre les groupes au bout d'une année. Il y avait un avantage significatif en termes statistiques entre la thérapie riche en plaquettes dans la proportion d'os ressoudés au bout d'une année (8/9 vs 3/9 ; RR 2,67 ; IC à 95 % 1,03 à 6,91). Cet avantage n'a toutefois pas été conservé lorsque l'on suppose les mauvais résultats pour les participants qui ont été perdus lors du suivi (8/11 vs 3/10 ; RR 2,42 ; IC à 95 % 0,88 à 6,68). Un effet indésirable a été mentionné chez un participant recevant une thérapie riche en plaquettes.

Une autre étude éligible impliquant des patients avec une fracture de la hanche est actuellement en cours.

Conclusions des auteurs

Bien qu'un éventuel bénéfice des traitements riches en plaquettes pour augmenter la cicatrisation des os longs chez l'adulte ne puisse pas être exclu, les données actuellement disponibles provenant d'un seul essai ne sont pas suffisantes pour étayer l'utilisation en routine de cette intervention en pratique clinique. Des essais ultérieurs devront se concentrer sur les résultats fonctionnels signalés par le patient provenant de l'ensemble des participants de l'essai pendant un suivi d'une année minimum.

Plain language summary

Platelet rich therapies for long bone healing in adult

Broken bones (fractures) are a major cause of disability in adults. The time taken for a bone to heal (achieve "union") is an important factor in determining recovery after an injury. A minority of fractures fail to heal at all or in an appropriate period of time. This review set out to find out whether treatment with platelet rich therapy (PRT) accelerates bone healing and reduces complications. Typically, platelet treatment involves the donation of a single venous blood sample from which the active, platelet-rich, fraction is extracted usually by a process of centrifugation. Additional chemicals may be added to the active fraction to alter its biological and material handling properties.

Only one study, involving 21 participants, was included in this review. The study compared PRT and bone graft versus bone graft alone (control) in patients with osteoarthritis of the knee who had surgery where a wedge of bone was cut (osteotomy) from their tibia (shin bone) in order to change the pattern of weight bearing on the knee. As in a fracture, the time for the bone to heal is an important factor in determining recovery after an osteotomy. The study found no difference between the PRT and control groups in patient-reported or clinician-assessed functional outcomes at one year. However, based on radiographic (x-ray) measures of bone healing, the study found a higher proportion of bones had healed by one year in those participants who had completed the study. One adverse event was reported in a participant receiving platelet-rich therapy

From the limited evidence that is currently available, the review found that PRT had no effect on functional outcomes. PRT may be beneficial in accelerating and improving the incidence of union in osteotomies. The only complication reported was not necessarily related to the PRT treatment. No data were available regarding PRT in the treatment of acute fractures, non-united fractures or large bony defects. One other study involving hip fracture patients is currently underway, and will provide further evidence concerning the use of PRT in the future.

Résumé simplifié

Traitements riches en plaquettes pour la cicatrisation des os longs chez les adultes

Les fractures osseuses sont une cause majeure d'invalidité chez l'adulte. Le temps nécessaire à la cicatrisation d'un os (son « ressoudage ») est un facteur important de la récupération après une blessure. Une minorité de fractures ne cicatrisent pas du tout ou nécessitent pour cela un temps anormal. Cette revue essaie de découvrir si un traitement avec une thérapie riche en plaquettes (TRP) accélère la cicatrisation de l'os et réduit les complications. Généralement, le traitement plaquettaire implique le don d'un échantillon de sang veineux duquel la fraction active et riche en plaquettes est habituellement extraite par un processus de centrifugation. Des produits chimiques supplémentaires peuvent être ajoutés à la fraction active pour altérer ses propriétés biologiques et matérielles.

Une seule étude, totalisant 21 participants, a été incluse dans cette revue. L'étude comparait la TRP et une greffe osseuse à une greffe osseuse seule (témoin) chez des patients souffrant d'ostéoarthrite du genou qui ont subi une intervention chirurgicale au cours de laquelle une partie de l'os a été coupée (ostéotomie) sur leur tibia (os principal de la jambe) de manière à modifier le profil de poids supporté par le genou. Comme avec une fracture, le temps de cicatrisation de l'os est un facteur important pour déterminer la récupération après une ostéotomie. L'étude n'a trouvé aucune différence entre la TRP et les groupes témoin dans les résultats fonctionnels signalés par le patient ou évalués par le clinicien après une année. Pour autant, en se basant sur les mesures radiographiques (rayons x) de la cicatrisation de l'os, l'étude a découvert qu'une proportion plus importante de l'os avait cicatrisé en un an chez ces participants qui avaient complété l'étude. Un effet indésirable a été mentionné chez un participant recevant une thérapie riche en plaquettes.

A partir des données limitées actuellement disponibles, la revue a découvert que la TRP n'avait aucun effet sur les résultats fonctionnels. La TRP peut être bénéfique pour accélérer et améliorer l'incidence du ressoudage dans les ostéotomies. La seule complication signalée n'était pas nécessairement liée au traitement de la TRP. Aucune donnée sur la TRP dans le traitement des fractures aiguës, des fractures non ressoudées ou des anomalies osseuses importantes n'était disponible. Une autre étude concernant les patients avec une fracture de la hanche est actuellement en cours et apportera des données complémentaires quant à l'utilisation de la TRP à l'avenir.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary