Intervention Review

You have free access to this content

Electro-coagulation for liver metastases

  1. Robert P Riemsma1,*,
  2. Malgorzata M Bala2,
  3. Robert Wolff1,
  4. Jos Kleijnen3

Editorial Group: Cochrane Hepato-Biliary Group

Published Online: 31 MAY 2013

Assessed as up-to-date: 3 JAN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009497.pub2


How to Cite

Riemsma RP, Bala MM, Wolff R, Kleijnen J. Electro-coagulation for liver metastases. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 5. Art. No.: CD009497. DOI: 10.1002/14651858.CD009497.pub2.

Author Information

  1. 1

    Kleijnen Systematic Reviews Ltd, York, UK

  2. 2

    Jagiellonian University Medical College, 2nd Department of Internal Medicine, Krakow, Poland

  3. 3

    School for Public Health and Primary Care (CAPHRI), Maastricht University, Maastricht, Netherlands

*Robert P Riemsma, Kleijnen Systematic Reviews Ltd, Unit 6, Escrick Business Park, Riccall Road, Escrick, York, YO19 6FD, UK. rob@systematic-reviews.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 31 MAY 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Primary liver tumours and liver metastases from colorectal carcinoma are the two most common malignant tumours to affect the liver. The liver is second only to the lymph nodes as the most common site for metastatic disease. More than half of the patients with metastatic liver disease will die from metastatic complications. Electro-coagulation is the coagulation (clotting) of tissue using a high-frequency electrical current applied locally with a metal instrument or needle with the aim of stopping bleeding. The object of this technique is to destroy the tumour completely, if possible, in a single surgical session.

Objectives

To study the beneficial and harmful effects of electro-coagulation compared with no intervention, to other ablation methods, or systemic treatments in patients with liver metastases.

Search methods

We searched The Cochrane Hepato-Biliary Group Controlled Trials Register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded, LILACS, and CINAHL up to December 2012.

Selection criteria

We included one randomised clinical trial that assessed beneficial and harmful effects of electro-coagulation and its comparators in patients with liver metastases, irrespective of the location of the primary tumour.

Data collection and analysis

We extracted relevant information on participant characteristics, interventions, study outcome measures, and data on the outcome measures as well as information on the design and methodology of the trials. Risk of bias of the trials and data extraction was carried out by one author and checked by a second author.

Main results

We included one randomised clinical trial that compared four groups: electro-coagulation alone, electro-coagulation + dimethyl sulphoxide, electro-coagulation + allopurinol, and control (Salim 1993). The risk of bias in the trial is high. In three groups, patients had their metastases destroyed with diathermy electro-coagulation (current set at No 5) and received: 1) solution of allopurinol by mouth 5 mL 4 x a day or 2) allopurinol by mouth 5 mL (50 mg) 4 x a day or 3) dimethyl sulphoxide by mouth 5 mL (500 mg) 4 x a day. In the control group patients received a solution of allopurinol by mouth 5 mL 4 x a day. The treatment was started in the fifth postoperative day and was continued for five years. Three hundred and six patients who had undergone resection of the sigmoid colon and who had five or more hepatic metastases were included; 75 received electro-coagulation alone (58 were evaluable), 76 received electro-coagulation plus allopurinol (53 were evaluable), 78 received electro-coagulation plus dimethyl sulphoxide (57 were evaluable), and 77 were in the control group (55 evaluable).

The authors reported the number of deaths due to disease spread (100% in the control, 98% in electro-coagulation, 87% in electro-coagulation + allopurinol, and 86% in the electro-coagulation + dimethyl sulphoxide groups). There was a significant benefit in favour of the electro-coagulation + allopurinol (risk ratio (RR) 0.87 (95% confidence interval (CI) 0.78 to 0.96)) and electro-coagulation + dimethyl sulphoxide (RR 0.86 (95% CI 0.77 to 0.95)) groups compared to the control group, but no such benefit in the electro-coagulation alone group (RR 0.98 (95% CI 0.95 to 1.02)) compared to the control group. There were no local recurrences, no positive tests for occult blood, and observed pulmonary metastases were always with ultrasonographic evidence of hepatic secondaries and were not significantly different for the experimental groups compared to the control group (electro-coagulation: RR 1.11 (95% CI 0.4 to 3.09)), electro-coagulation + allopurinol (RR 0.86 (95% CI 0.28 to 2.66)), electro-coagulation + dimethyl sulphoxide (RR 0.8 (95% CI 0.26 to 2.48)). None of the adverse events were significantly associated with treatment.

Authors' conclusions

On the basis of one randomised trial which did not describe its methodology in sufficient detail to assess risk of bias and quality, excluded 27% of patients after randomisation due to various reasons, and is probably not free from selective outcome reporting bias, there is insufficient evidence to conclude that in patients with colonic cancer liver metastases, electro-coagulation alone brings any significant benefit in terms of survival or recurrence compared with the control. In addition, there is insufficient evidence for the effectiveness of adding allopurinol or dimethyl sulphoxide to electro-coagulation. The probability for selective outcome reporting bias in the trial is high. More randomised trials are needed in order to sufficiently validate electro-coagulation with or without co-interventions.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Electro-coagulation for liver metastases

Primary liver tumours and liver metastases from colorectal carcinoma are the two most common malignant tumours to affect the liver. The liver is second only to the lymph nodes as the most common site for metastatic disease. More than half of the patients with metastatic liver disease will die from metastatic complications.

Electro-coagulation is the coagulation (clotting) of tissue using a high-frequency electrical current applied locally with a metal instrument or needle with the aim of stopping bleeding. The object of this technique is to destroy the tumour completely, if possible, in a single surgical session.

One randomised clinical trial was included comparing four arms: electro-coagulation alone, electro-coagulation + dimethyl sulphoxide, electro-coagulation + allopurinol and control. The treatment was started in the fifth postoperative day and was continued for five years. Three hundred and six patients were included, but only 223 could be included in the analyses.

On the basis of one randomised trial, which did not describe its methodology in sufficient detail to assess risk of bias and quality, excluded 27% of patients after randomisation due to various reasons, and is probably not free from selective outcome reporting bias, there is insufficient evidence to conclude that in patients with colonic cancer liver metastases, electro-coagulation alone brings any significant benefit in terms of survival or recurrence compared with the control group. In addition, there is insufficient evidence for the effectiveness of adding allopurinol or dimethyl sulphoxide to electro-coagulation.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Électrocoagulation pour le traitement des métastases hépatiques

Contexte

Les tumeurs hépatiques primaires et les métastases hépatiques du cancer colorectal sont les deux tumeurs malignes les plus courantes qui touchent le foie. Le foie est tout juste derrière les ganglions lymphatiques au rang des sites les plus courants pour la maladie métastatique. Plus de la moitié des patients atteints de maladie métastatique hépatique décèderont de complications métastatiques. L'électrocoagulation est la coagulation des tissus à l'aide d'un courant électrique de haute fréquence appliqué localement par un instrument ou une aiguille métallique dans le but d'arrêter les saignements. L'objet de cette technique est de complètement détruire la tumeur, si possible en une seule séance chirurgicale.

Objectifs

Étudier les effets bénéfiques et nocifs de l'électrocoagulation comparée à l'absence d'intervention, aux autres méthodes d'ablation ou aux traitements systémiques chez les patients souffrant de métastases hépatiques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais contrôlés du groupe Cochrane sur les affections hépato-biliaires, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, le Science Citation Index Expanded, LILACS, et CINAHL jusqu'en décembre 2012.

Critères de sélection

Nous avons inclus un essai clinique randomisé qui évaluait les effets bénéfiques et néfastes de l'électrocoagulation et de ses comparateurs chez les patients souffrant de métastases hépatiques, quel que soit l'emplacement de la tumeur primaire.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les informations pertinentes sur les caractéristiques des participants, les interventions, les critères de jugement des études et des données sur les critères de jugement, ainsi que des informations sur la méthodologie et le plan des essais. L'évaluation du risque de biais des essais et l'extraction des données ont été réalisées par un seul auteur et vérifiées par un deuxième auteur.

Résultats Principaux

Nous avons inclus un essai clinique randomisé qui comparait quatre groupes : électrocoagulation seule, électrocoagulation + sulfoxyde de diméthyle, électrocoagulation + allopurinol et témoin (Salim 1993). Le risque de biais de l'essai était élevé. Dans trois groupes, les patients voyaient leurs métastases détruites par électrocoagulation-diathermie (courant ajusté à N° 5) et recevaient : 1) une solution d'allopurinol par voie orale 5 ml 4 x par jour ou 2) allopurinol par voie orale 5 ml (50 mg) 4 x par jour ou 3) sulfoxyde de diméthyle par voie orale 5 ml (500 mg) 4 x par jour. Dans le groupe témoin les patients recevaient une solution d'allopurinol par voie orale 5 ml 4 x par jour. Le traitement était démarré au cinquième jour post-opératoire et était poursuivi pendant cinq ans. Trois cents six patients qui avaient subi une résection du côlon sigmoïde et qui présentaient cinq métastases hépatiques ou plus étaient inclus ; 75 recevaient l'électrocoagulation seule (58 étaient évaluables), 76 recevaient l'électrocoagulation plus allopurinol (53 étaient évaluables), 78 recevaient l'électrocoagulation plus sulfoxyde de diméthyle (57 étaient évaluables) et 77 étaient dans le groupe témoin (55 évaluables).

Les auteurs indiquaient le nombre de décès dus à la propagation de la maladie (100 % dans le groupe témoin, 98 % dans le groupe électrocoagulation, 87 % dans le groupe électrocoagulation + allopurinol, et 86 % dans le groupe électrocoagulation + sulfoxyde de diméthyle). Il existe un bénéfice significatif en faveur des groupes électrocoagulation + allopurinol (risque relatif (RR) 0,87 (intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,78 à 0,96)) et électrocoagulation + sulfoxyde de diméthyle (RR 0,86 (IC à 95 % 0,77 à 0,95)) comparés au groupe témoin, mais aucun bénéfice de la sorte dans le groupe électrocoagulation seule (RR 0.98 (IC à 95 % 0,95 à 1,02)) par rapport au groupe témoin. Il n'y avait pas de récurrences locales, de tests de sang occulte positifs, et les métastases pulmonaires observées s'accompagnaient toujours de données échographiques indiquant des tumeurs hépatiques secondaires et n'étaient pas significativement différentes entre les groupes expérimentaux et le groupe témoin (électrocoagulation : RR 1,11 (IC à 95 % 0,4 à 3,09)), électrocoagulation + allopurinol (RR 0,86 (IC à 95 % 0,28 à 2,66)), électrocoagulation + sulfoxyde de diméthyle (RR 0,8 (IC à 95 % 0,26 à 2,48)). Aucun des événements indésirables n'était significativement associé au traitement.

Conclusions des auteurs

Sur la base d'un seul essai randomisé, qui ne décrivait pas sa méthodologie de manière suffisamment détaillée pour évaluer le risque de biais et la qualité, qui a exclu 27 % des patients après la randomisation pour des raisons diverses, et qui n'est probablement pas exempt de biais de notification sélective des résultats, il n'existe pas suffisamment de preuves pour conclure que chez les patients présentant des métastases hépatiques liées à un cancer du côlon, l'électrocoagulation seule apporte un quelconque bénéfice en termes de survie ou de récurrence par rapport au groupe témoin. Par ailleurs, il n'existe pas suffisamment de preuves de l'efficacité de l'addition d'allopurinol ou de sulfoxyde de diméthyle à l'électrocoagulation. La probabilité de biais de notification sélective des critères d'évaluation dans l'essai est élevée. Il est indispensable de réaliser des essais randomisés supplémentaires afin de valider suffisamment l'électrocoagulation avec ou sans co-interventions.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Électrocoagulation pour le traitement des métastases hépatiques

Électrocoagulation pour le traitement des métastases hépatiques

Les tumeurs hépatiques primaires et les métastases hépatiques du cancer colorectal sont les deux tumeurs malignes les plus courantes qui touchent le foie. Le foie est tout juste derrière les ganglions lymphatiques au rang des sites les plus courants pour la maladie métastatique. Plus de la moitié des patients atteints de maladie métastatique hépatique décèderont de complications métastatiques.

L'électrocoagulation est la coagulation des tissus à l'aide d'un courant électrique de haute fréquence appliqué localement par un instrument ou une aiguille métallique dans le but d'arrêter les saignements. L'objet de cette technique est de complètement détruire la tumeur, si possible en une seule séance chirurgicale.

Un essai contrôlé randomisé a été inclus, et il comparait quatre bras : électrocoagulation seule, électrocoagulation + sulfoxyde de diméthyle, électrocoagulation + allopurinol et témoin. Le traitement était démarré au cinquième jour post-opératoire et était poursuivi pendant cinq ans. Trois cents six patients étaient inclus, mais seuls 223 ont pu être inclus dans les analyses.

Sur la base d'un seul essai randomisé, qui ne décrivait pas sa méthodologie de manière suffisamment détaillée pour évaluer le risque de biais et la qualité, qui a exclu 27 % des patients après la randomisation pour des raisons diverses, et qui n'est probablement pas exempt de biais de notification sélective des résultats, il n'existe pas suffisamment de preuves pour conclure que chez les patients présentant des métastases hépatiques liées à un cancer du côlon, l'électrocoagulation seule apporte un quelconque bénéfice en termes de survie ou de récurrence par rapport au groupe témoin. Par ailleurs, il n'existe pas suffisamment de preuves de l'efficacité de l'addition d'allopurinol ou de sulfoxyde de diméthyle à l'électrocoagulation.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 3rd June, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.