Intervention Review

You have free access to this content

Transarterial (chemo)embolisation versus no intervention or placebo intervention for liver metastases

  1. Robert P Riemsma1,*,
  2. Malgorzata M Bala2,
  3. Robert Wolff1,
  4. Jos Kleijnen3

Editorial Group: Cochrane Hepato-Biliary Group

Published Online: 30 APR 2013

Assessed as up-to-date: 11 MAR 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD009498.pub3


How to Cite

Riemsma RP, Bala MM, Wolff R, Kleijnen J. Transarterial (chemo)embolisation versus no intervention or placebo intervention for liver metastases. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 4. Art. No.: CD009498. DOI: 10.1002/14651858.CD009498.pub3.

Author Information

  1. 1

    Kleijnen Systematic Reviews Ltd, York, UK

  2. 2

    Jagiellonian University Medical College, 2nd Department of Internal Medicine, Krakow, Poland

  3. 3

    School for Public Health and Primary Care (CAPHRI), Maastricht University, Maastricht, Netherlands

*Robert P Riemsma, Kleijnen Systematic Reviews Ltd, Unit 6, Escrick Business Park, Riccall Road, Escrick, York, YO19 6FD, UK. rob@systematic-reviews.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 30 APR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Primary liver tumours and liver metastases from colorectal carcinoma are the two most common malignant tumours to affect the liver. The liver is second only to the lymph nodes as the most common site for metastatic disease. More than half of the patients with metastatic liver disease will die from metastatic complications. Chemoembolisation is based on the concept that the blood supply to hepatic tumours originates predominantly from the hepatic artery. Therefore, embolisation of the hepatic artery can lead to selective necrosis of the liver tumour while it may leave normal parenchyma virtually unaffected.

Objectives

To study the beneficial and harmful effects of transarterial (chemo)embolisation compared with no intervention or placebo intervention in patients with liver metastases.

Search methods

We searched the Cochrane Hepato-Biliary Group Controlled Trials Register, Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded, LILACS, and CINAHL up to December 2012.

Selection criteria

We included all randomised clinical trials assessing beneficial and harmful effects of transarterial (chemo)embolisation compared with no intervention or placebo intervention in patients with liver metastases, no matter the location of the primary tumour.

Data collection and analysis

We extracted relevant information on participant characteristics, interventions, study outcome measures, and data on the outcome measures for our review as well as information on the design and methodology of the studies. Bias risk assessment of the trials, fulfilling the inclusion criteria, and data extraction from the retrieved final evaluation trials were done by one author and checked by a second author.

Main results

One randomised clinical trial fulfilled the inclusion criteria of the review. Sixty-one patients with colorectal liver metastases were randomised into three intervention groups: 22 received hepatic artery embolisation, 19 received hepatic artery infusion chemotherapy, and 20 were randomised to control, described as "no active therapeutic intervention, although symptomatic treatment was provided whenever necessary". As hepatic artery infusion chemotherapy is not in the scope of this review, we have not included the data from this intervention group. In the remaining two groups that were of interest to the review, 43 of the participants were men and 18 women. Most tumours were synchronous metastases involving up to 75% of the liver and non-resectable. The risk of bias in the trial was judged to be high.

Patients were followed-up for a minimum of seven months. Mortality at last follow-up was 86% (19/22) in the hepatic artery embolisation group versus 95% (19/20) in the control group (RR 0.91; 95% CI 0.75 to 1.1), that is, no statistically significant difference was observed. Median survival after trial entry was 7.0 months (range 2 to 44) in the hepatic artery embolisation group and 7.9 months (range 1 to 26) in the control group. Nine out of 22 (41%) in the hepatic artery embolisation group and five out of 20 (25%) in the control group developed evidence of extrahepatic disease (RR 1.64; 95% CI 0.60 to 4.07). Local recurrence was reported for 10 patients in the trial without details about the trial group. Most patients in the embolisation group experienced post-embolic syndrome (82%), and one patient had local haematoma. No other adverse events were reported. The authors did not report if there were any adverse events in the control group.

Authors' conclusions

On the basis of one small randomised trial that did not describe sequence generation, allocation concealment or blinding, it can be concluded that in patients with liver metastases no significant survival benefit or benefit on extrahepatic recurrence was found in the embolisation group in comparison with the palliation group. The probability for selective outcome reporting bias in the trial is high. At present, transarterial (chemo)embolisation cannot be recommended outside randomised clinical trials.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Transarterial (chemo)embolisation for liver metastases

Primary liver tumours and liver metastases from colorectal carcinoma are the two most common malignant tumours to affect the liver. The liver is second only to the lymph nodes as the most common site for metastatic disease. More than half of the patients with metastatic liver disease will die from metastatic complications.

Chemoembolisation is based on the concept that the blood supply to hepatic tumours originates predominantly from the hepatic artery. Therefore, embolisation of the hepatic artery can lead to selective dying of the liver tumour while it may leave normal organ tissue virtually unaffected.

One randomised clinical trial comparing hepatic artery embolisation with control is included in the review; 22 patients received hepatic artery embolisation and 20 received control. The trial was judged to have a high risk of systematic errors (that is overestimation of benefits and underestimation of harms). Moreover, the trial has included so few patients that it carries high risk of random errors (that is play of chance).

On the basis of one small randomised trial that did not describe in detail the randomisation procedure and is probably not free from selective outcome reporting bias, it can be concluded that no significant benefits or harms are found in patients with liver metastases on survival or on extrahepatic recurrence between the embolisation group and the control or palliation group. (Chemo)embolisation cannot be recommended outside randomised clinical trials.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

(Chimio)-embolisation transartérielle versus absence d'intervention ou intervention par placebo pour le traitement des métastases hépatiques

Contexte

Les tumeurs hépatiques primaires et les métastases hépatiques du cancer colorectal sont les deux tumeurs malignes les plus courantes qui touchent le foie. Le foie est tout juste derrière les ganglions lymphatiques au rang des sites les plus courants pour la maladie métastatique. Plus de la moitié des patients atteints de maladie métastatique hépatique décèderont de complications métastatiques. La chimio-embolisation se fonde sur le fait que l'apport sanguin vers les tumeurs hépatiques provient majoritairement de l'artère hépatique. Par conséquent, l'embolisation de l'artère hépatique peut conduire à la nécrose sélective de la tumeur hépatique tout en n'affectant pratiquement pas le parenchyme normal.

Objectifs

Étudier les effets bénéfiques et nocifs de la chimio-embolisation transartérielle comparé à l'absence d'intervention ou à l'intervention par placebo chez les patients souffrant de métastases hépatiques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais contrôlés du groupe Cochrane des affections hépato-biliaires, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, le Science Citation Index Expanded, LILACS, et CINAHL jusqu'en décembre 2012.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais cliniques randomisés évaluant les effets bénéfiques et nocifs de la (chimio)-embolisation transartérielle comparé à l'absence d'intervention ou à l'intervention par placebo chez les patients souffrant de métastases hépatiques, indépendamment de l'emplacement de la tumeur primaire.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les informations pertinentes sur les caractéristiques des participants, les interventions, les critères de jugement des études et des données sur les critères de jugement pour notre revue, ainsi que des informations sur la méthodologie et le plan des études. L'évaluation du risque de biais des essais, la vérification du respect des critères d'inclusion et l'extraction des données ont été effectuées par un auteur et contrôlées par un deuxième auteur.

Résultats Principaux

Un essai clinique randomisé répondait aux critères d'inclusion de la revue. Soixante-et-un patients souffrant de métastases hépatiques colorectales ont été randomisés dans trois groupes d'intervention : 22 ont reçu une embolisation de l'artère hépatique, 19 ont reçu une chimiothérapie par perfusion de l'artère hépatique et 20 ont été randomisés pour recevoir un traitement témoin, décrit comme une « absence d'intervention thérapeutique active, bien qu'un traitement symptomatique ait été fourni lorsque cela était nécessaire ». Du fait que la chimiothérapie par perfusion de l'artère hépatique n'est pas examinée dans cette revue, nous n'avons pas inclus les données de ce groupe d'intervention. Dans les deux groupes restants qui étaient intéressants pour la revue, 43 des participants étaient des hommes et 18 étaient des femmes. La plupart des tumeurs étaient des métastases synchrones concernant jusqu'à 75 % du foie et n'étaient pas résécables. Le risque de biais dans l'essai a été jugé élevé.

Les patients ont été suivis pendant une période minimale de sept mois. La mortalité lors du dernier suivi a été de 86 % (19/22) dans le groupe d'embolisation de l'artère hépatique versus 95 % (19/20) dans le groupe témoin (RR 0,91 ; IC à 95 % 0,75 à 1,1), c'est-à-dire qu'aucune différence statistiquement significative n'a été observée. La survie moyenne après inclusion dans l'essai a été de 7,0 mois (fourchette de 2 à 44) dans le groupe d'embolisation de l'artère hépatique et de 7,9 mois (fourchette de 1 à 26) dans le groupe témoin. Neuf patients sur 22 (41 %) dans le groupe d'embolisation de l'artère hépatique et cinq sur 20 (25 %) dans le groupe témoin ont développé des signes de maladie extrahépatique (RR 1,64 ; IC à 95 % 0,60 à 4,07). Une récidive locale a été notifiée pour 10 patients dans l'essai, sans détails à propos du groupe d'essai. La plupart des patients dans le groupe d'embolisation de l'artère hépatique ont souffert du syndrome post-embolisation (82 %) et un patient a eu un hématome local. Aucun autre événement indésirable n'a été signalé. Les auteurs n'ont pas indiqué s'il y avait des événements indésirables dans le groupe témoin.

Conclusions des auteurs

Sur la base d'un essai randomisé réalisé à petite échelle qui ne décrivait pas la génération de séquence, l'assignation secrète ou l'aveugle, on peut conclure que, chez les patients présentant des métastases hépatiques, aucun bénéfice significatif pour la survie ni aucun bénéfice pour la récidive extrahépatique n'ont découverts dans le groupe d'embolisation comparé au groupe en soins palliatifs. La probabilité de biais de notification sélective des critères d'évaluation dans l'essai est élevée. Actuellement, la (chimio)-embolisation transartérielle ne peut pas être recommandée en dehors des essais cliniques randomisés.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

(Chimio)-embolisation transartérielle versus absence d'intervention ou intervention par placebo pour le traitement des métastases hépatiques

(Chimio)-embolisation transartérielle pour le traitement des métastases hépatiques

Les tumeurs hépatiques primaires et les métastases hépatiques du cancer colorectal sont les deux tumeurs malignes les plus courantes qui touchent le foie. Le foie est tout juste derrière les ganglions lymphatiques au rang des sites les plus courants pour la maladie métastatique. Plus de la moitié des patients atteints de maladie métastatique hépatique décèderont de complications métastatiques.

La chimio-embolisation se fonde sur le fait que l'apport sanguin vers les tumeurs hépatiques provient majoritairement de l'artère hépatique. Par conséquent, l'embolisation de l'artère hépatique peut conduire à la mort sélective de la tumeur hépatique tout en n'affectant pratiquement pas les tissus normaux de l'organe.

Un essai clinique randomisé comparant l'embolisation de l'artère hépatique à un témoin est inclus dans la revue ; 22 patients ont reçu une embolisation de l'artère hépatique et 20 ont reçu une intervention témoin. L'essai a été jugé comme présentant un risque élevé d'erreurs systématiques (c'est-à-dire une surestimation des effets bénéfiques et une sous-estimation des effets nocifs). De plus, l'essai a porté sur un si petit nombre de patients qu'il comporte un risque élevé d'erreurs aléatoires (c'est-à-dire d'erreurs dues au hasard).

Sur la base d'un essai randomisé réalisé à petite échelle qui ne décrivait pas en détail la procédure de randomisation et n'est probablement pas dépourvu d'un biais de notification sélective des critères d'évaluation, on peut conclure à l'absence d'effets bénéfiques ou nocifs significatifs observés chez les patients souffrant de métastases hépatiques sur la survie ou sur la récidive extrahépatique entre le groupe d'embolisation et le groupe témoin ou le groupe en soins palliatifs. La chimio-embolisation ne peut pas être recommandée en dehors des essais cliniques randomisés.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 30th October, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français