Intervention Review

You have full text access to this OnlineOpen article

Effectiveness of the Valsalva Manoeuvre for reversion of supraventricular tachycardia

  1. Gavin D Smith1,*,
  2. Kylie Dyson2,
  3. David Taylor3,
  4. Amee Morgans4,
  5. Kate Cantwell5

Editorial Group: Cochrane Heart Group

Published Online: 28 MAR 2013

Assessed as up-to-date: 31 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009502.pub2

How to Cite

Smith GD, Dyson K, Taylor D, Morgans A, Cantwell K. Effectiveness of the Valsalva Manoeuvre for reversion of supraventricular tachycardia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 3. Art. No.: CD009502. DOI: 10.1002/14651858.CD009502.pub2.

Author Information

  1. 1

    Monash University, Epidemiology and Preventative Medicine, Melbourne, Victoria, Australia

  2. 2

    Ambulance Victoria, Operations, Doncaster, Victoria, Australia

  3. 3

    Austin Health, Emergency Medicine, Heidelberg, Victoria, Australia

  4. 4

    Ambulance Victoria, Quality Review, Burwood East, Victoria, Australia

  5. 5

    Monash University, Epidemiology and Preventative Medicine, Prahan, Victoria, Australia

*Gavin D Smith, Epidemiology and Preventative Medicine, Monash University, Level 5, Alfred Centre, 99 Commercial Road, Melbourne, Victoria, 3004, Australia. gavin.smith@monash.edu. caduceus7@bigpond.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 28 MAR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Patients with the cardiac arrhythmia supraventricular tachycardia (SVT) frequently present to clinicians in the prehospital and emergency medicine settings. Restoring sinus rhythm by terminating the SVT involves increasing the refractoriness of AV nodal tissue within the myocardium by means of vagal manoeuvres, pharmacological agents or electrical cardioversion. A commonly used first-line technique to restore the normal sinus rhythm (reversion) is the Valsalva Manoeuvre (VM). This is a non-invasive means of increasing myocardial refractoriness by increasing intrathoracic pressure for a brief period, thus stimulating baroreceptor activity in the aortic arch and carotid bodies, resulting in increased parasympathetic (vagus nerve) tone.

Objectives

To assess the evidence of effectiveness of the Valsalva Manoeuvre in terminating supraventricular tachycardia.

Search methods

We electronically searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Library (Issue 1 of 12, 2012); MEDLINE Ovid (1946 to January 2012); EMBASE Ovid (1947 to January 2012); Web of Science (1970 to 27 January 2012); and BIOSIS Previews (1969 to 27 January 2012). Trials registries, the Index to Theses and the bibliographies of all relevant publications identified by these strategies were also checked.

Selection criteria

We included all randomised controlled trials (RCTs) that examined the effectiveness of the Valsalva Manoeuvre in terminating SVT.

Data collection and analysis

Two authors independently extracted the data using a standardised form. Each trial was assessed for internal validity with differences resolved by discussion. Data were then extracted and entered into Review Manager 5.1 (RevMan).

Main results

We identified three randomised controlled trials including 316 participants. All three studies compared the effectiveness of VM in reverting SVT with that of other vagal manoeuvres in a cross-over design. Two studies induced SVT within a controlled laboratory environment. Participants had ceased all medications prior to engaging in these studies. The third study reported on patients presenting to a hospital emergency department with an episode of SVT. These patients were not controlled for medications or other factors prior to intervention.

The two laboratory studies demonstrated reversion rates of 45.9% and 54.3%, whilst the clinical study demonstrated reversion success of 19.4%. This discrepancy may be due to methodological differences between studies, the effect of induced SVT versus spontaneous episodic SVT, and participant factors such as medications and comorbidities. We were unable to assess any of these factors further, nor adverse effects, since they were either not described in enough detail or not reported at all.

Statistical pooling was not possible due to heterogeneity between the included studies.

Authors' conclusions

We did not find sufficient evidence to support or refute the effectiveness of the Valsalva Manoeuvre for termination of SVT. Further research is needed and this should include a standardised approach to performance technique and methodology.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

The effectiveness of the Valsalva Manoeuvre for stopping an abnormal heart rhythm

Supraventricular tachycardia (SVT) is a common heart abnormality which presents as a fast heart rate. This heart rhythm disturbance can occur in healthy individuals and may include symptoms such as chest pain, palpitations, shortness of breath, sweating and feeling faint. In rarer instances, unconsciousness may occur. The treatment of this condition is usually a combination of physical straining manoeuvres (also known as vagal manoeuvres), medications or electrical therapy (used in severe cases where blood pressure drops to a low level). A vagal manoeuvre is a term used to describe any physical intervention which results in stimulation of the tenth cranial nerve (vagus nerve), which in turn can lead to slowing of the heart rate in the setting of SVT. One such manoeuvre, the Valsalva Manoeuvre, is performed by having a patient blow into a syringe whilst lying down (face up) for fifteen seconds. This generates increased pressure within the chest cavity and triggers a slowing of heart rate which may stop the abnormal rhythm. This review examined the evidence available to see how effective the Valsalva Manoeuvre is in restoring normal heart rate (known as reversion success).

Three studies involving a total of 316 participants were included in this review. Analysis of the results showed that reversion success lies somewhere between 19.4% and 54.3%. The likelihood and severity of side effects (adverse events) could not be calculated as the studies provided insufficient information to perform this analysis. Potential side effects have been reported in other articles on the subject: these have included hypotension (sudden lowering of blood pressure) or syncope (brief loss of consciousness). No side effects were reported in the three studies reviewed here. Within the three studies reversion was achieved on completion of each Valsalva Manoeuvre.

Overall, the Valsalva Manoeuvre appears to be a simple, non-invasive method of stopping abnormal heart rhythm but its safety and overall effectiveness are difficult to quantify. Further research is required to improve the evidence surrounding this practice.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Efficacité de la manœuvre de Valsalva pour la réversion de la tachycardie supraventriculaire

Contexte

Les patients atteints de l'arythmie cardiaque tachycardie supraventriculaire (TSV) se présentent souvent chez les cliniciens dans des contextes de médecine pré-hospitalière et de médecine d'urgence. La restauration du rythme sinusal en supprimant la TSV implique d'augmenter l'état réfractaire du nœud auriculoventriculaire au sein du myocarde par le biais des manœuvres vagales, d'agents pharmacologiques ou de la cardioversion électrique. Une technique de première ligne couramment utilisée pour restaurer le rythme sinusal normal (réversion) est la manœuvre de Valsalva (MV). Il s'agit d'une méthode non-invasive pour augmenter l'état réfractaire du myocarde en élevant la pression intrathoracique pendant une courte période, stimulant ainsi l'activité des barorécepteurs dans l'arc aortique et le glomus carotidien, aboutissant à une augmentation du tonus parasympathique (nerf vague).

Objectifs

Évaluer les preuves de l'efficacité de la manœuvre de Valsalva pour supprimer la tachycardie supraventriculaire.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche électronique dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library (numéro 1 sur 12, 2012) ; MEDLINE Ovid (de 1946 à janvier 2012) ; EMBASE Ovid (de 1947 à janvier 2012) ; Web of Science (de 1970 jusqu'au 27 janvier 2012) ; et BIOSIS Previews (de 1969 jusqu'au 27 janvier 2012). Nous avons également consulté les registres d'essais, l'Index des Thèses et les bibliographies de toutes les publications pertinentes identifiées par ces stratégies.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés (ECR) ayant examiné l'efficacité de la manœuvre de Valsalva pour supprimer la TSV.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont extrait les données, de façon indépendante, en utilisant un formulaire standardisé. Nous avons évalué la validité interne de chaque essai et résolu tout différend par des discussions. Les données ont ensuite été extraites et saisies dans le logiciel Review Manager 5.1 (RevMan).

Résultats Principaux

Nous avons identifié trois essais contrôlés randomisés incluant 316 participants. Les trois études ont comparé l'efficacité de la MV pour la réversion de la TSV à celle d'autres manœuvres vagales dans une conception croisée. Deux études ont induit la TSV à l'intérieur d'un environnement de laboratoire contrôlé. Les participants ont arrêté tous les médicaments avant de s'engager dans ces études. La troisième étude concernait des patients se présentant au service des urgences de l'hôpital avec un épisode de TSV. Ces patients n'ont pas été contrôlés en ce qui concerne les médicaments ou d'autres facteurs avant l'intervention.

Les deux études de laboratoire ont mis en évidence des taux de réversion de 45,9 % et 54,3 %, tandis que l'étude clinique a révélé un taux de réussite de la réversion de 19,4 %. Cet écart peut être dû aux différences méthodologiques entre les études, à l'effet de la TSV induite versus TSV épisodique spontanée, et aux facteurs participants tels que les médicaments et les comorbidités. Nous n'avons pu évaluer aucun de ces facteurs de manière plus approfondie, ni les effets indésirables, car soit ils n'ont pas été décrits avec suffisamment de détails soit ils n'ont pas été rapportés du tout.

Le regroupement statistique n'a pas été possible en raison de l'hétérogénéité entre les études cliniques.

Conclusions des auteurs

Nous n'avons pas trouvé suffisamment de preuves pour soutenir ou réfuter l'efficacité de la manœuvre de Valsalva pour supprimer la TSV. Des recherches supplémentaires doivent être réalisées, lesquelles devront incorporer une approche standardisée de la technique à hautes performances et de la méthodologie.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Efficacité de la manœuvre de Valsalva pour la réversion de la tachycardie supraventriculaire

Efficacité de la manœuvre de Valsalva pour supprimer un rythme cardiaque anormal

La tachycardie supraventriculaire (TSV) se caractérise par une accélération anormale du rythme cardiaque. Cette perturbation du rythme cardiaque peut survenir chez des individus en bonne santé et peut comprendre des symptômes tels que des douleurs thoraciques, des palpitations, un essoufflement, une transpiration et une sensation d'évanouissement. Dans des cas plus rares, il peut y avoir une perte de connaissance. Le traitement de cette pathologie est habituellement une combinaison de manœuvres d'effort physique (appelées aussi manœuvres vagales), de médicaments ou de traitement par stimulation électrique (utilisé dans les cas sévères où la pression artérielle chute jusqu'à un faible niveau). Le terme « manœuvre vagale » est utilisé pour décrire une intervention physique qui se traduit par la stimulation du dixième nerf crânien (nerf vague), qui peut à son tour entraîner le ralentissement du rythme cardiaque dans le contexte de la TSV. Pour effectuer une telle manœuvre, la manœuvre de Valsalva, le praticien doit demander au patient de souffler dans une seringue en étant en position allongée (sur le dos) pendant quinze secondes. Ceci génère une pression accrue au sein de la cavité thoracique et déclenche le ralentissement du rythme cardiaque susceptible de supprimer le rythme anormal. Cette revue a examiné les preuves disponibles pour déterminer l'efficacité réelle de la manœuvre de Valsalva pour restaurer un rythme cardiaque normal (qualifié de réussite de la réversion).

Trois études totalisant 316 participants ont été incluses dans cette revue. L'analyse des résultats a montré que la réussite de la réversion se situe à un niveau compris entre 19,4 % et 54,3 %. Le calcul de la probabilité et de la gravité des effets secondaires (événements indésirables) n'a pas été possible, car les études ont fourni des informations insuffisantes pour effectuer cette analyse. Des effets secondaires potentiels ont été rapportés dans d'autres articles sur ce sujet : ils ont compris l'hypotension (baisse soudaine de la pression artérielle) ou la syncope (perte de conscience momentanée). Aucun effet secondaire n'a été rapporté dans les trois études examinées ici. Dans les trois études, la réversion a été obtenue à la fin de chaque manœuvre de Valsalva.

Globalement, la manœuvre de Valsalva semble être une méthode non-invasive simple pour supprimer un rythme cardiaque anormal, mais sa sécurité d'emploi et son efficacité globale sont difficiles à quantifier. D'autres recherches sont nécessaires pour améliorer les preuves concernant cette pratique.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux pour la France: Minist�re en charge de la Sant�