This is not the most recent version of the article. View current version (18 MAY 2015)

Intervention Review

You have free access to this content

Adenosine and verapamil for no-reflow during primary percutaneous coronary intervention in people with acute myocardial infarction

  1. Kyaw Aung Naing1,
  2. Lang Li1,*,
  3. Qiang Su1,
  4. Taixiang Wu2

Editorial Group: Cochrane Heart Group

Published Online: 4 JUN 2013

Assessed as up-to-date: 29 FEB 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009503.pub2


How to Cite

Aung Naing K, Li L, Su Q, Wu T. Adenosine and verapamil for no-reflow during primary percutaneous coronary intervention in people with acute myocardial infarction. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 6. Art. No.: CD009503. DOI: 10.1002/14651858.CD009503.pub2.

Author Information

  1. 1

    The First Affiliated Hospital of Guangxi Medical University, Department of Cardiology, Nanning, Guangxi, China

  2. 2

    West China Hospital, Sichuan University, Chinese Clinical Trial Registry, Chinese Ethics Committee of Registering Clinical Trials, Chengdu, Sichuan, China

*Lang Li, Department of Cardiology, The First Affiliated Hospital of Guangxi Medical University, No 6, Shuang Yong Load, Nanning, Guangxi, 530021, China. drlilang@163.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 4 JUN 2013

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (18 MAY 2015)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Primary percutaneous coronary intervention (PPCI) is the preferred treatment for ST segment elevation myocardial infarction. Although there is restoration of coronary flow after PPCI, impaired myocardial perfusion (known as no-reflow) is frequently observed, and is related to poor clinical outcomes. In order to overcome this phenomenon, drugs have been tried as adjunctive treatments to PPCI. Among them, verapamil and adenosine are two of the most promising drugs. There are no systematic reviews of these two drugs in people with acute myocardial infarction (AMI) undergoing PPCI.

Objectives

To study the impact of adenosine and verapamil on people with AMI who are undergoing PPCI.

Search methods

We searched the following databases in February 2012: the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) on The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Web of Science and BIOSIS, China National Knowledge Infrastructure, Clinical Trials registers (Clinical Trials.gov, Current Controlled Trials, Australian & New Zealand Clinical Trials Registry, the WHO International Clinical Trials Registry Platform). We also handsearched the American Journal of Cardiology.

Selection criteria

We selected randomised controlled trials (RCTs) where adenosine or verapamil was the primary intervention. Participants were individuals diagnosed with AMI who were undergoing PPCI.

Data collection and analysis

Two review authors collected studies and extracted data. Where necessary, we contacted the trial authors to obtain the relevant information. We calculated risk ratios (RRs), P values, and 95% confidence intervals (CIs) of dichotomous data.

Main results

We included 10 RCTs involving 939 participants in our review. Nine RCTs were associated with adenosine and one with verapamil. We considered the overall risk of bias of included studies to be moderate. There was no evidence that adenosine reduced short-term all-cause mortality (RR 0.61, 95% CI 0.23 to 1.61, P = 0.32), long-term all-cause mortality (RR 1.20, 95% CI 0.27 to 5.22, P = 0.81), short-term non-fatal myocardial infarction (RR 1.38, 95% 0.28 to 6.96, P = 0.69) or the incidence of angiographic no-reflow (TIMI flow grade < 3 after PPCI: RR 0.72, 95% CI 0.49 to 1.07, P = 0.11, and myocardial blush grade (MBG) 0 to 1 after PPCI: RR 0.96, 95% CI 0.76 to 1.22, P=0.75). But the incidence of adverse events with adenosine, such as bradycardia (RR 6.57, 95% CI 2.94 to 14.67, P<0.00001), hypotension (RR 11.43, 95% CI 2.75 to 47.57, P=0.0008) and atrioventricular (AV) block (RR 6.67, 95% CI 1.52 to 29.21, P=0.01) was significantly increased.

Meta-analysis of verapamil as treatment for no-reflow during PPCI was not calculated due to lack of data.

Authors' conclusions

We found no evidence that adenosine and verapamil as treatments for no-reflow during PPCI can reduce all-cause mortality, non-fatal myocardial infarction or the incidence of angiographic no-reflow (TIMI flow grade < 3 and MBG 0 to1), but there was some evidence of increased adverse events. Further clinical research into adenosine and verapamil is needed because of the limited numbers of included trials and participants.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Drugs used as add-on therapy to heart procedure following heart attack

Acute myocardial infarction (AMI) or heart attacks are one of major cause of mortality world wide. Approximately one third of people suffering heart attacks die before they reach the hospital. Primary percutaneous coronary intervention (PPCI) is a procedure where the coronary artery is widened without surgery, using a stent. Although this procedure restores blood flow through the coronary artery, perfusion through all areas of the heart may not occur. This is known as no-reflow. To try and resolve this problem drugs such as adenosine and verapamil have been tried as add-on treatments. We include 10 studies in this review with a total of 939 participants. Nine studies compared adenosine and placebo as an addition to the PPCI and one compared verapamil and placebo. We considered the overall risk of bias of the included studies to be moderate.

There was no evidence that adenosine reduced short- or long-term all-cause mortality or non-fatal myocardial infarction compared with placebo treatment. We also found no strong evidence that adenosine can decrease angiographic no-reflow after PPCI. Conversely, we found evidence that adverse events (bradycardia, hypotension, atrioventricular block) with adenosine were increased, although these effects were short-lived. The included studies were few, with low numbers of participants and a relatively short period of follow-up, and the event rates of mortality and angiographic no-reflow were low. Our meta-analyses therefore had insufficient statistical power to support a clearcut conclusion about the impact of adenosine in people with AMI undergoing PPCI.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Adénosine et vérapamil dans l'absence de reperfusion lors d'une intervention coronarienne percutanée primaire chez des personnes victimes d'un infarctus aigu du myocarde

Contexte

Une intervention coronarienne percutanée primaire (ICPP) est le traitement privilégié pour un infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST. Bien que le flux coronarien soit rétabli après une ICPP, une perfusion défectueuse du myocarde (aussi appelée « absence de reperfusion ») est fréquemment observée et liée à des résultats cliniques médiocres. Afin de pallier ce phénomène, des médicaments ont été testés comme traitements adjuvants à une ICPP. Parmi ceux testés, le vérapamil et l'adénosine sont deux des médicaments les plus prometteurs. Il n'existe aucune revue systématique concernant ces deux médicaments administrés à des personnes victimes d'un infarctus aigu du myocarde (IAM) faisant l'objet d'une ICPP.

Objectifs

Étudier l'impact de l'adénosine et du vérapamil chez les personnes victimes d'un IAM faisant l'objet d'une ICPP.

Stratégie de recherche documentaire

En février 2012, nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Web of Science et BIOSIS, China National Knowledge Infrastructure, les registres d'essais cliniques (ClinicalTrials.gov, Current Controlled Trials, Australian & New Zealand Clinical Trials Registry et WHO International Clinical Trials Registry Platform). Nous avons également effectué des recherches manuelles dans l'American Journal of Cardiology.

Critères de sélection

Nous avons sélectionné des essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels l'adénosine ou le vérapamil était la principale intervention. Les participants étaient des personnes diagnostiquées avec un IAM et qui faisaient l'objet d'une ICPP.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont sélectionné des études et extrait des données. Nous avons contacté les auteurs des essais afin d'obtenir des informations complémentaires, le cas échéant. Nous avons calculé les risques relatifs (RR), les valeurs de P et les intervalles de confiance (IC) à 95 % pour les données dichotomiques.

Résultats principaux

Nous avons inclus 10 ECR, totalisant 939 participants, dans notre revue. Neuf ECR étaient associés à l'adénosine et un au vérapamil. Nous avons considéré que les risques de biais globaux des études incluses étaient modérés. Il n'y avait aucune preuve selon laquelle l'adénosine réduisait la mortalité toutes causes confondues à court terme (RR 0,61, IC à 95 % 0,23 à 1,61, P = 0,32) et à long terme (RR 1,20, IC à 95 % 0,27 à 5,22, P = 0,81), le nombre d'infarctus du myocarde non mortels à court terme (RR 1,38, IC à 95 % 0,28 à 6,96, P = 0,69) ou l'incidence de l'absence de reperfusion angiographique (niveau du flux TIMI < 3 après une ICPP : RR 0;72, IC à 95 % 0,49 à 1,07, P = 0,11 et le niveau de rougissement du myocarde (MBG pour « Myocardial Blush Grade ») entre 0 et 1 après une ICPP : RR 0,96 ; IC à 95 % 0,76 à 1,22, P = 0,75). Mais l'incidence d'événements indésirables avec l'adénosine, comme la bradycardie (RR 6,57, IC à 95 % 2,94 à 14,67, P < 0,00001), l'hypotension (RR 11,43, IC à 95 % 2,75 à 47,57, P = 0,0008) et un bloc auriculo-ventriculaire (AV) (RR 6,67, IC à 95 % 1,52 à 29,21, P = 0,01) avait significativement augmenté.

La méta-analyse du vérapamil comme traitement contre l'absence de reperfusion pendant une ICPP n'a pas été calculée en raison de données insuffisantes.

Conclusions des auteurs

Nous n'avons trouvé aucune preuve selon laquelle l'adénosine et le vérapamil, en tant que traitements contre l'absence de reperfusion pendant une ICPP, peuvent réduire la mortalité toutes causes confondues, le nombre d'infarctus du myocarde non mortels ou l'incidence de l'absence de reperfusion angiographique (niveau de flux TIMI < 3 et MBG entre 0 et 1), mais il y avait des preuves concernant une hausse du nombre d'événements indésirables. D'autres recherches cliniques sur l'adénosine et le vérapamil seront nécessaires en raison du nombre limité d'essais inclus et de participants.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Médicaments utilisés comme traitement adjuvant à une procédure cardiaque suite à une crise cardiaque

L'infarctus aigu du myocarde (IAM) ou les crises cardiaques sont l'une des principales causes de mortalité à l'échelle mondiale. Environ un tiers des personnes victimes de crises cardiaques décèdent avant d'arriver à l'hôpital. Une intervention coronaire percutanée primaire (ICPP) est une procédure au cours de laquelle une artère coronaire est élargie à l'aide d'un stent et sans chirurgie. Bien que cette procédure permette de rétablir la circulation sanguine dans une artère coronaire, aucune perfusion dans toutes les régions du cœur n'est réalisée. On parle alors d'« absence de reperfusion ». Pour essayer de résoudre ce problème, des médicaments, comme l'adénosine et le vérapamil, ont été testés comme traitements adjuvants. Nous avons inclus 10 études dans cette revue, soit un total de 939 participants. Neuf études comparaient l'adénosine et un placebo comme traitement adjuvant à une ICPP et une autre comparait le vérapamil et un placebo. Nous avons considéré que les risques de biais globaux des études incluses étaient modérés.

Il n'y avait aucune preuve selon laquelle l'adénosine réduisait la mortalité toutes causes confondues à court et long terme ou le nombre d'infarctus du myocarde non mortels comparée à un traitement par placebo. Nous n'avons également trouvé aucune preuve probante selon laquelle l'adénosine peut réduire l'absence de reperfusion angiographique après une ICPP. En revanche, nous avons trouvé des preuves selon lesquelles des événements indésirables (bradycardie, hypotension, bloc auriculo-ventriculaire) augmentaient avec l'adénosine, bien que ces effets soient de courte durée. Les études incluses étaient peu nombreuses, avec un nombre insuffisant de participants et une période de suivi relativement courte, et les taux de mortalité et d'absence de reperfusion angiographique étaient faibles. Par conséquent, la puissance statistique de nos méta-analyses était insuffisante pour appuyer une conclusion définitive concernant l'impact de l'adénosine chez les personnes victimes d'un IAM faisant l'objet d'une ICPP.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 16th July, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.