Intervention Review

You have free access to this content

Aromatase inhibitors for uterine fibroids

  1. Huan Song1,
  2. DongHao Lu1,
  3. Kate Navaratnam2,
  4. Gang Shi3,*

Editorial Group: Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group

Published Online: 23 OCT 2013

Assessed as up-to-date: 23 OCT 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009505.pub2


How to Cite

Song H, Lu D, Navaratnam K, Shi G. Aromatase inhibitors for uterine fibroids. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 10. Art. No.: CD009505. DOI: 10.1002/14651858.CD009505.pub2.

Author Information

  1. 1

    Karolinska Institutet, Department of Medical Epidemiology and Biostatistics, Stockholm, Sweden

  2. 2

    Institute of Translational Medicine, University of Liverpool, Department of Women's and Children's Health, Liverpool, UK

  3. 3

    West China Second University Hospital, Sichuan University, Department of Obstetrics and Gynecology, Chengdu, Sichuan, China

*Gang Shi, Department of Obstetrics and Gynecology, West China Second University Hospital, Sichuan University, No. 20, 3rd Section of Ren Min Nan Road, Chengdu, Sichuan, 610041, China. dr.gangshi@gmail.com. gang-shi@163.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 23 OCT 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Uterine fibroids, also called uterine leiomyomas or myomas, are the most common benign tumours in women of reproductive age. Albeit generally benign, uterine fibroids can have a major impact on women's health and quality of life by contributing to abnormal uterine bleeding and causing pelvic pressure symptoms (such as increased urinary frequency, pelvic pain and constipation). Traditional treatments for symptomatic fibroids include a variety of surgical techniques. However, because of the high recurrence rate, as well as possible pain and infertility caused by the formation of postoperative adhesions, this approach may not be advisable. Safer and more effective medical therapy has long been awaited. Both in vitro studies and clinical trials have suggested that use of the aromatase inhibitors (AIs), a class of anti-oestrogens, might inhibit fibroid growth, thereby eliminating the need for surgery.

Objectives

To evaluate the effectiveness and safety of aromatase Inhibitors (AIs) in women with uterine fibroids.

Search methods

We searched the following databases (from inception to August 21, 2013): Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group Specialised Register, Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library), MEDLINE, EMBASE, CINAHL and PsycINFO. In addition, the reference lists of included trials were searched, and experts in the field were contacted.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) in women of reproductive age comparing the effects of any AI versus placebo, no treatment or any medical treatment/surgery were included.

Data collection and analysis

Selection of eligible trials, assessment of trial quality and data extraction were performed independently by two review authors. If data were available, we planned to calculate odds ratios (ORs) for analysis of dichotomous data and mean differences for continuous data, with 95% confidence intervals (CIs).

Main results

Only one trial involving 70 participants was included. This trial did not report our primary review outcome (relief of symptoms of fibroids). The only secondary review outcomes reported by this trial were adverse effects (hot flushes) and reduction in fibroid size. Significantly fewer women reported hot flushes in the letrozole group than in the GnRHa group (0/33 vs 26/27, P < 0.05). Use of letrozole reduced fibroid volume by 46% and use of a gonadotrophin-releasing hormone (GnRH) agonist (GnRHa) by 32% after 12 weeks of treatment; these proportions were not significantly different. The included trial did not report data on fibroid volume in a form that permitted calcuation of an odds ratio. Morevoer it was unblinded and included only 60/70 women in analysis.

Authors' conclusions

Evidence is insufficient to support the use of AI drugs in the treatment of women with uterine fibroids.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Aromatase inhibitors for women with uterine fibroids

Review question

Are aromatase Inhibitors safe and effective for treating uterine fibroids?

Background

Uterine fibroids are the most common benign tumours in women of reproductive age. By causing heavy or irregular bleeding, subfertility or pelvic pressure symptoms, uterine fibroids have a major impact on women's health and on their quality of life. Traditional surgical treatments have a high recurrence rate and high risk of postoperative complications (e.g. pain, infertility); therefore, safer and more effective medical therapy has been sought. It has been suggested that aromatase inhibitors may shrink uterine fibroids by blocking the production of oestrogen. A review of the evidence was conducted by researchers in The Cochrane Collaboration, who searched in August 2013 for all relevant randomised controlled trials and found only one eligible study.

Study characteristics

Only one RCT study, consisting of 70 participants, was found. The study was conducted in teaching hospitals in Iran and Germany. It did not report on changes in fibroid-related symptoms or on the source of study funding.

Key results

The review authors concluded that, to date, evidence is insufficient to allow any conclusions to be drawn about the effectiveness and safety of AI drugs in treating women with uterine fibroids.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Les inhibiteurs de l'aromatase pour des fibromes utérins

Contexte

Les fibromes utérins, également connus sous le nom de léiomyomes utérins ou myomes utérins , sont les tumeurs bénignes les plus fréquentes chez les femmes en âge de procréer. Bien que généralement bénignes, les fibromes utérins peuvent avoir un impact majeur sur la santé des femmes et la qualité de vie en contribuant à des saignements utérins anormaux et en provoquant des symptômes de pression pelviennes (comme une augmentation de la fréquence urinaire, des douleurs pelviennes et de la constipation). Des traitements traditionnels des fibromes symptomatiques incluent une variété des techniques chirurgicales. Cependant, cette approche pourrait ne pas être envisageable en raison des taux de récidive élevés ainsi que la possibilité de formation d'adhérences en postopératoire entrainant des douleurs et de l'infertilité. Des traitements médicaux, plus sûrs et efficaces, ont été attendus pendant longtemps. Des études in vitro et des essais cliniques ont suggéré que l'utilisation des inhibiteurs de l'aromatase (AI), une classe d’anti-œstrogènes, pourrait inhiber la croissance d’un fibrome et éliminer le recours à une intervention chirurgicale.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des inhibiteurs de l'aromatase ( AI) chez les femmes présentant des fibromes utérins.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes (des origines au 21 août 2013): Registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et l'hypofertilité, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) ( La bibliothèque Cochrane ), MEDLINE, EMBASE, CINAHL et PsycINFO. En outre, les références bibliographiques des essais inclus ont été examinées et des experts dans le domaine ont été contactés.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) chez des femmes en âge de procréer comparant les effets d'une AI versus placebo, l'absence de traitement ou tout traitement médical ou chirurgical.

Recueil et analyse des données

La sélection des essais éligibles, l'évaluation de la qualité des essais et l'extraction des données ont été réalisées indépendamment par deux auteurs de la revue. Si les données étaient disponibles, nous avions prévu de calculer les rapports de cotes (RC) pour l'analyse des données dichotomiques et les différences moyennes pour les données continues, avec des intervalles de confiance (IC) à 95%.

Résultats principaux

Seul un essai impliquant 70 participants a été inclus. Cet essai n'avait pas rendu compte de notre principal critère de jugement de la revue (le soulagement des symptômes de fibromes utérins). Les seuls résultats secondaires rapportés par cet essai étaient les effets indésirables (bouffées de chaleur) et la réduction de la taille des fibromes. Moins de femmes ont signalé des bouffées de chaleur dans le groupe létrozole que dans le groupe traité par des agonistes de la gonadolibérine (GnRH). La différence était significative (0/33 vs 26/27, P < 0,05). L’utilisation de létrozole réduit le volume des fibromes par 46% et celle d'un agoniste de la GnRH par 32% après 12 semaines de traitement. Ces proportions n’étaient pas significativement différentes. L'essai inclus ne rapportait pas de données sur le volume des fibromes dans une forme permettant le calcul d'un rapport des cotes. En plus, il était ouvert et incluait seulement 60/70 femmes dans l'analyse.

Conclusions des auteurs

Des preuves sont insuffisantes pour soutenir l'utilisation d'AI médicaments dans le traitement des femmes présentant des fibromes utérins.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Les inhibiteurs de l'aromatase pour les femmes présentant des fibromes utérins

Question

Les inhibiteurs de l'aromatase sont-ils sûrs et efficaces pour le traitement des fibromes utérins?

Contexte

Les fibromes utérins sont les tumeurs bénignes les plus fréquentes chez les femmes en âge de procréer. Les fibromes utérins peuvent avoir un impact majeur sur la santé des femmes et sur leur qualité de vie en provoquant des saignements abondants ou irréguliers, de l'hypofertilité ou des symptômes de pression pelvienne. Les traitements chirurgicaux traditionnels ont des taux de récidive élevés des complications postopératoires (comme de la douleur, de l'infertilité); par conséquent, de plus sûrs et plus efficaces traitements médicaux ont été recherchés. Il a été suggéré que les inhibiteurs de l'aromatase peuvent réduire les fibromes utérins en bloquant la production d'œstrogène. Une revue des preuves a été effectuée par des chercheurs dans la Collaboration Cochrane en août 2013 pour tous les essais contrôlés randomisés pertinents et une seule étude éligible a été trouvée.

Caractéristiques de l’étude

Un seul ECR, composée de 70 participantes, a été trouvé. L'étude a été effectuée dans des hôpitaux en Iran et en Allemagne. Des changements des symptômes en relation avec les fibromes et les sources de financement de l’étude n'ont pas été rapportés.

Résultats clés

Les auteurs de la revue ont conclu que, à ce jour, les preuves sont insuffisantes pour tirer des conclusions définitives sur l'efficacité et l'innocuité des médicaments AI dans le traitement des femmes présentant des fibromes utérins.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 9th January, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�