Intervention Review

You have free access to this content

Atypical antipsychotics for psychosis in adolescents

  1. Ajit Kumar1,
  2. Soumitra S Datta2,3,*,
  3. Stephen D Wright4,
  4. Vivek A Furtado5,
  5. Paul S Russell6

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 15 OCT 2013

Assessed as up-to-date: 18 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009582.pub2


How to Cite

Kumar A, Datta SS, Wright SD, Furtado VA, Russell PS. Atypical antipsychotics for psychosis in adolescents. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 10. Art. No.: CD009582. DOI: 10.1002/14651858.CD009582.pub2.

Author Information

  1. 1

    Leeds and York Partnership NHS Foundation Trust, Psychiatry, Leeds, UK

  2. 2

    Institute of Psychiatry, King's College London, Child & Adolescent Psychiatry, London, UK

  3. 3

    Tata Medical Centre, Department of Palliative Care & Psycho-oncology, Kolkata, West Bengal, India

  4. 4

    Leeds Partnerships NHS Foundation Trust, Central & North West Community Mental Health Team, Leeds, West Yorkshire, UK

  5. 5

    Institute of Mental Health, Forensic Psychiatry, Nottingham, Nottinghamshire, UK

  6. 6

    Christian Medical College, Child & Adolescent Psychiatry, Vellore, Tamil Nadu, India

*Soumitra S Datta, ssdatta2000@yahoo.com. ssdatta@doctors.org.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 15 OCT 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Schizophrenia often presents in adolescence, but current treatment guidelines are based largely on studies of adults with psychosis. Over the past decade, the number of studies on treatment of adolescent-onset psychosis has increased. The current systematic review collates and critiques evidence obtained on the use of various atypical antipsychotic medications for adolescents with psychosis.

Objectives

To investigate the effects of atypical antipsychotic medications in adolescents with psychosis. We reviewed in separate analyses various comparisons of atypical antipsychotic medications with placebo or a typical antipsychotic medication or another atypical antipsychotic medication or the same atypical antipsychotic medication but at a lower dose.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group Register (October 2011), which is based on regular searches of BIOSIS, CENTRAL, CINAHL, EMBASE, MEDLINE and PsycINFO. We inspected references of all identified studies and contacted study authors and relevant pharmaceutical companies to ask for more information.

Selection criteria

We included all relevant randomised controlled trials (RCTs) that compared atypical antipsychotic medication with placebo or another pharmacological intervention or with psychosocial interventions, standard psychiatric treatment or no intervention in children and young people aged 13 to 18 years with a diagnosis of schizophrenia, schizoaffective disorder, acute and transient psychoses or unspecified psychosis. We included studies published in English and in other languages that were available in standardised databases.

Data collection and analysis

Review authors AK and SSD selected the studies, rated the quality of the studies and performed data extraction. For dichotomous data, we estimated risk ratios (RRs) with 95% confidence intervals (CIs) using a fixed-effect model. When possible, for binary data presented in the 'Summary of findings' table, we calculated illustrative comparative risks. We summated continuous data using the mean difference (MD). Risk of bias was assessed for included studies.

Main results

We included 13 RCTs, with a total of 1112 participants. We found no data on service utilisation, economic outcomes, behaviour or cognitive response. Trials were classified into the following groups.

1. Atypical antipsychotics versus placebo
Only two studies compared one atypical antipsychotic medication with placebo. In one study, the number of non-responders treated with olanzapine was not different from the number treated with placebo (1 RCT, n = 107, RR 0.84, 95% CI 0.65 to 1.10); however, significantly more (57% vs 32%) people left the study early (1 RCT, n = 107, RR 0.56, 95% CI 0.36 to 0.87) from the placebo group compared with the olanzapine group. With regard to adverse effects, young people treated with aripiprazole had significantly lower serum cholesterol compared with those given placebo (1 RCT, n = 302, RR 3.77, 95% CI 1.88 to 7.58).

2. Atypical antipsychotics versus typical antipsychotics
When the findings of all five trials comparing atypical antipsychotic medications with a typical antipsychotic medication were collated, no difference in the mean end point Brief Psychiatric Rating Scale (BPRS) score was noted between the two arms (5 RCTs, n = 236, MD -1.08, 95% CI -3.08 to 0.93). With regard to adverse effects, the mean end point serum prolactin concentration was much higher than the reference range for treatment with risperidone, olanzapine and molindone in one of the studies. However, fewer adolescents who were receiving atypical antipsychotic medications left the study because of adverse effects (3 RCTs, n = 187, RR 0.65, 95% CI 0.36 to 1.15) or for any reason (3 RCTs, n = 187, RR 0.62, 95% CI 0.39 to 0.97).

3. One atypical antipsychotic versus another atypical antipsychotic
The mean end point BPRS score was not significantly different for people who received risperidone compared with those who received olanzapine; however, the above data were highly skewed. Overall no difference was noted in the number of people leaving the studies early because of any adverse effects between each study arm in the three studies comparing olanzapine and risperidone (3 RCTs, n = 130, RR 1.15, 95% CI 0.44 to 3.04). Specific adverse events were not reported uniformly across the six different studies included in this section of the review; therefore it was difficult to do a head-to-head comparison of adverse events for different atypical antipsychotic medications.

4. Lower-dose atypical antipsychotic versus standard/higher-dose atypical antipsychotic
Three studies reported comparisons of lower doses of the atypical antipsychotic medication with standard/higher doses of the same medication. One study reported better symptom reduction with a standard dose of risperidone as compared with a low dose (1 RCT, n = 257, RR -8.00, 95% CI -13.75 to -2.25). In another study, no difference was reported in the number of participants not achieving remission between the group receiving 10 mg/d and those who received 30 mg/d of aripiprazole (1 RCT, n = 196, RR 0.84, 95% CI 0.48 to 1.48). Similarly in the other study, authors reported no statistically significant difference in clinical response between the two groups receiving lower-dose (80 mg/d) and higher-dose (160 mg/d) ziprasidone, as reflected by the mean end point BPRS score (1 RCT, n = 17, MD -4.40, 95% CI -19.20 to 10.40).

Authors' conclusions

No convincing evidence suggests that atypical antipsychotic medications are superior to typical medications for the treatment of adolescents with psychosis. However, atypical antipsychotic medications may be more acceptable to young people because fewer symptomatic adverse effects are seen in the short term. Little evidence is available to support the superiority of one atypical antipsychotic medication over another, but side effect profiles are different for different medications. Treatment with olanzapine, risperidone and clozapine is often associated with weight gain. Aripiprazole is not associated with increased prolactin or with dyslipidaemia. Adolescents may respond better to standard-dose as opposed to lower-dose risperidone, but for aripiprazole and ziprasidone, lower doses may be equally effective. Future trials should ensure uniform ways of reporting.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Atypical antipsychotic medications for adolescents with psychosis

Schizophrenia and other serious mental illnesses often begin in adolescence, and treatment of adolescents with psychosis usually involves use of antipsychotic drugs. Newer drugs (atypical antipsychotics) are more popular than older ones (typical antipsychotics). However, this determination is based on the generalisation of adult treatment to a younger age group, with evidence from studies on adults generally guiding the treatment of adolescents.  Adolescents may respond differently to medication compared with adults. This review looks at evidence derived from trials in which the participants are adolescents receiving atypical or typical antipsychotics or a placebo (dummy treatment) and/or high or low doses of medication. A total of 13 trials consisting of 1112 people between 13 and 18 years of age are included. Most studies were short-term trials (completed within 12 weeks). In the main, no convincing evidence shows that newer drugs (atypical antipsychotics) are better than older ones (typical antipsychotics) in terms of their ability to treat the symptoms of psychosis. However, newer drugs may be more acceptable for young people to take because they produce fewer side effects in the short term. Furthermore, very little evidence is available to support the superiority of one atypical antipsychotic over another atypical antipsychotic. The nature of side effects also differs markedly between medications. For example, treatment with olanzapine, risperidone and clozapine is associated with weight gain, but aripiprazole is not associated with weight gain. Some evidence indicates that adolescents respond better to standard-dose as opposed to lower-dose risperidone. However, for aripiprazole and ziprasidone, a lower dose and a standard dose may be equally effective. Longer, clearer and more detailed research trials that use systematic ways of reporting and comparing the side effects of different antipsychotic drugs are much needed. So too is a research focus on other important outcomes such as hospital admission, service use, costs, behaviour change and possible improvements in people’s thinking. Until such research is completed, very little evidence suggests that newer drugs (atypical antipsychotics) are better than older drugs (typical antipsychotics) for the treatment of adolescents with schizophrenia.    

This plain language summary has been written by Benjamin Gray, Service User and Service User Expert, Rethink Mental Illness (Email: ben.gray@rethink.org).

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Antipsychotiques atypiques pour le traitement de la psychose chez les adolescents

Contexte

La schizophrénie souvent se présente dans l'adolescence, mais les directives de traitement actuelles sont fondées en grande partie sur des études d’adultes atteints de psychose. Au cours de la dernière décennie, le nombre d'études sur le traitement de la psychose débutante à l’adolescence a augmenté. La présente revue systématique réuni et critique des preuves obtenues sur l'utilisation de différents médicaments antipsychotiques atypiques pour les adolescents souffrant de psychose.

Objectifs

A fin d’étudier les effets de médicaments antipsychotiques atypiques chez les adolescents souffrant de psychose, nous avons examiné dans des analyses séparées, différentes comparaisons de médicaments antipsychotiques atypiques à un placebo, à un traitement antipsychotique typique, à un autre traitement antipsychotique atypique ou à une dose plus faible du même médicament antipsychotique atypique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (octobre 2011), qui est basé sur des recherches régulières issues de BIOSIS, CENTRAL, CINAHL, EMBASE, MEDLINE et PsycINFO. Nous avons examiné les références bibliographiques de toutes les études identifiées et contacté les auteurs des études et les sociétés pharmaceutiques concernées pour obtenir des informations supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés (ECR) qui comparaient un traitement antipsychotique atypique à un placebo ou à autre intervention pharmacologique ou à des interventions psychosociales, traitements psychiatriques standard ou à l'absence d'intervention chez des enfants et adolescents âgés de 13 à 18 ans présentant un diagnostic de schizophrénie, d’un trouble schizo-affectif aigu et de psychoses transitoires ou de la psychose non spécifiée. Nous avons inclus les études publiées en anglais et dans d'autres langues qui étaient disponibles dans les bases de données standardisées.

Recueil et analyse des données

Les auteurs de revue, AK et SSD ont sélectionné les études, évalué la qualité des études et extrait les données. Pour les données dichotomiques, nous avons estimé les risques relatifs (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à l'aide d'un modèle à effets fixes. Lorsqu’il était possible, pour les données binaires présentées dans le tableau 'Résumé des résultats', nous avons calculé des risques significatifs comparatifs. Nous avons synthétisé les données continues en utilisant la différence moyenne (DM). Le risque de biais a été évalué pour les études incluses.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 13 ECR, avec un total de 1112 participants. Nous n'avons pas trouvé de données concernant l'utilisation des services, les résultats économiques, les effets sur le comportement ou la cognition. Les essais ont été classés dans groupes suivants.

1. Antipsychotiques atypiques versus placebo
Seul deux études comparaient un traitement antipsychotique atypique à un placebo. Dans une étude, le nombre des non-répondeurs traités à l'olanzapine n’étaient pas différents au nombre de patients traités avec le placebo (1 ECR, n =107 Schéma à, RR de 0,84, IC à 95%, de 0,65 à 1,10); cependant, un nombre plus significatif de personnes ont abandonné l'étude précocement (57% contre 32%, 1 ECR, n =107, RR de 0,56, IC à 95%, de 0,36 à 0,87) dans le groupe placebo en comparaison avec le groupe olanzapine. En ce qui concerne les effets indésirables, les jeunes personnes traitées avec l'aripiprazole présentaient significativement plus faibles taux de cholestérol sérique par rapport au groupe placebo (1 ECR, n =302, RR de 3,77, IC à 95%, de 1,88 à 7,58).

2. Antipsychotiques atypiques versus antipsychotiques typiques
Lorsque les résultats des cinq essais comparant les médicaments antipsychotiques atypiques, avec un traitement antipsychotique typique ont été recueillis, aucune différence dans le point final moyen avec l’Echelle abrégée d'appréciation psychiatrique (score BPRS) a été notée entre les deux groupes (5 ECR, n =236, DM de -1,08, IC à 95%, de -3,08 à 0,93). En ce qui concerne les effets indésirables, le point final moyen de la concentration de la prolactine sérique était beaucoup plus élevé que les limites de référence pour le traitement avec rispéridone, olanzapine et molindone dans l'une des études. Toutefois, moins de adolescents qui recevaient les médicaments antipsychotiques atypiques abandonnaient l'étude en raison d'effets indésirables (3 ECR, n =187, RR 0,65, IC à 95%, de 0,36 à 1,15) ou pour toutes raisons confondues (3 ECR, n =187, RR de 0,62, IC à 95%, de 0,39 à 0,97).

3. Un antipsychotique atypique, par rapport à un autre antipsychotique atypique
Le critère de jugement moyen du score BPRS n'était pas significativement différent pour les personnes ayant reçu de la rispéridone par rapport à ceux ayant reçu de l'olanzapine; cependant, les données mentionnés ci-dessus ont été hautement biaisées. Dans l'ensemble, aucune différence n'était observée dans le nombre de patients abandonnant les études prématurément en raison d'effets indésirables entre chaque bras d'étude dans les trois études comparant l'olanzapine et la rispéridone (3 ECR, n =130, RR 1,15, IC à 95%, de 0,44 à 3,04). Des événements indésirables n'étaient pas uniformément rapportés dans les six différentes études incluses dans cette section de la revue; par conséquent, il était difficile de réaliser une comparaison face à face des événements indésirables pour les différents médicaments antipsychotiques atypiques.

4. Des antipsychotiques atypiques à plus faible dose par rapport à un antipsychotique atypique à dose standard/plus élevée
Il existe trois études qui rapportaient des comparaisons entre des doses plus faibles d'un traitement antipsychotique atypique avec des doses standard/plus élevées du même médicament. Une étude rapportait une meilleure réduction des symptômes avec une dose standard de rispéridone par rapport à une dose faible (1 ECR, n =257, RR -8,00, IC à 95%, de -13,75 à -2,25). Dans une autre étude, aucune différence n'était rapportée dans le nombre de participants n’atteignant pas de rémission entre le groupe recevant 10 mg/j et ceux ayant reçu de 30 mg/j de l'aripiprazole (1 ECR, n =196, RR de 0,84, IC à 95%, de 0,48 à 1,48). Du même, dans autre étude, les auteurs ne rapportaient aucune différence statistiquement significative en termes de réponse clinique entre deux groupes recevant une dose plus faible (80 mg/j) et une forte dose (160 mg/j) de ziprasidone, comme indiqué par le point final moyen du score BPRS (1 ECR, n =17, DM -4,40, IC à 95%, entre -19,20 à 10,40).

Conclusions des auteurs

Aucune preuve convaincante suggère que les médicaments antipsychotiques atypiques sont supérieurs aux médicaments typiques pour le traitement des adolescents atteints de psychose. Cependant, les médicaments antipsychotiques atypiques pourraient être plus acceptables pour les jeunes, car moins d’effets symptomatiques indésirables sont observés à court terme. Peu de preuves sont disponibles pour soutenir la supériorité d'un traitement antipsychotique atypique par rapport à un autre, mais les profils d'effets secondaires sont différents pour les différents médicaments. Le traitement avec olanzapine, rispéridone et clozapine est souvent associée à une prise de poids. L'aripiprazole n’est pas associée à une augmentation de la prolactine ou avec la dyslipidémie. Les adolescents répondraient mieux à doses standard par opposition à bases doses de rispéridone, mais pour l'aripiprazole et la ziprasidone, des doses plus faibles pourraient être tout aussi efficaces. Des essais à venir devraient s'assurer de méthodes uniformes des rapports.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Antipsychotiques atypiques pour le traitement de la psychose chez les adolescents

Les médicaments antipsychotiques atypiques pour les adolescents souffrant de psychose

La schizophrénie et d'autres troubles mentaux graves commencent souvent à l'adolescence, et le traitement des adolescents atteints de psychose implique généralement l'utilisation de médicaments antipsychotiques. Les médicaments les plus récents (antipsychotiques atypiques) sont plus populaires que plus anciens (antipsychotiques typiques). Toutefois, ceci est la généralisation d’un traitement d’adultes à un groupe d'âge plus jeune, des preuves issues d'études d’adultes généralement guident le traitement de l'adolescent. Des adolescents pourraient répondre différemment au traitement pharmacologique par rapport à l'adulte. Cette revue examine les preuves issues d'essais dans lesquels les participants sont les adolescents recevant des antipsychotiques typiques ou atypiques ou un placebo (médicament inactif) et/ou une dose élevée ou faible de médicament. Un total de 13 essais portant sur 1112 personnes entre 13 et de 18 ans sont inclus. La plupart des études étaient des essais à court terme (effectuées dans les 12 semaines). Dans l'ensemble, aucune preuve convaincante montre que les médicaments les plus récents (antipsychotiques atypiques) sont plus efficaces que les plus anciens (antipsychotiques typiques) en termes de leur capacité à traiter les symptômes de la psychose. Cependant, de nouveaux médicaments pourraient être plus acceptables à prendre pour les jeunes car ils produisent moins d'effets secondaires à court terme. En outre, très peu de preuves sont disponibles pour soutenir la supériorité d'un antipsychotique atypique par rapport à un autre antipsychotique atypique. La nature des effets secondaires également diffère considérablement entre les médicaments. Par exemple, le traitement avec l'olanzapine, la rispéridone et la clozapine est associé à la prise de poids, mais pas l'aripiprazole. Des preuves indiquent que les adolescents répondent mieux à des doses habituelles en opposition à des doses plus faibles de rispéridone. Toutefois, pour l'aripiprazole et la ziprasidone, une dose plus faible et une dose standard peuvent être également efficaces. Des études de recherche plus longs, plus clairs et plus détaillés qui utilisent systématiquement des méthodes de notification et comparaison d’effets indésirables des différents médicaments antipsychotiques sont absolument nécessaires. Egalement c’est le cas d’une recherche focalisée sur d’autres résultats importants, comme les hospitalisations, d’utilisation de services, de coûts, de changement de comportement et les éventuelles améliorations de la pensée. En attendant que ces recherches soient terminées, très peu de preuves suggèrent que les médicaments les plus récents (antipsychotiques atypiques) sont plus efficaces que les médicaments plus anciens (antipsychotiques typiques) pour le traitement des adolescents atteints de schizophrénie.

Ce résumé en langage simplifié a été rédigé par Benjamin Gray, expert du Service des usagers, le Service des usagers, Repenser la Maladie Mentale (Email: ben.gray@rethink.org).

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 9th January, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�