Intervention Review

You have free access to this content

Surgical intervention versus expectant management for endometrial polyps in subfertile women

  1. Kannamannadiar Jayaprakasan1,2,*,
  2. Lukasz Polanski3,
  3. Banchhita Sahu1,
  4. Jim G Thornton1,
  5. Nick Raine-Fenning1

Editorial Group: Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group

Published Online: 30 AUG 2014

Assessed as up-to-date: 30 JUL 2014

DOI: 10.1002/14651858.CD009592.pub2


How to Cite

Jayaprakasan K, Polanski L, Sahu B, Thornton JG, Raine-Fenning N. Surgical intervention versus expectant management for endometrial polyps in subfertile women. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 8. Art. No.: CD009592. DOI: 10.1002/14651858.CD009592.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Nottingham, Division of Child Health, Obstetrics and Gynaecology, School of Medicine, Nottingham, UK

  2. 2

    Royal Derby Hospital, Derby Fertility Unit, Derby, UK

  3. 3

    University of Nottingham, School of Medicine, Nottingham, UK

*Kannamannadiar Jayaprakasan, K.Jayaprakasan@nottingham.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 30 AUG 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Endometrial polyps, which are benign growths of the endometrium, may be a factor in female subfertility. Possible mechanisms include physical interference with gamete transport, alteration of the endometrial milieu and unresponsiveness to the cyclical global endometrial changes. As such polyps remain mostly asymptomatic, their diagnosis is often incidental during routine investigations prior to embarking on assisted reproductive treatment. Transvaginal sonography, hysterosalpingography and saline infusion sonography are the diagnostic tools most commonly employed. However, hysteroscopy remains the gold standard for diagnosis, as well as for treatment. Due to the possible effect of endometrial polyps on fertility, their removal prior to any subfertility treatment is widely practiced.

Objectives

To determine the effectiveness and safety of removal of endometrial polyps in subfertile women.

Search methods

Electronic databases were searched, including the Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group Specialised Register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, CINAHL and trial registers. The reference lists of identified articles were checked. The last search was performed on 30 July 2014.

Selection criteria

Only randomised controlled trials, reporting pregnancy or live birth rates and complication rates as primary or secondary outcomes, in which polyps were removed surgically prior to treatment of subfertility were eligible for inclusion. The diagnosis of endometrial polyps was required to be made by transvaginal ultrasound, hysterosalpingography, saline infusion, sono-hysterography or hysteroscopy. Any surgical technique of polyp removal was acceptable, with no intervention in the control groups.

Data collection and analysis

Two review authors independently screened the titles, abstracts and full articles to assess their suitability for inclusion in this review. Quality assessment was attempted independently by two authors with discrepancies being settled by consensus or consultation with a third review author.

No data extraction was performed due to the absence of useable data in the one eligible study. If there had been data to include, two review authors would have independently extracted the data from the studies using a data extraction form designed and pilot tested by the authors. Any disagreements would have been resolved by discussion or by a third review author.

Main results

Only one randomised controlled trial of endometrial polypectomy was identified for inclusion. However, a single set of data could not be extracted from this study due to internal inconsistencies of the results reported. Attempts to contact the authors to resolve the issue were unsuccessful, by phone, post and e-mail.

Authors' conclusions

Removal of endometrial polyps in subfertile women is commonly being performed in many countries with an aim to improve the reproductive outcome. We did not identify any analysable randomised trials which would allow us to reach any sound scientific conclusions on the efficacy of endometrial polypectomy in subfertile women. Well designed, methodologically sound, randomised controlled trials are urgently needed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Removal of endometrial polyps prior to infertility treatment

Review question

Cochrane authors investigated whether the removal of endometrial polyps in women presenting with subfertility was safe and whether it improved the chance of pregnancy.

Background

Endometrial polyps, which are benign and often asymptomatic growths of the lining of the womb, have the potential to interfere with female fertility. This can be due to alteration of the micro-environment of the womb or due to physical interference with sperm transport impeding fertilization and subsequent implantation of the embryo. Diagnosis of these growths is mainly through using ultrasound during routine investigations prior to treatment for infertility. Removal of these polyps prior to embarking on any fertility treatment has been suggested as a way to improve the overall outcome of the treatment.

Study characteristics

The authors did not identify any analysable studies that were of sufficient quality to draw any conclusions. The searches are current to July 2014.

Key results and quality of evidence

Due to the lack of available randomised evidence, the authors of this review are unable to draw any conclusions on the routine removal of endometrial polyps prior to treatments for infertility. To answer this question, large and well designed studies are required.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Intervention chirurgicale ou abstention en cas de polypes endométriaux chez les femmes hypofertiles

Contexte

Les polypes de l'endomètre, qui sont des tumeurs bénignes de la muqueuse de l'utérus, ont le potentiel de nuire à la fertilité féminine. Les mécanismes possibles comprennent des obstacles physiques au transport des gamètes, l'altération du milieu endométrial et l'absence de réponse aux changements cycliques de l'endomètre. Comme ces polypes restent la plupart du temps asymptomatiques, ils ne sont souvent diagnostiqués qu'accidentellement, au cours des examens de routine précédant un traitement de procréation médicalement assistée. L'échographie transvaginale, l'hystérosalpingographie et l'échographie avec solution saline sont les outils de diagnostic les plus couramment employés, mais l'hystéroscopie reste la modalité de référence pour le diagnostic aussi bien que pour le traitement. L'ablation des polypes endométriaux, en raison de leurs effets possibles sur la fertilité, est souvent pratiquée en préalable à tout traitement de l'infertilité.

Objectifs

Déterminer l'efficacité et l'innocuité de l'ablation de polypes endométriaux chez les femmes hypofertiles.

Stratégie de recherche documentaire

Les bases de données électroniques ont été consultées, notamment le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et la fertilité, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, CINAHL et les registres d'essais. Les références bibliographiques des études identifiées ont été vérifiées. Notre dernière recherche a été effectuée le 30 juillet 2014.

Critères de sélection

Seuls les essais contrôlés randomisés rapportant les taux de grossesses ou de naissances vivantes et de complications comme critères d'évaluation primaires ou secondaires après un traitement d'hypofertilité précédé de l'ablation chirurgicale de polypes étaient admissibles pour l'inclusion. Le diagnostic de polypes de l'endomètre devait être posé par échographie transvaginale, hystérosalpingographie, échographie avec solution saline, hystérosonographie ou hystéroscopie. Toute technique chirurgicale d'ablation des polypes était acceptable et les groupes témoins ne devaient avoir reçu aucune intervention.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment passé au crible les titres, les résumés et les articles en texte intégral pour évaluer l'admissibilité des études. La qualité a été évaluée de façon indépendante par deux auteurs, dont les désaccords ont été résolus par la discussion ou la consultation d'un troisième auteur de la revue.

Aucune extraction de données a été effectuée en raison de l'absence de données utilisables dans la seule étude admissible. S'il y avait eu des données à inclure, deux auteurs de la revue auraient extrait indépendamment les données issues des études à l'aide d'un formulaire d'extraction de données conçu et testé par les auteurs. Les désaccords auraient été résolus par la discussion ou, au besoin, par le recours à un troisième auteur de la revue.

Résultats principaux

Un seul essai contrôlé randomisé de polypectomie endométriale a été identifié en vue de l'inclusion. Toutefois, un seul ensemble de données n'a pas pu être extrait de cette étude en raison d'incohérences internes des résultats rapportés. Les tentatives pour contacter les auteurs par téléphone, par lettre et par courrier électronique afin résoudre le problème n'ont rien donné.

Conclusions des auteurs

L'ablation des polypes de l'endomètre chez les femmes hypofertiles est une pratique courante dans de nombreux pays, dont le but est d'améliorer les résultats de procréation. Nous n'avons identifié aucun essai randomisé analysable qui nous aurait permis de parvenir à des conclusions scientifiques solides sur l'efficacité de la polypectomie endométriale chez les femmes hypofertiles. Des essais randomisés bien conçus et méthodologiquement solides sont nécessaires d'urgence.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

L'ablation de polypes endométriaux avant le traitement de l'infertilité

Problématique de la revue

Les auteurs de la revue Cochrane ont entrepris de déterminer si l'ablation des polypes endométriaux chez les femmes présentant une hypofertilité était sûre et si elle a amélioré les chances de grossesse.

Contexte

Les polypes de l'endomètre, qui sont des tumeurs bénignes et souvent asymptomatiques de la muqueuse de l'utérus, ont le potentiel de nuire à la fertilité féminine. Cela peut être dû à une altération du micro-environnement de l'utérus ou à un obstacle physique au transport des spermatozoïdes empêchant la fécondation puis la nidation de l'embryon. Le diagnostic de ces tumeurs est principalement posé par échographie au cours des examens de routine précédant le traitement de l'infertilité. Il a été suggéré que la suppression de ces polypes avant tout traitement de l'infertilité pourrait améliorer le résultat global du traitement.

Caractéristiques des études

Les auteurs n'ont identifié aucune étude analysable de qualité suffisante pour en tirer des conclusions. Les recherches sont à jour à la date de juillet 2014.

Principaux résultats et qualité des preuves

En raison du manque de preuves randomisées, les auteurs de cette revue ne sont pas en mesure de tirer de conclusions sur l'ablation retrait systématique des polypes endométriaux avant le traitement de l'infertilité. De nouvelles études, de grande portée et bien conçues, sont nécessaires pour répondre à cette question.

Notes de traduction

Traduction réalisée par Cochrane France