Intervention Review

You have free access to this content

Anti-D administration after spontaneous miscarriage for preventing Rhesus alloimmunisation

  1. Laxminarayan Karanth1,*,
  2. Sharifah Halimah Jaafar2,
  3. Sachchithanantham Kanagasabai1,
  4. N S Nair3,
  5. Ankur Barua4

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 28 MAR 2013

Assessed as up-to-date: 15 FEB 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD009617.pub2


How to Cite

Karanth L, Jaafar SH, Kanagasabai S, Nair NS, Barua A. Anti-D administration after spontaneous miscarriage for preventing Rhesus alloimmunisation. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 3. Art. No.: CD009617. DOI: 10.1002/14651858.CD009617.pub2.

Author Information

  1. 1

    Melaka Manipal Medical College, Department of Obstetrics and Gynecology, Melaka, Malaysia

  2. 2

    Ipoh Specialist Hospital, Department of Obstetrics and Gynaecology, Ipoh, Perak, Malaysia

  3. 3

    Manipal University, Department of Statistics, Manipal, Karnataka, India

  4. 4

    International Medical University (IMU), Department of Community Medicine, Kuala Lumpur, Malaysia

*Laxminarayan Karanth, Department of Obstetrics and Gynecology, Melaka Manipal Medical College, Bukit Baru, Jalan Batu, Hampar, Melaka, 75150, Malaysia. karanthkl@ymail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 28 MAR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

During pregnancy, a Rhesus-negative (Rh-negative) woman may develop antibodies if her fetus is Rh-positive, which can cause fetal morbidity or mortality in following pregnancies, if untreated.

Objectives

To assess the effects of administering anti-D immunoglobulin (Ig) after spontaneous miscarriage in a Rh-negative woman, with no anti-D antibodies.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 December 2012).

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCT) in Rh-negative women without antibodies who were given anti-D Ig following spontaneous miscarriage compared with no treatment or placebo treatment following spontaneous miscarriage as control.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed trials for inclusion and trial quality. Two review authors extracted data and checked it for accuracy.

Main results

We included one RCT, involving 48 women who had a miscarriage between eight to 24 weeks of gestation. Of the 19 women in the treatment group, 14 had therapeutic dilatation & curettage (D&C) and five had spontaneous miscarriage; of the 29 women in the control group, 25 had therapeutic D&C and four had spontaneous miscarriage. The treatment group received 300 µg anti-D Ig intramuscular injection and were compared with a control group who received 1 cc homogenous gamma globulin placebo.

This review's primary outcomes (development of a positive Kleihauer Betke test (a test that detects fetal cells in the maternal blood; and development of RhD alloimmunisation in a subsequent pregnancy) were not reported in the included study.

Similarly, none of the review's secondary outcomes were reported in the included study: the need for increased surveillance for suspected fetal blood sampling and fetal transfusions in subsequent pregnancies, neonatal morbidity such as neonatal anaemia, jaundice, bilirubin encephalopathy, erythroblastosis, prematurity, hypoglycaemia (low blood sugar) in subsequent pregnancies, maternal adverse events of anti-D administration including anaphylactic reaction and blood-borne infections.

The included study did report subsequent Rh-positive pregnancies in three women in the treatment group and six women in the control group. However, due to the small sample size, the study failed to show any difference in maternal sensitisation or development of Rh alloimmunisation in the subsequent pregnancies.

Authors' conclusions

There are insufficient data available to evaluate the practice of anti-D administration in an unsensitised Rh-negative mother after spontaneous miscarriage. Thus, until high-quality evidence becomes available, the practice of anti-D Immunoglobulin prophylaxis after spontaneous miscarriage for preventing Rh alloimmunisation cannot be generalised and should be based on the standard practice guidelines of each country.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Anti-D administration after spontaneous miscarriage for preventing Rhesus alloimmunisation

A Rhesus-negative (Rh-negative) pregnant woman might develop Rh antibodies in her blood stream when she carries a Rh-positive baby. The subsequent antibody formation has the potential to attack the red blood cells of a Rh-positive baby during pregnancy. This might make the baby anaemic and in severe cases, the baby might die. Other Cochrane reviews provide clear evidence that giving anti-D immunoglobulin (anti-D) within 72 hours of the birth to a Rh-negative mother of a Rh-positive baby and during the third trimester reduces Rh antibody formation in future pregnancies. The chances of developing Rh antibodies may also be reduced if anti-D is given to Rh-negative women following a spontaneous miscarriage or a dilatation & curettage (D&C) for incomplete miscarriage after 12 weeks. However, our review only identified one poor quality randomised controlled trial (involving 48 women) that considered anti-D administration after therapeutic D&C or spontaneous miscarriage for preventing Rh alloimmunisation (development of antibodies in response to antigens from a non-self protein). The included study did not report any data on the review's primary or secondary outcomes. More high-quality research is needed in this field.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Administration d'anti-D après la fausse couche spontanée pour prévenir l'allo-immunisation Rhésus

Contexte

Pendant la grossesse, une femme de rhésus négatif (Rh négatif) peut développer des anticorps lorsque son fœtus est de rhésus positif (Rh positif), ce qui peut causer une morbidité ou une mortalité fœtale lors des grossesses ultérieures, si elle n'est pas traitée.

Objectifs

Évaluer les effets de l'administration d'immunoglobuline (Ig) anti-D suite à une fausse couche spontanée à une femme de rhésus négatif (Rh négatif), par rapport à l'absence d'anticorps anti-D.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31.12.12).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur les femmes de rhésus négatif (Rh négatif) sans anticorps qui ont reçu de l'immunoglobuline anti-D suite à une fausse couche spontanée comparativement à l'absence de traitement ou un placebo suite à une fausse couche spontanée en tant que témoin.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont évalué de manière indépendante les essais à inclure, ainsi que leur qualité méthodologique. Deux auteurs se sont occupés d'extraire les données et de vérifier leur exactitude.

Résultats principaux

Nous avons inclus un ECR, totalisant 48 femmes ayant subi une fausse couche au bout de 8 à 24 semaines de grossesse. Sur les 19 femmes incluses dans le groupe de traitement, 14 ont eu une intervention thérapeutique de dilatation et curetage (D&C) et cinq ont eu une fausse couche spontanée ; sur les 29 femmes incluses dans le groupe témoin, 25 ont eu une intervention thérapeutique D&C et quatre ont eu une fausse couche spontanée. Le groupe de traitement a reçu une injection intramusculaire de 300 µg d'immunoglobuline (Ig) anti-D et a été comparé à un groupe témoin ayant reçu 1 cc de gammaglobuline homogène en tant que placebo.

Les critères de jugement principaux de cette revue (obtention d'un test Kleihauer Betke positif (un test permettant de détecter les cellules fœtales dans le sang maternel) ; et développement de l'allo-immunisation Rhésus lors d'une grossesse ultérieure) n'ont pas été rapportés dans l'étude incluse.

De même, aucun des critères de jugement secondaires de la revue n'a été rapporté dans l'étude incluse : la nécessité de renforcer la surveillance des prélèvements de sang fœtal suspectés et des transfusions de fœtus lors d'une grossesse ultérieure, la morbidité néonatale telle que l'anémie néonatale, la jaunisse, l'encéphalopathie bilirubinique, l'érythroblastose, la prématurité, l'hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang) lors d'une grossesse ultérieure, les événements indésirables maternels de l'administration d'anti-D notamment une réaction anaphylactique et des infections transmises par le sang.

L'étude incluse n'a pas rendu compte des grossesses ultérieures Rh positif chez trois femmes incluses dans le groupe de traitement et six femmes dans le groupe témoin. Cependant, en raison d’une petite taille d’échantillon, l'étude n'a pas réussi à démontrer la moindre différence au niveau de la sensibilisation maternelle ou du développement de l'allo-immunisation Rhésus lors d'une grossesse ultérieure.

Conclusions des auteurs

Les données disponibles sont insuffisantes pour évaluer la pratique de l'administration d'anti-D à une mère de Rh négatif n'ayant pas été sensibilisée suite à une fausse couche spontanée. Par conséquent, jusqu'à ce que des preuves de qualité irréfutable soient disponibles, la pratique de l'administration prophylactique d'immunoglobuline anti-D suite à une fausse couche spontanée pour prévenir l'allo-immunisation Rhésus ne peut être généralisée et devrait être fondée sur les directives pour la pratique courante de chaque pays.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Administration d'anti-D après la fausse couche spontanée pour prévenir l'allo-immunisation Rhésus

Pendant la grossesse, une femme de rhésus négatif (Rh négatif) peut développer des anticorps Rh dans la circulation sanguine lorsqu'elle porte un bébé de Rh positif. La formation consécutive d'anticorps présente le potentiel d'attaquer les globules rouges d'un bébé de Rh positif au cours de la grossesse. Cela peut rendre le bébé anémique et dans des cas graves, le bébé peut mourir. D'autres revues Cochrane fournissent des preuves probantes que l'administration d'immunoglobuline anti-D (anti-D) dans les 72 heures suivant l'accouchement à une mère de Rh négatif d'un bébé de Rh positif et pendant le troisième trimestre réduira la formation d'anticorps Rh lors des futures grossesses. Les chances de développer des anticorps Rh peuvent être réduites si l'anti-D est administrée à des femmes de Rh négatif suite à une fausse couche spontanée ou après une intervention de dilatation et curetage (D&C) pour une fausse couche incomplète au bout de 12 semaines. Toutefois, notre revue n'a identifié qu'un seul essai contrôlé randomisé de mauvaise qualité (incluant 48 femmes) ayant examiné l'administration d'anti-D suite à une intervention thérapeutique de dilatation et curetage (D&C) ou une fausse couche spontanée pour prévenir l'allo-immunisation Rhésus (développement d'anticorps en réponse aux antigènes d'une protéine n'appartenant pas au soi). L'étude incluse n'a rapporté aucune donnée sur le critère de jugement principal ou les critères secondaires de la revue. Par conséquent, d'autres recherches de grande qualité doivent être réalisées dans ce domaine.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux pour la France: Minist�re en charge de la Sant�