Intervention Review

You have free access to this content

Interferon after surgery for women with advanced (Stage II-IV) epithelial ovarian cancer

  1. Aramide O Lawal*,
  2. Alfred Musekiwa,
  3. Liesl Grobler

Editorial Group: Cochrane Gynaecological Cancer Group

Published Online: 6 JUN 2013

Assessed as up-to-date: 16 MAY 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD009620.pub2


How to Cite

Lawal AO, Musekiwa A, Grobler L. Interferon after surgery for women with advanced (Stage II-IV) epithelial ovarian cancer. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 6. Art. No.: CD009620. DOI: 10.1002/14651858.CD009620.pub2.

Author Information

  1. Stellenbosch University, Centre for Evidence-based Health Care, Faculty of Medicine and Health Sciences, Cape Town, Western Cape, South Africa

*Aramide O Lawal, Centre for Evidence-based Health Care, Faculty of Medicine and Health Sciences, Stellenbosch University, PO Box 19063, Tygerberg, Cape Town, Western Cape, 7505, South Africa. aramide0319@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 6 JUN 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Epithelial ovarian cancer (EOC) is a life-threatening disease. Most often women become symptomatic only in the advanced stages of the disease, increasing the difficulty of treatment. Whilst the disease responds well to surgery and chemotherapy, the relapse rate is high. New treatments to prevent disease recurrence or progression, prolong survival, and increase the quality of life are needed.

Objectives

To assess the effectiveness and safety of interferon after surgery in the treatment of advanced (stage II-IV) EOC.

Search methods

The Cochrane Gynaecological Cancer Review Group Specialized Register, Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) Issue 1, 2012, MEDLINE and EMBASE were searched to January 2012. Handsearching of conference proceedings was also undertaken. Reference lists of reviews and included trials were screened and experts in the field were contacted for additional trials. Clinical trials registers were searched for ongoing trials.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) involving participants with advanced EOC that compared post-operative chemotherapy alone with post-operative interferon therapy in combination with chemotherapy or post-operative chemotherapy followed by interferon or observation alone

Data collection and analysis

Two review authors (AL and AM) independently screened the search results for relevant trials and extracted pre-specified information from each included trial. Data were managed using Review Manager 5.1. Hazard ratios (HR) were calculated for time-to-event outcomes and risk ratios (RR) for dichotomous outcomes, with corresponding 95% confidence intervals (CI).

Main results

Five trials, including 1476 participants, were included in the review. Two trials compared interferon with observation alone and three trials compared interferon plus chemotherapy with chemotherapy alone. A meta-analysis of two trials involving 370 participants found no significant difference in both overall survival (HR 1.14, 95% CI 0.84 to 1.55) and progression free survival (HR 0.99, 95% CI 0.79 to 1.24) between the interferon and observation alone groups in post-surgical women who had undergone first-line chemotherapy for advanced EOC. One trial with 293 participants found that while no significant difference was observed in incidence of nausea or vomiting between the two treatment groups, significantly more flu-like symptoms (RR 2.25, 95% CI 1.73 to 2.91) and fatigue (RR 1.54, 95% CI 1.27 to 1.88) were reported in the interferon group. For the second comparison, a meta-analysis of two trials comprising 244 participants found that although there was no significant difference in overall survival between the interferon plus chemotherapy and the chemotherapy alone group (HR 1.14, 95% CI 0.74 to 1.76), women in the interferon plus chemotherapy group had worse progression free survival than those in the chemotherapy alone group (HR 1.43, 95% CI 1.02 to 2.00). Compared to chemotherapy alone, adding interferon to chemotherapy did not alter the incidence of adverse events in post-surgical women with advanced EOC.

Authors' conclusions

Implications for practice

Based on low quality evidence, the addition of interferon to first-line chemotherapy did not alter the overall survival in post-surgical women with advanced EOC compared with chemotherapy alone. There is low quality evidence to suggest that interferon in combination with chemotherapy worsened the progression free survival in post-surgical women with advanced EOC compared with chemotherapy alone. There is not enough evidence that interferon therapy alone alters overall survival or progression free survival compared to observation alone in post-surgical women who have undergone first-line chemotherapy.

Implications for research

Three of the five trials included in this review were stopped early and were, therefore, underpowered to detect any true effect of the intervention. The trials did not report the results of important outcomes in a uniform manner, preventing statistical aggregation of the results. Trial methodology was poorly reported resulting in unclear risk of bias. For clear recommendations to be made regarding the effectiveness of interferon in the treatment of advanced EOC, long-term, well conducted and adequately powered RCTs would be needed. However, the available data do not suggest that interferon has an adequately advantageous effect to warrant further investigation.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Interferon therapy after surgery in women with advanced epithelial ovarian cancer

Epithelial ovarian cancer (EOC) is a potentially life-threatening condition. EOC usually develops in women above 50 years of age and is rarely seen in women younger than 35 years old. Early symptoms of the disease are usually mild and vague, making this disease difficult to detect at an early stage. Patients with EOC are relatively asymptomatic until the disease has progressed to an advanced stage.

Although EOC initially responds well to surgery and chemotherapy, there is a high rate of recurrence within 12 to 24 months of treatment. Interferons are proteins that are made and released by host cells in response to the presence of pathogens. They are named after their ability to 'interfere' with viral replication within host cells. Interferon serves two important functions. It signals neighbouring cells and triggers their resistance mechanisms; and it activates other immune cells that kill invading pathogens. This review assessed the effectiveness of interferon therapy in reducing the rate of recurrence or prolonging the time between chemotherapy and subsequent recurrence of the disease.

Five trials, including 1476 participants, were included in the review. Three of the five trials were stopped early. The risk of bias of most of the trials was high or unclear due to incomplete reporting of methods and results. Most of the trials were not large enough to detect any true effect of the intervention. Trials either did not report the results of important outcomes or the results of important outcomes were not uniform between the trials.

The evidence from the three trials suggested that the addition of interferon to first-line chemotherapy did not alter the overall survival in post-surgical women with advanced EOC compared with chemotherapy alone. On the contrary, there is evidence that interferon in combination with chemotherapy worsened progression free survival in post-surgical women with advanced EOC compared with chemotherapy alone. Furthermore, there is not enough evidence that interferon therapy alone improves overall survival or progression free survival in post-surgical women who have undergone first-line chemotherapy when compared with observation alone.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Interféron postopératoire chez des femmes atteintes d'un cancer épithélial de l'ovaire avancé (stade II - IV)

Contexte

Le cancer épithélial de l'ovaire (CEO) est une maladie potentiellement mortelle. La plupart des femmes deviennent symptomatiques uniquement dans les stades avancés de la maladie, ce qui rend son traitement plus difficile. Malgré l'efficacité de la chirurgie et de la chimiothérapie contre la maladie, le taux de rechute reste élevé. De nouveaux traitements sont nécessaires pour prévenir sa récidive ou sa progression, prolonger la survie et améliorer la qualité de vie.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de l'interféron postopératoire dans le traitement d'un CEO avancé (stade II - IV).

Stratégie de recherche documentaire

Le registre d'essais spécialisés du groupe Cochrane sur les cancers gynécologiques, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) numéro 1, 2012, MEDLINE et EMBASE ont fait l'objet de recherches jusqu'en janvier 2012. Des recherches manuelles dans les actes de conférence ont également été effectuées. Les listes bibliographiques des revues et essais inclus ont été passées au crible et des experts dans le domaine ont été contactés afin d'obtenir des essais supplémentaires. Des essais en cours ont été recherchés dans les registres d'essais cliniques.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés (ECR) composés de femmes atteintes d'un CEO avancé comparant une chimiothérapie postopératoire seule à un traitement par interférons associé à une chimiothérapie postopératoire ou à une chimiothérapie postopératoire suivie par l'administration d'interférons ou à une observation seule.

Recueil et analyse des données

Les deux auteurs de la revue (AL et AM) ont indépendamment analysé les résultats des recherches afin d'identifier des essais pertinents et extrait des informations préspécifiées de chaque essai inclus. Ces données ont été gérées avec Review Manager 5.1. Les hazard ratios (HR) ont été calculés pour les critères de délai jusqu'à l'événement et les risques relatifs (RR) pour les résultats dichotomiques avec des intervalles de confiance correspondants (IC) à 95 %.

Résultats principaux

Cinq essais, incluant 1 476 femmes, ont été inclus dans la revue. Deux essais comparaient l'interféron à une observation seule et trois essais comparaient l'interféron associé à une chimiothérapie à une chimiothérapie seule. Une méta-analyse de deux essais impliquant 370 femmes n'ont trouvé aucune différence significative en termes de survie globale (HR 1,14, IC à 95 % 0,84 à 1,55) et de survie sans progression (HR 0,99, IC à 95 % 0,79 à 1,24) entre les groupes de l'interféron et d'observation seule chez des femmes ayant subi une chimiothérapie de première ligne pour un CEO suite à une chirurgie. Un essai composé de 293 femmes a trouvé que malgré l'absence d'une différence significative au niveau de l'incidence de nausées ou de vomissements entre les deux groupes de traitement, des symptômes pseudo-grippaux nettement plus fréquents (RR 2,25, IC à 95 % 1,73 à 2,91) et de la fatigue (RR 1,54, IC à 95 % 1,27 à 1,88) ont été signalés dans le groupe de l'interféron. En ce qui concerne la seconde comparaison, une méta-analyse de deux essais composés de 244 femmes a trouvé que malgré l'absence de différence significative en termes de survie globale entre le groupe de l'interféron associé à une chimiothérapie et le groupe de chimiothérapie seule (HR 1,14, IC à 95 % 0,74 à 1,76), les femmes du groupe de l'interféron associé à une chimiothérapie présentaient une aggravation de la survie sans progression par rapport à celles du groupe de chimiothérapie seule (HR 1,43, IC à 95 % 1,02 à 2,00). Comparé à une chimiothérapie seule, l'ajout d'interféron à une chimiothérapie n'a pas altéré l'incidence d'événements indésirables chez les femmes atteintes d'un CEO avancé suite à une intervention chirurgicale.

Conclusions des auteurs

Implications pour la pratique

D'après des preuves de qualité médiocre, l'ajout d'interféron à une chimiothérapie de première ligne n'affectait pas la survie globale des femmes atteintes d'un CEO suite à une chirurgie par rapport à une chimiothérapie seule. Il existe des preuves de qualité médiocre suggérant que l'interféron associé à une chimiothérapie aggravait la survie sans progression chez les femmes atteintes d'un CEO avancé après une intervention chirurgicale par rapport à une chimiothérapie seule. Il n'existe pas suffisamment de preuves selon lesquelles un traitement par interférons seul modifie la survie globale ou la survie sans progression par rapport à une observation seule chez les femmes ayant suivi une chimiothérapie de première ligne après une chirurgie.

Implications pour la recherche

Trois des cinq essais inclus dans la présente revue ont été arrêtés prématurément et leur puissance statistique était donc insuffisante pour identifier un réel effet de l'intervention. Les essais ne rapportaient pas uniformément les résultats de critères de jugement importants, empêchant alors toute agrégation statistique des résultats. La méthodologie de l'essai était mal rapportée et les risques de biais étaient donc incertains. Pour obtenir des recommandations claires concernant l'efficacité de l'interféron dans le traitement d'un CEO avancé, des essais à long terme, correctement réalisés et disposant d'une puissance statistique adaptée seront nécessaires. Toutefois, les données disponibles ne suggèrent pas que l'interféron a un effet réellement bénéfique pour justifier la réalisation d'études supplémentaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Traitement postopératoire par interféron chez des femmes atteintes d'un cancer épithélial de l'ovaire avancé

Le cancer épithélial de l'ovaire (CEO) est une affection potentiellement mortelle. Le CEO se développe généralement chez les femmes âgées de plus de 50 ans, il est plus rare chez les femmes âgées de moins de 35 ans. Les premiers symptômes de cette maladie sont légers et vagues de manière générale, ce qui rend son dépistage précoce difficile. Les patientes atteintes d'un CEO sont relativement asymptomatiques jusqu'à ce que la maladie atteigne un stade avancé.

Bien que la chirurgie et la chimiothérapie d'un CEO soient efficaces dans un premier temps, son taux de récidive est élevé au cours des 12 à 24 mois de traitement. Les interférons sont des protéines fabriquées et sécrétées par des cellules hôtes en réponse à la présence de pathogènes. Leur nom provient de leur capacité à « interférer » avec la réplication virale dans les cellules hôtes. Un interféron occupe deux fonctions importantes. Il informe les cellules voisines, puis déclenche leurs mécanismes de résistance et active d'autres cellules immunes qui tuent les pathogènes envahisseurs. La présente revue a évalué l'efficacité d'un traitement par interférons à réduire le taux de récidive ou à prolonger le temps écoulé entre une chimiothérapie et une récidive ultérieure de la maladie.

Cinq essais, incluant 1 476 femmes, ont été inclus dans la revue. Trois de ces cinq essais ont été arrêtés prématurément. Les risques de biais de la majorité d'entre eux étaient élevés ou incertains en raison d'une description incomplète des méthodes et des résultats obtenus. La taille de la plupart des essais n'était pas suffisamment grande pour identifier un réel effet de l'intervention. Les essais ne rapportaient pas les résultats de critères de jugement importants ou ces résultats n'étaient pas uniformes entre les essais.

Les preuves issues de ces trois essais suggéraient que l'ajout d'interféron à une chimiothérapie de première ligne n'affectait pas la survie globale des femmes atteintes d'un CEO avancé suite à une chirurgie par rapport à une chimiothérapie seule. En revanche, il existe des preuves selon lesquelles l'interféron associé à une chimiothérapie aggravait la survie sans progression chez les femmes atteintes d'un CEO avancé après une intervention chirurgicale par rapport à une chimiothérapie seule. De plus, il n'existe pas suffisamment de preuves selon lesquelles un traitement par interférons seul améliore la survie globale ou la survie sans progression chez les femmes ayant suivi une chimiothérapie de première ligne après une chirurgie par rapport à une observation seule.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 27th March, 2014
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.