Intervention Review

You have full text access to this OnlineOpen article

Interventions to encourage uptake of cancer screening for people with severe mental illness

  1. Elizabeth Barley1,*,
  2. Rohan Borschmann2,
  3. Paul Walters2,
  4. Andre Tylee2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 16 JUL 2013

Assessed as up-to-date: 16 NOV 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009641.pub2

How to Cite

Barley E, Borschmann R, Walters P, Tylee A. Interventions to encourage uptake of cancer screening for people with severe mental illness. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 7. Art. No.: CD009641. DOI: 10.1002/14651858.CD009641.pub2.

Author Information

  1. 1

    King's College London, Florence Nightingale School of Nursing and Midwifery, London, UK

  2. 2

    King's College London, Health Service and Population Research Department, Institute of Psychiatry, London, UK

*Elizabeth Barley, Florence Nightingale School of Nursing and Midwifery, King's College London, 2.25, James Clerk Maxwell Building, 57 Waterloo Road, London, SE1 8WA, UK. elizabeth.barley@kcl.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 16 JUL 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Adults with severe mental illness (i.e. schizophrenia or other related psychotic disorders and bipolar disorder) can be at greater risk of cancer than those without severe mental illness (SMI). Early detection of cancer through screening is effective in improving patient outcomes including death. However, people with SMI are less likely than others to take up available cancer screening.

Objectives

To determine the effectiveness of interventions targeted at adults with SMI, or their carers or health professionals, and aimed at increasing the uptake of cancer screening tests for which the adults with SMI are eligible.

Search methods

We searched electronically the Cochrane Schizophrenia Group's Register (25th October 2012).

Selection criteria

All randomised controlled trials (RCTs) of interventions, targeted towards adults with SMI or their carers or health professionals, to encourage uptake of cancer screening tests for which the adults with SMI were eligible.

Data collection and analysis

Two review authors independently screened titles and abstracts and assessed these against the inclusion criteria.

Main results

We did not find any trials that met the inclusion criteria.

Authors' conclusions

A comprehensive search showed that currently there is no RCT evidence for any method of encouraging cancer screening uptake in people with SMI. No specific approach can therefore be recommended. High-quality, large-scale RCTs are needed urgently to help address the disparity between people with SMI and others in cancer screening uptake.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions to encourage cancer screening uptake in severe mental illness

Cancer is a leading cause of death worldwide, accounting for approximately 13% of all deaths in 2007. Some studies have reported an increased incidence of cancer in people with mental health problems. The Schizophrenia Commission reports that people with schizophrenia who develop cancer are three times more likely to die than those in the general population with cancer.

Mental illness is associated with certain health problems, including: obesity; smoking; drinking alcohol; and poor diet, all of which increase risk of cancer. It has been estimated that approximately one-third of cancer deaths could be prevented with early detection, of which cancer screening is the most effective method. However, people with mental illness are less likely than others to take up available cancer screening. Reasons for non-uptake include: low income; increasing age; lack of transport; embarrassment; lack of reminders; and lack of familiar care providers.

In the general population, telephone invitations, telephone counselling, prompts following the initial invitation and opportunistic screening are good at increasing uptake of cancer screening. Reducing financial barriers (i.e. providing free screening tests, bus passes or postage) may also help. GPs have also been offered incentives under the Quality and Outcomes Framework to provide regular physical health checks to people with mental illness. People with mental illness may require more individualised care, such as more intense counselling, to encourage screening.

A comprehensive search showed that currently there is no trial evidence for any method of encouraging uptake of cancer screening for people with mental illness. No specific approach can therefore be recommended. Early detection of cancer through screening is effective in improving patient outcomes, including death. Given that people with mental illness are at greater risk of cancer but less likely than others to take up available screening, better approaches that encourage uptake of cancer screening are needed urgently. Further research is required to ensure that people with mental illness do not miss out on cancer screening.

This plain language summary has been written by a consumer: Benjamin Gray, Service User and Service User Expert, Rethink Mental Illness. Email: ben.gray@rethink.org

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions visant à encourager la participation au dépistage du cancer chez les personnes atteintes d'une maladie mentale grave

Contexte

Les adultes atteints d'une maladie mentale grave (notamment schizophrénie ou d'autres troubles psychotiques associés et troubles bipolaires) peuvent être exposés à un risque plus élevé de cancer que ceux qui ne présentent pas de maladie mentale grave. La détection précoce du cancer par dépistage est efficace pour améliorer les résultats cliniques des patients, y compris la mortalité. Toutefois, les personnes atteintes d'une maladie mentale grave sont moins susceptibles que les autres de participer aux dispositifs existants de dépistage du cancer.

Objectifs

Déterminer l'efficacité des interventions ciblant des adultes atteints d'une maladie mentale grave, ou leurs soignants ou professionnels de santé, et visant à augmenter la participation aux tests de dépistage du cancer auxquels les adultes atteints d'une maladie mentale grave sont éligibles.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (25/10/2012).

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur des interventions ciblant des adultes atteints d'une maladie mentale grave, ou leurs soignants ou professionnels de santé, visant à encourager la participation aux tests de dépistage du cancer auxquels les adultes atteints d'une maladie mentale grave étaient éligibles.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont, de manière indépendante, passé au crible les titres et les résumés puis les ont évalués selon les critères d'inclusion.

Résultats Principaux

Nous n'avons pas trouvé d'essais répondant aux critères d'inclusion.

Conclusions des auteurs

Une recherche exhaustive a montré qu'à l'heure actuelle, il n'existe aucune donnée issue d'un ECR sur une méthode visant à encourager la participation au dépistage du cancer chez les personnes atteintes d'une maladie mentale grave. Aucune approche spécifique ne peut par conséquent être recommandée. Il est urgent de réaliser des ECR à grande échelle et de grande qualité pour permettre de répondre à la disparité existant entre les personnes atteintes d'une maladie mentale grave et les autres concernant la participation au dépistage du cancer.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions visant à encourager la participation au dépistage du cancer chez les personnes atteintes d'une maladie mentale grave

Interventions visant à encourager la participation au dépistage du cancer dans la maladie mentale grave

Le cancer est la première cause de décès dans le monde, représentant environ 13 % de tous les décès en 2007. Certaines études ont rapporté une augmentation de l'incidence du cancer chez les personnes souffrant de problèmes de santé mentale. La Commission de la schizophrénie rapporte que les personnes atteintes de schizophrénie qui développent un cancer ont trois fois plus de chances de décéder que les individus de la population générale atteints de cancer.

La maladie mentale est associée à certains problèmes de santé, incluant notamment : l'obésité ; le tabagisme ; la consommation d'alcool ; et la mauvaise alimentation, qui augmentent tous le risque de cancer. On estime qu'un tiers environ des décès dus au cancer pourraient être évités grâce une détection précoce, dont le dépistage du cancer est la méthode la plus efficace. Toutefois, les personnes atteintes d'une maladie mentale sont moins susceptibles que les autres de participer au test de dépistage du cancer disponible. Les raisons de la non participation comprennent : un faible revenu ; un âge avancé ; l'absence de moyen de transport ; l'embarras ; le manque de rappels ; et le manque de prestataires de soins connus.

Dans la population générale, les invitations par téléphone, les conseils par téléphone, les messages d'invitation suite à l'invitation initiale et le dépistage de maladies opportunistes sont efficaces pour augmenter la participation au dépistage du cancer. La réduction des barrières financières (c'est-à-dire fournir gratuitement des tests de dépistage, des forfaits bus ou des affranchissements postaux) peut aussi renforcer la participation. De même, au Royaume-Uni, des mesures incitatives sont proposées aux médecins généralistes dans le cadre du programme « Quality and Outcomes Framework » pour effectuer des bilans de santé physique réguliers chez les personnes atteintes d'une maladie mentale. Les personnes atteintes d'une maladie mentale peuvent nécessiter plus de soins individualisés, tels que des conseils plus intensifs, pour encourager le dépistage.

Une recherche exhaustive a montré qu'à l'heure actuelle, il n'existe aucune donnée issue d'un essai sur une méthode visant à encourager la participation au dépistage du cancer chez les personnes atteintes d'une maladie mentale. Aucune approche spécifique ne peut par conséquent être recommandée. La détection précoce du cancer par dépistage est efficace pour améliorer les résultats cliniques des patients incluant la mortalité. Puisque les personnes atteintes d'une maladie mentale sont exposées à un risque plus élevé de cancer mais sont moins susceptibles que d'autres de participer au test de dépistage disponible, il est urgent d'imaginer des approches plus efficaces qui encouragent la participation au dépistage du cancer. D'autres recherches sont nécessaires pour s'assurer que les personnes atteintes d'une maladie mentale ne manquent pas le dépistage du cancer.

Ce résumé en langage simplifié a été rédigé par un consommateur : Benjamin Gray, Bénéficiaire du service et Expert auprès des bénéficiaires du service, Rethink Mental Illness. E-mail : ben.gray@rethink.org

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 4th September, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.