Intervention Review

You have free access to this content

Hormone therapy for sexual function in perimenopausal and postmenopausal women

  1. Carolina O Nastri1,2,
  2. Lucia A Lara1,
  3. Rui A Ferriani1,
  4. Ana Carolina JS Rosa-e-Silva1,
  5. Jaqueline BP Figueiredo1,2,
  6. Wellington P Martins1,2,*

Editorial Group: Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group

Published Online: 5 JUN 2013

Assessed as up-to-date: 12 DEC 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009672.pub2


How to Cite

Nastri CO, Lara LA, Ferriani RA, Rosa-e-Silva ACJS, Figueiredo JBP, Martins WP. Hormone therapy for sexual function in perimenopausal and postmenopausal women. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 6. Art. No.: CD009672. DOI: 10.1002/14651858.CD009672.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Sao Paulo, Department of Obstetrics and Gynecology, Medical School of Ribeirao Preto, Ribeirao Preto, Sao Paulo, Brazil

  2. 2

    Ultrasonography and Retraining Medical School of Ribeirao Preto (EURP), Ribeirao Preto, Sao Paulo, Brazil

*Wellington P Martins, wpmartins@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 5 JUN 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

The perimenopausal and postmenopausal periods are associated with many symptoms, including sexual complaints.

Objectives

To assess the effect of hormone therapy (HT) on sexual function in perimenopausal and postmenopausal women.

Search methods

We searched for articles in the Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group (MDSG) Specialised Register, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, LILACS, ClinicalTrials.gov, Current Controlled Trials, WHO International Clinical Trials Registry Platform, ISI Web of Knowledge and OpenGrey. The last search was performed in December 2012.

Selection criteria

We included randomised controlled trials comparing HT to either placebo or no intervention (control). We considered as HT estrogens alone; estrogens in combination with progestogens; synthetic steroids (for example tibolone); or selective estrogen receptor modulators (SERMs) (for example raloxifene, bazedoxifene). Studies of other drugs possibly used in the relief of menopausal symptoms were excluded. We included studies that evaluated sexual function using any validated assessment tool. The primary outcome was a composite score for sexual function and the scores for individual domains (arousal and sexual interest, orgasm, and pain) were secondary outcomes. Studies were selected by two authors independently.

Data collection and analysis

Data were independently extracted by two authors and checked by a third. Risk of bias assessment was performed independently by two authors. We contacted study investigators as required. Data were analysed using standardized mean difference (SMD) and relative risk (RR). We stratified the analysis by participant characteristics with regard to menopausal symptoms. The overall quality of the evidence for the primary outcome was evaluated using the GRADE criteria.

Main results

The search retrieved 2351 records from which 27 studies (16,393 women) were included. The 'symptomatic or early post-menopausal' subgroup included nine studies: perimenopausal women (one study), up to 36 months postmenopause (one study), up to five years postmenopause (one study), experiencing vasomotor or other menopausal symptoms (five studies), or experiencing hot flushes and sexual dysfunction (one study). The 'unselected postmenopausal women' subgroup included 18 studies, which included women regardless of menopausal symptoms and permitted the inclusion of women with more than five years since the final menstrual period. No studies were restricted to women with sexual dysfunction. Only five studies evaluated sexual function as a primary outcome. Eighteen studies were deemed at high risk of bias, and the other nine studies were at unclear risk of bias. Twenty studies received commercial funding.

Findings for sexual function (measured by composite score):

For estrogens alone versus control, in symptomatic or early postmenopausal women the SMD and 95% CI were compatible with a small to moderate benefit in sexual function for the HT group (SMD 0.38, 95% CI 0.23 to 0.54, P < 0.00001, 3 studies, 699 women, I² = 55%, high-quality evidence). In unselected postmenopausal women, the 95% CI was compatible with no effect to a small benefit (SMD 0.16, 95% CI -0.02 to 0.34, P = 0.08, 2 studies, 478 women, I² = 44%, low-quality evidence). The subgroups were not pooled because of considerable heterogeneity.

For estrogens combined with progestogens versus control, in symptomatic or early postmenopausal women the 95% CI was compatible with a small to moderate benefit for sexual function in the HT group (SMD 0.42, 95% CI 0.19 to 0.64, P = 0.0003, 1 study, 335 women, moderate-quality evidence). In unselected postmenopausal women, the 95% CI was compatible with no effect to a small benefit (SMD 0.09, 95% CI -0.02 to 0.20, P = 0.10, 3 studies, 1314 women, I² = 0%, moderate-quality evidence). The subgroups were not pooled because of considerable heterogeneity.

For tibolone versus control, in symptomatic or early postmenopausal women the 95% CI was compatible with no effect to a small benefit for sexual function in the HT group (SMD 0.13, 95% CI 0.00 to 0.26, P = 0.05, 1 study, 883 women, low-quality evidence). In unselected postmenopausal women, the 95% CI was compatible with no effect to a moderate benefit (SMD 0.38, 95% CI 0.04 to 0.71, P = 0.03, 2 studies, 142 women, I² = 0%, low-quality evidence). In the combined analysis, the 95% CI was compatible with no effect to a small benefit (SMD 0.17, 95% CI 0.04 to 0.29, P = 0.008, 3 studies, 1025 women, I² = 20%).

For SERMs versus control, in symptomatic or early postmenopausal women the 95% CI was compatible with no effect to a moderate benefit for sexual function in the HT group (SMD 0.23, 95% CI -0.04 to 0.50, P = 0.09, 1 study, 215 women, low-quality evidence). In unselected postmenopausal women, the 95% CI was compatible with small harm to a small benefit (SMD 0.04, 95% CI -0.20 to 0.29, P = 0.72, 1 study, 283 women, low-quality evidence). In the combined analysis, the 95% CI was compatible with no effect to a small benefit (SMD 0.13, 95% CI -0.05 to 0.31, P = 0.16, 2 studies, 498 women, I² = 2%).

A comparison of SERMs combined with estrogens versus control was only evaluated in symptomatic or early postmenopausal women. The 95% CI was compatible with no effect to a small benefit for sexual function in the HT group (SMD 0.21, 95% CI 0.00 to 0.43, P = 0.05, 1 study, 542 women, moderate-quality evidence).

Authors' conclusions

HT treatment with estrogens alone or in combination with progestogens was associated with a small to moderate improvement in sexual function, particularly in pain, when used in women with menopausal symptoms or in early postmenopause (within five years of amenorrhoea), but not in unselected postmenopausal women. Evidence regarding other HTs (synthetic steroids and SERMs) is of low quality and we are uncertain of their effect on sexual function. The current evidence does not suggest an important effect of tibolone or of SERMs alone or combined with estrogens on sexual function. More studies evaluating the effect of synthetic steroids, SERMS and the association of SERM + estrogens would improve the quality of the evidence for the effect of these treatments on sexual function in peri and postmenopausal women. Future studies should also evaluate the effect of HT solely among women with sexual complaints.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Hormonal therapy for sexual function in menopausal women

We aimed to assess the effect of hormonal therapy (HT), specifically estrogens alone, estrogens in combination with progestogens, synthetic steroids, and SERMs, on sexual function in perimenopausal and postmenopausal women. The time around and after the last menstrual period (menopause) is associated with many symptoms, including a decline of sexual function. HT is a generic term that refers to any type of hormone therapy used during menopause for alleviation of menopause-related symptoms. We carried out an electronic search of medical literature databases, searching for randomised controlled trials (RCTs) comparing hormone therapy (HT) to either no treatment or a placebo treatment. No other type of study was included. The last search was performed in December 2012.

Twenty-seven studies were included; they were conducted in more than 30 countries. Sexual function was assessed in 8802 women in the treatment groups and in 7591 women in the control groups. A single study was responsible for the inclusion of 8462 women, 51.2% of the total number. We grouped the studies by participant characteristics with regard to menopausal symptoms. The symptomatic or early menopausal group was from nine studies in which women were perimenopausal (one study), up to 36 months postmenopause (one study), up to five years postmenopause (one study), experiencing vasomotor or other menopausal symptoms (five studies), or experiencing hot flushes and sexual dysfunction (one study). The unselected postmenopausal women group came from 18 studies. The group included women regardless of menopausal symptoms and allowed inclusion of women with more than five years since their final menstrual period. No studies were restricted to women with sexual dysfunction and only five studies evaluated sexual function as a primary outcome. Eighteen studies were deemed at high risk of bias, and the other nine studies were at unclear risk of bias. Twenty studies received commercial funding.

Findings for sexual function (measured by overall score) were as follows:

In the comparison of estrogens alone versus control, for symptomatic or early postmenopausal women the observed effect was compatible with a small to moderate benefit for sexual function in the HT group (high-quality evidence). For unselected postmenopausal women the observed effect was compatible with no effect to a small benefit, provided by low-quality evidence.

In the comparison of estrogens combined with progestogens versus control, for symptomatic or early postmenopausal women, the observed effect was compatible with a small to moderate benefit for sexual function in the HT group (moderate-quality evidence). For  unselected postmenopausal women, the observed effect was compatible with no effect to a small benefit (moderate-quality evidence).

In the comparison of tibolone versus control, for symptomatic or early postmenopausal women the observed effect was compatible with no effect to a small benefit for sexual function in the HT group (low-quality evidence). For unselected postmenopausal women, the observed effect was compatible with no effect to a moderate benefit (low-quality evidence).

In the comparison of SERMs (raloxifene and bazedoxifene) versus control, for symptomatic or early postmenopausal women the observed effect was compatible with no effect to a moderate benefit for sexual function in the HT group (low-quality evidence). For unselected postmenopausal women, the observed effect was compatible with a small harm to small benefit (low-quality evidence).

Comparing bazedoxifene combined with estrogens to control, for symptomatic or early postmenopausal women the observed effect was compatible with no effect to a small benefit, with moderate-quality evidence. No study was included in the subgroup of unselected postmenopausal women.

The included studies did not allow a comprehensive assessment of harms from these therapies; other systematic reviews must be taken into account to understand the possible harms of HT.

We concluded that HT treatment with estrogens alone or in combination with progestogens is associated with a small to moderate improvement in sexual function when used specifically in women with menopausal symptoms or who were in early postmenopause (within five years after onset of menopause), but not when used for any postmenopausal woman. Evidence regarding other HTs (tibolone, raloxifene, and bazedoxifene) is of low quality. The current evidence does not suggest an important effect of tibolone, raloxifene and bazedoxifene, alone or combined with estrogens, on sexual function.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Hormonothérapie dans la fonction sexuelle des femmes en périménopause et postménopause

Contexte

Les périodes de périménopause et postménopause sont liées à de nombreux symptômes, notamment des troubles sexuels.

Objectifs

Évaluer les effets d'une hormonothérapie (HT) sur la fonction sexuelle chez des femmes en périménopause et postménopause.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons recherché des articles dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité (MDSG pour « Menstrual Disorders and Subfertility Group »), CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, LILACS, ClinicalTrials.gov, Current Controlled Trials, WHO International Clinical Trials Registry Platform, ISI Web of Knowledge et OpenGrey. Les dernières recherches ont été réalisées en décembre 2012.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés comparant une HT à un placebo ou à l'absence d'intervention (groupe témoin). Nous avons évalué une HT à base d'œstrogènes seuls ; d'œstrogènes associés à des progestatifs ; de stéroïdes synthétiques (par exemple : la tibolone) ou de modulateurs sélectifs des récepteurs aux œstrogènes (SERM pour « Selective Estrogen Receptor Modulators ») (par exemple : le raloxifène et le bazédoxifène). Les études portant sur d'autres médicaments éventuellement administrés pour soulager les symptômes ménopausiques ont été exclues. Nous avons inclus les études évaluant la fonction sexuelle à l'aide d'un outil d'évaluation validé. Le critère de jugement principal était un score composite de la fonction sexuelle et les critères de jugement secondaires étaient des scores de domaines individuels (excitation et attirance sexuelle, orgasme et douleurs). Deux auteurs ont indépendamment sélectionné des études.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment extrait des données et un troisième les a vérifiées. Deux auteurs ont indépendamment évalué les risques de biais. Nous avons contacté les chercheurs des études, le cas échéant. La différence moyenne standardisée (DMS) et le risque relatif (RR) ont été utilisés pour analyser les données. Nous avons stratifié l'analyse en fonction des caractéristiques des participantes concernant les symptômes ménopausiques. Le critère GRADE a été utilisé pour évaluer la qualité globale des preuves se rapportant au critère de jugement principal.

Résultats Principaux

Les recherches ont extrait 2 351 enregistrements dont 27 études (16 393 femmes) ont été incluses. Le sous-groupe « femmes symptomatiques ou en postménopause précoce » se composait de neuf études : des femmes en périménopause (une étude), en postménopause jusqu'à 36 mois (une étude), en postménopause jusqu'à cinq ans (une étude), présentant des symptômes vasomoteurs, d'autres symptômes ménopausiques (cinq études) ou des bouffées de chaleur et une dysfonction sexuelle (une étude). Le sous-groupe « femmes en postménopause non sélectionnées » incluait 18 études composées de femmes quels que soient leurs symptômes ménopausiques et autorisait l'inclusion de femmes dont des dernières menstruations dataient de plus de cinq ans. Aucune étude ne se limitait à des femmes présentant une dysfonction sexuelle. Seules cinq études ont évalué la fonction sexuelle en tant que critère de jugement principal. Les risques de biais de dix-huit études ont été jugés élevés et les risques de biais des neuf autres étaient incertains. Vingt études bénéficiaient d'un financement commercial.

Résultats sur la fonction sexuelle (mesurés par un score composite) :

Pour le groupe prenant des œstrogènes seuls comparé à un groupe témoin, chez les femmes symptomatiques ou en postménopause précoce, la DMS et l'IC à 95 % étaient compatibles avec une efficacité légère à modérée sur la fonction sexuelle pour le groupe suivant une HT (DMS 0,38, IC à 95 % 0,23 à 0,54, P < 0,00001, 3 études, 699 femmes, I² = 55 %, preuves de qualité élevée). Chez les femmes en postménopause non sélectionnées, l'IC à 95 % était compatible avec une efficacité nulle à légère (DMS 0,16, IC à 95 % - 0,02 à 0,34, P = 0,08, 2 études, 478 femmes, I² = 44 %, preuves de qualité médiocre). En raison d'une hétérogénéité importante, les sous-groupes n'ont pas été regroupés.

Pour le groupe prenant des œstrogènes associés à des progestatifs comparé à un groupe témoin, chez les femmes symptomatiques ou en postménopause précoce, l'IC à 95 % était compatible avec une efficacité légère à modérée sur la fonction sexuelle pour le groupe suivant une HT (DMS 0,42, IC à 95 % 0,19 à 0,64, P = 0,0003, 1 étude, 335 femmes, preuves de qualité moyenne). Chez les femmes en postménopause non sélectionnées, l'IC à 95 % était compatible avec une efficacité nulle à légère (DMS 0,09, IC à 95 % - 0,02 à 0,20, P = 0,10, 3 études, 1 314 femmes, I² = 0 %, preuves de qualité moyenne). En raison d'une hétérogénéité importante, les sous-groupes n'ont pas été regroupés.

Pour le groupe prenant de la tibolone comparé à un groupe témoin, chez les femmes symptomatiques ou en postménopause précoce, l'IC à 95 % était compatible avec une efficacité nulle à légère sur la fonction sexuelle pour le groupe suivant une HT (DMS 0,13, IC à 95 % 0,00 à 0,26, P = 0,05, 1 étude, 883 femmes, preuves de qualité médiocre). Chez les femmes en postménopause non sélectionnées, l'IC à 95 % était compatible avec une efficacité nulle à modérée (DMS 0,38, IC à 95 % 0,04 à 0,71, P = 0,03, 2 études, 142 femmes, I² = 0 %, preuves de qualité médiocre). Dans une analyse combinée, l'IC à 95 % était compatible avec une efficacité nulle à légère (DMS 0,17, IC à 95 % 0,04 à 0,29, P = 0,008, 3 études, 1 025 femmes, I² = 20 %).

Pour le groupe prenant des SERM comparé à un groupe témoin, chez les femmes symptomatiques ou en postménopause précoce, l'IC à 95 % était compatible avec une efficacité nulle à modérée sur la fonction sexuelle pour le groupe suivant une HT (DMS 0,23, IC à 95 % - 0,04 à 0,50, P = 0,09, 1 étude, 215 femmes, preuves de qualité médiocre). Chez les femmes en postménopause non sélectionnées, l'IC à 95 % était compatible avec un risque léger et une efficacité légère (DMS 0,04, IC à 95 % - 0,20 à 0,29, P = 0,72, 1 étude, 283 femmes, preuves de qualité médiocre). Dans une analyse combinée, l'IC à 95 % était compatible avec une efficacité nulle à légère (DMS 0,13, IC à 95 % - 0,05 à 0,31, P = 0,16, 2 études, 498 femmes, I² = 2 %).

Une comparaison entre un groupe prenant des SERM combinés à des œstrogènes et un groupe témoin était uniquement réalisée chez les femmes symptomatiques ou en postménopause précoce. L'IC à 95 % était compatible avec une efficacité nulle à légère sur la fonction sexuelle pour le groupe suivant une HT (DMS 0,21, IC à 95 % 0,00 à 0,43, P = 0,05, 1 étude, 542 femmes, preuves de qualité moyenne).

Conclusions des auteurs

Une HT avec des œstrogènes seuls ou associés à des progestatifs était liée à une amélioration légère à modérée de la fonction sexuelle, plus particulièrement les douleurs, lorsqu'elle était administrée à des femmes présentant des symptômes ménopausiques ou en postménopause précoce (jusqu'à cinq années d'aménorrhée), mais pas à des femmes en postménopause non sélectionnées. Les preuves concernant les autres HT (stéroïdes synthétiques et SERM) sont de qualité médiocre et nous ignorons leurs effets sur la fonction sexuelle. Les preuves actuellement disponibles ne suggèrent aucun effet significatif de la tibolone ou des SERM seuls ou associés à des œstrogènes, sur la fonction sexuelle. Plus d’études évaluant les effets des stéroïdes synthétiques, des SERM et de l'association de SERM à des œstrogènes, permettraient uneamélioration de la qualité des preuves concernant les effets de ces traitements sur la fonction sexuelle chez les femmes en périménopause ou postménopause. D'autres études devront également évaluer les effets d'une HT seule chez des femmes présentant des troubles sexuels.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Hormonothérapie dans la fonction sexuelle des femmes en périménopause et postménopause

Hormonothérapie dans la fonction sexuelle des femmes ménopausées

Notre objectif était d'évaluer les effets d'une hormonothérapie (HT), en particulier l'administration d'œstrogènes seuls, d'œstrogènes associés à des progestatifs, de stéroïdes synthétiques et de SERM sur la fonction sexuelle de femmes en périménopause et postménopause. La période précédant et suivant les dernières menstruations (ménopause) est associée à de nombreux symptômes, notamment un déclin de la fonction sexuelle. La HT est un terme générique faisant référence à n'importe quel type d'hormonothérapie prescrit pendant la ménopause afin de soulager les symptômes ménopausiques. Nous avons effectué des recherches électroniques dans les bases de données de la littérature médicale afin d'identifier des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant une hormonothérapie (HT) à l'absence de traitement ou à un traitement par placebo. Aucun autre type d'étude n'a été inclus. Les dernières recherches ont été réalisées en décembre 2012.

Vingt-sept études ont été incluses et réalisées dans plus de 30 pays différents. La fonction sexuelle a été évaluée chez 8 802 femmes appartenant aux groupes de traitement et chez 7 591 femmes appartenant aux groupes témoins. Une seule étude a permis d'inclure 8 462 femmes, soit 51,2 % de l'effectif total. Nous avons regroupé les études en fonction des caractéristiques des participantes concernant les symptômes ménopausiques. Le groupe en ménopause symptomatique ou précoce provient de 9 études dans lesquelles des femmes étaient en périménopause (une étude), en postménopause jusqu'à 36 mois (une étude), en postménopause jusqu'à cinq ans (une étude), présentaient des symptômes vasomoteurs, d'autres symptômes ménopausiques (cinq études) ou des bouffées de chaleur et une dysfonction sexuelle (une étude). Le groupe des femmes en postménopause non sélectionnées provient de 18 études. Ce groupe incluait des femmes quels que soient leurs symptômes ménopausiques et autorisait l'inclusion de femmes dont les dernières menstruations dataient de plus de cinq ans. Aucune étude ne se limitait aux femmes présentant une dysfonction sexuelle et seules cinq études ont évalué la fonction sexuelle comme critère de jugement principal. Les risques de biais de dix-huit études ont été jugés élevés et les risques de biais des neuf autres étaient incertains. Vingt études bénéficiaient d'un financement commercial.

Les résultats sur la fonction sexuelle (mesurés par un score global) étaient les suivants :

Dans la comparaison du groupe prenant des œstrogènes seuls à un groupe témoin, chez les femmes symptomatiques et en postménopause précoce, les effets observés étaient compatibles avec une efficacité légère à modérée sur la fonction sexuelle dans le groupe suivant une HT (preuves de qualité élevée). Chez les femmes en postménopause non sélectionnées, les effets observés étaient compatibles avec une efficacité nulle à légère en raison de preuves de qualité médiocre.

Dans la comparaison du groupe prenant des œstrogènes associés à des progestatifs à un groupe témoin, chez les femmes symptomatiques et en postménopause précoce, les effets observés étaient compatibles avec une efficacité légère à modérée sur la fonction sexuelle dans le groupe suivant une HT (preuves de qualité moyenne). Chez les femmes en postménopause non sélectionnées, les effets observés étaient compatibles avec une efficacité nulle à légère (preuves de qualité moyenne).

Dans la comparaison du groupe prenant de la tibolone à un groupe témoin, chez les femmes symptomatiques et en postménopause précoce, les effets observés étaient compatibles avec une efficacité nulle à légère sur la fonction sexuelle dans le groupe suivant une HT (preuves de qualité médiocre). Chez les femmes en postménopause non sélectionnées, les effets observés étaient compatibles avec une efficacité nulle à modérée (preuves de qualité médiocre).

Dans la comparaison du groupe prenant des SERM (raloxifène et bazédoxifène) à un groupe témoin, chez les femmes symptomatiques et en postménopause précoce, les effets observés étaient compatibles avec une efficacité nulle à modérée sur la fonction sexuelle dans le groupe suivant une HT (preuves de qualité médiocre). Chez les femmes en postménopause non sélectionnées, les effets observés étaient compatibles avec un risque léger et une efficacité légère (preuves de qualité médiocre).

En comparant le groupe prenant du bazédoxifène associé à des œstrogènes à un groupe témoin, chez les femmes symptomatiques et en postménopause précoce, les effets observés étaient compatibles avec une efficacité nulle à légère (preuves de qualité moyenne). Aucune étude n'a été incluse dans le sous-groupe composé de femmes en postménopause non sélectionnées.

Les études incluses ne permettaient pas une évaluation exhaustive des risques causés par ces traitements ; d'autres revues systématiques devront être prises en compte pour comprendre les éventuels risques d'une HT.

Nous avons conclu qu'une HT à base d'œstrogènes seuls ou associés à des progestatifs est liée à une amélioration légère à modérée de la fonction sexuelle lorsqu'elle est uniquement prescrite à des femmes présentant des symptômes ménopausiques ou en postménopause précoce (dans un délai de cinq ans après l'apparition de la ménopause), mais pas lorsqu'elle était prescrite à des femmes en postménopause. Les preuves concernant les autres HT (tibolone, raloxifène et bazédoxifène) sont de qualité médiocre. Les preuves actuellement disponibles ne suggèrent aucun effet significatif de la tibolone, du raloxifène et du bazédoxifène, seuls ou associés à des œstrogènes, sur la fonction sexuelle.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 16th July, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.