Intervention Review

You have free access to this content

Efficacy of psychostimulant drugs for amphetamine abuse or dependence

  1. Clara Pérez-Mañá1,*,
  2. Xavier Castells2,
  3. Marta Torrens3,
  4. Dolors Capellà4,
  5. Magi Farre1

Editorial Group: Cochrane Drugs and Alcohol Group

Published Online: 2 SEP 2013

Assessed as up-to-date: 1 AUG 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD009695.pub2


How to Cite

Pérez-Mañá C, Castells X, Torrens M, Capellà D, Farre M. Efficacy of psychostimulant drugs for amphetamine abuse or dependence. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 9. Art. No.: CD009695. DOI: 10.1002/14651858.CD009695.pub2.

Author Information

  1. 1

    Universitat Autònoma de Barcelona, Human Pharmacology and Clinical Neurosciences Research Group, Hospital del Mar Research Institute-IMIM, Parc de Salut Mar, and Department of Pharmacology, Therapeutics and Toxicology, Barcelona, Catalonia, Spain

  2. 2

    Universitat de Girona, Unit of Clinical Pharmacology, TransLab Research Group, Department of Medical Sciences, Girona, Catalonia, Spain

  3. 3

    Hospital del Mar Research Institute-IMIM, Parc de Salut Mar, Institute of Neuropsychiatry and Addiction, Disorders by Use of Substances Research Group, Barcelona, Spain

  4. 4

    Faculty of Medicine, Universitat de Girona, Unit of clinical pharmacology, Department of medical sciences, Girona, Catalonia, Spain

*Clara Pérez-Mañá, Human Pharmacology and Clinical Neurosciences Research Group, Hospital del Mar Research Institute-IMIM, Parc de Salut Mar, and Department of Pharmacology, Therapeutics and Toxicology, Universitat Autònoma de Barcelona, Doctor Aiguader 88, Barcelona, Catalonia, 08003, Spain. cperez@imim.es.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 2 SEP 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Amphetamine dependence is a public health problem with medical, psychiatric, cognitive, legal and socioeconomic consequences. To date, no pharmacological treatment has been approved for this disorder, and psychotherapy remains the mainstay of treatment. In recent years, psychostimulants have been investigated as a possible replacement therapy.

Objectives

To evaluate the efficacy and safety of psychostimulant medications for amphetamine abuse or dependence. The influences of type of drug, type of dependence, comorbid disorders, clinical trial risk of bias and publication of data were also studied.

Search methods

Relevant trials were searched in the following sources: PubMed (January 1966 to 6 June 2012), EMBASE (January 1988 to 6 June 2012), CENTRAL (The Cochrane Library, Issue 5 of 12, May 2012), PsycINFO (January 1985 to 6 June 2012) and the Specialised Register of the Cochrane Drug and Alcohol Group (June 2012). We also searched the reference lists of retrieved trials, the list of studies citing the included trials and the main electronic registers of ongoing trials (ClinicalTrials.gov, International Clinical Trials Registry Platform and EU Clinical Trials Register). Finally, we contacted investigators to request information about unpublished trials. Searches included non-English language literature.

Selection criteria

All randomised, placebo-controlled, parallel-group clinical trials investigating the efficacy or safety of psychostimulants for amphetamine dependence or abuse conducted in an outpatient setting.

Data collection and analysis

We used standard methodological procedures expected by The Cochrane Collaboration.

Main results

Eleven studies were included in the review (791 participants). Studied psychostimulants included dexamphetamine, bupropion, methylphenidate and modafinil. No significant differences were found between psychostimulants and placebo for any of the studied efficacy outcomes. Overall retention in studies was low (50.4%). Psychostimulants did not reduce amphetamine use (mean difference (MD) -0.26, 95% confidence interval (CI) -0.85 to 0.33) or amphetamine craving (MD 0.07, 95% CI -0.44 to 0.59) and did not increase sustained abstinence (relative risk (RR) 1.12, 95% CI 0.84 to 1.49). The proportion of adverse events inducing dropout was similar for psychostimulants and placebo (risk difference (RD) 0.01, 95% CI -0.03 to 0.04). The main findings did not change in any subgroup analysis.

Authors' conclusions

Results of this review do not support the use of psychostimulant medications at the tested doses as a replacement therapy for amphetamine abuse or dependence. Future research could change this conclusion, as the numbers of included studies and participants are limited and information on relevant outcomes, such as efficacy according to the severity of dependence or craving, is still missing.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Efficacy of psychostimulant drugs for amphetamine abuse or dependence

Amphetamine dependence constitutes a public health problem with many consequences and complications. Amphetamine abuse refers to a maladaptive and hazardous pattern of use considered to be less severe than dependence. To date, no pharmacological treatment has been approved for amphetamine abuse or dependence, and psychotherapy remains the best treatment option.

Long-term amphetamine use reduces dopamine levels in the brain. Drugs increasing dopamine and mimicking the effects of amphetamines with lower abuse liability could be used as replacement therapy in amphetamine dependence. Several psychostimulants have been studied recently for this purpose.

In this review, the efficacy and safety of psychostimulants for amphetamine abuse or dependence were studied. We found eleven studies enrolling 791 amphetamine-dependent participants and assessing the effects of four different psychostimulants: dexamphetamine, bupropion, methylphenidate and modafinil. Psychosocial interventions were additionally provided to all participants. The studies were conducted in the USA, Australia or Northern Europe, and study length ranged from 8 to 20 weeks.

Psychostimulants did not reduce amphetamine use or amphetamine craving and also did not increase sustained abstinence in comparison with placebo. Retention in treatment was similar and low with both treatments. Psychostimulants also did not increase the risk of adverse events that were intense enough to induce dropouts.

Research with larger and longer trials is needed to determine whether psychostimulants can be a useful replacement therapy for patients with amphetamine abuse or dependence. The design of future trials should consider the level of dependence at study entry, the potency and the dose of the psychostimulant administered, the length of the trial and the representativeness of included participants.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Efficacité des médicaments psychostimulants pour la consommation abusive ou la dépendance aux amphétamines

Contexte

La dépendance aux amphétamines est un problème de santé publique avec des conséquences médicales, psychiatriques, cognitives, juridiques et socio-économiques. À ce jour, aucun traitement pharmacologique n’a été approuvé pour cette pathologie et la psychothérapie reste le pilier du traitement. Ces dernières années, les psychostimulants ont été étudiés en tant que thérapie de substitution.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de médicaments psychostimulants pour la consommation abusive ou la dépendance aux amphétamines. Les influences de type de médicament, le type de dépendance, les troubles morbides, le risque de biais des essais cliniques et la publication des données ont également été étudiés.

Stratégie de recherche documentaire

Des essais pertinents ont été recherchés dans les sources suivantes : PubMed (de janvier 1966 au 6 juin 2012), EMBASE (de janvier 1988 au 6 juin 2012), CENTRAL ( La Bibliothèque Cochrane, Numéro 5 sur 12, mai 2012), PsycINFO (de janvier 1985 au 6 juin 2012) et le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les drogues et l'alcool (juin 2012). Nous avons également consulté les références bibliographiques des essais identifiés, la liste des études qui citaient les essais inclus et les principaux registres électroniques d'essais en cours (ClinicalTrials.gov, Le système d’enregistrement international des essais cliniques et le registre européen des essais cliniques). Enfin, nous avons contacté des chercheurs afin de solliciter des informations concernant des essais non publiés. Les recherches incluaient une littérature autre que l’anglais.

Critères de sélection

Tous les essais randomisés, contrôlés par placebo, les essais cliniques en groupes parallèles étudiant l'efficacité ou l'innocuité des psychostimulants pour le traitement de la consommation abusive ou la dépendance aux amphétamines et menés auprès de patients externes.

Recueil et analyse des données

Nous avons utilisé la procédure méthodologique standard prévue par la Collaboration Cochrane.

Résultats Principaux

Onze études ont été incluses dans la revue (859 participants), examinant des psychostimulants dont le bupropion, la dexamphétamine, le méthylphénidate et le modafinil. Aucune différence significative n'était observée entre les psychostimulants et le placebo pour aucun des résultats d'efficacité. Le maintien dans l'ensemble des études était faible (50,4%). Les psychostimulants n'ont pas permis de réduire la consommation d'amphétamines (différence moyenne (DM) de -0,26, intervalle de confiance (IC) à 95%, de -0,85 à 0,33) ou l'appétence des amphétamines (DM de 0,07, IC à 95% de 0,44 à 0,59) et n'augmentaient pas l'abstinence durable (risque relatif (RR) 1,12, IC à 95% de 0,84 à 1,49). La proportion d'effets indésirables incluant les taux d'abandon était similaire pour les psychostimulants et un placebo (différence de risques (DR) 0,01, IC à 95% de 0,03 à 0,04). Les principaux résultats n'ont été modifiés dans aucune analyse en sous-groupes.

Conclusions des auteurs

Les résultats de cette revue ne permettent pas de recommander l'utilisation de médicaments psychostimulants aux doses testées en tant que thérapie de substitution pour la consommation abusive ou la dépendance aux amphétamines. Les futures recherches pourraient modifier cette conclusion, étant donne que le nombre d'études incluses et de participants est limité et les informations sur les critères de jugement pertinents, tels que l'efficacité selon la gravité de la dépendance ou de l'appétence, sont encore manquantes.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Efficacité des médicaments psychostimulants pour la consommation abusive ou la dépendance aux amphétamines

Efficacité des médicaments psychostimulants pour la consommation abusive ou la dépendance aux amphétamines

La dépendance aux amphétamines constitue un problème de santé publique entrainant de nombreuses conséquences et complications. L'abus d'amphétamine se réfère à un modèle inadapté et dangereux de l'utilisation et est considéré comme étant moins grave que la dépendance. À ce jour, aucun traitement pharmacologique n’a été approuvé pour la consommation abusive ou la dépendance aux amphétamines et la psychothérapie reste la meilleure option de traitement.

La consommation d'amphétamines à long terme réduit le niveau de dopamine dans le cerveau. Les médicaments augmentant la dopamine et mimant les effets des amphétamines avec un faible risque de dépendance ont pu être utilisés en tant que thérapie de remplacement dans la dépendance aux amphétamines. Quelques psychostimulants ont récemment été étudiés à cette fin.

Dans cette revue, l'efficacité et l'innocuité des psychostimulants pour le traitement de la consommation abusive ou la dépendance aux amphétamines ont été étudiées. Nous avons trouvé onze études, totalisant 859 participants dépendants aux amphétamines, qui ont évalué les effets de quatre différents psychostimulants : le bupropion, la dexamphétamine, le méthylphénidate et le modafinil. Des interventions psychosociales ont en outre été fournies à tous les participants. Les études ont été menées aux États-Unis, en Australie ou en Europe du Nord et la durée des études était de 8 à 20 semaines.

Les psychostimulants n'ont pas permis de réduire la consommation d'amphétamines ou l'appétence des amphétamines et n'ont pas augmenté l'abstinence durable en comparaison avec un placebo. Le maintien dans le traitement était similaire et faible avec les deux traitements. Les psychostimulants n'ont pas augmenté le risque d'effets indésirables qui étaient suffisamment intense pour induire des sorties d'étude.

Des recherches supplémentaires à plus grande échelle et de plus longs essais sont nécessaires pour déterminer si les psychostimulants peuvent être utiles comme thérapie de substitution chez les patients atteints de consommation abusive ou de dépendance aux amphétamines. La conception des essais futurs devrait considérer lors du recrutement le niveau de dépendance, la puissance et la dose de psychostimulants administrés, la durée de l'essai et la représentativité des participants inclus.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 24th March, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�