Intervention Review

Immunotherapy for idiopathic lumbosacral plexopathy

  1. Jeroen van Eijk1,2,*,
  2. Yee Cheun Chan3,4,
  3. James W Russell5

Editorial Group: Cochrane Neuromuscular Disease Group

Published Online: 31 DEC 2013

Assessed as up-to-date: 15 OCT 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD009722.pub2

How to Cite

van Eijk J, Chan YC, Russell JW. Immunotherapy for idiopathic lumbosacral plexopathy. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 12. Art. No.: CD009722. DOI: 10.1002/14651858.CD009722.pub2.

Author Information

  1. 1

    Radboud University Nijmegen Medical Centre, Department of Neurology, Nijmegen, Netherlands

  2. 2

    Jeroen Bosch Ziekenhuis (JBZ), 's-Hertogenbosch, Netherlands

  3. 3

    National University Hospital, Division of Neurology, Singapore, Singapore

  4. 4

    Yong Loo Lin School of Medicine, Department of Medicine, Singapore, Singapore

  5. 5

    University of Maryland, School of Medicine, Baltimore, USA

*Jeroen van Eijk, j.vaneijk@neuro.umcn.nl. j.v.eijk@jbz.nl.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 31 DEC 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Idiopathic lumbosacral plexopathy (ILSP), also called lumbosacral plexitis or non-diabetic lumbosacral (radiculo)plexus neuropathy is a rare clinical entity. The core features are (sub)acute, severe, asymmetrical leg pain, followed by asymmetrical multifocal weakness and atrophy in the subsequent weeks or months. Sensory symptoms include paresthesias, hypesthesia, allodynia, and autonomic dysfunction. ILSP generally runs a monophasic and self limiting course. Recovery starts slowly over months to several years and is nearly always incomplete. Some studies suggest that the condition has an immune-mediated etiology. Biopsies of distal cutaneous nerve segments have shown features suggestive of an inflammatory microvasculitis causing ischemic damage of the nerves. The clinical and pathological findings are similar to those found in diabetic lumbosacral plexus neuropathy and suggest that inflammation may form part of the final common pathway in both conditions.

Objectives

To assess the effects of any form of immunotherapy in the treatment of ILSP.

Search methods

On 15 October 2013, we searched the Cochrane Neuromuscular Disease Group Specialized Register, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, LILACS, and Index to Theses. We scanned conference abstracts, and searched trials databases for ongoing trials. We checked all references in the identified trials and contacted authors to identify any additional published or unpublished data.

Selection criteria

We intended to include all randomized controlled trials (RCTs) or quasi-RCTs of any immunotherapy given within six weeks of disease onset, in participants with conditions fulfilling all the following: acute or subacute onset of pain and lower motor neuron weakness involving predominantly the proximal muscles of the lower limbs, weakness that is not confined to one nerve or nerve root distribution, electrophysiological tests showing predominantly axonal neuropathies, exclusion of other causes of lumbosacral radiculopathy and plexopathy as well as patients with plasma sugar in the diabetic range (fasting greater than 7.0 mmol/L, random greater than 11.1 mmol/L).

Data collection and analysis

Two authors independently examined all references retrieved by the search to select those meeting the inclusion criteria, according to standard Cochrane methodology.

Main results

We identified no RCTs of any immunotherapy for ILSP.

Authors' conclusions

There is at present no evidence from randomized trials to support any recommendation on the use of any immunotherapy treatment in ILSP.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Immune therapy for lumbosacral plexopathy (a condition that affects the network of nerves at the base of the spine) of unknown cause

Review question

Do treatments that act on the immune system have effects on idiopathic lumbosacral plexopathy (ILSP)?

Background

ILSP is an uncommon disorder of the peripheral nerves and lumbosacral plexus that causes asymmetrical pain and weakness of the lower limbs. The lumbosacral plexus is a network of nerves near the base of the spine. This is where nerve fibres emerging from the spine as nerve roots reorganise themselves into peripheral nerves that extend into the legs. In ILSP, a process damages this nerve network, and changes in sensation can occur, such as tingling, and oversensitivity to touch. There may also be effects on the part of the nervous system that controls unconscious body functions (the autonomic nervous system). The cause or causes of ILSP are not clear, but it is thought that blood vessels become inflamed for reasons we do not yet know, and this reduces blood flow to the network of nerves. Some experts think that the reduced blood flow damages the nerves. It is possible that medication that reduces inflammation could be beneficial.

Results

After a wide search for high quality studies of treatment (randomized controlled trials, or similar), we found no trials in ILSP of any form of therapy that acts on the immune system or reduces inflammation. There is presently no evidence from any trial to show whether immunotherapies help people with ILSP.

Database searches for this review were run on 15 October 2013.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'immunothérapie pour le traitement de la plexopathie lombo-sacrée idiopathique

Contexte

La plexopathie lombo-sacrée idiopathique (PLSI), également connue sous le nom de plexitis ou de neuropathie non-diabétique du plexus lombosacré (radiculo) est une entité clinique rare. Les caractéristiques principales correspondent à des douleurs dans les jambes qui sont (sub) aiguës, sévères, asymétriques, suivie d'une faiblesse multifocale et d’une atrophie dans les semaines ou les mois qui suivent. les symptômes sensoriels comprennent des troubles de paresthésie, d’hypoesthésie d’allodynie et d’autonomie. La PLSI est généralement monophasique et disparait spontanément. La récupération commence lentement pendant plusieurs mois voire plusieurs années et est presque toujours incomplète. Certaines études suggèrent que cette condition possède une étiologie à médiation immunitaire. Des biopsies de segments distaux du nerf cutané ont montré des caractéristiques suggérant un microvasculitis inflammatoire provoquant des lésions ischémiques des nerfs. Les résultats cliniques et pathologiques sont similaires à ceux observés dans la neuropathie diabétique du plexus lombosacré et suggèrent que l'inflammation peut constituer une partie du chemin commun final dans les deux pathologies.

Objectifs

Évaluer les effets d'une quelconque forme d'immunothérapie pour le traitement de la PLSI.

Stratégie de recherche documentaire

Le 15 octobre 2013, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuromusculaires, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, LILACS et l’Indice de Thèses. Nous avons vérifié des résumés de conférences et consulté les bases de données d'essais pour les essais en cours. Nous avons examiné toutes les références bibliographiques dans les essais identifiés et contacté les auteurs afin d'identifier d'autres données publiées ou non publiées.

Critères de sélection

Notre objectif était d'inclure tous les essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi-ECR de toute immunothérapie administrée dans les six semaines suivant l'apparition de la maladie, chez les participants présentant des maladies remplissant les conditions suivantes : l'apparition de douleur aiguë ou subaiguë et une faiblesse des motoneurones inférieurs impliquant principalement les muscles proximaux des membres inférieurs, une faiblesse qui n'est pas confinée à un nerf ou à la distribution d’une racine nerveuse, des tests électrophysiologiques montrant principalement des neuropathies axonales, l'exclusion d'autres causes de radiculopathie et de plexopathie lombo-sacrée ainsi que les patients diabétiques atteints de glycémie plasmatique(à jeun supérieur à 7,0 mmol/l, aléatoire supérieur à 11,1 mmol/L).

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment examiné toutes les références trouvées par la recherche pour sélectionner celles répondant aux critères d'inclusion, selon la méthodologie Cochrane standard.

Résultats Principaux

Nous n’avons identifié aucun ECR de toute immunothérapie pour le traitement de la PLSI.

Conclusions des auteurs

Il n'existe actuellement aucune preuve issue d'essais randomisés pour recommander un quelconque traitement à l’immunothérapie pour la PLSI.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'immunothérapie pour le traitement de la plexopathie lombo-sacrée idiopathique

Traitement immunitaire pour la plexopathie lombo-sacrée d'origine inconnue (une maladie qui affecte le réseau des nerfs à la base de la colonne vertébrale)

Question de la revue

Les traitements qui agissent sur le système immunitaire ont-ils des effets sur de la plexopathie lombo-sacrée idiopathique(PLSI)?

Contexte

La PLSI est un trouble rare des nerfs périphériques et du plexus lombosacré qui provoque une douleur asymétrique et affaiblit les membres inférieurs. Le plexus lombosacré est un réseau nerveux à proximité de la base de la colonne vertébrale, là où les fibres nerveuses émergent de la colonne vertébrale, les racines nerveuses se réorganisant dans les nerfs périphériques qui s’étendent dans les jambes. Lors d’une PLSI, un processus endommage ce réseau nerveux et des changements de sensation peuvent survenir, tels que des picotements et une hypersensibilité au toucher. Des effets peuvent également survenir au niveau du système nerveux qui contrôle les fonctions physiologiques (le système nerveux autonome). La cause ou les causes de PLSI ne sont pas claires, mais on pense que les vaisseaux sanguins deviennent enflammés pour des raisons que l’on ignore toujours et cela réduit le débit sanguin vers le réseau nerveux. Certains experts pensent que la réduction du flux sanguin endommage les nerfs. Il est possible que les médicaments qui réduisent l’inflammation puissent être bénéfiques.

Résultats

Après une vaste recherche d'études de haute qualité du traitement (essais contrôlés randomisés, ou équivalents), nous n'avons trouvé aucun essai de PLSI avec une quelconque forme de thérapie qui agit sur le système immunitaire ou réduit l'inflammation. Il n'existe actuellement aucune preuve issue d'essai pour déterminer si les immunothérapies aident les patients atteints de PLSI.

Les recherches dans les bases de données pour cette revue ont été effectuées le 15 octobre 2013.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th January, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé