Intervention Review

You have free access to this content

Implementation of treatment guidelines for specialist mental health care

  1. Corrado Barbui1,*,
  2. Francesca Girlanda1,
  3. Esra Ay2,
  4. Andrea Cipriani3,
  5. Thomas Becker2,
  6. Markus Koesters2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 17 JAN 2014

Assessed as up-to-date: 10 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009780.pub2


How to Cite

Barbui C, Girlanda F, Ay E, Cipriani A, Becker T, Koesters M. Implementation of treatment guidelines for specialist mental health care. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 1. Art. No.: CD009780. DOI: 10.1002/14651858.CD009780.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Verona, Department of Public Health and Community Medicine, Section of Psychiatry, Verona, Italy

  2. 2

    Ulm University, Department of Psychiatry II, Guenzburg, Germany

  3. 3

    University of Oxford, Department of Psychiatry, Oxford, UK

*Corrado Barbui, Department of Public Health and Community Medicine, Section of Psychiatry, University of Verona, Policlinico "GB Rossi", Piazzale L.A. Scuro, 10, Verona, 37134, Italy. corrado.barbui@univr.it.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 17 JAN 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

A huge gap exists between the production of evidence and its take-up in clinical practice settings. To fill this gap, treatment guidelines, based on explicit assessments of the evidence base, are commonly employed in several fields of medicine, including schizophrenia and related psychotic disorders. It remains unclear, however, whether treatment guidelines have any impact on provider performance and patient outcomes, and how implementation should be conducted to maximise benefit.

Objectives

The primary objective of this review was to examine the efficacy of guideline implementation strategies in improving process outcomes (performance of healthcare providers) and patient outcomes. We additionally explored which components of different guideline implementation strategies can influence process and patient outcomes.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group Register (March 2012), as well as references of included studies.

Selection criteria

Studies that examined schizophrenia-spectrum disorders to compare guideline implementation strategies with usual care or to assess the comparative efficacy of different guideline implementation strategies.

Data collection and analysis

Review authors worked independently and in duplicate to critically appraise records from 882 studies; five individual studies met the inclusion criteria and were considered. As critical appraisal of the five included studies revealed substantial heterogeneity in terms of focus of the guideline, target of the intervention, implementation strategy and outcome measures, meta-analysis was carried out for antipsychotic co-prescribing only.

Main results

Of the five included studies, practitioner impact was assessed in three. The five studies were generally at unclear risk of bias, and all evidence in the 'Summary of findings' table was graded by review authors as of very low quality. Meta-analysis of two studies revealed that a combination of several guideline dissemination and implementation strategies targeting healthcare professionals did not reduce antipsychotic co-prescribing in schizophrenia outpatients (two studies, n = 1,082, risk ratio (RR) 1.10, 95% confidence interval (CI) 0.99 to 1.23; corrected for cluster design: n = 310, RR 0.97, CI 0.75 to 1.25). One trial, which studied a nurse-led intervention aimed at promoting cardiovascular disease screening, found a significant effect in terms of the proportion of people receiving screening (blood pressure: n = 96, RR 0.07, 95% CI 0.02 to 0.28; cholesterol: n = 103, RR 0.46, 95% CI 0.30 to 0.70; glucose: n = 103, RR 0.53, 95% CI 0.34 to 0.82; BMI: n = 99, RR 0.22, 95% CI 0.08 to 0.60; smoking status: n = 96, RR 0.28, 95% CI 0.12 to 0.64; Framingham score: n = 110, RR 0.69, 95% CI 0.55 to 0.87), although in the analysis corrected for cluster design, the effect was statistically significant for blood pressure and cholesterol only (blood pressure, corrected for cluster design: n = 33, RR 0.10, 95% CI 0.01 to 0.74; cholesterol, corrected for cluster design: n = 35, RR 0.49, 95% CI 0.24 to 0.99; glucose, corrected for cluster design: n = 35, RR 0.58, 95% CI 0.28 to 1.21; BMI, corrected for cluster design: n = 34, RR 0.18, 95% CI 0.02 to 1.37; smoking status, corrected for cluster design: n = 32, RR 0.25, 95% CI 0.06 to 1.03; Framingham score, corrected for cluster design: n = 38, RR 0.71, 95% CI 0.48 to 1.03; very low quality). Regarding participant outcomes, one trial assessed the efficacy of a shared decision-making implementation strategy and found no impact in terms of psychopathology, satisfaction with care and drug attitude. Another single trial studied a multifaceted intervention to promote medication adherence and found no impact in terms of adherence rates.

Authors' conclusions

With only five studies meeting inclusion criteria, and with limited low or very low quality usable information, it is not possible to arrive at definitive conclusions. The preliminary pattern of evidence suggests that, although small changes in psychiatric practice have been demonstrated, uncertainty remains in terms of clinically meaningful and sustainable effects of treatment guidelines on patient outcomes and how best to implement such guidelines for maximal benefit.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Implementation of treatment guidelines in mental health care

During the past few decades, a wide range of therapies and interventions for mental health have been developed that have been supported by research and randomised evidence. This includes research evidence on the effectiveness of pharmacological treatments (such as antipsychotic drugs) and psychological therapies (such as cognitive behavioural therapy, family therapy and psychoeducation). However, research evidence is not easily translated into practice and the everyday working of healthcare services. A huge gap exists between the production of research evidence (what is known) and its uptake in healthcare settings (what is done). Better uptake of research evidence can be achieved by increasing awareness that such evidence exists.

One method of encouraging better uptake is the use of treatment guidelines based on assessments of research evidence. Treatment guidelines are now commonly employed in healthcare settings, including those providing treatment for schizophrenia. It remains unclear, however, whether treatment guidelines have any positive impact on the performance of mental health services or whether they improve outcomes for patients (such as better quality of life, improved mental state, employment and fewer admissions to hospital).

This review is based on a search carried out in March 2012 and includes five studies. The review examines the effectiveness of guideline implementation strategies in improving healthcare services and outcomes for people with mental illness. However, with such a small number of studies, and with all main results graded by review authors as providing very low quality evidence, it is not possible to arrive at concrete and definite conclusions. Although single studies provided initial evidence that implementation of treatment guidelines may achieve small changes in mental health practice, a gap in knowledge still exists about how this might improve patient outcomes and health services. This leaves scant information for people with mental health problems, health professionals and policy makers. More large-scale, well-designed and well-conducted studies are necessary to fill this gap in knowledge.

This plain language summary has been written by a consumer Ben Gray: Service User and Service User Expert, Rethink Mental Illness.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

La mise en œuvre de directives de traitement pour les soins spécialisés en santé mentale

Contexte

Il existe un écart important entre la production de preuves et son adoption dans la pratique clinique. Pour combler cette lacune, les directives de traitement, basées sur les évaluations explicites des preuves, sont couramment utilisées dans plusieurs domaines de la médecine, y compris la schizophrénie et les troubles psychotiques relatifs. Cependant, il demeure difficile de savoir si les directives de traitement ont un impact sur les performances des prestataires et sur les résultats des patients et comment la mise en œuvre doit être réalisée pour maximiser les bénéfices.

Objectifs

L'objectif principal de cette revue était d'examiner l'efficacité des stratégies de mise en œuvre des directives pour améliorer les résultats du processus (performances des prestataires de soins de santé) et les résultats des patients. Nous avons également étudié quels composants des différentes stratégies de mise en œuvre des directives peuvent influencer les résultats du processus et des patients.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (mars 2012), ainsi que les références bibliographiques des études incluses.

Critères de sélection

Études ayant examiné les troubles du spectre schizophrénique pour comparer les stratégies de mise en œuvre des directives avec les soins habituels ou pour évaluer l'efficacité comparative des différentes stratégies de mise en œuvre des directives.

Recueil et analyse des données

Les auteurs de la revue ont travaillé indépendamment et en double pour évaluer de manière critique les archives de 882 études; cinq études individuelles répondaient aux critères d'inclusion et ont été prises en compte. Comme l'analyse critique des cinq études incluses a révélé une importante hétérogénéité en termes de lignes directrices, de cible de l'intervention, de mise en œuvre de la stratégie et des mesures de résultats, une méta-analyse a été effectuée uniquement pour la co-prescription d'antipsychotiques.

Résultats Principaux

Sur cinq des études incluses, trois ont évalué l'impact des professionnels de santé. Les cinq études étaient généralement à risque de biais incertain et toutes les preuves dans le tableau « résumé des résultats » ont été évaluées par les auteurs de la revue comme étant de très faible qualité. La méta-analyse de deux études a révélé qu'une combinaison de plusieurs diffusions des lignes directrices et de mise en œuvre de stratégies ciblant les professionnels de santé ne réduisait pas la co-prescription d'antipsychotiques chez les patients schizophréniques (deux études, n = 1 082, risque relatif (RR) 1,10, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 0,99 à 1,23 ; corrigé pour le plan d'étude en groupe : n = 310, RR 0,97, IC entre 0,75 et 1,25). Un essai, qui a étudié une intervention d'infirmières visant à promouvoir le dépistage de la maladie cardio-vasculaire, a trouvé un effet significatif en termes de proportion de personnes recevant le dépistage (pression artérielle : n = 96, RR de 0,07, IC à 95 % 0,02 à 0,28 ; cholestérol : n = 103, RR de 0,46, IC à 95 % 0,30 à 0,70 ; glucose : n = 103, RR de 0,53, IC à 95 % 0,34 à 0,82 ; l'IMC : n = 99, RR de 0,22, IC à 95 % 0,08 à 0,60 ; statut tabagique : n = 96, RR 0,28, IC à 95 % 0,12 à 0,64 ; score Framingham : n = 110, RR de 0,69, IC à 95 % 0,55 à 0,87), bien que dans l'analyse corrigée pour le plan d'étude en groupe, l'effet a été statistiquement significatif uniquement pour la pression artérielle et le cholestérol (pression artérielle, corrigée pour le plan d'étude en groupe : n = 33, RR 0,10, IC à 95 % 0,01 à 0,74 ; cholestérol, corrigé pour le plan d'étude en groupe : n = 35, RR 0,49, IC à 95 % 0,24 à 0,99 ; glucose, corrigé pour la conception en groupe : n = 35, RR de 0,58, IC à 95 % 0,28 à 1,21 ; l'IMC corrigé pour le plan d'étude en groupe : n = 34, RR de 0,18, IC à 95 % 0,02 à 1,37 ; statut tabagique, corrigé pour plan d'étude en groupe : n = 32, RR de 0,25, IC à 95 % 0,06 à 1,03 ; score de Framingham, corrigé pour le plan d'étude en groupe : n = 38, RR de 0,71, IC à 95% 0,48 à 1,03 ; très faible qualité). Concernant les résultats des participants, un essai évaluait l'efficacité d'une stratégie de mise en œuvre par un partage de prise de décision et n'a montré aucun effet en termes de psychopathologie, de satisfaction vis-à-vis des soins et d'attitude envers les drogues. Un autre essai unique étudiait une intervention multidimensionnelle pour promouvoir le suivi de la médication et n'a montré aucun effet en termes de taux d'adhésion.

Conclusions des auteurs

Avec seulement cinq études remplissant les critères d'inclusion et des informations utilisables de faible ou très faible qualité, il n'est pas possible d'apporter de conclusions définitives. La tendance préliminaire des preuves suggère que, bien que des petits changements dans la pratique psychiatrique ont été démontrés, il subsiste une incertitude en termes d'effets cliniquement significatifs et durables des directives de traitement sur les résultats des patients et sur la meilleure manière de mettre en œuvre de telles directives pour un profit maximal.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

La mise en œuvre de directives de traitement pour les soins spécialisés en santé mentale

La mise en œuvre de directives de traitement pour les soins en santé mentale

Au cours des dernières décennies, un large éventail de traitements et d'interventions pour la santé mentale a été développé et soutenu par des recherches et des preuves randomisées. Cela comprend des données de recherche sur l'efficacité des traitements pharmacologiques (tels que les médicaments antipsychotiques) et des thérapies psychologiques (telles que la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie familiale et la psychoéducation). Toutefois, les preuves des recherches ne sont pas facilement généralisables dans la pratique et dans le fonctionnement quotidien des services de santé. Un énorme écart existe entre la production de preuves des recherches (ce qui est connu) et son utilisation dans les établissements de soins de santé (ce qui est pratiqué). Une meilleure prise en compte des preuves de recherche peut être obtenue en sensibilisant d'avantage sur l'existence de ces preuves.

Une méthode permettant une meilleure prise en compte est l'utilisation de directives de traitement fondées sur des évaluations de preuves de recherches. Les directives de traitement sont aujourd'hui couramment utilisées dans les établissements de soins de santé, y compris celles offrant un traitement pour la schizophrénie. Cependant, nous ne sommes pas sûrs que les directives de traitement aient un impact positif sur les performances des services de santé mentale ou améliorent les résultats chez les patients (tels qu'une meilleure qualité de vie, une amélioration de l'état mental, l'emploi et moins d'admissions à l'hôpital).

Cette revue est basée sur une recherche effectuée en mars 2012 et inclut cinq études. La revue examine l'efficacité des stratégies de mise en œuvre des directives pour améliorer les services de soins de santé et les résultats chez les personnes atteintes d'une maladie mentale. Cependant, avec un si petit nombre d'études et avec tous les principaux résultats, classés par les auteurs de la revue et fournissant des preuves de très faible qualité, il n'est pas possible de parvenir à des conclusions concrètes et définitives. Bien que des études uniques aient initialement prouvées que la mise en œuvre de directives de traitement pourrait engendrer de petits changements dans la pratique de santé mentale, il existe un manque de connaissances à savoir comment cela pourrait améliorer les résultats des patients et les services de santé. Cela laisse peu d'informations pour les personnes souffrant de problèmes de santé mentale, les professionnels de santé et les décideurs. Des études à plus grande échelle, bien planifiées et bien menées sont nécessaires pour combler ce manque de connaissances.

Ce résumé en langage simplifié a été rédigé par un consommateur : Ben Gray, utilisateur du service et expert auprès des utilisateurs du service, Rethink Mental Illness.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 15th June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé