Intervention Review

You have free access to this content

Methods of term labour induction for women with a previous caesarean section

  1. Marta Jozwiak1,*,
  2. Jodie M Dodd2

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 28 MAR 2013

Assessed as up-to-date: 5 SEP 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009792.pub2


How to Cite

Jozwiak M, Dodd JM. Methods of term labour induction for women with a previous caesarean section. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 3. Art. No.: CD009792. DOI: 10.1002/14651858.CD009792.pub2.

Author Information

  1. 1

    Leiden University Medical Center, Leiden, Netherlands

  2. 2

    The University of Adelaide, School of Paediatrics and Reproductive Health, Discipline of Obstetrics and Gynaecology, Adelaide, South Australia, Australia

*Marta Jozwiak, Leiden University Medical Center, Leiden, Netherlands. jozwiak.marta@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 28 MAR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Induction of labour is a common obstetric intervention, with between 20% and 30% of births reported to occur following induction of labour. Women with a prior caesarean delivery have an increased risk of uterine rupture, particularly when labour is induced. For women who have had a previous caesarean birth and who require induction of labour in a subsequent pregnancy, it is unclear which method of cervical ripening and labour induction is preferable.

Objectives

To assess the benefits and harms associated with different methods used to induce labour in women who have had a previous caesarean birth and require induction of labour in a subsequent pregnancy.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 July 2012) and reference lists of retrieved studies.

Selection criteria

All randomised controlled trials comparing any method of third trimester cervical ripening or labour induction, with placebo/no treatment or other methods in women with prior caesarean section requiring labour induction in a subsequent pregnancy were included.

Methods of cervical ripening or labour induction could include: prostaglandin medication (including oral or vaginal prostaglandin E2 (PGE2) and misoprostol); mifepristone; mechanical methods (including Foley catheters and double balloon catheters); oxytocin, or placebo.

Data collection and analysis

The two review authors independently assessed studies for inclusion and trial quality. Any disagreement was resolved by discussion. Both review authors independently extracted data and data were checked for accuracy.

Main results

Two studies (involving a total of 80 women) were included. However, the two included studies used different methods and thus, meta-analysis was not appropriate. The two included studies compared 2.5 mg vaginal PGE2 inserts versus oxytocin (Taylor and colleagues) and misoprostol versus oxytocin (Wing and colleagues). Risk of bias in the included studies was judged 'low' and 'unclear' respectively.

Vaginal PGE2 inserts versus oxytocin - Taylor and colleagues included 42 women, equally distributed over both groups. Baseline characteristics, and reasons for labour induction were comparable between the groups. There were no significant differences in any of the outcome measures reported (caesarean section, instrumental vaginal deliveries, epidural analgesia, Apgar score, perinatal death). One uterine rupture occurred in the prostaglandin group, after the use of prostaglandins and oxytocin, while no ruptures occurred in the oxytocin group (one study, 42 women; risk ratio (RR) 3.00, 95% confidence interval (CI) 0.13 to 69.70).

Misoprostol versus oxytocin - the study conducted by Wing and colleagues was stopped prematurely due to safety concerns after the inclusion of 38 women. Seventeen women had been included in the misoprostol group, and 21 women in the oxytocin group. There were no significant difference in the only outcome measure reported by the authors, uterine rupture, which occurred twice in the misoprostol group, and did not occur in the oxytocin group (one study; 38 women; RR 6.11, 95% CI 0.31 to 119.33).

Authors' conclusions

There is insufficient information available from randomised controlled trials on which to base clinical decisions regarding the optimal method of induction of labour in women with a prior caesarean birth.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Induction methods for women who have had a prior caesarean birth

Worldwide, caesarean birth is common, with percentages ranging from 25% to 50% of reported births. Current clinical practice guidelines support vaginal birth and trial of labour among women who have had a previous caesarean birth. Women with a prior caesarean birth have an increased risk of uterine scar rupture, particularly when labour is induced. This is a serious complication, often leading to negative outcomes for mother and child, such as hysterectomy, genitourinary tract injury, and postpartum blood transfusions for the mother, and neurological impairment or even death for the child. Labour induction is a common obstetric procedure that is carried out when the risk of continuing pregnancy outweighs the benefits. Methods include: prostaglandin medication (including oral or vaginal prostaglandins E2 (PGE2) or misoprostol); mifepristone; mechanical methods (including Foley catheters and double balloon catheters); and oxytocin. The goal of this review was to assess the harms and benefits of different methods of induction of labour in women with a prior caesarean birth, should induction of labour be required in their present pregnancy.

Two randomised controlled studies (involving 80 women in their third trimester) met our inclusion criteria. The studies used different methods of inducing labour, vaginal PGE2 inserts versus oxytocin, and misoprostol versus oxytocin.. Comparing PGE2 to oxytocins, no differences were found in the risk of caesarean section, nor other primary or secondary outcomes, of which only instrumental vaginal deliveries, epidural analgesia, Apgar score, perinatal death were reported. One uterine rupture was reported in the PGE2 group. The second study compared misoprostol to oxytocin. This study was stopped prematurely after the inclusion of 38 women because of the occurrence of two uterine ruptures in the misoprostol group. This study did not report on other outcomes than uterine rupture. Risk of bias in the included studies was judged as low or unclear. They were underpowered to detect clinically relevant differences in the outcomes measured.

Based on our review of literature, we conclude that too little information is available from randomised controlled trials to advise on the best methods of labour induction in women with a prior caesarean birth.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Méthodes de déclenchement du travail à terme pour les femmes ayant précédemment accouché par césarienne

Contexte

Le déclenchement du travail est une intervention obstétrique courante, entre 20 % et 30 % des naissances rapportées ayant lieu suite au déclenchement du travail. Les femmes ayant déjà accouché par césarienne présentent un risque accru de rupture utérine, surtout quand le travail est déclenché. Pour les femmes ayant déjà accouché par césarienne et qui nécessiteront le déclenchement du travail lors d'une grossesse ultérieure, on ignore quelle méthode de maturation cervicale et de déclenchement du travail est préférable.

Objectifs

Évaluer les bénéfices et les risques associés aux différentes méthodes utilisées pour déclencher le travail chez les femmes ayant déjà accouché par césarienne et qui nécessiteront le déclenchement du travail lors d'une grossesse ultérieure.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31.07.12) et dans les références bibliographiques des études trouvées.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés comparant une méthode de maturation cervicale ou de déclenchement du travail au troisième trimestre, à un placebo/l'absence de traitement ou d'autres méthodes chez les femmes ayant déjà accouché par césarienne et qui nécessiteront le déclenchement du travail lors d'une grossesse ultérieure, ont été inclus.

Les méthodes de maturation cervicale ou de déclenchement du travail peuvent notamment comprendre : un traitement par des prostaglandines (incluant les prostaglandines E2 orales ou vaginales (PGE2) et le misoprostol oral ou vaginal) ; la mifépristone ; des méthodes mécaniques (incluant des cathéters de Foley et des cathéters à doubles ballonnets) ; l'ocytocine ou un placebo.

Recueil et analyse des données

Les deux auteurs de la revue ont évalué de manière indépendante les études à inclure, ainsi que la qualité méthodologique des essais. Les désaccords ont été résolus par la discussion. Les deux auteurs ont extrait les données et vérifié leur exactitude de façon indépendante.

Résultats principaux

Deux études (totalisant 80 femmes) ont été incluses. Cependant, les deux études incluses ont utilisé des méthodes différentes et la méta-analyse n'était donc pas appropriée. Les deux études incluses ont comparé des inserts de PGE2 vaginale de 2,5 mg à l'ocytocine (Taylor et collaborateurs) et le misoprostol à l'ocytocine (Wing et collaborateurs). Le risque de biais dans les études incluses a été jugé comme étant 'faible' ou 'incertain', respectivement.

Inserts de PGE2 vaginale comparée à l'ocytocine - Taylor et collaborateurs ont inclus 42 femmes, également réparties entre les deux groupes. Les caractéristiques initiales, et les raisons du déclenchement du travail étaient comparables entre les groupes. Il n'y avait aucune différence significative quel que soit le résultat mesuré considéré (césarienne, accouchements par voie basse avec assistance instrumentale, analgésie péridurale, score d'Apgar et mortalité périnatale). Une rupture utérine s'est produite dans le groupe sous prostaglandines, suite à l'utilisation des prostaglandines et de l'ocytocine, tandis que dans le groupe sous ocytocine aucune rupture n'a été signalée (une étude, 42 femmes ; risque relatif (RR) 3,00, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,13 à 69,70).

Misoprostol comparé à l'ocytocine - l'étude conduite par Wing et collaborateurs a été arrêtée prématurément en raison de problèmes de sécurité après l'inclusion de 38 femmes. Dix-sept femmes avaient été incluses dans le groupe sous misoprostol, et 21 femmes dans le groupe sous ocytocine. Il n'y avait aucune différence significative dans l'unique résultat mesuré rapporté par les auteurs, la rupture utérine, qui s'est produite chez deux femmes dans le groupe sous misoprostol, et ne s'est pas produite dans le groupe sous ocytocine (une étude ; 38 femmes ; RR 6,11, IC à 95 % 0,31 à 119,33).

Conclusions des auteurs

Il n'y a pas suffisamment de données disponibles dans les essais contrôlés randomisés sur lesquelles baser des décisions cliniques concernant la meilleure méthode de déclenchement du travail chez les femmes ayant déjà accouché par césarienne.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Méthodes de déclenchement pour les femmes ayant déjà accouché par césarienne

Partout dans le monde, la césarienne est courante, ses pourcentages variant de 25 % à 50 % des naissances rapportées. Les directives actuelles pour la pratique clinique soutiennent l'accouchement par voie basse et la tentative de travail chez les femmes ayant déjà accouché par césarienne. Les femmes ayant déjà accouché par césarienne présentent un risque accru de rupture de la cicatrice utérine, surtout quand le travail est déclenché. Il s'agit d'une complication grave, conduisant souvent à des résultats négatifs pour la mère et l'enfant, tels que l'hystérectomie, des lésions de l'appareil génito-urinaire, et des transfusions sanguines post-partum pour la mère, ainsi qu'un déficit neurologique, voire le décès pour l'enfant. Le déclenchement du travail est une procédure obstétrique courante pratiquée lorsque les risques de poursuivre la grossesse l'emportent sur les avantages. Les méthodes comprennent : un traitement par des prostaglandines (incluant les prostaglandines E2 orales ou vaginales (PGE2) ou le misoprostol oral ou vaginal) ; la mifépristone ; des méthodes mécaniques (incluant des cathéters de Foley et des cathéters à doubles ballonnets) ; et l'ocytocine. L'objectif de cette revue était d’évaluer les risques et les bénéfices des différentes méthodes de déclenchement du travail chez les femmes ayant déjà accouché par césarienne, dans le cas où le déclenchement du travail serait nécessaire pour leur grossesse en cours.

Deux essais contrôlés randomisés (totalisant 80 femmes dans leur troisième trimestre) ont répondu à nos critères d'inclusion. Les études ont utilisé différentes méthodes de déclenchement du travail, des inserts de PGE2 vaginale comparée à l'ocytocine, et le misoprostol comparé à l'ocytocine. Dans les comparaisons de PGE2 à l'ocytocine, aucune différence n'a été détectée au niveau du risque de césarienne, ni des autres critères de jugement principaux ou secondaires, parmi lesquels seuls les accouchements par voie basse avec assistance instrumentale, l'analgésie péridurale, le score d'Apgar et la mortalité périnatale ont été rapportés. Une rupture utérine a été rapportée dans le groupe sous PGE2. La seconde étude a comparé le misoprostol à l'ocytocine. Cette étude a été arrêtée prématurément après l'inclusion de 38 femmes en raison de la survenue de deux ruptures utérines dans le groupe sous misoprostol. Cette étude n'a pas rendu compte des critères de jugement autres que la rupture utérine. Le risque de biais dans les études incluses a été jugé comme étant faible ou incertain. Elles n'étaient pas assez puissantes pour détecter des différences cliniquement pertinentes dans les critères mesurés.

D’après notre revue de la littérature, nous avons conclu que les données disponibles dans les essais contrôlés randomisés sont trop insuffisantes pour conseiller les meilleures méthodes de déclenchement du travail chez les femmes ayant déjà accouché par césarienne.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux pour la France: Minist�re en charge de la Sant�