Cognitive behavioural therapies for fibromyalgia

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Fibromyalgia (FM) is a clinically well-defined chronic condition of unknown aetiology characterized by chronic widespread pain that often co-exists with sleep disturbances, cognitive dysfunction and fatigue. Patients often report high disability levels and negative mood. Psychotherapies focus on reducing key symptoms, improving daily functioning, mood and sense of personal control over pain.

Objectives

To assess the benefits and harms of cognitive behavioural therapies (CBTs) for treating FM at end of treatment and at long-term (at least six months) follow-up.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2013, Issue 8), MEDLINE (1966 to 28 August 2013), PsycINFO (1966 to 28 August 2013) and SCOPUS (1980 to 28 August 2013). We searched http://www.clinicaltrials.gov (web site of the US National Institutes of Health) and the World Health Organization Clinical Trials Registry Platform (ICTRP) (http://www.who.int/ictrp/en/) for ongoing trials (last search 28 August,2013), and the reference lists of reviewed articles.

Selection criteria

We selected randomised controlled trials of CBTs with children, adolescents and adults diagnosed with FM.

Data collection and analysis

The data of all included studies were extracted and the risks of bias of the studies were assessed independently by two review authors. Discrepancies were resolved by discussion.

Main results

Twenty-three studies with 24 study arms with CBTs were included. A total of 2031 patients were included; 1073 patients in CBT groups and 958 patients in control groups. Only two studies were without any risk of bias. The GRADE quality of evidence of the studies was low. CBTs were superior to controls in reducing pain at end of treatment by 0.5 points on a scale of 0 to 10 (standardised mean difference (SMD) - 0.29; 95% confidence interval (CI) -0.49 to -0.17) and by 0.6 points at long-term follow-up (median 6 months) (SMD -0.40; 95% CI -0.62 to -0.17); in reducing negative mood at end of treatment by 0.7 points on a scale of 0 to 10 (SMD - 0.33; 95% CI -0.49 to -0.17) and by 1.3 points at long-term follow-up (median 6 months) (SMD -0.43; 95% CI -0.75 to -0.11); and in reducing disability at end of treatment by 0.7 points on a scale of 0 to 10 (SMD - 0.30; 95% CI -0.51 to -0.08) and at long-term follow-up (median 6 months) by 1.2 points (SMD -0.52; 95% CI -0.86 to -0.18). There was no statistically significant difference in dropout rates for any reasons between CBTs and controls (risk ratio (RR) 0.94; 95% CI 0.65 to 1.35).

Authors' conclusions

CBTs provided a small incremental benefit over control interventions in reducing pain, negative mood and disability at the end of treatment and at long-term follow-up. The dropout rates due to any reason did not differ between CBTs and controls.

Résumé scientifique

Les thérapies comportementales cognitives pour la fibromyalgie

Contexte

La fibromyalgie (FM) est une affection chronique cliniquement bien définie d'étiologie inconnue caractérisée par des douleurs chroniques généralisées qui coexistent souvent avec des troubles du sommeil, un dysfonctionnement cognitif et de la fatigue. Les patients signalent souvent des niveaux élevés d'incapacité et des humeurs négatives. Les psychothérapies ciblent la réduction des principaux symptômes, l’amélioration de la qualité de vie, de l'humeur et du sentiment de maîtrise de soi face à la douleur.

Objectifs

Évaluer les avantages et les inconvénients des thérapies comportementales et cognitives (TCC) pour le traitement de la FM à la fin du traitement et à long terme (six mois de suivi au minimum).

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) ( La Librairie Cochrane 2013, numéro 8), MEDLINE (de 1966 jusqu' au 28 août 2013), PsycINFO (de 1966 jusqu' au 28 août 2013) et SCOPUS (de 1980 jusqu' au 28 août 2013). Nous avons effectué des recherches dans http://www.clinicaltrials.gov (Site Internet de US National Institutes of Health) et le World Health Organization Clinical Trials Registry Platform (ICTRP) (http://www.who.int/ictrp/en/) pour les essais en cours (dernière recherche le 28 août 2013) et les listes bibliographiques des articles de la revue.

Critères de sélection

Nous avons sélectionné des essais contrôlés randomisés de TCC avec les enfants, adolescents et adultes souffrant du syndrome de fibromyalgie

Recueil et analyse des données

Les données de toutes les études incluses ont été extraites et les risques de biais des études ont été évalués de manière indépendante par deux auteurs de la revue. Les divergences ont été résolues par discussion.

Résultats principaux

Vingt-trois études totalisant 24 groupes avec TCC ont été inclues. Un total de 2031 patients ont été inclus; 1073 patients dans les groupes de TCC et 958 patients dans les groupes témoins. Seule deux études étaient sans risque de biais. La qualité GRADE de données des études était faible. En termes de réduction de la douleur à la fin du traitement, les groupes TCC étaient supérieurs aux groupes témoins de 0,5 point sur une échelle de 0 à 10 (différence moyenne standardisée (DMS) de -0,29; intervalle de confiance (IC) à 95% -0,49 à -0,17) et de 0,6 point lors du suivi à long terme (médiane de 6 mois) (DMS -0,40; IC à 95% -0,62 à -0,17); la diminution des humeurs négatives à la fin du traitement était de 0,7 point sur une échelle de 0 à 10 (DMS -0,33; IC à 95%, entre -0,49 et -0,17) et de 1,3 points lors du suivi à long terme (médiane de 6 mois) (DMS -0,43; IC à 95%, entre -0,75 à -0,11); et la diminution de l'incapacité à la fin du traitement était de 0,7 point sur une échelle de 0 à 10 (DMS -0,30; IC à 95% -0,51 à -0,08) et lors du suivi à long terme (médiane de 6 mois) de 1,2 points (DMS -0.52; IC à 95% -0,86 à -0,18). Il n'y avait aucune différence statistiquement significative dans les taux d'abandon pour une raison quelconque entre les groupes de TCC et les groupes témoins (risque relatif (RR) 0,94; IC à 95% 0,65 à 1,35).

Conclusions des auteurs

Les TCC apportent un léger bénéfice incrémentiel par rapport aux traitements de contrôle pour réduire la douleur, les humeurs négatives et l'incapacité à la fin du traitement et lors du suivi à long terme. Les taux d'abandon pour une raison quelconque n'étaient pas différents entre les groupes de TCC et les groupes témoins.

Notes de traduction

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�

Plain language summary

Cognitive behavioural therapies for fibromyalgia syndrome

Researchers in The Cochrane Collaboration conducted a review of research about the effects of cognitive-behavioural therapies (CBTs) on fibromyalgia (FM). After searching for all relevant studies, they found 23 studies with up to 2031 people. Their findings are summarised below.

After about 12 weeks, children, adolescents and adults with FMS, who used CBTs compared to controls, were likely to report that CBT

- may reduce slightly pain, negative mood and disability at the end of the treatment;

- may reduce slightly pain, negative mood and disability six months after the end of treatment.

There was no difference between CBTs and controls in the number of people who withdrew from treatment.

We do not have precise information about side effects and complications of CBTs. Rare complications may include worsening of co-existing mental disorders.

What is fibromyalgia and what are cognitive behavioural therapies?

People with FM suffer from chronic widespread pain, sleep problems and fatigue. There is no cure for FM at present, so treatments aim to relieve symptoms and to improve daily functioning.

Cognitive behavioural therapies (CBTs) are widely used psychological treatments for a wide range of health problems, including chronic pain. CBTs are effective in enhancing patients’ beliefs in their own abilities and developing ways to deal with health problems. The primary goals of CBTs are to change negative thoughts and feelings that individuals may have of their physical and mental problems and to change their behaviour accordingly. Patients learn skills (for example, relaxation, activity pacing) to help them to manage their pain better or develop different attitudes towards pain (for example, more acceptance), or both.

Best estimates of what happens to people with FMS when they use CBTs

Pain (higher scores mean worse or more severe pain):

- People who used CBTs rated their pain to be 0.5 points lower at the end of treatment (6.3% absolute improvement) and to be 0.6 points lower six months after the end of treatment on a scale of 0 to 10 (4.2% absolute improvement).

- People who used CBTs rates their pain to be 6.9 points on a scale of 0-10.

- People who used a control treatment rated their pain to be 7.4 points on a scale of 0 to 10.

Negative mood (higher scores mean worse or more severe negative mood):

- People who used CBTs rated their depressed mood to be 0.7 points lower at the end of treatment (10.2% absolute improvement) and to be 1.3 points lower six months after the end of treatment on a scale of 0 to 10 (2.7% absolute improvement).

- People who used CBTs rated their negative mood to be 6.1 points on a scale of 0 to 10.

- People who had a control treatment rated their negative mood to be 6.8 points on a scale of 0 to 10.

Disability (higher scores mean more disability):

- People who used CBTs rated their disability to be 0.7 points lower at the end of treatment (7.2% absolute improvement) and to be 1.2 points lower six months after the end of treatment on a scale of 0 to 10 (11.7% absolute improvement).

- Peope who used CBTs rated their disability to be 2.0 points on a scale of 0 to 10.

- People who used a control treatment rated their disability to be 2.8 points on a scale of 0 to 10.

Withdrawing from treatment:

- The number of people who withdrew from CBTs compared to control interventions due to any reason was equal.

- 15 people out of 100 who used CBTs withdrew from treatment due to any reason;

- 15 people out of 100 who used control interventions withdrew from treatment due to any reason.

Résumé simplifié

Les thérapies comportementales cognitives pour le syndrome de fibromyalgie

Les chercheurs de la Collaboration Cochrane ont mené une revue sur la recherche des effets des thérapies cognitivo-comportementales (TCC) dans le traitement de la fibromyalgie (FM). Après avoir recherché toutes les études pertinentes, ils en ont identifié 23, totalisant 2031 personnes. Leurs conclusions sont résumées ci-dessous.

Après environ 12 semaines, les enfants, adolescents et adultes atteints du SFM, qui utilisaient des TCC par rapport aux groupes témoins, étaient plus susceptibles de signaler que la TCC

- pourrait réduire légèrement la douleur, les humeurs négatives et l’invalidité à la fin du traitement;

- pourrait réduire légèrement la douleur, les humeurs négatives et l'invalidité six mois après la fin du traitement.

Il n'y avait aucune différence entre les personnes sous TCC et les groupes témoins concernant le nombre de personnes qui ont arrêté le traitement.

Nous ne disposons pas d'informations précises concernant les effets secondaires et les complications des TCC. Des complications rares peuvent inclure une aggravation des troubles mentaux coexistants.

Qu'est-ce que la fibromyalgie et quelles sont les thérapies comportementales cognitives?

Les personnes atteintes de FM souffrent de douleurs généralisées chroniques, de troubles du sommeil et de fatigue. A l'heure actuelle, il n’y a aucun remède pour soigner la FM, les traitements visent donc à soulager les symptômes et à améliorer le fonctionnement quotidien.

Les thérapies comportementales et cognitives (TCC) sont largement utilisées en tant que traitements psychologiques pour un large éventail de problèmes de santé, y compris la douleur chronique. Les TCC sont efficaces pour convaincre les patients de leurs propres capacités à développer des stratégies pour faire face à leurs problèmes de santé. Les principaux objectifs des TCC sont de changer les pensées et les sentiments négatifs que les personnes peuvent ressentir suite à leurs problèmes de santé mentale et physique et de modifier en conséquence leur comportement. Les patients acquièrent des compétences (par exemple, la relaxation, les activités de stimulation) pour les aider à mieux gérer leur douleur ou à développer différentes attitudes envers la douleur (telles qu’une plus grande acceptation), ou les deux.

Les résultats les plus adéquates lorsque les patients atteints du SFM ont recours à des TCC

Douleur (les scores plus élevés signifient une douleur plus pénible ou plus accentuée):

- Les personnes ayant eu recours aux TCC ont qualifié leur douleur comme étant de 0,5 point plus faible à la fin du traitement (6,3% d'amélioration absolue) et de 0,6 point plus faible six mois après la fin du traitement sur une échelle de 0 à 10 (4,2% d'amélioration absolue).

- Les personnes ayant eu recours aux TCC ont évalué leur douleur à 6,9 points sur une échelle de 0 à 10.

- Les personnes ayant reçu un traitement de contrôle ont qualifié leur douleur comme étant de 7,4 points sur une échelle de 0 à 10.

Les humeurs négatives (Des scores plus élevés signifient une humeur négative plus pénible ou plus accentuée):

- Les personnes ayant eu recours aux TCC ont qualifié leurs humeurs négatives être 0,7 point plus faible à la fin du traitement (10,2% d'amélioration absolue) et être 1,3 points plus faible six mois après la fin du traitement sur une échelle de 0 à 10 (2,7% d'amélioration absolue).

- Les personnes ayant eu recours aux TCC ont qualifié leurs humeurs négatives être de 6,1 points sur une échelle de 0 à 10.

- Les personnes ayant reçu un traitement de contrôle ont qualifié leurs humeurs négatives être de 6,8 points sur une échelle de 0 à 10.

Incapacité (Des scores plus élevés signifient une incapacité plus accentuée):

- Les personnes ayant eu recours aux TCC ont qualifié leur incapacité être 0,7 points plus faible à la fin du traitement (7,2% amélioration absolue) et être 1,2 points plus faible six mois après la fin du traitement sur une échelle de 0 à 10 (11,7% d'amélioration absolue).

- Les personnes ayant eu recours aux TCC ont qualifié leur incapacité être de 2,0 points sur une échelle de 0 à 10.

- Les personnes ayant reçu un traitement de contrôle ont qualifié leur incapacité être de 2,8 points sur une échelle de 0 à 10.

Abandon du traitement:

- Le nombre de personnes qui ont arrêté les TCC pour une quelconque raison était égale au nombre de personnes ayant arrêté les traitements de contrôle.

- 15 personnes sur 100 ayant eu recours aux TCC ont arrêté le traitement pour une quelconque raison;

- 15 personnes sur 100 ayant utilisé des traitements de contrôle ont arrêté le traitement pour une quelconque raison.

Notes de traduction

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�

Ancillary