Photodynamic therapy for recurrent respiratory papillomatosis

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Recurrent respiratory papillomatosis (RRP) is a benign condition of the mucosa of the upper aerodigestive tract. It is characterised by recurrent papillomatous lesions and is associated with human papillomavirus (HPV). Frequent recurrence and rapid papilloma growth are common and in part responsible for the onset of potentially life-threatening symptoms. Most patients afflicted by the condition will require repeated surgical treatments to maintain their airway, and these may result in scarring and voice problems. Photodynamic therapy introduces a light-sensitising agent, which is administered either orally or by injection. This substance (called a photo-sensitiser) is selectively retained in hyperplastic and neoplastic tissue, including papilloma. It is then activated by light of a specific wavelength and may be used as a sole or adjuvant treatment for RRP.

Objectives

To assess the effects of photodynamic therapy in the management of recurrent respiratory papillomatosis (RRP) in children and adults.

Search methods

We searched the Cochrane Ear, Nose and Throat Disorders Group Trials Register; the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL); PubMed; EMBASE; CINAHL; Web of Science; Cambridge Scientific Abstracts; ICTRP and additional sources for published and unpublished trials. The date of the search was 27 January 2014.

Selection criteria

Randomised controlled trials utilising photodynamic therapy as sole or adjuvant therapy in participants of any age with proven RRP versus control intervention. Primary outcome measures were symptom improvement (respiratory distress/dyspnoea and voice quality), quality of life improvement and recurrence-free interval. Secondary outcomes included reduction in the frequency of surgical intervention, reduction in disease volume and adverse effects of treatment.  

Data collection and analysis

We used the standard methodological procedures expected by The Cochrane Collaboration. Meta-analysis was not possible and results are presented descriptively.

Main results

We included one trial with a total of 23 participants. This study was at high risk of bias. None of our primary outcomes and only one of our secondary outcomes (reduction in volume of disease, assessed endoscopically) was measured in the study. There was no significant difference between the groups (very low-quality evidence). Adverse effects reported included airway swelling requiring intubation in a child with severe RRP a few hours after photodynamic therapy.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence from high-quality randomised controlled trials to determine whether photodynamic therapy alters the course of disease or provides an added benefit to surgery in patients with recurrent respiratory papillomatosis. Multicentre randomised controlled trials with appropriate sample sizes and long-term follow-up are required to evaluate whether photodynamic therapy is of benefit. Outcomes such as improvement in symptoms (respiratory function and voice quality) and quality of life should be measured in future trials.

Résumé scientifique

La thérapie photodynamique pour la papillomatose respiratoire récurrente

Contexte

La papillomatose respiratoire récurrente (PRR) est une affection bénigne de la muqueuse des voies aérodigestives supérieures. Elle est caractérisée par des lésions papillomateuses récurrentes et est associée au papillomavirus humain (PVH). Les récidives fréquentes et la croissance rapide des papillomes sont courants et en partie responsables de l'apparition de symptômes potentiellement mortels. La plupart des patients souffrant de la maladie devront recourir à des traitements chirurgicaux répétés pour sauvegarder leurs voies respiratoires, avec des conséquences possibles en termes de cicatrices et de problèmes de voix. La thérapie photodynamique introduit un agent photosensible administré par voie orale ou par injection. Cette substance (appelée photosensibilatrice) est sélectivement retenue dans les tissus hyperplasiques et néoplasiques, notamment les papillomes. Elle est ensuite activée par une lumière d'une longueur d'onde spécifique et peut être utilisée dans la PRR comme traitement unique ou adjuvant.

Objectifs

Évaluer les effets de la thérapie photodynamique dans la prise en charge de la papillomatose respiratoire récurrente (PRR) chez les enfants et les adultes.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie ; le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) ; PubMed ; EMBASE ; CINAHL ; Web of Science ; Cambridge Scientific Abstracts ; ICTRP et d'autres sources pour identifier des essais publiés et non publiés. La recherche a été effectuée le 27 janvier 2014.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés utilisant la thérapie photodynamique en traitement unique ou adjuvant chez des participants de tout âge atteints d'une PRR documentée par rapport à une intervention de contrôle. Les critères de jugement principaux étaient l'amélioration des symptômes (la détresse respiratoire / la dyspnée et la qualité de la voix), l'amélioration de la qualité de vie et l'intervalle sans récidive. Les critères de jugement secondaires incluaient la réduction de la fréquence des interventions chirurgicales, la réduction du volume de l'affection et les effets indésirables du traitement.

Recueil et analyse des données

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard prévues par la Collaboration Cochrane. La méta-analyse n'était pas possible et les résultats sont présentés de façon descriptive.

Résultats principaux

Nous avons inclus un essai portant sur un total de 23 participants. Cette étude était à risque élevé de biais. Dans l'étude, aucun de nos critères de jugement principaux n'a été mesuré et un seul de nos critères de jugement secondaires (réduction du volume de l'affection, évaluée par voie endoscopique) l'a été. Il n'y avait pas de différence significative entre les groupes (preuves de très faible qualité). Les effets indésirables rapportés incluaient un gonflement des voies respiratoires nécessitant une intubation chez un enfant souffrant d'une PRR grave, quelques heures après la thérapie photodynamique.

Conclusions des auteurs

Il n'existe pas suffisamment de preuves issues d'essais contrôlés randomisés de haute qualité pour déterminer si la thérapie photodynamique modifie l'évolution de la maladie ou apporte un bénéfice supplémentaire à la chirurgie chez les patients atteints de la papillomatose respiratoire récurrente. Des essais contrôlés randomisés, multicentriques, avec des tailles d'échantillon appropriés et un suivi à long terme sont nécessaires pour évaluer si la thérapie photodynamique est bénéfique. Des critères de jugement tels que l'amélioration des symptômes (la fonction respiratoire et la qualité de la voix) et la qualité de vie devraient être mesurés dans des essais futurs.

Plain language summary

Photodynamic therapy for recurrent respiratory papillomatosis

Background

Recurrent respiratory papillomatosis is a condition of the mucosal lining of the upper airway, which leads to multiple benign, wart-like growths (papilloma). Although not cancerous, it can lead to serious problems, including hoarseness and airway obstruction. The main treatment is repeated surgical removal of the papilloma using a laser or cutting instrument. However, multiple surgical procedures carry the risk of complications and can also result in long-term scarring. Photodynamic therapy works through the application of a light-sensitising substance, which is then activated by light of a specific wavelength. A chemical reaction creates powerful active molecules that destroy the papilloma locally. It can be used on its own or as an additional treatment together with surgical removal. It has been proposed that photodynamic therapy slows the growth of the papilloma and results in fewer recurrences and therefore fewer surgical procedures.

Study characteristics

We found one randomised controlled trial with a total of 23 participants for inclusion in this review. The study took place at two centres in the USA. Six of the 23 patients did not complete the study (dropped out). Participants who completed the study were outpatients, their age range was four to 60 years and 76% were men and 24% women. The study did not measure any of the outcomes important to patients (symptom improvement - respiratory distress/dyspnoea and voice quality, quality of life improvement and recurrence-free interval). It did measure the reduction in the volume of disease (assessed with an endoscope).

Key results

We found insufficient evidence from the included study that photodynamic therapy has a benefit on its own or in combination with surgery in recurrent respiratory papillomatosis. There was no clear evidence that effects observed in the treatment group were different to those in the control group. Adverse effects reported included airway swelling in a child with severe disease a few hours after photodynamic therapy, which required insertion of a breathing tube and a prolonged stay in hospital.

Quality of the evidence

The overall quality of the evidence is very low: there was no blinding of treatment and a high rate of drop-out. This evidence is up to date to January 2014.

Résumé simplifié

La thérapie photodynamique pour la papillomatose respiratoire récurrente

Contexte

La papillomatose respiratoire récurrente est une affection de la muqueuse des voies respiratoires supérieures, qui cause des excroissances bénignes multiples, ressemblant à des verrues (papillome). Bien que non cancéreuse, elle peut conduire à des problèmes graves, notamment un enrouement et une obstruction des voies respiratoires. Le principal traitement est la suppression chirurgicale réitérée du papillome à l'aide d'un laser ou d'un instrument coupant. Cependant, plusieurs procédures chirurgicales portent le risque de complications et peuvent également entraîner des cicatrices à long terme. La thérapie photodynamique agit en appliquant une substance photosensible, ensuite activée par la lumière d'une longueur d'onde spécifique. Une réaction chimique crée de puissantes molécules actives qui détruisent localement le papillome. Elle peut être utilisée seule ou comme traitement adjuvant, associé à une ablation chirurgicale. Il a été suggéré que la thérapie photodynamique ralentirait la croissance du papillome et entraînerait moins de récidives et par conséquent moins d'interventions chirurgicales.

Les caractéristiques de l'étude

Nous avons trouvé un essai contrôlé randomisé portant sur un total de 23 participants pour l'inclusion dans cette revue. L'étude a eu lieu dans deux centres aux États-Unis. Six des 23 patients n'ont pas terminé l'étude (ont abandonné l'étude). Les participants ayant terminé l'étude étaient des patients de consultations externes, âgés de quatre à 60 ans et 76 % étaient des hommes et 24 % des femmes. L'étude n'a pas mesuré de critères de jugement importants pour les patients (l'amélioration des symptômes - détresse respiratoire / dyspnée et qualité de la voix, l'amélioration de la qualité de vie et l'intervalle sans récidive). Elle a mesuré la réduction du volume de l'affection (évaluée avec un endoscope).

Les principaux résultats

Nous n'avons pas trouvé suffisamment de preuves issues de l'étude incluse que la thérapie photodynamique a un effet bénéfique seule ou en combinaison avec la chirurgie dans la papillomatose respiratoire récurrente. Il n'y avait pas de preuve claire que les effets observés dans le groupe de traitement aient été différents de ceux dans le groupe témoin. Les effets indésirables rapportés incluaient le gonflement des voies respiratoires chez un enfant atteint d'une maladie grave quelques heures après la thérapie photodynamique, qui a nécessité l'insertion d'une sonde d'intubation et un séjour prolongé à l'hôpital.

La qualité des preuves

La qualité globale des preuves est très faible : pas de masquage du traitement et un taux élevé de sorties d'étude. Ces données sont à jour jusqu'à janvier 2014.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 9th November, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé