Intervention Review

You have free access to this content

Interventions for improving outcomes for pregnant women who have experienced genital cutting

  1. Olukunmi O Balogun1,
  2. Fumi Hirayama2,
  3. Windy MV Wariki3,
  4. Ai Koyanagi2,
  5. Rintaro Mori4,*

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 28 FEB 2013

Assessed as up-to-date: 8 JAN 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD009872.pub2


How to Cite

Balogun OO, Hirayama F, Wariki WMV, Koyanagi A, Mori R. Interventions for improving outcomes for pregnant women who have experienced genital cutting. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 2. Art. No.: CD009872. DOI: 10.1002/14651858.CD009872.pub2.

Author Information

  1. 1

    Graduate School of Medicine, The University of Tokyo, Department of Social and Preventive Epidemiology, Tokyo, Tokyo, Japan

  2. 2

    Graduate School of Medicine, The University of Tokyo, Department of Global Health Policy, Tokyo, Tokyo, Japan

  3. 3

    Manado State University, Research Center, Tondano, North Sulawesi, Indonesia

  4. 4

    National Center for Child Health and Development, Department of Health Policy, Tokyo, Tokyo, Japan

*Rintaro Mori, Department of Health Policy, National Center for Child Health and Development, 2-10-1 Okura, Setagaya-ku, Tokyo, Tokyo, 166-0014, Japan. rintaromori@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 28 FEB 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Female genital cutting (FGC) refers to all procedures that involve the partial or total removal of the external female genitalia, or other injury to the female genital organs for cultural or other non-therapeutic reasons. There are no known medical benefits to FGC, and it can be potentially dangerous for the health and psychological well-being of women and girls who are subjected to the practice resulting in short- and long-term complications. Health problems of significance associated with FGC faced by most women are maternal and neonatal mortality and morbidity, the need for assisted delivery and psychological distress. Under good clinical guidelines for caring for women who have undergone genital cutting, interventions could provide holistic care that is culturally sensitive and non-judgemental to improve outcomes and overall quality of life of women. This review focuses on key interventions carried out to improve outcome and overall quality of life in pregnant women who have undergone FGC.

Objectives

To evaluate the impact of interventions to improve all outcomes in pregnant women or women planning a pregnancy who have undergone genital cutting. The comparison group consisted of those who have undergone FGC but have not received any intervention.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 December 2012) and organisations engaged in projects regarding FGC.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs), cluster-randomised trials or quasi-RCTs with reported data comparing intervention outcomes among pregnant women or women planning a pregnancy who have undergone genital cutting compared with those who did not receive any intervention.

Data collection and analysis

We did not identify any RCTs, cluster-randomised trials or quasi-RCTs.

Main results

There are no included studies.

Authors' conclusions

FGC research has focused mainly on observational studies to describe the social and cultural context of the practice, and we found no intervention trials conducted to improve outcomes for pregnant women presenting with complications of FGC. While RCTs will provide the most reliable evidence on the effectiveness of interventions, there remains the issue of what is considered ethically appropriate and the willingness of women to undergo randomisation on an issue that is enmeshed in cultural traditions and beliefs. Consequently, conducting such a study might be difficult.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Care for pregnant women who have experienced genital cutting

Female genital cutting (FGC) also known as female genital mutilation (FGM) or female circumcision is when some or all of a woman's or girl's external genital organs are cut or damaged for cultural beliefs, or reasons not connected with medical treatments. It is often performed by traditional practitioners such as traditional birth attendants without any form of anaesthesia or analgesia using non-sterile instruments. There are no known medical benefits to FGC, and it can be dangerous for the health and psychological well-being of these women and girls, resulting in both short- and long-term problems. Long-term complications include chronic pelvic infection, formation of cysts, vaginal obstruction and infertility. Some of the greatest health problems associated with FGC and faced by most women arise during pregnancy and when giving birth. In some cases, complications from FGC can result in death.

Care offered to these women may include 1) surgery to widen the vaginal opening (deinfibulation), 2) cutting the perineum during birth to widen the outlet to help the baby to be born (episiotomy), 3) removal of cysts and 4) treatment of infections.  Women and their partners may also benefit from counselling to enable them to explore and understand the problems caused by FGC. This may also help them make informed decisions about the care they might receive.

We looked for randomised controlled trials to find out what might work best for women. However, we did not find any studies for inclusion in this review. So, there remains the problem of how best to care for pregnant women and women planning a pregnancy in these circumstances. Trials are urgently needed, although conducting such studies might be difficult. In the meantime, caregivers will do their best to look after these women during pregnancy and childbirth.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions destinées à améliorer les résultats des femmes enceintes qui ont subi une excision

Contexte

L'excision de l'appareil génital féminin (EGF) désigne toutes les procédures qui comprennent l'ablation partielle ou totale de l'appareil génital féminin externe, ou d'autres lésions des organes génitaux féminins pour des raisons culturelles ou d'autres raisons non thérapeutiques. L'EGF ne présente aucun bénéfice médical connu, et elle peut être dangereuse pour la santé et le bien-être psychologique des femmes et des filles qui subissent cette pratique, en entraînant des complications aussi bien à court terme qu'à long terme. Les problèmes de santé importants associés à l'EGF que rencontrent la plupart des femmes sont la mortalité et la morbidité maternelle et néonatale, le besoin d'avoir recours à un accouchement assisté et la détresse psychologique. A l'aide de bonnes recommandations cliniques pour prendre soin des femmes qui ont subi une excision, les interventions pourraient offrir des soins holistiques culturellement adaptés et non moralisateurs afin d'améliorer les résultats et la qualité de vie globale des femmes. Cette revue se concentre sur les interventions essentielles réalisées pour améliorer les résultats et la qualité de vie globale des femmes enceintes qui ont subi une EGF.

Objectifs

Évaluer l'impact des interventions visant à améliorer tous les résultats chez les femmes enceintes ou les femmes envisageant une grossesse qui ont subi une excision. Le groupe de comparaison était constitué de celles ayant subi une EGF mais n'ayant bénéficié d'aucune intervention.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 décembre 2012) et auprès d'organisations participant à des projets sur l'EGF.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés (ECR), essais randomisés en grappes ou essais quasi-ECR avec un compte rendu de données comparant les résultats des interventions chez les femmes enceintes ou les femmes envisageant une grossesse ayant subi une excision en comparaison avec celles n'ayant reçu aucune intervention.

Recueil et analyse des données

Nous n'avons identifié aucun ECR, essai randomisé en grappes ou essai quasi-ECR.

Résultats Principaux

Il n'y a pas d'études incluses.

Conclusions des auteurs

La recherche sur l'EGF est principalement axée sur les études observationnelles pour décrire le contexte social et culturel de la pratique, et nous n'avons trouvé aucun essai d'intervention réalisé pour améliorer les résultats des femmes enceintes présentant des complications de l'EGF. Bien que les ECR fournissent les preuves les plus fiables sur l'efficacité des interventions, il reste la question de ce que l'on considère comme approprié sur le plan éthique et de la volonté des femmes à subir une randomisation sur un problème qui est intriqué dans les traditions et les croyances culturelles. Par conséquent, réaliser une telle étude pourrait s'avérer difficile.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions destinées à améliorer les résultats des femmes enceintes qui ont subi une excision

Soins destinés aux femmes enceintes qui ont subi une excision

L'excision de l'appareil génital féminin (EGF), également connu sous le nom de mutilation de l'appareil génital féminin (MGF) ou de circoncision féminine, consiste à exciser ou à endommager une partie ou la totalité des organes génitaux externes d'une femme ou d'une fille en raison de croyances culturelles, ou pour des raisons qui ne sont pas liées à un traitement médical. Elle est souvent réalisée par des praticiens traditionnels tels que des accoucheuses traditionnelles, sans aucune forme d'anesthésie ou d'analgésie, en utilisant des instruments non stériles. L'EGF ne présente aucun bénéfice médical connu, et elle peut être dangereuse pour la santé et le bien-être psychologique de ces femmes et de ces filles, en entraînant des problèmes aussi bien à court terme qu'à long terme. Les complications à long terme comprennent les infections pelviennes chroniques, la formation de kystes, l'obstruction vaginale et l'infertilité. Certains des problèmes de santé majeurs associés à l'EGF et rencontrés par la plupart des femmes surviennent au cours de la grossesse et de l'accouchement. Dans certains cas, les complications de l'EGF peuvent conduire au décès.

Les soins proposés à ces femmes comprennent 1) l'intervention chirurgicale visant à élargir l'orifice vaginal (désinfibulation), 2) l'incision du périnée pendant l'accouchement afin d'élargir l'orifice et faciliter la naissance du bébé (épisiotomie), 3) le retrait des kystes et 4) le traitement des infections. Les femmes et leur partenaire peuvent également bénéficier de services de conseil qui leur permettent d'explorer et de comprendre les problèmes causés par l'EGF. Cela peut également les aider à prendre des décisions éclairées sur les soins dont ils peuvent bénéficier.

Nous avons recherché des essais contrôlés randomisés afin de déterminer ce qui est susceptible d'être le plus efficace pour les femmes. Cependant, nous n'avons trouvé aucune étude pouvant être incluse dans cette revue. Par conséquent, il reste à résoudre le problème du meilleur traitement que l'on puisse offrir aux femmes enceintes et aux femmes envisageant une grossesse dans ces circonstances. Il est urgent de réaliser des essais, bien que la réalisation de ces études puisse être difficile. En attendant, les soignants feront de leur mieux pour prendre soin de ces femmes pendant la grossesse et l'accouchement.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st March, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Ministère de la Santé. Pour le Canada : Instituts de recherche en santé du Canada, ministère de la Santé du Québec, Fonds de recherche de Québec-Santé et Institut national d'excellence en santé et en services sociaux.