Intervention Review

Perioperative nutrition interventions for women with ovarian cancer

  1. Hazel A Billson1,*,
  2. Cathrine Holland2,
  3. Janet Curwell1,
  4. Valerie L Davey1,
  5. Laura Kinsey1,
  6. Lianna J Lawton1,
  7. Alison J Whitworth1,
  8. Sorrel Burden3

Editorial Group: Cochrane Gynaecological Cancer Group

Published Online: 11 SEP 2013

Assessed as up-to-date: 31 JUL 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD009884.pub2

How to Cite

Billson HA, Holland C, Curwell J, Davey VL, Kinsey L, Lawton LJ, Whitworth AJ, Burden S. Perioperative nutrition interventions for women with ovarian cancer. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 9. Art. No.: CD009884. DOI: 10.1002/14651858.CD009884.pub2.

Author Information

  1. 1

    Manchester Royal Infirmary, Dietetic Department, Platt 2 Rehabilitation, Manchester, UK

  2. 2

    Central Manchester NHS Trust, Gynaecological Oncology, Manchester, UK

  3. 3

    University of Manchester, School of Nursing, Midwifery and Social Work, Manchester, UK

*Hazel A Billson, Dietetic Department, Platt 2 Rehabilitation, Manchester Royal Infirmary, Oxford Road, Manchester, M13 9WL, UK. Hazel.billson@CMFT.nhs.uk. Hazel@billson.org.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 11 SEP 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Women with ovarian cancer have been shown to be at significant risk of malnutrition with incidence rates described as being between 28% to 67%. Nutrition interventions may improve clinical outcomes positively, nutritional status or quality of life measures in this patient group.

Objectives

This review was conducted to assess the effects of nutrition interventions during the perioperative period for women with ovarian cancer.

Search methods

Electronic searches were conducted of the Cochrane Gynaecological Cancer Group Specialised Register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL 2012, Issue 7), Medline (1946 to July week 4 2012), Embase (1980 to 2012 week 31), DARE (to 7th August 2012) AMED (1985 to April 2012), BNI (1992 to April 2012), CINAHL (to April 2012). We also searched trials databases, conference proceedings and related citation lists. Reference listings were handsearched. No restrictions were applied on language or date.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) in which women 18 years and over with any stage of ovarian cancer, including recurrent cancer, were in the perioperative phase of treatment and received any type of nutrition intervention.

Data collection and analysis

Titles and abstracts were screened by two review authors with study selection discussed by a team. Pairs of review authors worked independently on data collection and compared findings.

Main results

A total of 4092 titles were screened and 14 full text reports reviewed; a single small study met the inclusion criteria. In the included RCT, 40 women (35 with ovarian cancer) had extensive elective surgery including bowel resection for treatment of gynaecological malignancy. Randomisation was made to either early oral feeding (oral fluids in the first 24 hours, solid foods on the following day) or to a 'traditional' feeding regimen where oral fluids and foods were delayed until there was evidence of bowel function. Most women in the early feeding group (14/18) were able to resume eating solid food one day after surgery. This resulted in a significantly shorter hospital stay with no increase in postoperative complications or change in quality of life measures in comparison with the women on the 'traditional' feeding regimen. The incidence of nausea and vomiting during the postoperative stay was similar in both groups and was noted in slightly more than half of the women. Overall survival was evaluated until 30 days following discharge from hospital; in this period, there was one death of a woman who had been in the 'traditional oral feeding' group, cause of death was not noted. We assessed risk of bias and found no high risk of bias was identified in the methodology and reporting of the included study, although there was an increased risk of bias due to the small size of the study in which not all of the women had ovarian cancer.

Authors' conclusions

Although women with ovarian cancer have been shown to be at risk of malnutrition, there is a lack of evidence derived from RCTs evaluating the identification, assessment and treatment of malnutrition during the perioperative phase of treatment. There is evidence from one small study that some women with ovarian cancer undergoing surgery with associated bowel resection may safely commence oral fluids within 24 hours of surgery and solid foods on the following day. Further research is required, including a RCT, to generate guidance concerning the treatment of malnutrition in this patient group.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Nutrition for women who are having surgery for ovarian cancer

Women who have ovarian cancer, (a cancer which develops in the two organs (ovaries) that produce eggs in women) are more likely to have difficulties with food and with eating a nourishing diet in comparison to women with other types of gynaecological cancers. One reason may be because the symptoms of ovarian cancer can be difficult to recognise. Women may have a lack of interest in food, feel full, feel sick or have a painful or swollen abdomen. Some women become thinner in parts of their bodies while becoming bigger around their abdomen due to an abnormal build up of fluid or large tumours. There may be no change in body weight or weight may increase, this can make it difficult to know which women are developing problems due to a poor food intake.

Women who are unable to eat and drink well are at risk of becoming malnourished and may then have more complications from the treatments for ovarian cancer than women who are not malnourished. It is recommended that people who are having difficulties with eating and drinking should be identified and helped when they receive hospital care. Currently, there is no agreed method for finding and treating nutritional problems for women with ovarian cancer.

In this review, the authors looked for studies (randomised controlled trials (RCTs)) from around the world to find out how women with ovarian cancer were assessed to see if they were eating and drinking well and what help they may be given with nutrition before or after surgery. A lack of information was found on this topic.

One RCT was found where a small group of women (40 including 35 with ovarian cancer) requiring extensive elective surgery for gynaecological cancer including surgery to the gut, were able to restart eating normal foods on the day after surgery. They were able to leave hospital earlier and did not have more complications in the month after surgery than women who were not allowed to resume eating normal foods until at least three days after the operation.

More studies are needed to confirm whether restarting normal eating one day after surgery can be recommended for women having surgery for ovarian cancer. More research is needed to provide information about how to identify and treat problems of malnutrition in women with ovarian cancer.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La nutrition périopératoire chez les femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire

Contexte

Les femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire se sont avérés être à risque significatif de la malnutrition avec des taux d'incidence décrits comme étant entre 28% à 67%. Les interventions de nutrition peuvent améliorer les résultats cliniques positivement, l'état nutritionnel ou la qualité de vie dans ce groupe de patients.

Objectifs

Cette revue a été menée afin d’évaluer les effets de la nutrition pendant la période périopératoire pour les femmes atteintes d'un cancer ovarien.

Stratégie de recherche documentaire

La recherche a été électronique, effectuée dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les cancers gynécologiques, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2012, numéro 7), Medline (de 1946 à la semaine 4 de juillet 2012), Embase (de 1980 à la semaine 31 de 2012), DARE (jusqu' au 7 août 2012), AMED (1985 à avril 2012), BNI (1992 à avril 2012), CINAHL (jusqu' à avril 2012). Nous avons également consulté les bases de données d'essais, les actes de conférence et les références bibliographiques. La liste de références bibliographiques a été examinée manuellement. Aucune restriction n'a été appliquée sur la langue ou la date.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés (ECR) dans lesquels les femmes de 18 ans et plus, quelque soit le stade du cancer de l'ovaire, y compris la récurrence, étant en phase périopératoire du traitement et ayant reçu tout type d’interventions nutritionnelles.

Recueil et analyse des données

Les titres et résumés ont été examinés par deux auteurs de la revue et la sélection des études discutée par l’équipe. Les auteurs de la revue ont travaillé indépendamment sur le recueil des données puis ont comparé les résultats.

Résultats Principaux

Un total de 4092 titres ont été examinés et 14 textes complets sélectionnés; une seule petite étude répondait aux critères d'inclusion. Dans l’ECR inclus, 40 femmes (dont 35 atteintes de cancer de l'ovaire) présentaient une chirurgie non urgente étendue incluant une résection intestinale pour le traitement d’un cancer gynécologique. Les femmes ont été randomisées soit à une alimentation orale précoce (liquides par voie orale dans les premières 24 heures, des aliments solides le lendemain) soit à un régime alimentaire « traditionnel » où l’introduction des liquides par voie orale et des aliments ont été retardée jusqu' à un retour de la fonction intestinale. La plupart des femmes dans le groupe d'alimentation précoce (14/18) étaient capables de reprendre la nutrition de solides un jour après la chirurgie. Cela a entraîné une hospitalisation significativement plus courte sans augmentation des complications postopératoires ou de changement dans les mesures de la qualité de vie en comparaison avec les femmes ayant un régime alimentaire « traditionnelle ». L'incidence des nausées et vomissements pendant la durée d'hospitalisation postopératoire était similaire dans les deux groupes et étaient présents chez un peu plus de la moitié des femmes. La survie globale a été évaluée 30 jours après la sortie de l'hôpital; durant cette période, il y a eu un décès parmi les femmes qui avaient été dans le groupe d'alimentation orale traditionnelle, la cause de décès n’a pas été rapportée. Nous avons évalué le risque de biais et aucun risque élevé de biais n’a été identifié dans la méthodologie ou le reporting de l'étude incluse, bien qu' il ait une augmentation du risque de biais en raison de la petite taille de l'étude dans laquelle les femmes n’avaient pas toutes un cancer de l'ovaire.

Conclusions des auteurs

Bien que les femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire sont à risque de malnutrition, il existe un manque de preuves provenant d'ECR évaluant le dépistage, l'évaluation et le traitement de la malnutrition pendant la phase périopératoire de traitement. Il existe des preuves issues d'une étude de petite taille que certaines femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire subissant une chirurgie associée à une résection intestinale peut efficacement commencer à boire des liquides dans les 24 heures suivant la chirurgie et les aliments solides le jour suivant. D’autres recherches sont nécessaires, notamment un ECR, pour générer des recommandations concernant le traitement de la malnutrition dans ce groupe de patients.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La nutrition périopératoire chez les femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire

La nutrition chez les femmes qui sont traités par chirurgie pour le cancer de l'ovaire

Les femmes qui souffrent d'un cancer de l'ovaire (cancer qui se développe dans les deux organes (ovaires) qui produisent ovules chez les femmes) sont plus susceptibles d'avoir des difficultés à s’alimenter avec un régime alimentaire nourrissant en comparaison avec les femmes ayant d'autres types de cancers gynécologiques. Une des raisons peut être liée au fait que les symptômes du cancer ovarien peuvent être difficiles à reconnaître. Les femmes peuvent avoir un manque d'intérêt pour la nourriture, se sentir rassasiées, malades ou douloureuses ou ballonnées. Certaines femmes peuvent peuvent présenter un affinement de certaines parties de leur corps, tandis que leur périmètre abdominale augmente en raison d'une accumulation anormale de liquide ou d’une large tumeur. Il peut n’y avoir aucun changement de poids ou le poids peut augmenter, ce qui peut rendre difficile de détecter les femmes qui développent des problèmes liés un mauvais apport alimentaire.

Les femmes qui ne sont pas en mesure de bien manger et boire sont à risque de malnutrition et peuvent ensuite présenter davantage de complications liées aux traitements du cancer que les femmes qui ne souffrent pas de malnutrition. Il est recommandé d’identifier et d’aider les personnes ayant des difficultés de nutrition lorsqu'ils reçoivent des soins hospitaliers. Il n'existe, à ce jour, aucune méthode consensuelle pour dépister et le traiter les problèmes nutritionnels des femmes atteintes d'un cancer ovarien.

Dans cette revue, les auteurs ont recherché toutes les études (essais contrôlés randomisés,ECR))afin de déterminer comment la nutrition des femmes atteintes de cancer ovarien a été évaluée et quels sont les stratégies peuvent être utilisées pour la nutrition, avant ou après l'opération. Un manque d'information n’a pas été observé sur ce sujet.

Un ECR a été trouvé dans lequel un petit groupe de femmes (40 femmes dont 35 atteintes de cancer de l'ovaire) nécessitant une chirurgie étendue non urgente pour un cancer gynécologique, y compris une chirurgie de l'intestin, ont été en mesure de reprendre une nutrition normale le lendemain de la chirurgie. Elles ont été en mesure de quitter l'hôpital de manière plus précoce et n’ont pas présenté plus de complications dans le mois suivant la chirurgie que les femmes n’ayant pas été autorisées à reprendre une nutrition normale avant trois jours suivant l'opération.

Des études supplémentaires sont nécessaires pour confirmer si la reprise d’une nutrition normale un jour suivant l'opération peut être recommandée pour les femmes ayant subi une chirurgie pour cancer de l'ovaire. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour fournir des informations sur la façon de dépister et traiter les problèmes de la malnutrition chez les femmes atteintes d'un cancer ovarien.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 9th January, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�