Intervention Review

You have free access to this content

Nidotherapy for people with schizophrenia

  1. Ian J Chamberlain1,*,
  2. Stephanie Sampson2

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 28 MAR 2013

Assessed as up-to-date: 8 JUN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009929.pub2


How to Cite

Chamberlain IJ, Sampson S. Nidotherapy for people with schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 3. Art. No.: CD009929. DOI: 10.1002/14651858.CD009929.pub2.

Author Information

  1. 1

    The University of Nottingham, Faculty of Medicine and Health Sciences, Nottingham, UK

  2. 2

    The University of Nottingham, Cochrane Schizophrenia Group, Nottingham, UK

*Ian J Chamberlain, Faculty of Medicine and Health Sciences, The University of Nottingham, Medical School, Queen's Medical Centre, Nottingham, NG7 2UH, UK. chamberlain_ian@yahoo.co.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 28 MAR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Nidotherapy is a therapeutic method that principally aims to modify the environment of people with schizophrenia and other serious mental illnesses, whilst working in conjunction with, or alongside other treatments. Rather than focusing on direct treatments or interventions, the aim is to help the individual identify the need for, and work to effect environmental change with the aim of minimising the impact of any form of mental disorder on the individual and society.

Objectives

To review the effects of nidotherapy added to standard care, compared with standard care or no treatment for people with schizophrenia or related disorders.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register (December 2011) and supplemented this by contacting relevant study authors, handsearching nidotherapy articles and manually searching reference lists.

Selection criteria

All randomised controlled trials (RCTs) that compared nidotherapy with standard care or no treatment.

Data collection and analysis

We independently selected and quality assessed potential trials. We reliably extracted data. We calculated risk ratios (RR) and 95% confidence intervals (CI) of homogeneous dichotomous data. Scale data were only extracted from valid scales. For non-skewed continuous endpoint data, we estimated mean difference (MD) between groups. Skewed data have been presented in the Data and analyses as 'other data', with acknowledged means and standard deviations. We assessed risk of bias for the included study and used GRADE to create a 'Summary of findings' table.

Main results

We included only one study that compared nidotherapy-enhanced standard care with standard care alone (total 52 participants); this study was classified by its authors as a 'pilot study'. The duration of the included study was 18 months in total. The single study examined the short-term (up to six months) and medium-term (between six and 12 months) effects of nidotherapy-enhanced standard care versus standard care.

Nidotherapy-enhanced standard care was favoured over standard care for social functioning in both the short term (n = 50, 1 RCT, MD -2.10, 95% CI -4.66 to 0.46) and medium term (n = 37, 1 RCT, MD -1.70, 95% CI -4.60 to 1.20, Very low quality); however, these results did not reach statistical significance. Results concerning engagement with non-inpatient services favoured the intervention group in both the short term (n = 50, 1 RCT, MD 2.00, 95% CI 0.13 to 3.87) and medium term (n = 37, 1 RCT, MD 1.70, 95% CI -0.09 to 3.49), with statistical significance evident in the short term, but not in the medium term. Results of people leaving the study early favoured the intervention in the short term (n = 52, 1 RCT, RR 0.86, 95% CI 0.06 to 12.98), with slight favour of the control group at medium term (n = 50, 1 RCT, RR 0.99, 95% CI 0.39 to 2.54); again, these results did not reach statistical significance. Results for the adverse effects/events of death (measured by 12 months) favoured the intervention (n = 52, 1 RCT, RR 0.29, 95% CI 0.01 to 6.74, Very low quality) but with no statistical significance. Skewed results were available for mental state, service use, and economic outcomes, and present a mixed picture of the benefits of nidotherapy.

Authors' conclusions

Further research is needed into the possible benefits or harms of this newly-formulated therapy. Until such research is available, patients, clinicians, managers and policymakers should consider it an experimental approach.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Nidotherapy for schizophrenia

Nidotherapy (from the Latin ‘nidus’ or ‘nest’) aims at identifying the need for and making changes to a person’s environment and surroundings. It works alongside other treatments to make improvements to a person’s well being, housing, money management, personal relationships, work and other factors. The aim of nidotherapy is not to change the person (whereas other psychological therapies often aim to make changes in an individual’s behaviour, emotions and thinking) but to create a better ‘fit’ between the environment and the individual. As a consequence the individual may improve, but this is not a direct result of treatment but because a more harmonious relationship has been created with the environment. Benefits of nidotherapy may include improvements in people’s relationships, self-esteem, taking their medication, mental health and generally creating a better life situation. If environmental factors or someone’s surroundings are at all responsible for causing illness and relapse, then nidotherapists and people with schizophrenia can identify these factors together to try and reduce the number and severity of relapses.

This review includes one small pilot study with 52 participants. The study compared nidotherapy with standard care versus standard care alone and lasted 18 months. Findings suggest some limited evidence that those who received nidotherapy might experience a slight improvement in social functioning or personal relationships, mental state and may spend less time as inpatients in hospital over the course of 12 months, but there is no information concerning the appropriateness of this for the individual. However, these limited findings need to be treated with considerable caution. The degree of any possible improvements that come from taking part in nidotherapy remain unclear due to the single study’s small sample size, incomplete evidence and risk of bias. No evidence is available on the effect of nidotherapy on general functioning, quality of life, taking medication, satisfaction with treatment, employment status or adverse effects. Further research is required to fill this gap in knowledge about the effectiveness, benefits and possible hazards of nidotherapy. Until such a time, people with mental health problems, health professionals, managers and policymakers should consider this new therapy an experimental one.

This summary has been written by a consumer Ben Gray (Benjamin Gray, Service User and Service User Expert, Rethink Mental Illness. Email: ben.gray@rethink.org).

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Nidothérapie pour les personnes souffrant de schizophrénie

Contexte

La nidothérapie est une méthode thérapeutique qui vise principalement à modifier l'environnement des personnes souffrant de schizophrénie et d'autres troubles mentaux graves, en association avec, ou en parallèle à d'autres traitements. Au lieu de se focaliser sur les traitements directs ou les interventions, le but est d'aider l'individu à identifier les besoins de changements, et à s'efforcer d'effectuer des changements dans l'environnement dans l'optique de réduire l'impact d'une forme de trouble mental sur l'individu et la société.

Objectifs

Évaluer les effets de la nidothérapie additionnée à des soins standard, comparativement à des soins standard ou à l'absence de traitement chez des personnes souffrant de schizophrénie ou de troubles liés.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (décembre 2011) et contacté les auteurs des études correspondantes. Nous avons également effectué des recherches manuelles d'articles sur la nidothérapie et des recherches manuelles dans les listes bibliographiques.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) qui comparaient la nidothérapie à des soins standard ou l’absence de traitement.

Recueil et analyse des données

Nous avons indépendamment sélectionné les essais éligibles et évalué leur qualité méthodologique. Nous avons extrait des données de façon fiable. Nous avons calculé les risques relatifs (RR) et leur intervalle de confiance (IC) à 95 % pour les données dichotomiques homogènes. Les données des échelles ont été extraites des échelles validées uniquement. Pour les données des critères de jugement continues non asymétriques, nous avons estimé la différence moyenne (DM) entre les groupes. Les données asymétriques ont été présentées dans la partie Données et analyses sous le titre 'autres données', avec les moyennes reconnues et les écarts-types. Nous avons évalué le risque de biais pour l'étude incluse et utilisé le système GRADE pour créer un tableau 'Résumé des résultats'.

Résultats principaux

Nous avons inclus une étude unique qui a comparé les soins standard améliorés par la nidothérapie aux soins standard seuls (total de 52 participants) ; cette étude a été classée par ses auteurs comme une 'étude pilote'. La durée totale de l'étude incluse était de 18 mois. L'unique étude a examiné les effets à court terme (jusqu'à six mois) et à moyen terme (entre six et douze mois) des soins standard améliorés par la nidothérapie par rapport aux soins standard seuls.

Les soins standard améliorés par la nidothérapie ont été favorisés par rapport aux soins standard pour le fonctionnement social aussi bien à court terme (n = 50, 1 ECR, DM -2,10, IC à 95 % -4,66 à 0,46) qu'à moyen terme (n = 37, 1 ECR, DM -1,70, IC à 95 % -4,60 à 1,20, Très faible qualité) ; toutefois, ces résultats n'ont pas atteint de signification statistique. Les résultats concernant l'engagement auprès des services de soins ambulatoires ont été favorables au groupe sous intervention aussi bien à court terme (n = 50, 1 ECR, DM 2,00, IC à 95 % 0,13 à 3,87) qu'à moyen terme (n = 37, 1 ECR, DM 1,70, IC à 95 % -0,09 à 3,49), avec une signification statistique évidente à court terme, mais pas à moyen terme. Les résultats des personnes abandonnant prématurément l'étude ont été favorables à l'intervention à court terme (n = 52, 1 ECR, RR 0,86, IC à 95 % 0,06 à 12,98), avec une légère préférence pour le groupe témoin à moyen terme (n = 50, 1 ECR, RR 0,99, IC à 95 % 0,39 à 2,54) ; dans ce cas non plus, ces résultats n'ont pas atteint de signification statistique. Les résultats pour les effets/événements indésirables de mortalité (mesurée sur 12 mois) ont été favorables à l'intervention (n = 52, 1 ECR, RR 0,29, IC à 95 % 0,01 à 6,74, Très faible qualité), mais sans signification statistique. Les résultats asymétriques étaient disponibles pour l'état mental, le recours aux services, et les conséquences économiques, et présentent une image mitigée des bénéfices de la nidothérapie.

Conclusions des auteurs

D'autres recherches sont nécessaires sur les bénéfices ou les risques possibles de cette thérapie mise au point récemment. Jusqu'à ce que des recherches soient disponibles, les patients, les cliniciens, les responsables et les décideurs devraient considérer cette thérapie come une approche expérimentale.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Nidothérapie pour le traitement de la schizophrénie

La nidothérapie (du latin ‘nidus’ ou ‘nid’) consiste à identifier les besoins de changements et à effectuer les changements dans l'environnement et l'entourage d'une personne. Elle fonctionne en association à d'autres traitements pour apporter des améliorations du bien-être, du logement, de la gestion financière, des relations personnelles, de l'activité professionnelle et d'autres facteurs, d'une personne. Le but de la nidothérapie n'est pas de changer la personne (tandis que d'autres psychothérapies visent souvent à apporter des changements dans le comportement, les émotions et les pensées d'un individu), mais de créer une meilleure 'adaptation' entre l'environnement et l'individu. En conséquence, l'individu peut s'améliorer, mais cela n'est pas le résultat direct du traitement mais parce qu'une relation plus harmonieuse a été établie avec l'environnement. Les bénéfices de la nidothérapie peuvent comprendre des améliorations dans les relations, l'estime de soi, la prise des médicaments, la santé mentale de la personne et globalement la création d'une meilleure situation de vie. Si des facteurs environnementaux ou l'environnement d'une personne sont un peu responsables du déclenchement de la maladie et de la rechute, les nidothérapeutes et les personnes souffrant de schizophrénie peuvent donc identifier ces facteurs ensemble pour tenter de réduire le nombre et la gravité des rechutes.

Cette revue inclut une étude pilote à petite échelle totalisant 52 participants. L'étude, qui s'est déroulée sur une période de 18 mois, a comparé la nidothérapie à des soins standard seuls. Les résultats suggèrent qu'il existe certaines preuves limitées que les personnes ayant suivi une nidothérapie pourraient obtenir une légère amélioration du fonctionnement social ou des relations personnelles, de l'état mental et pourraient passer moins de temps en hospitalisation au cours des 12 mois, mais il n'existe pas de données concernant l'adéquation de ces observations avec l'individu. Cependant, ces résultats limités doivent être considérés avec une extrême prudence. Le degré des améliorations possibles obtenues en participant à une nidothérapie reste incertain en raison du petit effectif, des données incomplètes et du risque de biais de l'unique étude. On ne dispose d'aucune donnée sur l'effet de la nidothérapie sur le fonctionnement général, la qualité de vie, la prise des médicaments, la satisfaction du traitement, l'activité professionnelle ou les effets indésirables. D'autres recherches sont nécessaires pour combler les lacunes dans les connaissances sur l'efficacité, les bénéfices et les risques possibles de la nidothérapie. En attendant, les personnes souffrant de problèmes de santé mentale, les professionnels de la santé, les responsables et les décideurs devraient considérer cette nouvelle thérapie comme une approche expérimentale.

Ce résumé a été rédigé par un consommateur Ben Gray (Benjamin Gray, Bénéficiaire du service et Expert auprès des bénéficiaires du service, Rethink Mental Illness. E-mail : ben.gray@rethink.org).

Notes de traduction

Aucun.

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd March, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux pour la France: Minist�re en charge de la Sant�