Intervention Review

Pharmacological treatment for pain in Guillain-Barré syndrome

  1. Jia Liu1,*,
  2. Lu-Ning Wang1,
  3. Ewan D McNicol2

Editorial Group: Cochrane Neuromuscular Disease Group

Published Online: 20 OCT 2013

Assessed as up-to-date: 27 AUG 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009950.pub2


How to Cite

Liu J, Wang LN, McNicol ED. Pharmacological treatment for pain in Guillain-Barré syndrome. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 10. Art. No.: CD009950. DOI: 10.1002/14651858.CD009950.pub2.

Author Information

  1. 1

    Chinese PLA General Hospital, Department of Geriatric Neurology, Beijing, China

  2. 2

    Tufts Medical Center, Departments of Anesthesiology and Pharmacy, Boston, Massachusetts, USA

*Jia Liu, Department of Geriatric Neurology, Chinese PLA General Hospital, Fuxing Road 28, Beijing, 100853, China. Jason_liu1984@163.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 20 OCT 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Pain in Guillain-Barré syndrome (GBS) is common, yet it is often under recognised and poorly managed. In recent years, a variety of pharmacological treatment options have been investigated in clinical trials for people with GBS-associated pain.

Objectives

To assess the efficacy and safety of pharmacological treatments for various pain symptoms associated with GBS, during both the acute and convalescent (three months or more after onset) phases of GBS.

Search methods

On 27 August 2012, we searched the Cochrane Neuromuscular Disease Group Specialized Register, CENTRAL (2012, Issue 8) in The Cochrane Library, MEDLINE (January 1966 to August 2012) and EMBASE (January 1980 to August 2012). In addition, we searched ClinicalTrials.gov and the World Health Organization (WHO) International Clinical Trials Registry Platform.

Selection criteria

We included randomised controlled trials (RCTs) and quasi-RCTs in participants with confirmed GBS, with pain assessment as either the primary or secondary outcome. For cross-over trials, an adequate washout period between phases was required for inclusion.

Data collection and analysis

Two review authors independently screened the titles and abstracts of identified records, selected studies for inclusion, extracted eligible data, cross-checked the data for accuracy and assessed the risk of bias of each study.

Main results

Three short-term RCTs, which enrolled 277 randomised participants with acute phase GBS, were included. Risk of bias in the included studies was generally unclear due to insufficient information. None of the included studies reported the primary outcome selected for this review, which was number of patients with self reported pain relief of 50% or greater. One small study investigated seven-day regimens of gabapentin versus placebo. Pain was rated on a scale from 0 (no pain) to 10 (maximum pain). Amongst the 18 participants, significantly lower mean pain scores were found at the endpoint (day 7) in the gabapentin phase compared to the endpoint of the placebo phase (mean difference -3.61, 95% CI -4.12 to -3.10) (very low quality evidence). For adverse events, no significant differences were found in the incidence of nausea (risk ratio (RR) 0.50, 95% CI 0.05 to 5.04) or constipation (RR 0.14, 95% CI 0.01 to 2.54). A second study enrolling 36 participants compared gabapentin, carbamazepine and placebo, all administered over seven days. Participants in the gabapentin group had significantly lower median pain scores on all treatment days in comparison to the placebo and carbamazepine groups (P < 0.05). There were no statistically significant differences in the median pain scores between the carbamazepine and placebo groups from day 1 to day 3, but from day 4 until the end of the study significantly lower median pain scores were noted in the carbamazepine group (P < 0.05) (very low quality evidence). There were no adverse effects of gabapentin or carbamazepine reported other than sedation. One large RCT (223 participants, all also treated with intravenous immunoglobulin), compared a five-day course of methylprednisolone with placebo and found no statistically significant differences in number of participants developing pain (RR 0.89, 95% CI 0.68 to 1.16), number of participants with decreased pain (RR 0.95, 95% CI 0.63 to 1.42) or number of participants with increased pain (RR 0.85, 95% CI 0.52 to 1.41) (low quality evidence). The study did not report whether there were any adverse events.

Authors' conclusions

While management of pain in GBS is essential and pharmacotherapy is widely accepted as being an important component of treatment, this review does not provide sufficient evidence to support the use of any pharmacological intervention in people with pain in GBS. Although reductions in pain severity were found when comparing gabapentin and carbamazepine with placebo, the evidence was limited and its quality very low. Larger, well-designed RCTs are required to further investigate the efficacy and safety of potential interventions for patients with pain in GBS. Additionally, interventions for pain in the convalescent phase of GBS should be investigated.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Drug treatment for pain in Guillain-Barré syndrome

Pain in Guillain-Barré syndrome (GBS), a disease that affects the nerves outside the brain and spinal cord, is often under recognised and poorly managed. Our aim in this review was to find out whether medicines for pain in GBS are safe and effective. We first carried out a wide search of medical databases to find studies that met the requirements for this review. We identified three studies, which involved 277 participants who were randomly assigned to different treatments for pain in GBS. Two medicines, gabapentin and carbamazepine, reduced pain severity compared to placebo (inactive) treatment and they had few side effects. One study found that people taking gabapentin had less pain, sleepiness or need for additional pain killers than those given carbamazepine. However, these studies were small and the treatment period was short. One trial, with 223 participants, found that methylprednisolone, which is a steroid medicine, did not affect the numbers of people who developed pain or change the numbers with more pain or less pain compared with placebo. This study did not report whether there were any side effects.

This review does not provide enough evidence to say whether or not treatments for pain in people with GBS work. Although both gabapentin and carbamazepine reduced the severity of pain compared to placebo, and few side effects were reported, the studies were small and the quality of the evidence was very low. Much larger, well-designed studies are needed to confirm that drug treatments are safe and effective for people with pain in the period soon after onset of GBS. Long-term studies of pain treatments at the stage when people with GBS are recovering should also be conducted and these should include assessment of effects of pain treatments on quality of life.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitement pharmacologique de la douleur dans le syndrome de Guillain-Barré

Contexte

La douleur est fréquente dans le syndrome de Guillain-Barré (SGB), mais elle est souvent méconnue et mal gérée. Ces dernières années, plusieurs options de traitement pharmacologique ont été étudiées dans des essais cliniques pour les personnes souffrant de douleurs associées au SGB.

Objectifs

Évaluer l’efficacité et l’innocuité des traitements pharmacologiques pour divers symptômes douloureux associés au SGB, pendant la phase aiguë et la phase de convalescence (trois mois ou plus après l’apparition de la maladie).

Stratégie de recherche documentaire

Le 27 août 2012, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuromusculaires, CENTRAL (2012, numéro 8) dans la Bibliothèque Cochrane, MEDLINE (de janvier 1966 à août 2012) et EMBASE (de janvier 1980 à août 2012). En outre, nous avons effectué des recherches dans ClinicalTrials.gov et la Plate-forme internationale des registres d’essais cliniques de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-ECR portant sur des participants présentant un SGB, avec une évaluation de la douleur comme critère de jugement primaire ou secondaire. Pour les essais croisés, une période de wash out adéquate entre phases était nécessaire pour l’inclusion.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment passé au crible les titres et résumés des dossiers identifiés, sélectionné les études à inclure, extrait les données éligibles, recoupé les données pour en vérifier l’exactitude et évalué le risque de biais de chaque étude.

Résultats Principaux

Trois ECR de courte durée, incluant 277 participants randomisés en phase aiguë du SGB, ont été inclus. Le risque de biais dans les études incluses était généralement incertain en raison d’un manque d’information. Aucun des études incluses ne rendait compte du principal critère de jugement sélectionné pour cette revue, qui était le nombre de patients rapportant un soulagement de la douleur de 50% ou plus. Une petite étude examinait un schéma thérapeutiques de sept jours avec la gabapentine par rapport à un placebo. La douleur a été évaluée sur une échelle de 0 (absence de douleur) à 10 (douleur maximale). Parmi 18 participants, une baisse significative des scores de douleur moyens a été constatée à la fin de l’étude (J7) dans la phase avec gabapentine par rapport à la phase avec placebo (différence moyenne -3,61, IC à 95 % de -4,12 à -3,10) (preuves de très faible qualité). Pour les événements indésirables, aucune différence significative n’a été observée dans l’incidence des nausées (risque relatif (RR) 0,50, IC à 95 % de 0,05 à 5,04) ou de la constipation (RR 0,14, IC à 95 % 0,01 à 2,54). Une deuxième étude portant 36 participants comparait la gabapentine, la carbamazépine et un placebo, tous administrés pendant sept jours. Les participants du groupe gabapentine présentaient des scores de douleur moyens significativement plus bas sur tous les jours de traitement que les groupes placebo et carbamazépine (P < 0,05). Il n’y avait aucune différence statistiquement significative dans les scores de douleur médians entre les groupe carbamazépine et placebo de J1 à J3 mais, de J4 jusqu’à la fin de l’étude, une baisse significative des scores de douleur moyens a été notée dans le groupe carbamazépine (P < 0,05) (preuves de très faible qualité). Aucun effet indésirable de la gabapentine ou de la carbamazépine autre que la sédation n’a été rapporté. Un ECR à grande échelle (223 participants, tous également traités avec de l’immunoglobuline par voie intraveineuse), a comparé un traitement à la méthylprednisolone sur cinq jours à un placebo et n’a rapporté aucune différence statistiquement significative du nombre de participants développant des douleurs (RR 0,89, IC à 95 % de 0,68 à 1,16), du nombre de participants présentant une diminution de la douleur (RR 0,95, IC à 95 % de 0,63 à 1,42) ou du nombre de participants ressentant une augmentation de la douleur (RR 0,85, IC à 95 % de 0,52 à 1,41) (preuves de faible qualité). L’étude n’indiquait pas s’il y a eu des événements indésirables.

Conclusions des auteurs

Bien que la prise en charge de la douleur dans le SGB soit essentielle et que la pharmacothérapie soit largement reconnue comme un élément important du traitement, cette revue ne fournit pas suffisamment de preuves à l’appui de l’utilisation d’une quelconque intervention pharmacologique chez les personnes souffrant de douleurs dans le SGB. Bien qu’une réduction de la sévérité de la douleur ait été observée en comparant la gabapentine et la carbamazépine à un placebo, les preuves étaient limitées et leur qualité très faible. Des ECR à plus grande échelle et bien planifiés sont nécessaires afin d’étudier l’efficacité et l’innocuité des interventions potentielles pour les patients souffrant de douleurs dans le SGB. En outre, les interventions contre la douleur dans la phase de convalescence du SGB doivent être étudiées.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitement pharmacologique de la douleur dans le syndrome de Guillain-Barré

Traitement pharmacologique de la douleur dans le syndrome de Guillain-Barré

Dans le syndrome de Guillain-Barré (SGB), une maladie qui affecte les nerfs en dehors du cerveau et de la moelle épinière, la douleur est souvent méconnue et mal gérée. Notre objectif dans cette revue était de déterminer si les médicaments contre la douleur dans le SGB sont sûrs et efficaces. Nous avons réalisé une vaste recherche de bases de données médicales pour trouver des études qui remplissaient les critères requis pour cette revue. Nous avons identifié trois études, qui portaient sur 277 participants, qui ont randomisés dans différents groupes de traitement de la douleur dans le SGB. Deux médicaments, la gabapentine et la carbamazépine, ont permis une réduction de la sévérité de la douleur par rapport à un placebo (inactif), et ils ont eu peu d’effets secondaires. Une étude a constaté que les personnes prenant de la gabapentine présentaient moins de douleurs et de somnolence et avaient moins besoin d’autres analgésiques que celles recevant de la carbamazépine. Cependant, ces études étaient de petite taille et la période de traitement était de courte durée. Un essai, portant sur 223 participants, a découvert que le méthylprednisolone, qui est un corticoïde, n’affectait pas le nombre de personnes qui ont développé des douleurs et ne modifiait pas le nombre de patients ayant plus ou moins de douleurs par rapport à un placebo. Cette étude ne précisait pas s’il y a eu des effets secondaires.

Cette revue ne fournit pas suffisamment de preuves pour déterminer si les traitements de la douleur chez les personnes atteintes de SGB sont ou non efficaces. Bien que la gabapentine et la carbamazépine réduisent la sévérité de la douleur par rapport à un placebo et que peu d’effets secondaires aient été rapportés, les études étaient de petite taille et la qualité des preuves était très faible. Des études de plus grande taille et bien planifiées sont nécessaires pour confirmer que les traitements médicamenteux sont sûrs et efficaces pour les personnes souffrant de douleurs dans la période suivant de peu l’apparition du SGB. Des études à long terme des traitements de la douleur pendant la phase de rétablissement du SGB devraient également être réalisés et ces essais devraient inclure une évaluation des effets des traitements de la douleur sur la qualité de vie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st January, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux; pour la France : Minist�re en charge de la Sant�