Intervention Review

You have free access to this content

Preventive interventions for postnatal psychosis

  1. Adib Essali1,*,
  2. Samer Alabed2,
  3. Aisha Guul3,
  4. Norah Essali4

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 6 JUN 2013

Assessed as up-to-date: 13 NOV 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD009991.pub2


How to Cite

Essali A, Alabed S, Guul A, Essali N. Preventive interventions for postnatal psychosis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 6. Art. No.: CD009991. DOI: 10.1002/14651858.CD009991.pub2.

Author Information

  1. 1

    Modern Psychiatry Hospital, Psychiatry Centre, Damascus, Syrian Arab Republic

  2. 2

    University of Oxford, Continuing Education, Oxford, UK

  3. 3

    Sunderland Royal Hospital, Sunderland, UK

  4. 4

    Kalamoon University, Damascus, Syrian Arab Republic

*Adib Essali, Psychiatry Centre, Modern Psychiatry Hospital, 27 Al Zahrawi Street, Rawda, Damascus, Syrian Arab Republic. adib-essali@hotmail.com. adib-essali@hotmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 6 JUN 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Postnatal psychosis is a worldwide life-threatening condition that affects one to two in every 1000 new mothers. It has an abrupt onset within a month of childbirth. Affected new mothers rapidly develop frank psychosis, cognitive impairment, and disorganised behaviours. Factors that increase the risk of postnatal psychosis include primiparous mothers who are single, women who are older, or with a past psychiatric history and family history of affective psychosis, prenatal depression and autoimmune thyroid dysfunction. The risk of a future postnatal recurrence is 25% to 57%. Preventive interventions for postnatal psychosis aim at identifying women with risk factors, early recognition of imminent psychosis through screening, and preventive drug therapy. Mood stabilisers, antipsychotic drugs and hormone therapy may be beneficial in the prevention of postnatal psychotic episodes in women at risk.

Objectives

To investigate the best available evidence for interventions aimed at preventing postnatal psychosis.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register and the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in October 2012 using the search strategy of the Cochrane Schizophrenia Group.

Selection criteria

All randomised controlled trials relevant to the prevention of postnatal psychosis.

Data collection and analysis

Two review authors inspected all citations to ensure reliable selection. If we had included relevant trials, we planned to assess the methodological quality of identified trials using the criteria recommended in the Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions. Two review authors would have independently extracted data. For homogenous dichotomous data, we planned to calculate the risk ratio (RR), 95% confidence interval (CI), and the number needed to treat to benefit/harm (NNTB/NNTH) on an intention-to-treat basis.

Main results

There are no included studies in this review. The electronic search produced three relevant references, among which we identified two old planned trials that seem never to have started, and one which we excluded a study because it was a report of a case series.

Authors' conclusions

This is not an empty review - it is a review full of unanswered questions. Despite growing interest in women’s mental health, the literature in the area of postnatal psychosis is still very limited. It seems that clinicians have no choice but to continue with their current practices guided solely by varied clinical judgement. Women at risk of postnatal psychosis and their relatives are justified to be disappointed in the medical/research fraternity. A post hoc PubMed topic (not methodology-specific) search identified mainly case series. Policy makers have no trial-based evidence upon which to base their guidelines. Certainly, preventive interventions for postnatal psychosis are difficult to justify with confidence without well-designed, well-conducted, and well-reported randomised studies. Available publications suggest that such studies are possible and funders of research may wish to make this work a priority.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Treatments to help prevent psychosis in women who have just given birth

There is a small percentage of women for whom giving birth leads to psychosis. Postnatal psychosis affects one to two in every 1000 new mothers and is almost always a mood disorder accompanied by loss of contact with reality, hearing voices and seeing things (hallucinations), having strange beliefs (delusions), severe thought disturbance, and abnormal behaviour. It can be a life-threatening condition with an abrupt onset within a month of childbirth.

Postnatal psychosis is more common in first time mothers and the risk is greater for mothers who are single or in older age. Risk is also greater in those with past mental health problems, family history of mental illness, depression before pregnancy and hormone problems. The most common symptoms of postnatal psychosis are feeling excited, elated or high, not needing to sleep or the inability to sleep, feeling active and talking more or feeling very chatty. Other women with postnatal psychosis may have severe depression with delusions, hearing voices, little or no speech, mental numbness and stupor. Such symptoms are themselves distressing but can also lead to harmful behaviours which include suicide, child neglect and abuse, or even in some extreme cases killing their child. Without treatment postnatal psychosis can last many months, but if women do receive modern therapy the symptoms usually resolve within a few weeks, reducing the risk of harm to both mother and baby.
As well as treatment, prevention could save the lives of both the mother and her baby, improve the mother-baby relationship, and lead to better family relationships. Preventive interventions for postnatal psychosis aim at identifying women with risk factors, the early recognition of imminent psychosis through screening, and preventive drug therapy. 

This review investigated the best available evidence for interventions aimed at preventing postnatal psychosis. Unfortunately, no studies were found that could be included. Nevertheless, this review raises many unanswered questions and strongly suggests that future research on postnatal psychosis is much needed. Despite a growing interest in women’s mental health, knowledge and research on postnatal psychosis is still very limited. Future well-designed, well-conducted and well-reported studies are necessary to help improve prevention of symptoms and treatment for women with postnatal psychosis.

This plain language summary has been written by a consumer Benjamin Gray; Service User and Service User Expert. Rethink Mental Illness.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les interventions en prévention des psychoses du postpartum

Contexte

La psychose du postpartum affecte 1 à 2 mères sur 1000 après l’accouchement dans le monde et peut être dangereuse pour la vie de la mère et de l’enfant. Elle apparaît brutalement au cours du mois suivant l’accouchement. La nouvelle accouchée développe rapidement une psychose constituée, des troubles cognitifs et une désorganisation du comportement. Différents facteurs augmentent le risque de psychose du postpartum : primipares célibataires, âge avancé, antécédents psychiatriques ou antécédents familiaux de psychose affective, dépression prénatale, dysthyroïdies auto-immunes. Le risque de récidive après un nouvel accouchement est de 25 % à 57 %. Les interventions en prévention de la psychose du postpartum visent à identifier les femmes présentant des facteurs de risque, à détecter à temps rapidement une psychose imminente au moyen du dépistage et à mettre en place un traitement médicamenteux préventif. Des médicaments stabilisateurs de l’humeur et/ou antipsychotiques et un traitement hormonal peuvent être bénéfiques dans la prévention des épisodes psychotiques du postpartum chez les femmes à risque.

Objectifs

Examiner les meilleures preuves disponibles pour les interventions visant à prévenir la psychose du postpartum.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la schizophrénie et le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) en octobre 2012, en utilisant la stratégie de recherche du groupe Cochrane sur la schizophrénie.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés pertinents pour la prévention de la psychose du postpartum.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de revue ont examiné toutes les références bibliographiques pour assurer une sélection fiable. Nous avions prévu, après avoir inclus les essais pertinents, d’évaluer la qualité méthodologique des essais identifiés en utilisant les critères recommandés dans le Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions. Deux auteurs de revue ont extrait les données de manière indépendante. Pour les données dichotomiques homogènes, nous avions prévu de calculer le risque relatif (RR), l’intervalle de confiance (IC) à 95 %, ainsi que le nombre de sujets à traiter et le nombre nécessaire pour nuire (NST/NNN) en intention de traiter.

Résultats Principaux

Il n’y a pas d’études incluses dans cette revue. La recherche électronique a donné trois références pertinentes, parmi lesquelles nous avons identifié deux projets d’essais anciens qui ne semblent pas avoir été réalisés, et une étude qui nous avons exclue car il s’agissait d’un rapport de série de cas.

Conclusions des auteurs

Cette revue n’est pas vide pour autant : elle est pleine des questions. Malgré l’intérêt croissant porté à la santé mentale des femmes, la littérature consacrée à la psychose du postpartum est encore très limitées. Il semble que les praticiens n’aient pas d’autre choix que de poursuivre leur pratique actuelle, guidée uniquement par un jugement clinique ajusté à la situation. Les femmes présentant un risque de la psychose du postpartum et leurs familles sont déçues par la médecine et la recherche, et elles ont raison. Une recherche post hoc dans PubMed (sans spécifier de méthodologie) a principalement identifié des séries de cas. Il n’existe aucune preuve sur laquelle fonder des recommandations de santé publique. Il ne fait aucun doute que les interventions en prévention des psychoses du postpartum sont difficiles à justifier avec assurance sans études randomisées bien conçues, bien menées et bien rapportées. Les publications disponibles suggèrent que de telles études sont possibles ; ces travaux pourraient devenir une priorité dans le financement de la recherche.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les interventions en prévention des psychoses du postpartum

Traitements contribuant à prévenir les psychoses chez les femmes qui viennent d’accoucher

Un petit pourcentage de femmes évolue vers la psychose à la suite d’un accouchement. Cette psychose du postpartum affecte 1 ou 2 jeunes mères sur 1000 ; elle se manifeste presque toujours comme un trouble de l’humeur accompagné d’une perte de contact avec réalité, par des hallucinations visuelles et auditives, des idées délirantes, de graves troubles de la réflexion et un comportement anormal. Potentiellement dangereuse pour la vie de la mère et de l’enfant, elle apparaît brutalement dans le mois qui suit l’accouchement.

La psychose du postpartum est plus fréquente chez les primipares et le risque est plus important pour les mères célibataires ou d’un âge avancé. Le risque est également plus élevé chez les femmes ayant déjà eu des problèmes de santé mentale et en cas d’antécédents familiaux de maladie mentale, de dépression avant la grossesse et de problèmes hormonaux. Les symptômes les plus courants de la psychose du postpartum sont un état d’esprit excité, exalté ou euphorique, la sensation de ne pas avoir besoin de dormir ou l’incapacité à dormir, l’hyperactivité et la logorrhée. Dans d’autres cas, elle peut se manifester sous la forme d’une dépression sévère avec idées délirantes, hallucinations auditives (la patiente entend des voix), mutisme, engourdissement mental et état de stupeur. Ces symptômes, déjà perturbants par eux-mêmes, peuvent aussi conduire à des comportements dangereux : suicide, négligence de l’enfant et maltraitance, voir infanticide dans les cas extrêmes. Sans traitement, la psychose du postpartum peut durer plusieurs mois, mais une prise en charge selon les méthodes modernes fait généralement disparaître les symptômes au bout de quelques semaines et réduisent le risque de préjudice pour la mère et le bébé.
Outre le traitement, la prévention pourrait sauver des vies de mères et d’enfants, améliorer la relation mère-enfant et améliorer les relations au sein de la famille. Les interventions en prévention de la psychose postpartum visent à identifier les femmes présentant des facteurs de risque, à reconnaître à temps une psychose imminente par le dépistage, et à mettre en place un traitement médicamenteux préventif.  

Cette revue a examiné les meilleures preuves disponibles sur les interventions visant à prévenir la psychose du postpartum. Malheureusement, nous n’avons trouvé aucune étude à y inclure. Cette revue soulève néanmoins beaucoup de questions sans réponse et suggère fortement que des recherches futures sur la psychose postpartum seraient grandement nécessaires. Malgré l’intérêt croissant porté à la santé mentale des femmes, les connaissances et les recherches sur la psychose d postpartum sont encore très limitée. Des études bien conçues, bien menées et bien rapportées sont nécessaires pour aider à améliorer la prévention des symptômes et le traitement des femmes souffrant de psychose postpartum.

Ce résumé en langage simplifié a été rédigé par Benjamin Gray, expert représentant des usagers de ce service, membre de l’association Rethink Mental Illness.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 9th January, 2014
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.