Diagnostic Test Accuracy Review

Informant Questionnaire on Cognitive Decline in the Elderly (IQCODE) for the diagnosis of dementia within community dwelling populations

  1. Terry J Quinn1,*,
  2. Patricia Fearon2,
  3. Anna H Noel-Storr3,
  4. Camilla Young2,
  5. Rupert McShane3,
  6. David J Stott2

Editorial Group: Cochrane Dementia and Cognitive Improvement Group

Published Online: 10 APR 2014

Assessed as up-to-date: 1 FEB 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD010079.pub2


How to Cite

Quinn TJ, Fearon P, Noel-Storr AH, Young C, McShane R, Stott DJ. Informant Questionnaire on Cognitive Decline in the Elderly (IQCODE) for the diagnosis of dementia within community dwelling populations. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 4. Art. No.: CD010079. DOI: 10.1002/14651858.CD010079.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Glasgow, Cardiovascular and Medical Sciences, Glasgow, UK

  2. 2

    University of Glasgow, Academic Section of Geriatric Medicine, Glasgow, UK

  3. 3

    University of Oxford, Radcliffe Department of Medicine, Oxford, UK

*Terry J Quinn, Cardiovascular and Medical Sciences, University of Glasgow, Walton Building, Glasgow Royal Infirmary, Glasgow, G4 0SF, UK. Terry.Quinn@glasgow.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 10 APR 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Résumé scientifique

Background

Various tools exist for initial assessment of possible dementia with no consensus on the optimal assessment method. Instruments that use collateral sources to assess change in cognitive function over time may have particular utility. The most commonly used informant dementia assessment is the Informant Questionnaire on Cognitive Decline in the Elderly (IQCODE).

A synthesis of the available data regarding IQCODE accuracy will help inform cognitive assessment strategies for clinical practice, research and policy.

Objectives

Our primary objective was to determine the diagnostic accuracy of the informant based questionnaire IQCODE, for detection of all cause (undifferentiated) dementia in community-dwelling adults with no previous cognitive assessment. We sought to describe the accuracy of IQCODE (the index test) against a clinical diagnosis of dementia (the reference standard). 

Our secondary objective was to describe the effect of heterogeneity on the summary estimates. We were particularly interested in the traditional 26-item scale versus the 16-item short form; and language of administration. We explored the effect of varying the threshold IQCODE score used to define 'test positivity'.

Search methods

We searched the following sources on 28 January 2013: ALOIS (Cochrane Dementia and Cognitive Improvement Group), MEDLINE (OvidSP), EMBASE (OvidSP), PsycINFO (OvidSP), BIOSIS Previews (ISI Web of Knowledge), Web of Science with Conference Proceedings (ISI Web of Knowledge), LILACS (BIREME). We also searched sources relevant or specific to diagnostic test accuracy: MEDION (Universities of Maastrict and Leuven); DARE (York University); ARIF (Birmingham University). We used sensitive search terms based on MeSH terms and other controlled vocabulary.

Selection criteria

We selected those studies performed in community settings that used (not necessarily exclusively) the IQCODE to assess for presence of dementia and, where dementia diagnosis was confirmed, with clinical assessment. Our intention with limiting the search to a 'community' setting was to include those studies closest to population level assessment. Within our predefined community inclusion criteria, there were relevant papers that fulfilled our definition of community dwelling but represented a selected population, for example stroke survivors. We included these studies but performed sensitivity analyses to assess the effects of these less representative populations on the summary results.

Data collection and analysis

We screened all titles generated by the electronic database searches and abstracts of all potentially relevant studies were reviewed. Full papers were assessed for eligibility and data extracted by two independent assessors. For quality assessment (risk of bias and applicability) we used the QUADAS 2 tool. We included test accuracy data on the IQCODE used at predefined diagnostic thresholds. Where data allowed, we performed meta-analyses to calculate summary values of sensitivity and specificity with corresponding 95% confidence intervals (CIs). We pre-specified analyses to describe the effect of IQCODE format (traditional or short form) and language of administration for the IQCODE.

Main results

From 16,144 citations, 71 papers described IQCODE test accuracy. We included 10 papers (11 independent datasets) representing data from 2644 individuals (n = 379 (14%) with dementia). Using IQCODE cut-offs commonly employed in clinical practice (3.3, 3.4, 3.5, 3.6) the sensitivity and specificity of IQCODE for diagnosis of dementia across the studies were generally above 75%.

Taking an IQCODE threshold of 3.3 (or closest available) the sensitivity was 0.80 (95% CI 0.75 to 0.85); specificity was 0.84 (95% CI 0.78 to 0.90); positive likelihood ratio was 5.2 (95% CI 3.7 to 7.5) and the negative likelihood ratio was 0.23 (95% CI 0.19 to 0.29).

Comparative analysis suggested no significant difference in the test accuracy of the 16 and 26-item IQCODE tests and no significant difference in test accuracy by language of administration. There was little difference in sensitivity across our predefined diagnostic cut-points.

There was substantial heterogeneity in the included studies. Sensitivity analyses removing potentially unrepresentative populations in these studies made little difference to the pooled data estimates.

The majority of included papers had potential for bias, particularly around participant selection and sampling. The quality of reporting was suboptimal particularly regarding timing of assessments and descriptors of reproducibility and inter-observer variability.

Authors' conclusions

Published data suggest that if using the IQCODE for community dwelling older adults, the 16 item IQCODE may be preferable to the traditional scale due to lesser test burden and no obvious difference in accuracy. Although IQCODE test accuracy is in a range that many would consider 'reasonable', in the context of community or population settings the use of the IQCODE alone would result in substantial misdiagnosis and false reassurance. Across the included studies there were issues with heterogeneity, several potential biases and suboptimal reporting quality.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Résumé scientifique

Questionnaire informatif sur le déclin cognitif chez les patients âgés (QIDCPA) pour le diagnostic de la démence au sein des populations vivant en milieu communautaire

Contexte

Divers outils existent pour l'évaluation initiale de la démence sans consensus sur la méthode d'évaluation optimale. Les instruments qui utilisent les sources collatérales afin d'évaluer le changement de la fonction cognitive au fil du temps pourraient être particulièrement utiles. L'évaluation informative sur la démence la plus couramment utilisée est le questionnaire informatif sur le déclin cognitif chez les patients âgés (QIDCPA).

Une synthèse des données disponibles concernant l'exactitude du QIDCPA permettra de guider les stratégies cognitives d'évaluation pour la pratique clinique, les recherches et les directives.

Objectifs

Notre principal objectif était de déterminer l'exactitude du diagnostic du questionnaire informatif QIDCPA pour la détection de toutes les causes (indifférenciées) de démence au sein des populations vivant en milieu communautaire sans précédente évaluation cognitive. Nous avons cherché à décrire l'exactitude du QIDCPA (test d'indice) par rapport à un diagnostic clinique de la démence (référence standard).

Notre objectif secondaire était de décrire l'effet de l'hétérogénéité sur l'estimation résumée. Nous étions particulièrement intéressés à l'échelle traditionnelle à 26 éléments par rapport au formulaire restreint à 16 éléments et à la langue d'administration. Nous avons exploré l'effet de la variation du seuil minimal du QIDCPA utilisé pour définir la « positivité du test ».

Stratégie de recherche documentaire

En date du 28 janvier 2013, nous avons effectué des recherches dans les sources suivantes : ALOIS (groupe Cochrane sur la démence et les autres troubles cognitifs), MEDLINE (OvidSP), EMBASE (OvidSP), PsycINFO (OvidSP), BIOSIS Previews (ISI Web of Knowledge), Web of Science avec les procédures des conférences (ISI Web of Knowledge), LILACS (BIREME). Nous avons également effectué des recherches dans les sources pertinentes ou spécifiques pour l'exactitude des tests diagnostiques : MEDION (Universités de Maastricht et de Leuven); DARE (Université de York) ; ARIF (Université de Birmingham). Nous avons utilisé des termes sensibles à la recherche selon les termes MeSH et d'autres vocabulaires contrôlés.

Critères de sélection

Nous avons sélectionné ces études réalisées dans des environnements communautaires qui utilisaient (pas nécessairement exclusivement) le QIDCPA pour évaluer la présence de la démence et, lorsque le diagnostic de démence était confirmé, qui utilisaient l'évaluation clinique. Avec une recherche limitée aux environnements communautaires, notre intention était d'inclure les études se rapprochant de l'évaluation à l'échelle de la population. Parmi nos critères prédéfinis sur l'inclusion communautaire, des articles pertinents s'accordaient à nos définitions sur les populations vivant en milieu communautaire, mais représentaient une population sélectionnée, par exemple les survivants d'AVC. Nous avons inclus ces études, mais effectué des analyses de sensibilité pour évaluer les effets de ces populations moins représentatives sur le résumé des résultats.

Recueil et analyse des données

Nous avons examiné tous les titres générés par les recherches dans les bases de données électroniques et les résumés de toutes les études potentiellement pertinentes ont été examinés. Les articles complets ont été évalués pour l'éligibilité et les données ont été extraites par deux évaluateurs indépendants. Pour l'évaluation de la qualité (le risque de biais et l'applicabilité), nous avons utilisé l'outil QUADAS 2. Nous avons inclus les données testant l'exactitude du QIDCPA utilisées pour prédéfinir le seuil minimal du diagnostic. Lorsque les données le permettaient, nous avons effectué des méta-analyses pour calculer les valeurs de sensibilité et de spécificité avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Nous avions prédéfini les analyses pour décrire l'effet du QIDCPA (format traditionnel ou concis) et la langue d'administration pour le QIDCPA.

Résultats Principaux

À partir de 16 144 références bibliographiques, 71 articles décrivaient l'exactitude du test du QIDCPA. Nous avons inclus 10 articles (11 ensemble de données indépendantes), représentant des données issues de 2 644 individus (n = 379 (14 %) atteints de démence). En utilisant les valeurs-seuils du QIDCPA couramment utilisées dans la pratique clinique (3.3, 3.4, 3.5, 3.6), la sensibilité et la spécificité du QIDCPA pour le diagnostic de la démence dans les études étaient généralement supérieures à 75 %.

En prenant le seuil minimal du QIDCPA de 3.3 (ou le plus proche disponible) la sensibilité était de 0,80 (IC à 95 % de 0,75 à 0,85); la spécificité était de 0,84 (IC à 95 % de 0,78 à 0,90); le rapport de vraisemblance positif était de 5,2 (IC à 95 % de 3,7 à 7,5) et le rapport de vraisemblance négatif était de 0,23 (IC à 95 % de 0,19 à 0,29).

L'analyse comparative ne suggérait aucune différence significative dans la précision des tests sur les 16 et 26 éléments de tests du QIDCPA et aucune différence significative dans la précision des tests selon la langue d'administration. Il y avait peu de différence au niveau de la sensibilité parmi nos seuils de diagnostic prédéfinis.

Il y avait une hétérogénéité substantielle dans les études incluses. Les analyses de sensibilité, qui éliminaient les populations n'étant potentiellement pas représentatives dans ces études, apportaient peu de différence concernant les estimations des données regroupées.

La majorité des articles inclus présentait un risque de biais potentiel, en particulier pour la sélection des participants et l'échantillonnage. La qualité des rapports était perfectible en particulier concernant le moment des évaluations et les descripteurs de reproductibilité et la variabilité ente les observateurs.

Conclusions des auteurs

Les données publiées suggèrent que lors de l'utilisation du QIDCPA pour les populations vivant en milieu communautaire, le QIDCPA à 16 éléments pourrait être préférable à l'échelle traditionnelle en raison d'un moindre fardeau du test et d'aucune différence d'exactitude évidente. Bien que la précision des tests du QIDCPA se situe dans une fourchette considérée par un bon nombre comme étant « raisonnable », dans le contexte des environnements communautaires ou de la population, l'utilisation seule du QIDCPA entraînerait un diagnostic erroné substantiel et une fausse réassurance. Parmi les études incluses, il y avait des problèmes d'hétérogénéité, plusieurs biais potentiels et des rapports de qualité insuffisants.