Prostaglandins before caesarean section for preventing neonatal respiratory distress

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Nkengafac V Motaze,

    Corresponding author
    1. Yaoundé Central Hospital, Centre for Development of Best Practices in Health (CDBPH), Yaoundé, Centre Province, Cameroon
    2. Stellenbosch University, Community Health, Faculty of Medicine and Health Sciences, Cape Town, South Africa
    • Nkengafac V Motaze, Centre for Development of Best Practices in Health (CDBPH), Yaoundé Central Hospital, Henri Dunant Avenue, PO Box 87, Yaoundé, Centre Province, Cameroon. villyen@yahoo.com.

    Search for more papers by this author
  • Lawrence Mbuagbaw,

    1. Yaoundé Central Hospital, Centre for Development of Best Practices in Health (CDBPH), Yaoundé, Centre Province, Cameroon
    Search for more papers by this author
  • Taryn Young

    1. Stellenbosch University, Centre for Evidence-based Health Care, Faculty of Medicine and Health Sciences, Cape Town, South Africa
    2. South African Medical Research Council, South African Cochrane Centre, Cape Town, South Africa
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Respiratory distress (RD) can occur in both preterm and term neonates born through normal vaginal delivery or caesarean section (CS). It accounts for about 30% of neonatal deaths and can occur at any time following birth. Respiratory distress syndrome (RDS), transient tachypnoea (rapid breathing) of the newborn and persistent pulmonary hypertension (increased blood pressure of pulmonary vessels) of the newborn are the most frequent clinical presentations of neonatal RD. Prostaglandins are used in routine obstetric practice to ripen the uterine cervix and to trigger labour, with those of the E series being preferred over others due to the fact that they are more uteroselective. Administration of prostaglandins to an expectant mother before delivery causes reabsorption of lung fluid from the fetal lung and promotes surfactant secretion by inducing a catecholamine surge. As a result, significant reduction in neonatal respiratory morbidity following a CS could be obtained, leading to reduced long-term complications such as bronchopulmonary dysplasia (chronic lung disease with lung tissue modification) and asthma.

Objectives

The objective of this review was to determine if administration of prostaglandins before CS can improve respiratory outcomes of newborns.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (30 September 2013). We also searched three clinical trial registries; ClinicalTrials.gov, the Australian New Zealand Clinical Trials Registry and the WHO Clinical Trials Registry Platform (ICTRP), for ongoing studies (24 June 2013).

Selection criteria

We included all published and unpublished randomised controlled trials comparing the use of prostaglandins with other treatments (including placebo) to reduce neonatal respiratory morbidity. Participants were pregnant women with an indication for a CS, and we compared administration of prostaglandins prior to CS with no treatment, placebo or another treatment.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed studies for inclusion and assessed trial quality, with the third review author referred to for settling any disagreements. Two review authors extracted data. Data were checked for accuracy. We used the Cochrane tool for assessing risk of bias in the included study and contacted the study authors to request additional information where appropriate.

Main results

We found one randomised controlled trial with a low risk of bias which was carried out in a tertiary neonatal care centre in Australia. The study involved 36 women (18 received intravaginal prostaglandin E 2 gel and 18 received placebo).

There was one case of neonatal respiratory distress in the control group, which the trialist reported as transient tachypnoea of the newborn (risk ratio (RR) 0.33, 95% confidence interval (CI) 0.01 to 7.68, one study, n = 36).

None of the neonates required mechanical ventilation and the trial authors reported median Apgar scores at one and five minutes as being similar in both groups.

There were no treatment-related side effects in either group. Noradrenaline concentrations (median values (range)) were reported as being significantly higher in the cord blood samples of the intervention group compared to the control group.

Authors' conclusions

Although the trial authors reported a significant increase in catecholamine levels in the intervention group, there was no significant difference in the respiratory outcomes between intervention and control groups. The quality of evidence was graded as low because the sample size was small and there were few events. No definite conclusions can thus be drawn on the effects of prostaglandins on neonatal respiratory outcomes from this review.

Résumé scientifique

Les prostaglandines avant une césarienne pour prévenir la détresse respiratoire néonatale

Contexte

La détresse respiratoire (DR) peut se produire chez les nouveau-nés prématurés et nés à terme après un accouchement normal par voie basse ou par césarienne (CS). Elle représente environ 30% des décès néonataux et peut survenir à tout moment après la naissance. Le syndrome de détresse respiratoire (SDR), la tachypnée transitoire (respiration rapide) du nouveau-né et l'hypertension artérielle pulmonaire persistante (une augmentation de la pression des vaisseaux pulmonaires) du nouveau-né sont les plus fréquentes de présentations cliniques de la DR néonatale. Les prostaglandines sont utilisées dans la pratique obstétrique de routine pour étirer le col de l'utérus et déclencher le travail, le type E est préféré par rapport aux autres dû au fait qu' il est plus utero sélectif. L'administration de prostaglandines à une femme enceinte avant l'accouchement cause une réabsorption du liquide pulmonaire fœtale et favorise la sécrétion de surfactant en induisant une montée de catécholamines. En conséquence, une réduction significative de la morbidité respiratoire néonatale après une CS a pu être obtenue, conduisant à une réduction des complications à long terme tels que la dysplasie broncho-pulmonaire (maladie pulmonaire chronique avec modification des tissus pulmonaires) et de l'asthme.

Objectifs

L'objectif de cette revue était de déterminer si l'administration de prostaglandines avant la césarienne peut améliorer la respiration des nouveau-nés.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (30 septembre 2013). Nous avons également effectué des recherches dans trois des registres d'essais cliniques; ClinicalTrials.gov, leregistre d'essais cliniques de l'Australie et de la Nouvelle Zelande et la plat forme d'essais cliniques de l'l'OMS (ICTRP), pour les études en cours (24 juin 2013).

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés publiés et non publiés comparant l'utilisation de prostaglandines avec d'autres traitements (y compris un placebo) pour réduire la morbidité respiratoire néonatale. Les participants étaient des femmes enceintes avec une indication pour une CS, et nous avons comparé l'administration de prostaglandines avant la césarienne à l'absence de traitement, un placebo ou à un autre traitement.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les études à inclure et évalué la qualité des essais, avec le troisième auteur de revue pour trancher en cas de désaccord. Deux auteurs de la revue ont extrait les données de manière indépendante. Les donnés ont été vérifiés. Nous avons utilisé l'outil d'évaluation du risque de biais de Cochrane dans l'étude incluse et contacté les auteurs des études pour obtenir des informations complémentaires lorsque cela était approprié.

Résultats principaux

Nous avons trouvé un essai contrôlé randomisé avec un faible risque de biais qui a été effectuée dans un centre de soins néonataux tertiaires en Australie. L'étude portait sur 36 femmes (18 ont reçu un gel de prostaglandine E intravaginale 2 et 18 reçu un placebo).

Il y avait un cas de détresse respiratoire néonatale dans le groupe témoin, ce qui les chercheurs ont rapporté comme une tachypnée transitoire du nouveau-né (risque relatif (RR) 0,33, intervalle de confiance (IC)95% , de 0,01 à 7,68, une étude, n =36).

Aucun des nouveau-nés a nécessité une ventilation mécanique et les auteurs des essais ont rapporté des scores d'Apgar moyens d'un et cinq minutes comme étant similaires dans les deux groupes.

Il n'y avait pas d'effets secondaires liés au traitement dans les deux groupes. Les concentrations moyennes de noradrenaline (plages) ont été rapportés comme étant significativement plus élevées dans le sang du cordon des échantillons du groupe expérimental par rapport au groupe témoin.

Conclusions des auteurs

Bien que les auteurs des essais ont rapporté une augmentation significative des niveaux de catécholamines dans le groupe d'intervention, il n'y avait aucune différence significative dans l'évolution respiratoire entre les groupes d'intervention et témoin. La qualité des preuves était considérée comme faible parce que la taille des échantillons était de petite taille et il n'y avait peu d'événements. Aucune conclusion définitive ne peut donc être tirée sur les effets des prostaglandines sur l'évolution respiratoire néonatale dans cette revue.

Plain language summary

Administration of prostaglandins to pregnant women before caesarean section to prevent breathing difficulties in newborn babies

Respiratory difficulties in newborn babies are a common complication following birth. They are more frequent with caesarean section and when the pregnant woman is operated on before labour starts than when she is in labour. Prostaglandins are a group of substances that have been used successfully to induce labour in pregnant women. They also have the potential to help the lungs of the newborn to adapt to breathing air after delivery, by removing fluid from the lungs and increasing surfactant secretion. Caesarean sections are performed more frequently worldwide and it is important to find interventions that improve the newborn's breathing following this surgery.

We found one small randomised trial (involving 36 women) that compared prostaglandin E2 intravaginal gel administered before caesarean section compared with a placebo gel. The information obtained from this study did not permit us to be certain that prostaglandins improve neonatal breathing following planned caesarean section at term. Only one baby in the placebo group had respiratory distress assessed as rapid breathing. Further studies have to be carried out in order to find out the impact of prostaglandins on the newborn lungs after caesarean section.

Résumé simplifié

L'administration de prostaglandines pour les femmes enceintes avant une césarienne pour prévenir les difficultés respiratoires chez les nouveau-nés

Les difficultés respiratoires chez les bébés sont une complication fréquente après la naissance. Ils sont plus fréquents avec la césarienne et lorsque les femmes enceintes sont opérés avant que le travail commence que lorsqu' elle est en travail. Les prostaglandines sont un groupe de substances qui ont été utilisés avec succès pour déclencher le travail chez les femmes enceintes. Elles présentent également le potentiel d'aider les poumons du nouveau-né à s' adapter à la respiration d'air après l'accouchement, par l'élimination de liquide dans les poumons et l'augmentation de la sécrétion de surfactant. Les césariennes sont réalisées plus fréquemment dans le monde et il est important d'identifier les interventions visant à améliorer la respiration du nouveau-nés, suite à cette intervention.

Nous n'avons trouvé un petit essai randomisé (impliquant 36 femmes) qui comparaient la prostaglandine E 2 et le gel intravaginal administré avant une césarienne comparée à un gel placebo. Les informations obtenues à partir de cette étude ne nous ont pas permis d'être certains que les prostaglandines améliorent la respiration néonatale après une césarienne planifiée à terme. Seul un bébé dans le groupe sous placebo présentait une détresse respiratoire évaluée comme respiration rapide. D'autres études doivent être effectuées afin de déterminer l'impact des prostaglandines sur les poumons du nouveau-né après une césarienne.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2013
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�, Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux