Clinical assessment to screen for the detection of oral cavity cancer and potentially malignant disorders in apparently healthy adults

  • Review
  • Diagnostic

Authors


Abstract

Background

The early detection and excision of potentially malignant disorders (PMD) of the lip and oral cavity that require intervention may reduce malignant transformations (though will not totally eliminate malignancy occurring), or if malignancy is detected during surveillance, there is some evidence that appropriate treatment may improve survival rates.

Objectives

To estimate the diagnostic accuracy of conventional oral examination (COE), vital rinsing, light-based detection, biomarkers and mouth self examination (MSE), used singly or in combination, for the early detection of PMD or cancer of the lip and oral cavity in apparently healthy adults.

Search methods

We searched MEDLINE (OVID) (1946 to April 2013) and four other electronic databases (the Cochrane Diagnostic Test Accuracy Studies Register, the Cochrane Oral Health Group's Trials Register, EMBASE (OVID), and MEDION) from inception to April 2013. The electronic databases were searched on 30 April 2013. There were no restrictions on language in the searches of the electronic databases. We conducted citation searches, and screened reference lists of included studies for additional references.

Selection criteria

We selected studies that reported the diagnostic test accuracy of any of the aforementioned tests in detecting PMD or cancer of the lip or oral cavity. Diagnosis of PMD or cancer was made by specialist clinicians or pathologists, or alternatively through follow-up.

Data collection and analysis

Two review authors independently screened titles and abstracts for relevance. Eligibility, data extraction and quality assessment were carried out by at least two authors independently and in duplicate. Studies were assessed for methodological quality using QUADAS-2. We reported the sensitivity and specificity of the included studies.

Main results

Thirteen studies, recruiting 68,362 participants, were included. These studies evaluated the diagnostic accuracy of COE (10 studies), MSE (two studies). One randomised controlled of test accuracy trial directly evaluated COE and vital rinsing. There were no eligible diagnostic accuracy studies evaluating light-based detection or blood or salivary sample analysis (which tests for the presence of bio-markers of PMD and oral cancer). Given the clinical heterogeneity of the included studies in terms of the participants recruited, setting, prevalence of target condition, the application of the index test and reference standard and the flow and timing of the process, the data could not be pooled. For COE (10 studies, 25,568 participants), prevalence in the diagnostic test accuracy sample ranged from 1% to 51%. For the eight studies with prevalence of 10% or lower, the sensitivity estimates were highly variable, and ranged from 0.50 (95% confidence interval (CI) 0.07 to 0.93) to 0.99 (95% CI 0.97 to 1.00) with uniform specificity estimates around 0.98 (95% CI 0.97 to 1.00). Estimates of sensitivity and specificity were 0.95 (95% CI 0.92 to 0.97) and 0.81 (95% CI 0.79 to 0.83) for one study with prevalence of 22% and 0.97 (95% CI 0.96 to 0.98) and 0.75 (95% CI 0.73 to 0.77) for one study with prevalence of 51%. Three studies were judged to be at low risk of bias overall; two were judged to be at high risk of bias resulting from the flow and timing domain; and for five studies the overall risk of bias was judged as unclear resulting from insufficient information to form a judgement for at least one of the four quality assessment domains. Applicability was of low concern overall for two studies; high concern overall for three studies due to high risk population, and unclear overall applicability for five studies. Estimates of sensitivity for MSE (two studies, 34,819 participants) were 0.18 (95% CI 0.13 to 0.24) and 0.33 (95% CI 0.10 to 0.65); specificity for MSE was 1.00 (95% CI 1.00 to 1.00) and 0.54 (95% CI 0.37 to 0.69). One study (7975 participants) directly compared COE with COE plus vital rinsing in a randomised controlled trial. This study found a higher detection rate for oral cavity cancer in the conventional oral examination plus vital rinsing adjunct trial arm.

Authors' conclusions

The prevalence of the target condition both between and within index tests varied considerably. For COE estimates of sensitivity over the range of prevalence levels varied widely. Observed estimates of specificity were more homogeneous. Index tests at a prevalence reported in the population (between 1% and 5%) were better at correctly classifying the absence of PMD or oral cavity cancer in disease-free individuals that classifying the presence in diseased individuals. Incorrectly classifying disease-free individuals as having the disease would have clinical and financial implications following inappropriate referral; incorrectly classifying individuals with the disease as disease-free will mean PMD or oral cavity cancer will only be diagnosed later when the disease will be more severe. General dental practitioners and dental care professionals should remain vigilant for signs of PMD and oral cancer whilst performing routine oral examinations in practice.

Résumé scientifique

Évaluation clinique pour le dépistage du cancer de la cavité buccale et des troubles potentiellement malins chez l'adulte en bonne santé apparente

Contexte

La détection précoce et l’excision des troubles potentiellement malins de la cavité buccale et des lèvres qui nécessitent une intervention pourraient réduire les transformations malignes (mais n’éliminera pas entièrement la malignité survenue), ou si la malignité est détectée au cours de la surveillance, certaines preuves ont montré qu’un traitement approprié peut améliorer les taux de survie.

Objectifs

Évaluer la précision du diagnostic d'un examen buccal conventionnel, d’un rinçage, d’une détection par onde lumineuse, des biomarqueurs et d’un auto-examen de la bouche effectué seul ou conjointement, pour la détection précoce de troubles potentiellement malins ou d’un cancer de la cavité buccale et de la lèvre chez les adultes apparemment en bonne santé.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans MEDLINE (OVID) (de 1946 à avril 2013) et quatre autres bases de données électroniques (le registre des tests diagnostiques, le registre Cochrane des essais cliniques du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire, EMBASE (OVID), et MEDION) depuis leur création jusqu'en avril 2013. Les bases de données électroniques ont fait l'objet de recherches le 30 avril 2013. Aucune restriction concernant la langue n’a été appliquée pour les recherches dans les bases de données électroniques. Nous avons recherché des citations et examiné les références bibliographiques des études incluses pour obtenir des références supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons sélectionné les études ayant rendu compte de la précision des diagnostics de n'importe quels tests précédemment mentionnés dans la détection de troubles potentiellement malins ou d'un cancer de la lèvre ou de la cavité buccale. Le diagnostic de troubles potentiellement malins ou d’un cancer a été effectué par des cliniciens spécialisés ou des pathologistes, ou bien à travers un suivi.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné les titres et les résumés afin de juger leur pertinence. L’éligibilité, l'extraction des données et l'évaluation de la qualité ont été effectuées par au moins deux auteurs de manière indépendante et en double. La qualité méthodologique des études a été évaluée à l'aide de QUADAS-2. Nous avons rapporté la sensibilité et la spécificité des études incluses.

Résultats principaux

Treize études, portant sur 68 362 participants, ont été inclues. Elles évaluaient la précision du diagnostic de l’examen buccal conventionnel (10 études), de l’auto-examen de la bouche (deux études). Un essai contrôlé randomisé de la précision des tests évaluait directement l’examen buccal conventionnel et le rinçage. Aucune étude n’était éligible concernant la précision du diagnostic évaluant la détection par onde lumineuse, par analyse de sang ou par échantillon salivaire (dépiste la présence de bio-marqueurs des troubles potentiellement malins et des cancers de la cavité buccale). Compte-tenu de l'hétérogénéité clinique des études incluses en termes de participants recrutés, d'environnement, de prévalence de la condition recherchée, de l'application des tests d'indice et de la référence standard, ainsi que des fluctuations et de la durée du processus, les données n'ont pas pu être combinées. Pour l’examen buccal conventionnel (10 études, 25 568 participants), la prévalence dans la précision des tests de diagnostic des échantillons était comprise entre 1% et 51%. Pour les huit études avec une prévalence inférieure ou égale à 10%, la sensibilité des estimations était très variable et allait de 0,50 (intervalle de confiance (IC) à 95% de 0,07 à 0,93) à 0,99 (IC à 95% de 0,97 à 1,00) avec des estimations de spécificité uniforme autour de 0,98 (IC à 95% 0,97 à 1,00). Les estimations de sensibilité et de spécificité étaient de 0,95 (IC à 95% 0,92 à 0,97) et de 0,81 (IC à 95% 0,79 à 0,83) pour une étude avec une prévalence de 22% et de 0,97 (IC à 95% de 0,96 à 0,98) et de 0,75 (IC à 95% de 0,73 à 0,77) pour une étude avec une prévalence de 51%. Trois études ont été considérées comme présentant un faible risque de biais; deux ont été considérées comme présentant un risque de biais élevé en raison des fluctuations et de la durée du processus. Et pour cinq études, le risque global de biais a été jugé comme étant incertain en raison du manque d'informations pour apporter un jugement sur au moins un des quatre domaines d'évaluation de la qualité. L'applicabilité était de faible inquiétude dans deux études, de préoccupation élevé dans trois études en raison de la population à haut risque, et incertaine pour cinq études. Des estimations de sensibilité pour l’auto-examen de la bouche (deux études, 34 819 participants) ont été de 0,18 (IC à 95% de 0,13 à 0,24) et de 0,33 (IC à 95% de 0,10 à 0,65); la spécificité pour l’auto-examen de la bouche était de 1,00 (IC à 95% de 1,00 à 1,00) et de 0,54 (IC à 95% de 0,37 à 0,69). Une étude (7 975 participants) comparait directement l’examen buccal conventionnel avec l’examen buccal conventionnel plus le rinçage dans un essai contrôlé randomisé. Cette étude a constaté un taux de détection plus élevé du cancer de la cavité buccale dans l'examen buccal conventionnel plus le rinçage dans le groupe d’essai complémentaire.

Conclusions des auteurs

La prévalence de la condition recherchée entre et lors des tests d'indice variait considérablement. Pour l’examen buccal conventionnel, les estimations de sensibilité sur les niveaux de prévalence variaient sensiblement. Les estimations observées sur la spécificité étaient plus homogènes. Les tests d'indice à une prévalence rapportés dans la population (entre 1 et 5%) étaient plus adéquats pour évaluer correctement l'absence de troubles potentiellement malins ou de cancer de la cavité buccale chez les personnes sans maladie que pour évaluer leur présence chez les personnes malades. Classer incorrectement les personnes sans maladie comme étant atteint de la maladie auraient des implications cliniques et financières suite à une orientation inappropriée. Classer incorrectement les personnes atteintes de la maladie comme étant sans maladie signifierait que les troubles potentiellement malins ou le cancer de la cavité buccale seront uniquement diagnostiqués plus tard, lorsque la maladie sera plus sévère. Les dentistes et les professionnels des soins dentaires doivent rester vigilants vis-à-vis des signes de troubles potentiellement malins et du cancer de la cavité buccale lors des examens buccaux de routine.

Plain language summary

The detection of oral cavity cancers and potentially malignant disorders in apparently healthy adults

Cancer of the mouth is a serious condition and only half of those that develop the disease manage to survive after five years. It is commonly preceded by visible lesions, which if identified early, can be treated and could result in simpler surgery and much better outcomes. As a result, there is a need to understand how good different types of tests are at the early detection of oral cancer and the lesions that precede it. The most common method is an oral visual inspection by a clinician, but other tests include the use of a blue 'dye', illumination with a special light and self examination by the individual. The review found a lot of variety in the ability of the different tests to differentiate between healthy mouths and non-referable lesions and more serious lesions or oral cancer. Overall, visual examination by a front-line health worker proved to be the best method. Between 59% and 99% of mouth cancers were detected, although sometimes normal tissue was mistaken for oral cancer. The remaining techniques examined were not as good at detecting mouth cancer and identified less than a third of cases.

Résumé simplifié

Détection des cancers de la cavité buccale et des troubles potentiellement malins chez l'adulte en bonne santé apparente

Le cancer de la bouche est une maladie grave et seulement la moitié de ceux qui développent la maladie parviennent à survivre après cinq ans. Il est fréquemment précédé de lésions visibles qui, si identifiées de manière précoce, peuvent être traitées et pourraient entraîner une intervention chirurgicale plus simple, avec de meilleurs résultats. En conséquence, il est nécessaire de comprendre les avantages des différents types de tests lors de la détection précoce de cancer par voie buccale et des lésions qui le précède. La méthode la plus courante est une inspection visuelle de la cavité buccale par un clinicien, mais d'autres tests incluent l'utilisation d'une « teinture » bleue, une illumination avec une lumière spéciale et un auto-examen de l'individu. Cette revue a observé une grande variété de la capacité des différents tests à différencier les cavités buccales en bonne santé des lésions non-attribuables et plus graves ou du cancer de la cavité buccale. Globalement, l'examen visuel par un travailleur de la santé de première ligne s’est avéré être la meilleure méthode. Entre 59% et 99% des cancers de la bouche ont été détectés, bien que parfois les tissus normaux soient perçus comme étant un cancer de la cavité buccale. Les autres techniques examinées n’étaient pas aussi efficaces pour la détection d'un cancer de la bouche et identifiaient moins d'un tiers des cas.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2013
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé

Laički sažetak

Otkrivanje karcinoma oralne šupljine i potencijalno malignih poremećaja u naizgled zdravih osoba

Karcinom usne šupljine ozbiljno je stanje i samo polovica onih kod kojih se razvije bolest uspiju preživjeti idućih pet godina. Obično mu prethode vidljiva oštećenja (lezije), koje se, ako se rano otkriju, mogu liječiti i mogle bi rezultirati jednostavnijim kirurškim zahvatima s puno boljim ishodima. Zbog toga postoji snažna potreba za razumijevanjem prednosti različite vrste testova za rano otkrivanje karcinoma usne šupljine i lezija koje mu prethode. Najčešće korištena metoda jest kliničarev vizualni pregled usne šupljine, dok drugi testovi uključuju uporabu plavog „bojila“, osvjetljavanje posebnim svjetlom i individualni samopregled svakog pojedinca. Cochrane sustavni pregled je analizirao literaturu iz tog područja te je utvrđeno da postoji mnogo razlika u mogućnosti različitih testova da razlikuju zdrava usta i jednostavne promjene od ozbiljnijih promjena i karcinoma usne šupljine. Zbirni rezultati 13 studija uključenih u ovaj sustavni pregled, u kojima je sudjelovalo 68,362 sudionika, pokazuju da je pregled usne šupljine od strane zdravstvenog djelatnika najbolja metoda za otkrivanje karcinoma usne šupljine i promjena koje mu prethode. Otkriveno je tako između 59% i 99% svih karcinoma, iako je nekada zdravo tkivo bilo zamijenjeno za karcinom usne šupljine. Ostale tehnike nisu bile toliko učinkovite u pronalaženju karcinoma usne šupljine te su otkrile manje od jedne trećine bolesti.

Bilješke prijevoda

Cochrane Hrvatska
Prevela: Tina Poklepović Peričić
Ovaj sažetak preveden je u okviru volonterskog projekta prevođenja Cochrane sažetaka. Uključite se u projekt i pomozite nam u prevođenju brojnih preostalih Cochrane sažetaka koji su još uvijek dostupni samo na engleskom jeziku. Kontakt: cochrane_croatia@mefst.hr

Ringkasan bahasa mudah

Pengesanan kanser kaviti oral dan keadaan berpotensi malignan dalam golongan dewasa yang sihat.

Kanser mulut adalah satu keadaan serius dan hanya separuh yang mengalami penyakit tersebut dapat bertahan untuk lima tahun atau lebih.Ia sering didahului oleh lesi yang boleh dilihat, jika dikenal pasti awal, ia dapat dirawat dan mungkin melibatkan surgeri yang mudah dengan hasil yang lebih baik. Oleh itu, adalah penting untuk memahami kebaikan pelbagai ujian untuk mengesan kanser oral di peringkat awal dan lesi-lesi yang mendahuluinya. Kaedah paling lazim adalah pemerhatian visual oleh para klinikal, namun kaedah lain termasuklah penggunaan 'pewarna' biru, pencahayaan dengan cahaya khas dan pemeriksaan sendiri oleh individu. Sorotan ini mendapati pelbagai kaedah untuk membezakan antara mulut yang sihat dan lesi yang lebih serius atau kanser oral.Secara keseluruhan, pemeriksaan visual oleh petugas kesihatan barisan hadapan terbukti kaedah terbaikDi antara 59% dan 99% kanser mulut dikesan, walaupun kadangkala tisu normal di salah anggap sebagai kanser oral.Kaedah pemeriksaan lainnya tidak begitu baik untuk mengesan kanser mulut dan hanya dapat mengenalpasti kurang daripada sepertiga kes.

Catatan terjemahan

Diterjemahkan oleh Noorliza Mastura Ismail (Melaka-Manipal Medical College) Untuk sebarang pertanyaan berkaitan terjemahan ini sila hubungi noorliza.mastura@manipal.edu.my Disunting oleh Norhayati Mohd Noor (Universiti Sains Malaysia). Untuk sebarang pertanyaan berkaitan suntingan ini,sila hubungi hayatikk@usm.my