Intervention Review

You have free access to this content

Trifluoperazine versus placebo for schizophrenia

  1. Kai Koch1,*,
  2. Kamel Mansi2,
  3. Euan Haynes2,
  4. Clive E Adams2,
  5. Stephanie Sampson2,
  6. Vivek A Furtado3

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 11 JAN 2014

Assessed as up-to-date: 9 JAN 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD010226.pub2


How to Cite

Koch K, Mansi K, Haynes E, Adams CE, Sampson S, Furtado VA. Trifluoperazine versus placebo for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 1. Art. No.: CD010226. DOI: 10.1002/14651858.CD010226.pub2.

Author Information

  1. 1

    The University of Nottingham, School of Medicine, Nottingham, Nottinghamshire, UK

  2. 2

    The University of Nottingham, Cochrane Schizophrenia Group, Nottingham, UK

  3. 3

    Institute of Mental Health, Forensic Psychiatry, Nottingham, Nottinghamshire, UK

*Kai Koch, School of Medicine, The University of Nottingham, University Park, Queens Medical Centre, Nottingham, Nottinghamshire, UK. mzydkuk@nottingham.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 11 JAN 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Trifluoperazine is a long-established high potency typical antipsychotic drug used in the treatment of schizophrenia and schizophrenia-like illnesses.

Objectives

To determine absolute effects of trifluoperazine for schizophrenia and schizophrenia-like illnesses compared with placebo.

To critically appraise and summarise current evidence on the resource use, cost and economic evaluation of trifluoperazine compared with placebo for schizophrenia.

Search methods

Searches of the Cochrane Schizophrenia Group's register of trials (July 2012), supplemented with handsearching, reference searching, personal communication and contact with industry. Two review authors undertook a search for economic studies using the Cochrane Schizophrenia Group's Health Economic Database (CSzGHED) on the 9th April 2013.

Selection criteria

All available clinical randomised trials involving people with schizophrenia and schizophrenia-like illnesses that compare trifluoperazine with placebo.

Data collection and analysis

Studies for the effects of interventions were reliably selected by a review team and data were doubly independently extracted to reduce bias. We only used dichotomous data, using intention-to-treat analysis when possible. Data were estimated using risk ratio (RR) with 95% confidence intervals (CI). A 'Summary of findings' table was produced, where possible, for each primary outcome using GRADE. Economic studies were searched and reliably selected by review authors (VF and SS) to provide an economic summary of available data. Where no relevant economic studies were eligible for inclusion, the economic review team valued the already-included effectiveness outcome data to provide a rudimentary economic summary.

Main results

This review included 10 studies with a total number of 686 participants featuring in 20 different outcomes of interest. Overall, there was significant clinical improvement in clinical global state at medium term amongst people receiving trifluoperazine (3 RCTs, n = 417, RR 4.61, CI 1.54 to 13.84, low quality evidence) and significantly fewer people receiving trifluoperazine left the studies early due to relapse or worsening at medium term (2 RCTs, n = 381, RR 0.34, CI 0.23 to 0.49, low quality evidence). However, results were equivocal for leaving the study early at medium term for any reason (2 RCTs, n = 391, RR 0.80, CI 0.17 to 3.81, very low quality evidence) and due to severe adverse effects (2 RCTs, n = 391, RR 1.54, CI 0.56 to 4.24, very low quality evidence). Equivocal data were also found for intensified symptoms at medium term (2 RCTs, n = 80, RR 1.05, CI 0.54 to 2.05, very low quality evidence) and rates of agitation or distress again at medium term (1 RCT, n = 52, RR 2.00, CI 0.19 to 20.72, very low quality evidence). Comparison between low and high-dose trifluoperazine with placebo from a single study provided equivocal evidence of effects. For economic outcomes, we valued outcomes in GBP terms and presented them in additional tables; there was an estimated saving of £3488.3 in favour of trifluoperazine. However, numerous assumptions were made and these savings need to be interpreted in light of those assumptions.

Authors' conclusions

Our results agree with existing evidence that compared to placebo, trifluoperazine is an effective antipsychotic for people with schizophrenia. Furthermore, our review provides supportive evidence that trifluoperazine increases the risk of extrapyramidal adverse effects. Although the effect sizes against placebo are similar to those observed with other agents, they are based on data from many small, pre-CONSORT trials with generally either a low or very low GRADE evidence that has limited implication for clinical practice. Large, independent trials are needed that adhere to the CONSORT statement to compare trifluoperazine with placebo used in the treatment of schizophrenia and schizophrenia-like illnesses.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Trifluoperazine versus placebo for schizophrenia

Trifluoperazine (trade name Stelazine) is a long-established antipsychotic drug that has been used since the 1950s to treat schizophrenia. It is one of the first generation (typical) drugs that have proven very effective for treating the ‘positive symptoms’ of schizophrenia, such as hearing voices, seeing things and having strange beliefs. These drugs may cause side effects such as involuntary shaking, restlessness and movement disorders such as having a strange posture.

There are also more modern drugs (second generation and atypical antipsychotic drugs). These are effective with the ‘positive symptoms’ of mental illness but also help treat ‘negative symptoms’ such as apathy, weight gain and loss of emotion in people with schizophrenia. These more modern drugs are much more expensive.

This review is based on a search for trials carried out in July 2012, and includes 10 studies with 686 participants. The aim was to determine the effects of trifluoperazine for schizophrenia when compared with placebo (a ‘dummy’ treatment). As expected, people given trifluoperazine showed a significant improvement compared to placebo in both the short and medium term, reinforcing the use of this well-established typical antipsychotic for people with schizophrenia. However, trifluoperazine can cause side effects such as confusion, agitation, having a dry mouth and blurred vision, but causes less sedation and dizzy spells, so is generally well tolerated by people with schizophrenia.

The authors of the review conclude that trifluoperazine has similar effectiveness to other common antipsychotic drugs, although it may cause more side effects. Evidence used in the review was also graded as low or very low quality. In the light of this, use of other antipsychotic drugs should be considered before starting on trifluoperazine. Most of the included studies were conducted roughly 40 years ago so new, large, comprehensive and independent research trials are needed.

This plain language summary has been written by a consumer Ben Gray from RETHINK.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

La trifluopérazine par rapport à un placebo dans la schizophrénie

Contexte

La trifluopérazine est un médicament antipsychotique, typique, de haute puissance, établi depuis longtemps et utilisé dans le traitement de la schizophrénie et de troubles schizophréniformes.

Objectifs

Déterminer les effets absolus de la trifluopérazine dans la schizophrénie et les troubles schizophréniformes par rapport à un placebo.

Évaluer de manière critique et résumer les preuves actuelles sur l'utilisation des ressources, le coût et l'évaluation économique de la trifluopérazine par rapport à un placebo dans la schizophrénie.

Stratégie de recherche documentaire

Recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie (juillet 2012), complétées par une recherche manuelle, des recherches de références, des communications personnelles et des contacts avec l'industrie. Deux auteurs de la revue ont entrepris une recherche d'études économiques en utilisant la base de données en économie de la santé du groupe Cochrane sur la schizophrénie le 9 avril 2013.

Critères de sélection

Tous les essais cliniques randomisés portant sur des patients atteints de schizophrénie et de troubles schizophréniformes qui comparent la trifluopérazine à un placebo.

Recueil et analyse des données

Les études pour les effets des interventions ont été sélectionnées de manière fiable par une équipe de la revue et les données ont été indépendamment extraites pour réduire les biais. Nous avons uniquement utilisé les données dichotomiques, à l'aide d'une analyse en intention de traiter lorsque cela était possible. Les données ont été estimées à l'aide du risque relatif (RR) avec un intervalle de confiance (IC) à 95%. Lorsque cela était possible, un tableau de « résumé des résultats » a été produit pour chaque critère de jugement principal en utilisant le système GRADE. Les études économiques ont été consultées et sélectionnées de manière fiable par les auteurs de la revue (VF et SS) afin de fournir un résumé économique des données disponibles. Lorsqu'aucune des études économiques n'était éligible pour l'inclusion, l'équipe de revue économique évaluait l'efficacité des données de résultat déjà incluses pour fournir un résumé économique rudimentaire.

Résultats Principaux

Cette revue a inclut 10 études avec un nombre total de 686 participants sur 20 différents critères de jugement d'intérêt. Globalement, il y avait une amélioration cliniquement significative dans l'état clinique global à moyen terme chez les personnes recevant de la trifluopérazine (3 ECR, n = 417, RR 4,61, IC entre 1,54 et 13,84, preuves de faible qualité) et un nombre significativement inférieur de personnes recevant de la trifluopérazine abandonnaient les études prématurément en raison d'une rechute ou d'une aggravation à moyen terme (2 ECR, n = 381, RR 0,34, IC entre 0,23 et 0,49, preuves de faible qualité). Cependant, les résultats étaient équivoques concernant l'abandon précoce de l'étude à moyen terme pour toutes raisons confondues (2 ECR, n = 391, RR 0,80, IC entre 0,17 et 3,81, preuves de très faible qualité) et en raison de graves effets indésirables (2 ECR, n = 391, RR 1,54, IC entre 0,56 et 4,24, preuves de très faible qualité). Des données équivoques ont également été constatées pour les symptômes intensifiés à moyen terme (2 ECR, n = 80, RR 1,05, IC entre 0,54 et 2,05, preuves de très faible qualité), ainsi que pour les taux d'agitation ou de détresse à moyen terme (1 ECR, n = 52, RR 2,00, IC entre 0,19 et 20,72, preuves de très faible qualité). La comparaison entre des doses faibles et élevées de trifluopérazine par rapport à un placebo, provenant d'une seule étude, a fourni des preuves équivoques des effets. Pour les résultats économiques, nous avons pris en compte les critères de jugement en termes de GBP et les avons présenté dans des tableaux supplémentaires; il y avait un gain estimé de £3 488.3 en faveur de la trifluopérazine. Cependant, de nombreuses hypothèses ont été apportées et ces économies doivent être interprétées en tenant compte de ces hypothèses.

Conclusions des auteurs

Nos résultats s'accordent avec les preuves existantes sur le fait que, par rapport à un placebo, la trifluopérazine est un antipsychotique efficace chez les personnes atteintes de schizophrénie. En outre, notre revue fournit des preuves montrant que la trifluopérazine augmente le risque d'effets indésirables extrapyramidaux. Bien que les quantités d'effets par rapport à un placebo soient similaires à ceux observés avec d'autres agents, elles sont basées sur les données provenant de nombreux essais pré-CONSORT de petite taille, présentant généralement une preuve GRADE faible ou très faible qui a une implication limitée de preuves pour la pratique clinique. Des essais à grande échelle et indépendants, qui adhérent à la déclaration CONSORT, sont nécessaires pour comparer la trifluopérazine utilisée dans le traitement de la schizophrénie et des troubles schizophréniformes par rapport à un placebo.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

La trifluopérazine par rapport à un placebo dans la schizophrénie

La trifluopérazine par rapport à un placebo dans la schizophrénie

La trifluopérazine (sous le nom de Stelazine) est un médicament antipsychotique qui est utilisé depuis les années 1950 pour traiter la schizophrénie. Il est l'un des médicaments de première génération (typique) qui se soit avéré très efficace pour traiter les « symptômes positifs » de la schizophrénie, tels que le fait d'entendre des voix, voir des choses et croire à d'étranges croyances. Ces médicaments peuvent provoquer des effets secondaires tels que des tremblements, une agitation involontaire et des troubles du mouvement comme une posture étrange.

Il existe également des médicaments plus modernes (médicaments antipsychotiques de deuxième génération et atypiques). Ils sont efficaces pour traiter les « symptômes positifs » de la maladie mentale, mais permettent également de traiter les « symptômes négatifs », tels que l'apathie, la prise de poids et la perte d'émotion chez les personnes atteintes de schizophrénie. Ces médicaments plus modernes sont beaucoup plus onéreux.

Cette revue est basée sur une recherche d'essais réalisée en juillet 2012 et inclut 10 études avec 686 participants. L'objectif était de déterminer les effets de la trifluopérazine dans la schizophrénie par rapport à un placebo (un traitement «factice»). Comme prévu, les patients recevant de la trifluopérazine ont montré une amélioration significative par rapport à un placebo à court et à moyen terme, prônant l'utilisation de cet antipsychotique typique et bien établi chez les personnes atteintes de schizophrénie. Cependant, la trifluopérazine peut provoquer des effets secondaires, tels qu'une confusion, de l'agitation, une sensation de bouche sèche et une vision floue, mais elle entraîne moins de sédation et moins de vertiges, de sorte qu'elle est généralement bien tolérée par les personnes atteintes de schizophrénie.

Les auteurs de la revue ont conclu que la trifluopérazine a une efficacité similaire à d'autres médicaments antipsychotiques courants, bien qu'elle puisse entraîner davantage d'effets secondaires. Les preuves utilisées dans la revue étaient également de faible ou très faible qualité. Dans cette perspective, l'utilisation d'autres médicaments antipsychotiques devrait être prise en compte avant de commencer la trifluopérazine. La plupart des études incluses ont été réalisés il y a à peu près 40 ans, de sorte que de nouvelles recherches d'essais exhaustives, à grande échelle, et indépendantes, sont nécessaires.

Ce résumé en langage simplifié a été rédigé par Ben Gray, consommateur de RETHINK.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 15th June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé