Intervention Review

Mycophenolate mofetil for relapsing-remitting multiple sclerosis

  1. Yousheng Xiao1,
  2. Jianyi Huang1,
  3. Hongye Luo2,
  4. Jin Wang1,*

Editorial Group: Cochrane Multiple Sclerosis and Rare Diseases of the Central Nervous System Group

Published Online: 7 FEB 2014

Assessed as up-to-date: 20 JAN 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD010242.pub2

How to Cite

Xiao Y, Huang J, Luo H, Wang J. Mycophenolate mofetil for relapsing-remitting multiple sclerosis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 2. Art. No.: CD010242. DOI: 10.1002/14651858.CD010242.pub2.

Author Information

  1. 1

    The First Affiliated Hospital, Guangxi Medical University, Department of Neurology, Nanning, Guangxi, China

  2. 2

    Guangxi Medical University, Department of Epidemiology & Statistics, Nanning, Guangxi, China

*Jin Wang, Department of Neurology, The First Affiliated Hospital, Guangxi Medical University, No. 22, Shuang Yong Lu, Nanning, Guangxi, 530021, China. wangjin72@126.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 7 FEB 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Multiple sclerosis (MS) is an immune-mediated disease of the central nervous system and a leading cause of disability in young and middle-aged adults. Mycophenolate mofetil (MMF) is an immunosuppressive agent that has been used for the prevention of allograft rejection after renal, cardiac, or liver transplant and in patients with autoimmune diseases such as active relapsing-remitting (RRMS) and progressive MS.

Objectives

To assess the efficacy and safety of MMF for preventing disease activity in patients with RRMS.

Search methods

We searched the Cochrane Multiple Sclerosis and Rare Diseases of the Central Nervous System Group Specialised Register (January 14, 2013). We searched three Chinese databases (January 2013) and checked reference lists of identified trials. We contacted authors and pharmaceutical companies to ask for additional information. We applied no language restrictions.

Selection criteria

We included randomized controlled trials with a follow-up of at least 12 months that compared MMF as monotherapy or in combination with other treatments versus placebo, another drug, or the same cointervention as the treated group.

Data collection and analysis

Two review authors independently selected the trials for inclusion, assessed trial quality, and extracted data.

Main results

One included study involving 26 participants with new-onset RRMS investigated the efficacy and safety of MMF (13 participants) versus placebo in interferon β-1a–treated participants. It was assessed to be at high risk of bias, and had a small numbers of participants receiving treatment with short-term duration. There was inadequate information provided by the study to determine the effect of MMF in reducing relapses, preventing disability progression, or developing new T2- or new gadolinium (Gd)-enhanced lesions on magnetic resonance imaging (MRI) after a 12-month follow-up period. No data were available at 24 months. No serious adverse effects were reported. All participants in the MMF-treated group suffered from gastrointestinal upset, but none of them discontinued therapy as a result.

Authors' conclusions

The evidence we found from one small study was insufficient to determine the effects of MMF as an add-on therapy for interferon β-1a in new-onset RRMS participants.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Mycophenolate mofetil for relapsing-remitting multiple sclerosis

Multiple sclerosis (MS) is an immune-mediated disease of the central nervous system. Preliminary data show that mycophenolate mofetil (MMF), an immunosuppressive agent, might be beneficial for MS patients. The authors of this review evaluated the efficacy and safety of MMF in patients with relapsing-remitting MS. Only one small study met the inclusion criteria, and it compared MMF versus placebo in 26 interferon β-1a–treated patients. The results showed no evidence favoring MMF in reducing relapses or preventing disability progression after a 12-month follow-up period. No data were available at 24 months. All patients receiving MMF suffered from gastrointestinal upset, and one had a transient diarrhea, but no serious adverse effects were reported.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Le mycophénolate mofétil pour la sclérose en plaques récurrente-rémittente

Contexte

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune du système nerveux central et une cause majeure d'invalidité chez les adultes jeunes et d'âge mûr. Le mycophénolate mofétil (MMF) est un agent immunosuppresseur qui a été utilisé pour prévenir le rejet de l'allogreffe rénale, cardiaque ou hépatique, et chez les patients atteints de maladies auto-immunes telles que la SEP récurrente-rémittente (SEP-RR) active et la SEP progressive.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité du MMF pour la prévention de l'activité de la maladie chez les patients atteints de SEP-RR.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la sclérose en plaques et les maladies rares du système nerveux central (le 14 janvier 2013). Nous avons effectué des recherches dans trois bases de données chinoises (en janvier 2013) et examiné les références bibliographiques des essais identifiés. Nous avons contacté les auteurs et sociétés pharmaceutiques concernés pour obtenir des informations supplémentaires. Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés avec un suivi d'au moins 12 mois qui comparaient le MMF en monothérapie ou en association avec d'autres traitements par rapport à un placebo, un autre médicament, ou la même co-intervention que le groupe traité.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les essais à inclure, évalué la qualité des essais et extrait les données.

Résultats Principaux

Une étude incluse, portant sur 26 participants atteints de SEP-RR nouvellement diagnostiquée, examinait l'efficacité et l'innocuité du MMF (13 participants) par rapport à un placebo chez des patients traités par l'interféron β-1a. Elle a été évaluée comme étant à risque élevé de biais, et avait un petit nombre de participants ayant reçu un traitement de courte durée. Les informations fournies par l'étude étaient insuffisantes pour déterminer l'effet du MMF dans la réduction des rechutes, la prévention de la progression de l'invalidité, ou le développement de nouvelles lésions en T2 ou rehaussées par gadolinium (Gd) sur l'imagerie par résonance magnétique (IRM) après une période de suivi de 12 mois. Aucune donnée n'était disponible à 24 mois. Aucun effet indésirable grave n'a été rapporté. Tous les participants dans le groupe traité par le MMF ont souffert de troubles gastro-intestinaux, mais aucun d'entre eux n'a arrêté le traitement en conséquence.

Conclusions des auteurs

Les preuves issues d'une étude de petite taille sont insuffisantes pour déterminer les effets du MMF en traitement complémentaire à l'interféron β-1a chez les participants atteints de SEP-RR nouvellement diagnostiquée.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Le mycophénolate mofétil pour la sclérose en plaques récurrente-rémittente

Le mycophénolate mofétil pour la sclérose en plaques récurrente-rémittente

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune du système nerveux central. Les données préliminaires montrent que le mycophénolate mofétil (MMF), un agent immunosuppresseur, pourrait être bénéfique pour les patients atteints de SEP. Les auteurs de cette revue ont évalué l'efficacité et l'innocuité du MMF chez les patients atteints de SEP récurrente-rémittente. Une seule petite étude répondait aux critères d'inclusion, et il comparait le MMF par rapport à un placebo chez 26 patients traités par l'interféron β-1a. Les résultats n'ont montré aucune preuve en faveur du MMF dans la réduction des rechutes ou dans la prévention de la progression de l'invalidité après une période de suivi de 12 mois. Aucune donnée n'était disponible à 24 mois. Tous les patients recevant le MMF ont souffert de troubles gastro-intestinaux, dont un de diarrhée transitoire, mais aucun effet indésirable grave n'a été rapporté.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 15th June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé