Resection versus other treatments for locally advanced pancreatic cancer

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Pancreatic cancer is an aggressive cancer. Resection of the cancer is the only treatment with the potential to achieve long-term survival. However, a third of patients with pancreatic cancer have locally advanced cancer involving adjacent structures such as blood vessels which are not usually removed because of fear of increased complications after surgery. Such patients often receive palliative treatment. Resection of the pancreas along with the involved vessels is an alternative to palliative treatment for patients with locally advanced pancreatic cancer.

Objectives

To compare the benefits and harms of surgical resection versus palliative treatment in patients with locally advanced pancreatic cancer.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2013, Issue 12), MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded, and trial registers until February 2014.

Selection criteria

We included randomised controlled trials comparing pancreatic resection versus palliative treatments for patients with locally advanced pancreatic cancer (irrespective of language or publication status).

Data collection and analysis

Two authors independently assessed trials for inclusion and independently extracted the data. We analysed the data with both the fixed-effect and random-effects models using Review Manager (RevMan). We calculated the hazard ratio (HR), risk ratio (RR) or mean difference (MD) with 95% confidence intervals (CI) based on an intention-to-treat analysis.

Main results

We identified two trials comparing pancreatic resection versus other treatments for patients with locally advanced pancreatic cancer. Ninety eight patients were randomised to pancreatic resection (n = 47) or palliative treatment (n = 51) in the two trials included in this review. Both trials were at high risk of bias. Both trials included patients who had locally advanced pancreatic cancer which involved the serosa anteriorly or retroperitoneum posteriorly or involved the blood vessels. Such pancreatic cancers would be considered generally unresectable. One trial included patients with pancreatic cancer in different locations of the pancreas including the head, neck and body (n = 42). The patients allocated to the pancreatic resection group underwent partial pancreatic resection (pancreatoduodenectomy with lymph node clearance or distal pancreatic resection with lymph node clearance) in this trial; the control group received palliative treatment with chemoradiotherapy. In the other trial, only patients with cancer in the head or neck of the pancreas were included (n = 56). The patients allocated to the pancreatic resection group underwent en bloc total pancreatectomy with splenectomy and vascular reconstruction in this trial; the control group underwent palliative bypass surgery with chemoimmunotherapy. The pancreatic resection group had lower mortality than the palliative treatment group (HR 0.38; 95% CI 0.25 to 0.58, very low quality evidence). Both trials followed the survivors up to at least five years. There were no survivors at two years in the palliative treatment group in either trial. Approximately 40% of the patients who underwent pancreatic resection were alive in the pancreatic resection group at the end of three years. This difference in survival was statistically significant (RR 22.68; 95% CI 3.15 to 163.22). The difference persisted at five years of follow-up (RR 8.65; 95% CI 1.12 to 66.89). Neither trial reported severe adverse events but it is likely that a significant proportion of patients suffered from severe adverse events in both groups. The overall peri-operative mortality in the resection group in the two trials was 2.5%. None of the trials reported quality of life. The estimated difference in the length of total hospital stay (which included all admissions of the patient related to the treatment) between the two groups was imprecise (MD -23.00 days; 95% CI -59.05 to 13.05, very low quality evidence). The total treatment costs were significantly lower in the pancreatic resection group than the palliative treatment group (MD -10.70 thousand USD; 95% CI -14.11 to -7.29, very low quality evidence).

Authors' conclusions

There is very low quality evidence that pancreatic resection increases survival and decreases costs compared to palliative treatments for selected patients with locally advanced pancreatic cancer and venous involvement. When sufficient expertise is available, pancreatic resection could be considered for selected patients with locally advanced pancreatic cancer who are willing to accept the potentially increased morbidity associated with the procedure. Further randomised controlled trials are necessary to increase confidence in the estimate of effect and to assess the quality of life of patients and the cost-effectiveness of pancreatic resection versus palliative treatment for locally advanced pancreatic cancer.

Résumé scientifique

Résection versus autres traitements pour le cancer du pancréas localement avancé

Contexte

Le cancer du pancréas est un cancer agressif. La résection du cancer est le seul traitement avec un potentiel de survie à long terme. Cependant, un tiers des patients atteints de cancer du pancréas ont un cancer localement avancé portant sur des structures adjacentes telles que des vaisseaux sanguins qui ne sont pas généralement retirés par crainte de complications accrues après la chirurgie. Ces patients reçoivent souvent un traitement palliatif. La résection du pancréas et des vaisseaux sanguins impliqués est une alternative au traitement palliatif pour les patients atteints de cancer du pancréas localement avancé.

Objectifs

Comparer les bénéfices et les inconvénients de la résection chirurgicale par rapport à un traitement palliatif chez les patients atteints de cancer du pancréas localement avancé.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 12), MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index Expanded et des registres d'essais jusqu'à février 2014.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés comparant la résection pancréatique aux traitements palliatifs pour les patients atteints de cancer du pancréas localement avancé (indépendamment de la langue ou du statut de publication).

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment évalué les essais pour inclusion et extrait les données. Nous avons analysé les données avec les modèles à effets fixes et à effets aléatoires à l'aide de Review Manager (RevMan). Nous avons calculé le rapport des risques instantanés (hazard ratio ou HR), le risque relatif (RR) ou la différence moyenne (DM) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % sur la base d'une analyse en intention de traiter.

Résultats principaux

Nous avons identifié deux essais comparant une résection pancréatique par rapport à d'autres traitements pour les patients atteints de cancer du pancréas localement avancé. Quatre-vingt dix huit patients étaient randomisés pour une résection pancréatique (n = 47) ou un traitement palliatif (n = 51) dans les deux essais inclus dans cette revue. Tous les deux étaient à risque élevé de biais. Les deux essais incluaient des patients ayant un cancer du pancréas localement avancé impliquant la sereuse sur le plan antérieur ou le rétropéritoine sur le plan postérieur, ou impliquant les vaisseaux sanguins. De tels cancers du pancréas sont généralement considérés comme étant non résécables. Un essai incluait des patients atteints d'un cancer dans différents endroits du pancréas, y compris la tête, le col et le corps du pancréas (n = 42). Dans cet essai, les patients assignés au groupe de résection pancréatique ont subi une résection pancréatique partielle (duodénopancréatectomie céphalique ou pancréatectomie gauche avec curage ganglionnaire) ; le groupe témoin recevait un traitement palliatif avec la chimioradiothérapie. L'autre essai incluait seulement des patients atteints de cancer dans la tête ou le col du pancréas (n = 56). Dans cet essai, les patients assignés au groupe de résection pancréatique ont subi une splénopancréatectomie totale en bloc avec reconstruction vasculaire ; le groupe témoin a subi un pontage chrirugical palliatif avec chimio-immunothérapie. Le groupe de résection pancréatique présentait une mortalité plus faible que le groupe de traitement palliatif (HR 0,38 ; IC à 95 % 0,25 à 0,58, preuves de très faible qualité). Les deux essais ont suivi les survivants pendant au moins cinq ans. Il n'y avait aucun survivant à deux ans dans le groupe de traitement palliatif dans aucun des deux essais. Environ 40 % des patients ayant subi une résection pancréatique étaient en vie dans le groupe de résection pancréatique après trois ans. Cette différence de survie était statistiquement significative (RR 22,68 ; IC à 95 % 3,15 à 163,22). La différence persistait au bout de cinq ans de suivi (RR 8,65 ; IC à 95 % 1,12 à 66,89). Aucun des essais ne rapportait d'événements indésirables graves, mais il est probable qu'une proportion significative des patients en auront souffert dans les deux groupes. Dans l'ensemble, la mortalité péri-opératoire dans le groupe de résection dans les deux essais était de 2,5 %. Aucun des essais n'a rapporté la qualité de vie. La différence estimée dans la durée totale du séjour à l'hôpital (qui incluait toutes les admissions du patient relatives au traitement) entre les deux groupes était imprécise (DM -23,00 jours ; IC à 95 % -59,05 à 13,05, preuves de très faible qualité). Le coût total du traitement était significativement plus bas dans le groupe de résection pancréatique que le groupe de traitement palliatif (DM -10,70 mille USD ; IC à 95 % -14,11 à -7,29, preuves de très faible qualité).

Conclusions des auteurs

Il existe des preuves de très faible qualité indiquant que la résection pancréatique augmente la survie et diminue les coûts par rapport aux traitements palliatifs pour les patients sélectionnés atteints de cancer du pancréas localement avancé avec implication veineuse. En disposant d'une expertise suffisante, la résection pancréatique pourrait être considérée pour les patients sélectionnés atteints de cancer du pancréas localement avancé qui sont prêts à accepter l'augmentation potentielle de la morbidité associée à cette procédure. D'autres essais contrôlés randomisés sont nécessaires pour augmenter la confiance dans l'estimation de l'effet et pour évaluer la qualité de vie des patients et le rapport coût-efficacité de la résection pancréatique par rapport à un traitement palliatif pour le cancer du pancréas localement avancé.

摘要

切除對比其他治療對於局部末期胰腺癌

背景

胰腺癌是侵略性的癌症。癌症的切除是唯一的治療方法,以達到潛在的長期存活率。然而,三分之一的胰腺癌患者都是晚期併有擴散到鄰近組織如血管,因為害怕手術的併發症的增加,所以通常都無法切除。此類患者常接受姑息治療。胰臟併附近擴散血管的切除,對於局部末期胰腺癌,是一替代姑息的治療方式。

目的

為了治療局部晚期胰腺癌比較效益和手術切除與姑息治療的危害。

搜尋策略

我們搜尋Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL(The Cochrane Library 2013年,第12期),MEDLINE、EMBASE、Science Citation Index Expanded、trial registers直到2014年2月。

選擇標準

我們對局部末期胰腺癌,採隨機對照試驗(randomised controlled trials)比較胰腺切除術與緩和治療二種治療方式。(和語言或出版物立場無關)。

資料收集與分析

兩位作者獨立的評估,其試驗所涵括及和獨立提取的數據。我們固定效果和隨機效果模型分析數據,並用Review Manager (RevMan)。我們計算危險比(hazard ratio)、風險比(risk ratio)、平均差(mean difference)的95%置信區間(confidence intervals)在意向性治療分析上。

主要結果

我們確定了比較胰腺切除術與其他治療局部末期胰腺癌的兩個試驗。90位病患被隨機分配到胰腺切除術(N = 47)或緩和治療(N = 51)的二個試驗當中。這兩個試驗是在高風險偏差。這兩個試驗包括罹患局部末期胰腺癌病患,併有擴散到前漿膜、後腹膜後或血管。這樣的胰腺癌會被認為是一般不可切除。其中一個試驗含有發生在不同位置的胰臟癌,包括在胰臟的頭部,頸部和本體部位(N = 42)。 患者被分配在接受部分胰腺切除術的組別(胰十二指腸切除併淋巴結清除或胰體尾切除併淋巴結清除),在這次試驗中,對照組接受姑息治療與放化療。在其他的試驗中,僅包含癌症發生在胰臟的頭部或是頸部的患者(n=56)。這些病人被分配到在這一個試驗中的全胰脾切除和血管重建的組別,在這次試驗中,對照組接受與緩和療法的化學免疫療法的搭橋手術。胰腺切除術組的死亡率相較於緩和治療組較低(危險比 0.38; 95%信賴區間為0.25〜0.58,低品質的證據)。這兩個試驗的參與者生存期至少五年。目前還沒有參加緩和療法的參與者存活超過2年。大約有40%的接受胰腺切除術病人在胰腺切除組中存活三年。 生存的差異在統計學上有顯著的差異(危險比 22.68; 95%信賴區間為3.15至163.22)。不同的是在五年的持續追蹤(危險值 8.65; 95%信賴區間為1.12至66.89)。沒有嚴重的副作用被報導出來,但在二組中,患者都有一定比例的被嚴重副作用所困惱。 整體而言,手術期間的總死亡率在兩次試驗中的切除組為2.5%。 沒有一項試驗是有關生活品質的報告。兩組在總住院天數(涵括和所有和治療相關的住院)二組之間的差異是不準確的(MD -23.00天; 95%CI為-59.05至13.05,低品質的證據)。總的治療費用是胰腺切除術組顯著低於姑息治療組(平均差 -10.70萬美元; 95%信賴區間為-14.11至-7.29,非常低品質的證據)。

作者結論

有非常低品質的證據顯示,和緩和療法相比較,胰腺切除術將增加生存和降低成本,對於局部末期胰腺癌併有擴散到靜脈的病患。當有足夠的專業知識,對於有意願接受有增加潛在和手術相關聯發病率的局部末期胰腺癌病患,胰腺切除術是可以列入選擇的治療。對於局部末期胰臟癌的研究,是需要再進一步的採用隨機對照試驗研究,進而增加效果估計的可信賴度、加以評估患者的生活品質和針對胰腺切除與緩和治療相比較的成本效益。

譯註

翻譯者:臺北醫學大學考科藍臺灣研究中心(Cochrane Taiwan)

本翻譯計畫由臺北醫學大學考科藍臺灣研究中心(Cochrane Taiwan)、台灣實證醫學學會及東亞考科藍聯盟(EACA)統籌執行
聯絡E-mail:cochranetaiwan@tmu.edu.tw

Plain language summary

Surgical removal of part of the pancreas and other tissues versus other treatments for patients with pancreatic cancer which invades the surrounding structures

Background

The pancreas is an organ in the abdomen which secretes digestive juices for the digestion of food. It also harbours the insulin secreting cells which maintain the blood sugar levels. Pancreatic cancer is an aggressive cancer. Surgery to remove the cancer improves survival. However, a third of patients with pancreatic cancer have locally advanced cancer involving major blood vessels which are not usually removed because of the fear of increased complications after surgery. Such patients receive palliative treatment. Resection (removing part of an organ) of the pancreas has been suggested as an alternative to palliative treatment for patients with locally advanced pancreatic cancer. However, in this group of patients the benefits and harms of surgical resection versus other treatments are not clear. We set out to answer this question by performing a thorough search of the literature for studies which compared surgical removal with palliative treatments. We included only randomised controlled trials, studies which, if designed appropriately, can help avoid arriving at wrong conclusions. We searched the literature for all studies reported until December 2013. Two authors independently assessed the trials for inclusion and independently extracted data to minimise errors.

Characteristics of studies

We identified two trials comparing surgical removal of the pancreas versus other treatments for patients with locally advanced pancreatic cancer. Ninety eight patients were included in these two trials. Forty seven patients received surgery while the remaining patients received palliative treatment. The choice of who received surgery and who received other treatments was decided by a method similar to the toss of a fair coin.

Main results

Approximately 97% of patients who underwent cancer removal surgery survived the surgery in the two trials. The patients who received surgery were twice as likely to live as those who received other treatments. The survivors were followed until at least five years. There were no survivors at two years in the palliative treatment group while approximately 40% of the patients who underwent surgical removal were alive at the end of three years. This difference in survival was statistically significant. The studies did not report the complications related to surgery although it is likely that a significant proportion of patients suffered from complications in both groups. None of the trials reported quality of life. There was no evidence of any difference in the length of total hospital stay (which included all admissions of a patient related to the treatment) between the two groups. The total treatment costs were significantly lower in the surgical removal group (by about USD 10,000) than in the palliative treatment group in the trial conducted in Japan. There was no information about the costs in the other trial, which was conducted in Greece.

Quality of evidence

Overall, the trials were at high risk of bias (that is, there is a potential to arrive at wrong conclusions). This was because it was not clear how the randomisation was performed, whether the people assessing the outcomes were aware of the group to which the participants belonged, and whether all participants were included in the analysis. The overall quality of evidence was very low as the trials were at high risk of bias and there were few trials to assess whether only studies with negative results were published.

Conclusions

There is very low quality evidence that surgical resection increases survival and decreases costs compared to palliative treatments for patients with locally advanced pancreatic cancer with involvement of veins. In selected patients pancreatic resection could be considered for patients with locally advanced pancreatic cancer who are willing to accept the potentially increased complications associated with the surgical procedure and when sufficient expertise is available.

Future research

Further randomised controlled trials are necessary to obtain more precise results and to assess the quality of life of patients and the value for money of surgical removal versus other treatments for locally advanced pancreatic cancer.

Résumé simplifié

L'ablation chirurgicale d'une partie du pancréas et d'autres tissus par rapport à d'autres traitements pour les patients atteints d'un cancer du pancréas envahissant les structures environnantes

Contexte

Le pancréas est un organe dans l'abdomen qui secrète des fluides pour la digestion des aliments. Il contient également les cellules produisant l'insuline qui maintiennent les niveaux de glycémie. Le cancer du pancréas est un cancer agressif. La chirurgie pour retirer le cancer améliore la survie. Cependant, un tiers des patients atteints d'un cancer du pancréas ont un cancer localement avancé portant sur des vaisseaux sanguins majeurs qui ne sont pas généralement retirés par crainte de l'augmentation des complications après la chirurgie. Ces patients reçoivent un traitement palliatif. La résection (ablation d'une partie d'un organe) du pancréas a été proposée comme une alternative au traitement palliatif pour les patients atteints de cancer du pancréas localement avancé. Cependant, dans ce groupe de patients les avantages et les inconvénients de la résection chirurgicale par rapport à d'autres traitements ne sont pas clairs. Nous avons cherché à répondre à cette question par une recherche exhaustive de la littérature pour trouver des études comparant l'ablation chirurgicale avec des traitements palliatifs. Nous avons inclus uniquement les essais contrôlés randomisés - des études qui, si elles sont conçues de façon appropriée, peuvent aider à éviter d'arriver à de mauvaises conclusions. Nous avons cherché parmi la littérature toutes les études signalées jusqu'en décembre 2013. Deux auteurs ont indépendamment évalué les essais pour inclusion et extrait les données pour minimiser les erreurs.

Caractéristiques des études

Nous avons identifié deux essais comparant l'ablation chirurgicale du pancréas par rapport à d'autres traitements pour les patients atteints de cancer du pancréas localement avancé. Quatre-vingt-dix-huit patients ont été inclus dans ces deux essais. Quarante-sept patients ont reçu la chirurgie, tandis que les autres patients ont reçu un traitement palliatif. Le choix des patients recevant la chirurgie ou un autre traitement a été décidé par une méthode similaire au pile ou face.

Principaux résultats

Environ 97 % des patients ayant subi l'ablation chirurgicale du cancer ont survécu à la chirurgie dans les deux essais. Les patients ayant reçu une intervention chirurgicale ont eu deux fois plus de chances de vivre que ceux qui avaient reçu un autre traitement. Les survivants ont été suivis pendant cinq ans au moins. Il n'y avait aucun survivant à deux ans dans le groupe de traitement palliatif alors qu'environ 40 % des patients ayant subi une ablation chirurgicale étaient en vie après trois ans. Cette différence de survie était statistiquement significative. Les études ne rapportaient pas les complications liées à la chirurgie bien qu'il soit probable qu'une proportion significative des patients aient souffert de complications dans les deux groupes. Aucun des essais n'a rapporté la qualité de vie. Il n'y avait aucune preuve de différence dans la durée totale du séjour à l'hôpital (qui incluait toutes les admissions du patient relatives au traitement) entre les deux groupes. Le coût total du traitement était significativement plus bas dans le groupe d'ablation chirurgicale (d'environ 10 000 USD) que dans le groupe de traitement palliatif dans l'essai réalisé au Japon. Il n'y avait aucune information concernant les coûts dans l'autre essai, qui a été réalisé en Grèce.

Qualité des preuves

Dans l'ensemble, les essais étaient à risque élevé de biais (ce qui signifie qu'il est possible d'arriver à de mauvaises conclusions). Cela était dû au fait qu'il n'était pas clair comment la randomisation avait été réalisée, si les personnes évaluant les critères de jugement avaient connaissance du groupe auquel appartenaient les participants, et si tous les participants ont été inclus dans l'analyse. La qualité globale des preuves était très faible, car les essais étaient à risque élevé de biais et il y avait peu d'essais pour évaluer si seules les études présentant des résultats négatifs ont été publiés.

Conclusions

Il existe des preuves de très faible qualité indiquant que la résection chirurgicale augmente la survie et diminue les coûts par rapport aux traitements palliatifs pour les patients atteints de cancer du pancréas localement avancé impliquant des veines. Chez des patients sélectionnés, la résection pancréatique pourrait être considérée pour les patients atteints de cancer du pancréas localement avancé qui sont prêts à accepter la possibilité de complications accrues associées à la procédure chirurgicale et en disposant d'une expertise suffisante.

Recherches futures

D'autres essais contrôlés randomisés sont nécessaires afin d'obtenir des résultats plus précis et pour évaluer la qualité de vie des patients et le rapport coût-bénéfice de l'ablation chirurgicale par rapport à d'autres traitements pour le cancer du pancréas localement avancé.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 15th June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé

淺顯易懂的口語結論

手術切除部分的胰臟與在其他組織的癌細胞對比於其他的對於有周邊結構有侵略性的胰臟癌治療方式

背景

胰臟是一分泌食物消化液的腹部器官。還具有分泌胰島素的功能,進而維持血糖在一定得數值內。胰臟癌是侵略性的癌症。手術切除腫瘤將提高生存率。然而,1/3的胰腺癌患者,在發現時都是局部末期癌累並擃散到大血管,因恐懼手術後併發症,而通常選擇不切除。此類患者將會接受緩和治療。胰腺切除術(去除任何器官的一部分)已被建議作為一種替代緩和治療方式,對於治療局部末期胰腺癌。然而,對比於手術切除與其他治療方法的益處與危害還並不清楚。我們的目標是透過徹底的搜尋文獻,比較手術切除與緩和療法,進而得到答案。我們只涵括隨機對照試驗,如果設計適當,可以避免錯誤的結論。我們搜尋了所有和和我們研究相關的文獻,直到2013年12月。兩位作者獨立的評估,其試驗所涵括及和獨立提取的數據,以期誤差最小化。

研究特點

我們確定了二個對於局部末期胰腺癌,相比較手術切除胰腺與其他治療方法治療的試驗。90位患者被納入這兩個試驗。40位患者接受了手術治療,而其餘患者接受緩和治療。對於誰應接受手術和誰應接受其他治療方法,是通過一個類似於公平的擲硬幣的方法來決定的。

主要結果

在二個試驗當中,大約有97%的人接受腫瘤切除手術。這些人的可能存活人數是接受其他治療方式的兩倍。存活者將會被追蹤至少五年。在緩和治療組的組別中,目前還沒有存活超過二年,但是接受手術切除的患者約有40%的患者存活時間為三年。這種差異生存比例,在統計學上有顯著的差異。這些研究沒有報告相關手術的併發症,雖然很有可能是因為兩組的患者都深受併發症的困惱。沒有一個試驗是有報告生活品質。在此試驗中的兩組,在總住院天的長度有差異性(包含和治療相關的住院)。整體的治療費用,在手術切除組顯著較低(由約10,000美元),比較於日本進行的緩和治療小組。在希臘沒有正在進行和治療費用相關的試驗。

證據品質

總體而言,此為高風險的偏差試驗(有一個潛在的錯誤而可能影響結論)。這是因為,隨機進行的方式還不清楚,人們評估結果是否是因為知道自己所參加的組別,以及所有參與者是否被納入分析。證據的總體品質是非常低且高風險偏差,有少數的試驗,只有公布負向的研究結果。

結論

非常低品質的證據顯示,手術切除將增加的生存和降低成本相比,在相較於治療局部末期胰腺癌並有靜脈擴散的緩和治療患者。當有足夠的專業知識下,對於有意願接受有增加潛在和手術相關聯發病率的局部末期胰腺癌病患,胰腺切除術是可以列入選擇的治療。

未來的研究

對於局部末期胰腺癌,再做進一步的隨機對照試驗是必要的,以獲得更精確的結果、並同時評估患者的生活品質和評估手術切除與其他治療方式的成本。

譯註

翻譯者:臺北醫學大學考科藍臺灣研究中心(Cochrane Taiwan)

本翻譯計畫由臺北醫學大學考科藍臺灣研究中心(Cochrane Taiwan)、台灣實證醫學學會及東亞考科藍聯盟(EACA)統籌執行
聯絡E-mail:cochranetaiwan@tmu.edu.tw