Intervention Review

You have free access to this content

Cognitive behavioural therapy (brief versus standard duration) for schizophrenia

  1. Farooq Naeem1,*,
  2. Saeed Farooq2,
  3. David Kingdon3

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 11 APR 2014

Assessed as up-to-date: 7 DEC 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD010646.pub2


How to Cite

Naeem F, Farooq S, Kingdon D. Cognitive behavioural therapy (brief versus standard duration) for schizophrenia. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 4. Art. No.: CD010646. DOI: 10.1002/14651858.CD010646.pub2.

Author Information

  1. 1

    Queen's University, Department of Psychiatry, Kingston, Ontario, Canada

  2. 2

    Staffordshire University & Black Country Social Partnership NHS Foundation Trust, Centre for Ageing and Mental Health, Wolverhampton, UK

  3. 3

    University of Southampton, Mental Health Group, Southampton, UK

*Farooq Naeem, Department of Psychiatry, Queen's University, Kingston, Ontario, Canada. farooqnaeem@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 11 APR 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Cognitive behavioural therapy for people with schizophrenia is a psychotherapeutic approach that establishes links between thoughts, emotions and behaviours and challenges dysfunctional thoughts. There is some evidence to suggest that cognitive behavioural therapy for people with psychosis (CBTp) might be an effective treatment for people with schizophrenia. There are however, limitations in its provision due to available resource and training issues. One way to tackle this issue might be to offer a brief version of CBTp.

Objectives

To review the effects of brief CBTp (6 to 10 regular sessions given in less than 4 months and using a manual) for people with schizophrenia compared with standard CBTp (12 to 20 regular sessions given in 4 to 6 months and using a manual).

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group’s Trials Register (August 21, 2013) which is based on regular searches of CINAHL, BIOSIS, AMED, EMBASE, PubMed, MEDLINE, PsycINFO and registries of Clinical Trials. There are no language, date, document type, or publication status limitations for inclusion of records in the register. We inspected all references of the selected articles for further relevant trials. We also contacted experts in the field regarding brief CBTp studies.

Selection criteria

Randomised controlled trials involving adults with schizophrenia or related disorders, comparing brief cognitive behavioural therapy for people with psychosis versus standard CBTp.

Data collection and analysis

Two review authors independently screened and assessed studies for inclusion using pre-specified inclusion criteria.

Main results

We found only seven studies which used a brief version of CBTp, but no study compared brief CBTp with CBTp of standard duration. No studies could be included.

Authors' conclusions

Currently there is no literature available to compare brief with standard CBTp for people with schizophrenia. We cannot, therefore, conclude whether brief CBTp is as effective, less effective or even more effective than standard courses of the same therapy. This lack of evidence for brief CBTp has serious implications for research and practice. Well planned, conducted and reported randomised trials are indicated.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Brief versus standard cognitive behavioural therapy for schizophrenia

People with schizophrenia often hear voices or see things (hallucinations) and have strange beliefs (delusions). Characteristics of the illness are disordered thoughts, feelings, beliefs and perceptions. People with schizophrenia may also find it difficult to find employment, make friends and socialise with other people.

Cognitive behavioural therapy (CBT) works by focusing on people’s thoughts, emotions and behaviours and by challenging strange or dysfunctional thoughts. CBT was originally developed to help people with psychological disorders such as Obsessive Compulsive Disorder. More recently it has been used to help people with psychosis (CBTp). Working with a therapist, people establish links between their thoughts, feelings or actions. They are encouraged to re-evaluate their beliefs, perceptions and reasoning as well as to monitor their own thoughts, feelings, behaviours and symptoms. CBTp is suggested to provide alternative ways of coping with strange thoughts and the symptoms of schizophrenia, which should reduce distress and improve people’s functioning.

Standard CBTp tends to involve around 16 sessions (12 to 20 sessions) over 4 to 6 months, while brief CBTp involves around 6 to 10 sessions, in less than 4 months.

The aim of this review was to compare two types of CBTp, brief CBTp and standard CBTp for people with schizophrenia. A search was run for relevant randomised studies in 2013. Only seven potentially-relevant studies were found. However, although all of them randomised people with schizophrenia, none of these studies compared brief CBTp with standard CBTp. In the main they compared brief CBTp with standard care or other therapies. There is, therefore, no information or literature available to compare brief with standard CBTp for schizophrenia and psychosis.

There is a need for large scale research and trials that compare brief CBTp with standard CBTp. This research needs to evaluate costs, have clear definitions of standard and brief CBTp and focus on the time period or number of sessions, i.e. the ‘effective dose’ of CBTp.

This plain language summary has been written by a consumer, Ben Gray, Service User Expert, Rethink Mental Illness.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

La thérapie cognitivo-comportementale (brève par rapport à la durée standard) dans la schizophrénie

Contexte

La thérapie cognitivo-comportementale chez les personnes atteintes de schizophrénie est une approche psychothérapeutique établissant des liens entre les pensées, les émotions et les comportements et défiant les pensées dysfonctionnelles. Certaines preuves suggèrent que la thérapie cognitivo-comportementale traitant les personnes souffrant de psychose (TCCp) pourrait être un traitement efficace chez les personnes atteintes de schizophrénie. Cependant, il existe des limitations pour fournir ce service en raison de la disponibilité des ressources et des problèmes de formation. Une manière de résoudre ce problème pourrait être d'offrir une brève version de la TCCp.

Objectifs

Examiner les effets de la TCCp brève (de 6 à 10 sessions régulières administrées en moins de 4 mois et à l'aide d'un manuel) pour les personnes atteintes de schizophrénie par rapport à la TCCp standard (12 à 20 sessions régulières administrées sous 4 à 6 mois et à l'aide d'un manuel).

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (21 août 2013) qui est basé sur des recherches régulières issues de CINAHL, BIOSIS, AMED, EMBASE, PubMed, MEDLINE, PsycINFO et des registres d'essais cliniques. Il n'existe aucune restriction de langue, de date, de document type, ou de statut de publication pour l'inclusion des données dans le registre. Nous avons examiné toutes les références bibliographiques des articles sélectionnés pour d'autres essais pertinents. Nous avons également contacté des experts du domaine concernant les études sur la TCCp brève.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés portant sur des adultes atteints de schizophrénie ou de troubles de même nature, comparant la thérapie cognitivo-comportementale brève par rapport à la durée standard chez les personnes atteintes de psychose.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment analysé et évalué les études à inclure à l'aide de critères d'inclusion prédéfinis.

Résultats Principaux

Nous avons trouvé seulement sept études qui utilisaient une brève version de la TCCp, mais aucune étude ne comparait la TCCp brève par rapport à la TCCp de durée standard. Aucune étude n'a pu être inclut.

Conclusions des auteurs

Il n'existe actuellement aucune littérature disponible pour comparer la TCCp brève par rapport à la TCCp de durée standard chez les personnes atteintes de schizophrénie. Par conséquent, nous ne pouvons pas conclure si la TCCp brève est aussi efficace, moins efficace ou encore plus efficace que les sessions de durée standard concernant le même traitement. Ce manque de preuves pour la TCCp brève entraine de graves implications pour la recherche et la pratique. Des essais randomisés, bien conçus et documentés sont recommandés.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

La thérapie cognitivo-comportementale (brève par rapport à la durée standard) dans la schizophrénie

La thérapie cognitivo-comportementale brève par rapport à la durée standard dans la schizophrénie

Les personnes souffrant de schizophrénie entendent souvent des voies imaginaires ou voient des choses imaginaires (hallucinations) et ont d'étranges croyances (illusions). Les caractéristiques de la maladie sont une altération de la pensée, des sentiments, des croyances et des perceptions. Les personnes atteintes de schizophrénie peuvent également avoir du mal à trouver un emploi, se faire des amis et socialiser avec d'autres personnes.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) fonctionne en se concentrant sur les pensées, les émotions et les comportements et en défiant les pensées étranges ou dysfonctionnelles. La TCC a initialement été développée pour aider les personnes atteintes de troubles psychologiques, tels que la psychonévrose. Plus récemment, elle a été utilisée pour aider les personnes atteintes de la psychose (TCCp). Travaillant avec un thérapeute, les personnes établissent le lien entre leurs pensées, leurs sentiments ou leurs actions. Elles sont encouragées à réévaluer leurs croyances, leurs perceptions et leurs raisonnements, ainsi qu'à contrôler leurs propres pensées, leurs sentiments, leurs comportements et leurs symptômes. La TCCp fournit des méthodes alternatives permettant de gérer les pensées étranges et les symptômes de la schizophrénie, ce qui devrait réduire la détresse et améliorer le fonctionnement des patients.

La TCCp standard implique généralement environ 16 séances (de 12 à 20 sessions) pendant 4 à 6 mois, tandis qu'une TCCp brève implique environ 6 à 10 sessions en moins de 4 mois.

L'objectif de cette revue était de comparer deux types de TCCp, la TCCp brève par rapport à la TCCp standard chez les personnes atteintes de schizophrénie. Une recherche a été menée en 2013 pour identifier les études randomisées pertinentes. Seulement sept études potentiellement pertinentes ont été trouvées. Cependant, bien que toutes les études aient randomisé les personnes atteintes de schizophrénie, aucune d'entre elles n'avait comparé une TCCp brève par rapport à la TCCp standard. En général, elles avaient comparé la TCCp brève par rapport aux soins standards ou à d'autres thérapies. Par conséquent, il n'existe aucune information, ni aucune littérature disponible pour comparer la TCCp brève par rapport à la TCCp standard dans la schizophrénie et la psychose.

Il est nécessaire de réaliser une recherche à grande échelle et des essais comparant une TCCp brève par rapport à une TCCp standard pour évaluer les besoins. Cette recherche devra évaluer les coûts, présenter des définitions précises de la TCCp brève et de la TCCp standard et se concentrer sur la période de temps ou le nombre de sessions, c'est-à-dire la «dose efficace» de TCCp.

Ce résumé en langage simplifié a été rédigé par un consommateur, Ben Gray, Expert auprès des bénéficiaires du service, Rethink Mental Illness.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 6th August, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé