Intervention Review

You have free access to this content

Nonoperative treatment for lumbar spinal stenosis with neurogenic claudication

  1. Carlo Ammendolia1,*,
  2. Kent J Stuber2,
  3. Elisabeth Rok3,
  4. Raja Rampersaud4,
  5. Carol A Kennedy5,
  6. Victoria Pennick6,
  7. Ivan A Steenstra7,
  8. Linda K de Bruin8,
  9. Andrea D Furlan5

Editorial Group: Cochrane Back Group

Published Online: 30 AUG 2013

Assessed as up-to-date: 15 JUL 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD010712


How to Cite

Ammendolia C, Stuber KJ, Rok E, Rampersaud R, Kennedy CA, Pennick V, Steenstra IA, de Bruin LK, Furlan AD. Nonoperative treatment for lumbar spinal stenosis with neurogenic claudication. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD010712. DOI: 10.1002/14651858.CD010712.

Author Information

  1. 1

    Rebecca MacDonald Centre for Arthritis and Autoimmune Diseases, Toronto, ON, Canada

  2. 2

    Canadian Memorial Chiropractic College, Division of Graduate Eduation and Research, Calgary, Alberta, Canada

  3. 3

    Mount Sinai Hospital, Samuel Lunenfeld Research Institute, Toronto, ON, Canada

  4. 4

    Toronto Western Hospital, Division of Orthopedics, University Health Network, Toronto, ON, Canada

  5. 5

    Institute for Work & Health, Toronto, ON, Canada

  6. 6

    The Cochrane Collaboration, Cochrane Editorial Unit, London, UK

  7. 7

    Institute of Work and Health, Workplace studies, Toronto, Ontario, Canada

  8. 8

    Haarlem, Netherlands

*Carlo Ammendolia, Rebecca MacDonald Centre for Arthritis and Autoimmune Diseases, 60 Murray Street, Room L2007, Toronto, ON, M5T 3L9, Canada. cammendolia@mtsinai.on.ca. cammendolia@iwh.on.ca.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 30 AUG 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Lumbar spinal stenosis with neurogenic claudication is one of the most commonly diagnosed and treated pathological spinal conditions. It frequently afflicts the elderly population.

Objectives

To systematically review the evidence for the effectiveness of nonoperative treatment of lumbar spinal stenosis with neurogenic claudication.

Search methods

CENTRAL, MEDLINE, CINAHL, and Index to Chiropractic Literature (ICL) databases were searched up to June 2012.

Selection criteria

Randomized controlled trials published in English, in which at least one arm provided data on nonoperative treatments

Data collection and analysis

We used the standard methodological procedures expected by The Cochrane Collaboration. Risk of bias in each study was independently assessed by two review authors using the 12 criteria recommended by the Cochrane Back Review Group (Furlan 2009). Dichotomous outcomes were expressed as relative risk, continuous outcomes as mean difference or standardized mean difference; uncertainty was expressed with 95% confidence intervals. If possible a meta-analysis was performed, otherwise results were described qualitatively. GRADE was used to assess the quality of the evidence.

Main results

From the 8635 citations screened, 56 full-text articles were assessed and 21 trials (1851 participants) were included. There was very low-quality evidence from six trials that calcitonin is no better than placebo or paracetamol, regardless of mode of administration or outcome assessed. From single small trials, there was low-quality evidence for prostaglandins, and very low-quality evidence for gabapentin or methylcobalamin that they improved walking distance. There was very low-quality evidence from a single trial that epidural steroid injections improved pain, function, and quality of life, up to two weeks, compared with home exercise or inpatient physical therapy. There was low-quality evidence from a single trial that exercise is of short-term benefit for leg pain and function compared with no treatment. There was low and very low-quality evidence from six trials that multimodal nonoperative treatment is less effective than indirect or direct surgical decompression with or without fusion. A meta-analysis of two trials comparing direct decompression with or without fusion to multimodal nonoperative care found no significant difference in function at six months (mean difference (MD) -3.66, 95% CI -10.12 to 2.80) and one year (MD -6.18, 95% CI -15.03 to 2.66), but at 24 months a significant difference was found favouring decompression (MD -4.43, 95% CI -7.91 to -0.96).

Authors' conclusions

Moderate and high-quality evidence for nonoperative treatment is lacking and thus prohibits recommendations for guiding clinical practice. Given the expected exponential rise in the prevalence of lumbar spinal stenosis with neurogenic claudication, large high-quality trials are urgently needed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Non-surgical treatment for spinal stenosis with leg pain

Review question

We reviewed the evidence on the effectiveness of non-surgical treatments for people with leg pain caused by pressure on the nerves in the spine.

Background

If the spinal canal becomes narrow and presses on nerves (spinal stenosis) it can cause pain in the legs or buttocks (neurogenic claudication). Spinal stenosis is treated with a variety of non-surgical methods, including painkillers and other medications, injections into the spine, exercise, physiotherapy and similar treatments. We wanted to discover whether using non-surgical methods was better or worse than other alternatives.

Study characteristics

We included 21 randomised controlled trials that compared non-surgical treatments to placebo, no treatment, or to surgery. All the participants had leg pain and a confirmed diagnosis of lumbar stenosis. There were 1851 people, with an average age of 50 years, equally divided between men and women. The follow-up time ranged from one week to six years. The evidence was current to June 2012.

Key results

Overall, the review suggests that surgery is more effective at relieving pain than non-surgical treatments.

Medicines taken by mouth. One small trial each of prostaglandins (compared to another medicine), gabapentin (compared to placebo), and vitamin B1 (compared to a variety of treatments) suggested improvements in pain and walking distance. Some digestive problems were reported with both medicines in the prostaglandins trial; and some people in the gabapentin trial reported dizziness or sleepiness.

Epidural injections. Two small trials showed short-term improvements in pain and quality of life (up to two weeks) and two showed no difference compared with placebo injections. No trial reported bad reactions or problems.

Calcitonin injections. Six small trials indicated that calcitonin is no better than paracetemol or placebo. A number of people reported feeling sick or developed a rash.

Mixed approaches compared to surgery. Five trials compared results from surgery with results from a variety of non-surgical treatments. One trial found that after two years there was no difference between treatments as far as pain was concerned. The other four found that surgery improved pain more than non-surgical treatments over different time periods, but not necessarily walking ability. Between 5% and 18% suffered unwanted side effects from surgery, some serious.

Physical therapy. Four small trials, all including some form of exercise, failed to demonstrate improved walking ability after physical therapy. One trial each suggested that exercise is better than no treatment for leg pain, and that treadmill walking and stationary cycling produce similar, limited results.

Quality of evidence

The findings of all the trials in this study were based on low or very low-quality evidence. The studies were poorly designed, or they failed to give enough information about what was done. This means that we cannot be confident that the findings are reliable, and further research may well come to a different conclusion.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitement non chirurgical de la sténose de la colonne lombaire accompagnée de claudication neurogène

Contexte

La sténose de la colonne lombaire accompagnée de claudication neurogène est l'une des maladies de la colonne vertébrale les plus couramment diagnostiquées et traitées. Elle touche fréquemment la population âgée.

Objectifs

Examiner systématiquement les preuves de l'efficacité du traitement non chirurgical de la sténose de la colonne lombaire accompagnée de claudication neurogène.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données CENTRAL, MEDLINE, CINAHL, et Index to Chiropractic Literature (ICL) jusqu'à juin 2012.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés publiés en anglais, dans lesquels au moins un bras de traitement a fourni des données sur les traitements non chirurgicaux

Recueil et analyse des données

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard prévues par The Cochrane Collaboration. Le risque de biais dans chaque étude a été indépendamment évalué par deux auteurs de la revue à l'aide des 12 critères recommandés par le Groupe thématique Cochrane sur les douleurs lombaires (Furlan 2009). Les résultats dichotomiques étaient exprimés sous la forme de risques relatifs (RR), les résultats continus sous la forme de différence moyenne ou de différence moyenne standardisée ; l'incertitude était exprimée avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Lorsque cela était possible, une méta-analyse a été effectuée, sinon les résultats étaient présentés par une description qualitative. Le système GRADE a été utilisé pour évaluer la qualité des preuves.

Résultats Principaux

Parmi les 8 635 références bibliographiques passées au crible, 56 textes intégraux d'articles ont été évalués et 21 essais (1 851 participants) ont été inclus. Il existait des preuves de très faible qualité issues de six essais indiquant que la calcitonine n'est pas plus efficace que le placebo ou le paracétamol, quel que soit le mode d'administration ou le résultat évalué. Parmi les petits essais individuels, il y avait des preuves de faible qualité en faveur des prostaglandines, et des preuves de très faible qualité en faveur de la gabapentine ou de la méthylcobalamine indiquant qu'elles avaient amélioré la distance de marche. Il existait des preuves de très faible qualité issues d'un essai individuel indiquant que les injections de stéroïdes épiduraux avaient amélioré la douleur, la fonction et la qualité de vie, jusqu'à deux semaines, comparativement aux exercices physiques à domicile ou à la kinésithérapie en milieu hospitalier. Il existait des preuves de faible qualité issues d'un essai individuel indiquant que les exercices physiques entraînent un effet bénéfique sur la douleur à la jambe et la fonction comparativement à l'absence de traitement. Il existait des preuves de faible qualité et de très faible qualité issues de six essais indiquant que le traitement non chirurgical multimodal est moins efficace que la décompression chirurgicale indirecte ou directe avec ou sans fusion. Une méta-analyse de deux essais comparant la décompression directe avec ou sans fusion à la prise en charge non chirurgicale multimodale n'a révélé aucune différence significative de la fonction à six mois (différence moyenne (DM) -3,66, IC à 95 % -10,12 à 2,80) et à un an (DM -6,18, IC à 95 % -15,03 à 2,66), mais à 24 mois, une différence significative a été détectée en faveur de la décompression (DM -4,43, IC à 95 % -7,91 à -0,96).

Conclusions des auteurs

Les preuves de qualité modérée et de grande qualité en faveur du traitement non chirurgical font défaut, ce qui empêche par conséquent d'émettre toute recommandation pour éclairer la pratique clinique. Compte tenu de l'augmentation exponentielle prévue de la prévalence de la sténose de la colonne lombaire accompagnée de claudication neurogène, il est urgent d'effectuer des essais de grande qualité et à grande échelle.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitement non chirurgical de la sténose de la colonne lombaire accompagnée de claudication neurogène

Traitement non chirurgical de la sténose de la colonne vertébrale accompagnée de douleur à la jambe

Question de la revue

Nous avons passé en revue les preuves sur l'efficacité des traitements non chirurgicaux chez les personnes souffrant de douleur à la jambe causée par la pression sur les nerfs dans la colonne vertébrale.

Contexte

Si le canal de l'épendyme devient étroit et fait pression sur les nerfs (sténose de la colonne vertébrale), il peut provoquer une douleur dans les jambes ou les fesses (claudication neurogène). La sténose de la colonne vertébrale est traitée par une diversité de méthodes non chirurgicales, incluant des analgésiques et d'autres médicaments, des injections dans la colonne vertébrale, de l'exercice physique, la physiothérapie et les traitements similaires. Nous voulions découvrir si l'utilisation de méthodes non chirurgicales a été plus ou bien moins efficace que d'autres options possibles.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus 21 essais contrôlés randomisés ayant comparé des traitements non chirurgicaux à un placebo, à l'absence de traitement, ou à la chirurgie. Tous les participants souffraient de douleur à la jambe et avaient eu un diagnostic confirmé de sténose de la colonne lombaire. Il y avait 1 851 personnes, âgées en moyenne de 50 ans, équitablement réparties entre les hommes et les femmes. La période de suivi variait d'une semaine à six ans. Cette recherche est à jour jusqu'à juin 2012.

Principaux résultats

Globalement, la revue suggère que la chirurgie est plus efficace pour soulager la douleur que les traitements non chirurgicaux.

Médicaments à prendre par la bouche. Les résultats d'un petit essai sur chacune des prostaglandines (comparées les unes aux autres), la gabapentine (comparée à un placebo), et la vitamine B1 (comparée à une diversité de traitements) ont suggéré des améliorations de la douleur et de la distance de marche. Certains problèmes digestifs ont été rapportés avec les deux médicaments dans l'essai sur les prostaglandines ; et certaines personnes dans l'essai sur la gabapentine ont signalé des étourdissements et une somnolence.

Injections péridurales. Deux petits essais ont démontré des améliorations à court terme de la douleur et de la qualité de vie (jusqu'à deux semaines) et deux autres n'ont révélé aucune différence comparativement aux injections de placebo. Aucun essai n'a rapporté de mauvaises réactions ou de problèmes.

Injections de calcitonine. Six petits essais ont indiqué que la calcitonine n'est pas plus efficace que le paracétamol ou le placebo. Un certain nombre de personnes ont indiqué qu'elles s'étaient senties malades ou avaient développé une éruption cutanée.

Approches mixtes comparées à la chirurgie. Cinq essais ont comparé les résultats de la chirurgie aux résultats d'une diversité de traitements non chirurgicaux. Un essai a trouvé que, après deux ans, il n'y avait aucune différence entre les traitements s'agissant de la douleur. Les quatre autres essais ont trouvé que la chirurgie avait soulagé la douleur davantage que les traitements non chirurgicaux pendant différentes périodes de temps, mais pas nécessairement la capacité de marche. Entre 5 % et 18 % ont souffert d'effets secondaires indésirables à la suite de la chirurgie, et certains étaient graves.

Kinésithérapie. Quatre petits essais, incluant tous une certaine forme d'exercice physique, n'ont pas réussi à démontrer une amélioration de la capacité à marcher après la kinésithérapie. Les résultats d'un essai sur chacune des prostaglandines ont suggéré que l'exercice physique est plus efficace que l'absence de traitement pour la douleur à la jambe, et que la marche sur tapis roulant et le vélo d'intérieur produisent des résultats limités comparables.

Qualité des preuves / qualité des données

Les conclusions de tous les essais dans cette étude étaient fondées sur des preuves de qualité faible ou très faible. Les schémas des études étaient médiocres, ou bien elles ne fournissaient pas suffisamment de données sur ce qui a été fait. Ce qui signifie que nous ne pouvons pas avoir confiance dans la fiabilité des résultats, et que d'autres recherches pourraient aussi bien parvenir à une conclusion différente.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 16th October, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.