Intervention Review

You have free access to this content

Interventions for drug-using offenders with co-occurring mental illness

  1. Amanda E Perry1,*,
  2. Matthew Neilson1,
  3. Marrissa Martyn-St James2,
  4. Julie M Glanville3,
  5. Rachael McCool3,
  6. Steven Duffy4,
  7. Christine Godfrey1,
  8. Catherine Hewitt1

Editorial Group: Cochrane Drugs and Alcohol Group

Published Online: 2 JAN 2014

Assessed as up-to-date: 10 OCT 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD010901


How to Cite

Perry AE, Neilson M, Martyn-St James M, Glanville JM, McCool R, Duffy S, Godfrey C, Hewitt C. Interventions for drug-using offenders with co-occurring mental illness. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 1. Art. No.: CD010901. DOI: 10.1002/14651858.CD010901.

Author Information

  1. 1

    University of York, Department of Health Sciences, York, UK

  2. 2

    University of Sheffield, School of Health and Related Research (ScHARR), Sheffield, South Yorkshire, UK

  3. 3

    York Health Economics Consortium, York, UK

  4. 4

    University of York, NHS Centre for Reviews and Dissemination, York, UK

*Amanda E Perry, Department of Health Sciences, University of York, Heslington, York, YO105DD, UK. amanda.perry@york.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 2 JAN 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

This is an updated version of an original Cochrane review published in Issue 3 2006 (Perry 2006). The review represents one from a family of four reviews focusing on interventions for drug-using offenders. This specific review considers interventions aimed at reducing drug use or criminal activity, or both for drug-using offenders with co-occurring mental illness.

Objectives

To assess the effectiveness of interventions for drug-using offenders with co-occurring mental illness in reducing criminal activity or drug use, or both.

Search methods

We searched 14 electronic bibliographic databases (searched between 2004 and 21 March 2013) and five internet resources (searched between 2004 and 11 November 2009). We contacted experts in the field for further information.

Selection criteria

We included randomised controlled trials designed to reduce, eliminate or prevent relapse in drug-using offenders with co-occurring mental illness. We also reported data on the cost and cost effectiveness of interventions.

Data collection and analysis

We used standard methodological procedures expected by The Cochrane Collaboration.

Main results

We identified 76 trials across the four reviews. Following a process of pre-screening, we judged eight trials to meet the inclusion criteria for this specific review (three of the five trials are awaiting classification). The five included 1502 participants. The interventions reported on case management via a mental health drugs court, a therapeutic community, and an evaluation of a motivational interviewing technique and cognitive skills in comparison to relaxation training. The methodological quality of the trials was generally difficult to rate due to a lack of clear reporting. On most risk of bias items, we rated the majority of studies as unclear. Overall, the combined interventions did not show a statistically significant reduction in self reported drug use (2 studies, 715 participants; risk ratio (RR) 0.82, 95% confidence interval (CI) 0.44 to 1.55). A statistically significantly reduction was shown for re-incarceration (4 studies, 627 participants; RR 0.40, 95% CI 0.24 to 0.67 and mean difference (MD) 28.72, 95% CI 5.89 to 51.54) but not re-arrest (2 studies, 518 participants; RR 1.00, 95% CI 0.90 to 1.12). A specific subgroup analysis combining studies using therapeutic community interventions showed a statistically significant reduction in re-incarceration (2 studies, 266 participants; RR 0.29, 95% CI 0.16 to 0.54) but not re-arrest (1 study, 428 participants; RR 0.90, 95% CI 0.61 to 1.33). Case management via a mental health court and motivational interviewing with cognitive skills did not show a statistically significant reduction in criminal activity (1 study, 235 participants; RR 1.05, 95% CI 0.90 to 1.22) or self reported drug misuse (1 study, 162 participants; MD -7.42, 95% CI -20.12 to 5.28). Due to the small number of studies, we were unable to analyse the impact of setting on outcome. Some cost information was provided in the trials but not sufficient to be able to evaluate the cost effectiveness of the interventions.

Authors' conclusions

This review highlights the paucity of evidence for drug misusing offenders with co-occurring mental health problems. Two of the five trials showed some promising results for the use of therapeutic communities and aftercare, but only in relation to reducing subsequent re-incarceration. The studies overall, showed a high degree of statistical variation demonstrating a degree of caution in the interpretation of the magnitude of effect and direction of benefit for treatment outcomes. More evaluations are required to assess the effectiveness of interventions for drug-using offenders with co-occurring mental health problems.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Interventions for drug-using offenders with co-occurring mental illness

Background

A number of policy directives are aimed at enabling people with drug problems to live healthy, crime-free lives. Drug-using offenders with co-occurring mental health problems represent a group of people who access treatment for a variety of different reasons. The complexity of the two problems makes the treatment and rehabilitation of this group of people particularly challenging.

Study characteristics

The review authors searched scientific databases and internet resources to identify randomised controlled trials (where participants are allocated at random to one of two or more treatment groups) of interventions to reduce, eliminate, or prevent relapse or criminal activity of drug-using offenders with co-occurring mental illness. We included people of any gender, age or ethnicity.

Key results

We identified eight trials (three of which are awaiting classification) evaluating treatments for drug-using offenders with co-occurring mental illness. The interventions included case management via a mental health court, a therapeutic community and an evaluation of motivational interviewing techniques and cognitive skills (a person's ability to process thoughts) in comparison to relaxation training. Overall, the combined interventions were not found to reduce self report drug use, but did have some impact on re-incarceration rates, but not re-arrest. A specific analysis of therapeutic community interventions did subsequently reduce re-incarceration but proved to be less effective for re-arrest and self report drug use. Two single studies evaluating case management via a mental health drug court and motivational interviewing and cognitive skills did not show significant reductions in criminal activity and self report drug use respectively. Little information is provided on the costs and cost-effectiveness of such interventions and trial evaluations focusing specifically on the needs of drug misusing offenders with co-occurring mental health problems are required.

Quality of the evidence

This review was limited by the lack of information reported in this group of trials and the quality of the evidence is unclear. The evidence is current to March 2013.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Interventions destinées aux délinquants toxicomanes souffrant parallèlement de troubles mentaux

Contexte

Ceci est une version mise à jour d'une revue originale Cochrane publiée dans le numéro 3 de 2006 (Perry 2006). La revue représente l'une de quatre revues portant sur des interventions destinées aux délinquants toxicomanes. Cette revue porte sur des interventions spécifiques visant à réduire la consommation de drogue ou l'activité criminelle, ou les deux, des délinquants toxicomanes souffrant parallèlement de troubles mentaux.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des interventions destinées aux délinquants toxicomanes souffrant parallèlement de troubles mentaux dans la réduction de l'activité criminelle ou de l'utilisation de médicaments, ou les deux.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans 14 bases de données bibliographiques électroniques (entre 2004 et le 21 mars 2013) et dans cinq ressources Internet (consulté entre 2004 et le 11 novembre 2009). Nous avons contacté des experts dans le domaine pour obtenir des informations supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés visant à réduire, supprimer ou prévenir la rechute des délinquants toxicomanes souffrant parallèlement de troubles mentaux. Nous avons également rapporté des données sur le coût et le coût-efficacité des interventions.

Recueil et analyse des données

Nous avons utilisé des procédures méthodologiques standard prévues par la Collaboration Cochrane.

Résultats Principaux

Nous avons identifié 76 essais dans les quatre revues. Suite à un processus d'examen préalable, nous avons jugé que huit essais remplissaient les critères d'inclusion pour cette revue spécifique (trois des cinq essais sont en attente de classification). Les cinq essais incluaient 1 502 participants. Les interventions rendaient compte de la gestion de cas par un tribunal en santé mentale et en drogue, une communauté thérapeutique et une évaluation des techniques d'entretien motivationnel et des capacités cognitives par rapport à une formation à la relaxation. La qualité méthodologique des essais était généralement difficile à évaluer en raison d'un manque de notification claire. Sur la plupart des éléments de risques de biais, nous avons évalué la majorité des études comme étant incertaines. Dans l'ensemble, les interventions combinées ne montraient pas de réduction statistiquement significative sur l'utilisation de drogue (2 études, 715 participants; risque relatif (RR) 0,82, intervalle de confiance à 95% (IC) de 0,44 à 1,55). Une réduction statistiquement significative a été démontrée au niveau de la réincarcération (4 études, 627 participants ; RR 0,40, IC à 95% 0,24 à 0,67 et de la différence moyenne (DM) 28,72, IC à 95% 5,89 à 51,54), mais pas au niveau des nouvelles arrestations (2 études, 518 participants ; RR 1,00, IC à 95% 0,90 à 1,12). Une analyse spécifique en sous-groupes combinant les études utilisant les interventions communautaires thérapeutiques ont montré une réduction statistiquement significative des réincarcérations (2 études, 266 participants ; RR 0,29, IC à 95% 0,16 à 0,54), mais pas des nouvelles arrestations (1 étude, 428 participants ; RR 0,90, IC à 95% 0,61 à 1,33). La prise en charge de cas par un tribunal en santé mentale et des entretiens motivationnels avec des capacités cognitives n'ont pas montré de réduction statistiquement significative sur l'activité criminelle (1 étude, 235 participants ; RR 1,05, IC à 95% 0,90 à 1,22) ou sur l'abus de drogues rapporté (1 étude, 162 participants ; DM -7,42, IC à 95% -20,12 à 5,28). En raison du petit nombre d'études, nous ne sommes pas en mesure d'analyser les répercussions sur le résultat. Certaines informations sur le coût ont été fournies dans les essais, mais elles ne sont pas suffisantes pour être en mesure d'évaluer le rapport coût-efficacité des interventions.

Conclusions des auteurs

Cette revue met en évidence la rareté des preuves pour les délinquants toxicomanes souffrant parallèlement de troubles mentaux. Deux des cinq essais ont montré des résultats prometteurs pour le recours aux communautés thérapeutiques et aux suivis, mais seulement en termes de réduction de réincarcérations. Dans l'ensemble, les études ont montré un degré élevé d'hétérogénéité statistique démontrant un degré de prudence dans l'interprétation de l'ampleur de l'effet et de la direction du bénéfice pour les résultats thérapeutiques. D'autres évaluations sont nécessaires pour évaluer l'efficacité des interventions destinées aux délinquants toxicomanes souffrant parallèlement de troubles mentaux.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Interventions destinées aux délinquants toxicomanes souffrant parallèlement de troubles mentaux

Interventions destinées aux délinquants toxicomanes souffrant parallèlement de troubles mentaux

Contexte

Un certain nombre de directives visent à permettre aux toxicomanes de mener une vie paisible et en bonne santé. Les délinquants toxicomanes souffrant parallèlement de troubles mentaux représentent un groupe de personnes recevant un traitement pour différentes raisons. La complexité des deux problèmes rend le traitement et la rééducation de ce groupe de personnes particulièrement difficile.

Les caractéristiques de l'étude

Les auteurs de la revue ont effectué des recherches dans des bases de données scientifiques et dans les ressources Internet pour identifier des essais contrôlés randomisés (dans lesquels les participants sont assignés au hasard à l'un des deux ou à plusieurs groupes de traitement) des interventions visant à réduire, éliminer, ou prévenir la rechute ou l'activité criminelle des délinquants toxicomanes souffrant parallèlement de troubles mentaux. Nous avons inclus des personnes de tout âge, de tout sexe ou de toute origine ethnique.

Résultats principaux

Nous avons identifié huit essais (dont trois sont en attente de classification) évaluant les traitements destinés aux délinquants toxicomanes souffrant parallèlement de troubles mentaux. Les interventions incluaient la prise en charge par un tribunal en santé mentale, une communauté thérapeutique et une évaluation des techniques d'entretien motivationnel et des capacités cognitives (la capacité d'une personne à penser) par rapport à une formation à la relaxation. Dans l'ensemble, les interventions combinées ne réduisaient pas l'utilisation de médicaments auto-déclarés, mais avaient un impact sur les taux de réincarcération, mais pas sur les nouvelles arrestations. Une analyse spécifique sur les interventions communautaires thérapeutiques réduisait par la suite la réincarcération mais s'avérait être moins efficace pour les nouvelles arrestations et la consommation de drogue auto-déclarée. Deux études individuelles évaluant la gestion de cas via un tribunal en santé mentale et en drogue, les entretiens motivationnels et les capacités cognitives ne montraient pas de réductions significatives dans les activités criminelles et la consommation de drogue auto-déclarée, respectivement. Peu d'informations ont été fournies sur les coûts et le rapport coût-efficacité de ces interventions et des évaluations d'essais portant spécifiquement sur les besoins des délinquants toxicomanes souffrant parallèlement de troubles mentaux sont nécessaires.

Qualité des preuves

Cette revue était limitée suite au manque d'informations rapportées dans ce groupe d'essais et la qualité des preuves n'est pas claire. Les preuves sont à jour en mars 2013.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 15th June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé