SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • sexual harassment;
  • co-worker sexual harassment;
  • human rights;
  • women's rights;
  • labour arbitrations
  • harcèlement sexuel;
  • harcèlement sexuel de la part des collègues;
  • droits de la personne;
  • droits des femmes;
  • arbitrage des conflits du travail

Abstract

Women have the right to a workplace free from sexual harassment under Canadian provincial and federal human rights legislation. Canadian labour laws incorporate the right to a grievance procedure including binding arbitration where arbitrators must interpret and apply human rights legislation. This paper analyzes co-worker sexual harassment cases in order to assess how well arbitrations protect the right of unionized women to a harassment free workplace. Results indicate that women complainants were often subjected to aggressive gendered cross-examinations and the application of gendered jurisprudence that largely ignored the impact of gendered power relations in the workplace. The conclusion is that women's experiences in arbitrations are likely a deterrent to filing formal complaints, effectively undermining rather than protecting their rights. Copyright © 2012 ASAC. Published by John Wiley & Sons, Ltd.

Résumé

Aux termes de la législation canadienne fédérale et provinciale en matière des droits de la personne, les femmes ont le droit de travailler dans un environnement exempt de harcèlement sexuel. La législation du travail au Canada leur accorde le droit de recourir à une procédure de règlement de griefs dont l'arbitrage exécutoire au cours duquel les arbitres doivent interpréter et appliquer la législation en matière des droits de la personne. Le présent article analyse les cas de harcèlement sexuel perpétrés par les collègues dans le but d'évaluer jusqu'à quel point les arbitres protègent le droit des femmes syndiquées dans un environnement professionnel exempt de harcèlement.

Il ressort des résultats que les plaignantes sont souvent soumises à de sévères interrogatoires sexistes et à l'application d'une jurisprudence influencée par le sexe qui, pour l'essentiel, ne tient pas compte des rapports de force entre hommes-femmes en milieu de travail. L'étude conclut que les expériences vécues par les femmes pendant l'arbitrage sont susceptibles de décourager celles qui ont l'intention de déposer des plaintes officielles. Une telle situation mine leurs droits au lieu de les protéger. Copyright © 2012 ASAC. Published by John Wiley & Sons, Ltd.