SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • clean technology;
  • waste minimization;
  • process selection;
  • life cycle management;
  • alkylation

Abstract

Assessment of process changes to reduce, recycle or avoid wastes requires attention to systems which are broader than the immediate process; that is, it is necessary to take a life cycle perspective. Definition of the system boundary for such an assessment can be problematic in itself. A real case study is presented to illustrate the problem of assessing clean technologies: possible modifications to an alkylation unit at a UK refinery. The process uses hydrogen fluoride as alkylation catalyst, and generates fluoridic wastes which are hazardous and require treatment both on- and off-site. Possible changes to avoid, reduce or enable partial recycling of the waste are identified, representing different levels of change in the process and therefore requiring assessment with different system boundaries. The different system definitions lead to differences in the ways data must be compiled for quantitative environmental life cycle assessment, and in the range of stakeholders explicitly or implicitly involved in assessing and implementing the changes. The case study demonstrates some of the less familiar challenges introduced by the “pollution prevention” or “clean technology” paradigms of chemical processing.

L'évaluation des modifications apportées dans les procédés dans le but de réduire, recycler ou éviter les gaspillages nécessite qu'on prête attention aux systèmes plutôt qu'aux procédés eux-mêmes, en ce sens qu'il faut travailler dans une perspective de cycle de vie. La définition de la limite de système pour une telle évaluation peut être problématique en soi. Une étude de cas réelle est présentée pour illustrer le problème de l'évaluation de techniques propres; il s'agit de modifications possibles à une unité d'alkylation dans une usine du Royaume-Uni. Le procédé emploie du fluorure d'hydrogène comme catalyseur d'alkylation et produit des déchets fluorés qui sont dangereux et qui nécessitent un traitement sur le site et en-dehors du site. Des changements possibles pour éviter ou réduire les déchets ou permettre leur recyclage sont identifiés; ils correspondent à différents niveaux de changements dans le procédé, et par conséquent, requièrent l'évaluation de différentes limites de systèmes. Les différentes définitions de système mènent à des différences dans la manière de compiler les données pour l'évaluation des cycles de vie environnementaux quantitatifs, et dans la manière de traiter les parties prenantes explicitement ou implicitement impliquées dans l'évaluation et la mise en œuvre de ces changements. L'étude de cas illustre certains des défis les moins familiers introduits par les concepts « prévention de la pollution » ou « technologie propre » dans le génie des procédés.