Use of a shock tube in the study of high temperature gas reactions

Authors


Abstract

A modified single-pulse shock tube has been used to study the pyrolysis of methane in the presence of nitrogen. The reactants are rapidly heated by a reflected shock wave for about a millisecond and cooled by rarefaction waves. In the temperature range 1600–2500°K., nitrogen is found to have no effect on the first order decomposition rates of methane. Above 2500°K., considerable quantities of hydrogen cyanide are observed due to the reaction of nitrogen with hydrocarbons.

Abstract

On a utilisé un tube dans lequel on transmet une onde de choc pour étudier la pyrolyse du méthane en présence d'azote. Les réactifs sons chauffés rapidement par une onde de choc réfléchie pour environ 1 milliseconde et refroidis par des ondes de raréfaction. Dans les températures variant de 1600 à 2500°K l'azote n'a pas d'influence sur le taux de décomposition du premier order du méthane. Au-delà de 2500°K de grandes quantités d'acide cyanhydrique sont observées à cause de la réaction d'azote avec les hydrocarbures.

Ancillary