The electrical conductivity of fluidized beds of coke and graphite up to 1200°

Authors


Abstract

Nitrogen-fluidized beds of petroleum coke and graphite were heated by applying an a.c. voltage to electrodes submerged in the bed. Bed resistivities, calculated from the voltage and power input required to maintain a constant temperature, show a similar decrease in resistivity, for both materials, with increasing temperature up to 600°C., however, at about 600°C. the resistivity of graphite beds continues to decrease while that of coke beds goes through a minimum and then increases.

This was attributed to arc formation at the contacts between coke particles when the applied voltage exceeds a critical value. Similar behavior was not observed for graphite as the operating voltage never exceeded the critical value.

Abstract

On chauffe des lits de coke de pétrole et de graphite fluidisés avec de l'azote en appliquant un voltage a.c. entre des électrodes placés dans le lit. La résistivité du lit calculée depuis le voltage et la puissance à l'entrée requis pour maintenir la température constante, diminue dans les deux cas avec une augmentation de température jusqu'à 600°C. Cependant vers cette température la résistivité du lit de coke passe par un minimum alors que cello du lit de graphite continue de diminuer.

On attribue ce phénomène à la formation d'un arc aux contacts entre les particules de coke lorsque le voltage dépasse une valeur critique. Ce phénomène n'a pas été observé pour le graphite car le voltage n'a jamais dépassé la valeur critique.

Ancillary