Liquid phase relationships in fertilizer granulation by a layering process

Authors


  • Based on a paper presented to the 1968 Tripartite Chemical Engineering Conference, Montreal, Que., September 22–25, 1968.

Abstract

In certain variants of the fertilizer granulation process granulation occurs by deposition of a layer of raw material onto a previously formed nucleus. An expression for the liquid phase required for layering as a function of the proportion of nuclei present has been derived from a simple model of the layered granule and tested against laboratory simulation experiments on glass beads and sand. The expression is applied to fertilizer granulation to define the range of conditions over which layering is possible and the recycle ratios required as a function of fertilizer solubility and the water entering the granulator. Layering requires a higher recycle ratio than the corresponding agglomeration process, but in general gives product with better storage properties and shorter drying time. The economics of the process depend on the saving in drying costs compared to the cost of extra conveying equipment. Modifications to the basic process to improve its economics are considered briefly.

Abstract

Dans certaines variations du procédé de granulation des engrais, celle-ci se fait en déposant une couche de la matière première sur un noyau formé préalablement. On a mis au point une expression mathématique pour la phase liquide requise pour déposer la dite couche, laquelle est fonction de la proportion des noyaux présents et provient d'un modèle simple d'un granule enduit; on en a fait l'épreuve dans des expériences semblables qu'on a faites au laboratoire sur des grains de verre et du sable. On applique l'expression à la granulation des engrais pour indiquer les limites des conditions auxquelles on peut déposer une couche de la matière première et les taux de recyclage requis d'après la solubilité de l'engrais et l'eau qui entre dans le granulateur. La déposition d'une couche sur le noyau exige un taux de recyclage plus élevé que dans le cas du procédé d'agglomération correspondant, mais elle permet généralement l'obtention d'un procédé qu'on peut entreposer d'une manière plus satisfaisante et qui sèche plus vite. L'économique du procédé dépend de l'épargne qu'on peut réaliser dans le coǔt de séchage en comparaison du coǔt de l'outillage additionnel de transport. On considère briévement des modifications au procédé de base pour le rendre plus économique.

Ancillary